Le Guide Ultime Des Concentrés De Cannabis

Le Guide Ultime Des Concentrés De Cannabis

Bienvenue dans notre guide complet des concentrés de cannabis. Les concentrés de cannabis sont des produits contenant une plus grande concentration de cannabinoïdes et terpènes que les fleurs de cannabis brutes.

Originaires de la Chine et de l'Inde antiques, les concentrés sont populaires depuis des milliers d'années. Récemment, la technologie de production des concentrés a fait un énorme bond en avant et ils connaissent actuellement une renaissance culturelle.

LES PRINCIPES DE BASE DES CONCENTRÉS

Pour comprendre les concentrés, vous devez connaître quelques points de base sur les éléments psychoactifs du cannabis. Les concentrés prennent ces éléments et les séparent du reste de la plante.

  • CANNABINOÏDES

Les cannabinoïdes sont les composés chimiques qui agissent sur le système endocannabinoïde du corps et du cerveau humain. Les scientifiques ont réussi à isoler 113 cannabinoïdes différents dans la plante cannabis. Parmi les cannabinoïdes notables, on compte le THC, qui est la principale force responsable du célèbre effet planant du cannabis, et le CBD, qui est responsable de bien des propriétés de santé remarquables du cannabis. Le profil d'un plant de cannabis particulier est largement déterminé par sa composition en cannabinoïdes.

  • TERPÈNES

Les terpènes sont une classe de composés organiques naturellement présents chez les insectes et les plantes. Ils produisent une forte odeur, ce qui aide probablement les plantes à repousser les herbivores, tout en attirant leurs prédateurs. Plus de 120 terpènes ont été découverts dans le cannabis. Les terpènes donnent aux variétés de cannabis particulières leurs saveurs et peuvent améliorer et modifier leurs effets médicinaux et psychoactifs. Un concentré idéal réussira à isoler et préserver les cannabinoïdes et les terpènes d'une plante.

  • TRICHOMES

Les cannabinoïdes et terpènes d'un plant de cannabis sont présents et produits dans ses trichomes. Les trichomes sont le « duvet » blanc cristallin à la surface des bourgeons de la plante. C'est aussi ce qui rend le cannabis collant au toucher. Le mot « trichome » vient du grec et signifie « croissance de poil ». Sur les plants de cannabis, les trichomes jouent probablement un rôle défensif, en aidant la plante à repousser les éléments et en l'aidant à se défendre contre les insectes. Les trichomes sont d'apparence cristalline, mais quand ils sont manipulés, leur résine interne est libérée et ils deviennent collants. Ils sont les plus abondants sur le calice du plant de cannabis.

Les plants de cannabis contiennent deux divisions principales de trichomes : glandulaires et non-glandulaires. Les trichomes glandulaires produisent les cannabinoïdes et terpènes et sont subdivisés en trois types : bulbeux, capitule-sessile et capitule-tigé. Les trichomes bulbeux sont les plus petits, avec une taille de 10 à 30 micromètres et sont répartis sur toute la surface du plant. Les trichomes capitule-sessile sont les suivants en termes de taille mais ils nécessitent un microscope pour être observés ; ils apparaissent généralement sur la face inférieure des feuilles nourricières et résineuses. Les trichomes capitule-tigé sont ceux qui nous intéressent le plus : ils sont abondants sur les fleurs de cannabis et, avec une taille de 50 à 100 micromètres, ils peuvent facilement être observés à l’œil nu.

DIFFÉRENTS TYPES DE CONCENTRÉS : AVEC OU SANS SOLVANT

DIFFÉRENTS TYPES DE CONCENTRÉS : AVEC OU SANS SOLVANT

La plus grande distinction parmi les concentrés est celle qui sépare les concentrés extraits et non-extraits. Le hasch est un exemple de concentré non-extrait populaire. Les extraits sont des concentrés qui utilisent un solvant pour séparer le produit désiré du plant de cannabis. Les extraits sont ensuite divisés selon le type de solvant utilisé et la consistance du produit final. Parmi les extraits populaires, on retrouve le budder, la wax et le shatter.

Les concentrés représentent une large catégorie de produits diversifiés. La préparation et même l'ingestion dépendront du type de concentré que vous choisissez de préparer. Le premier choix que vous aurez à faire est de savoir si vous voulez un concentré avec ou sans solvant.

ARTICLE LIÉ
Top 5 Des Extractions De Cannabis Préférées

Les extraits de cannabis se sont forgé la réputation d’être le meilleur chez les dabbers et fumeurs d’herbe vaporisée dans le monde entier.

1. CONCENTRÉS SANS SOLVANT

Les concentrés sans solvant respectent tout simplement le programme indiqué par leur nom : il s'agit de concentrés produits sans avoir recours aux solvants, en utilisant juste la chaleur et la pression. En d'autres termes, il ne s'agit pas d'extraits. Détail pouvant perturber, dans le monde des concentrés de cannabis, au contraire de celui de la chimie, l'eau n'est pas considérée comme un solvant. Donc, les concentrés qui utilisent l'eau dans leur préparation ne sont pas considérés comme des extraits.

KIEF

Kief

La forme la plus simple de concentré est le kief. Le kief est composé des trichomes séparés de la fleur de cannabis. Les trichomes se détachent facilement et le kief peut alors être produit involontairement, alors que les fleurs de cannabis frottent contre le bord de leur récipient de stockage, ou sont manipulées. Pour utiliser ce processus à votre avantage, vous pourriez investir dans un grinder avec récupérateur de kief, pour que ces trichomes libérés ne soient pas gaspillés.

Le kief peut aussi être produit de manière intentionnelle, en secouant doucement les fleurs de cannabis au-dessus d'un tamis à mailles fines, puis en récupérant le kief. Avant de le faire, il est préférable de placer votre herbe au congélateur pendant quelques heures, car cela aidera à libérer les trichomes. Si vous avez le budget, un pollinator à tambour tournant est un moyen facile d'automatiser le processus.

ARTICLE LIÉ
Pollinator : Production De Hasch Maison Facile

Le Pollinator est le point culminant d'innombrables années d'expérience et de passion pour tirer le meilleur du cannabis.

Vous pouvez aussi préparer du kief avec la méthode du mixeur : placez vos fleurs de cannabis dans un mixeur et couvrez-les avec de l'eau glacée. Mixez bien et laissez le mélange reposer pendant trente minutes. Après quoi vous pouvez filtrez le mélange dans un bocal à travers un écran de soie. Ceci séparera l'eau et le kief des autres matières végétales. Une fois cette étape réalisée, passez l'eau contenant le kief à travers un filtre à café pour séparer l'eau et le kief. Quand c'est fait, pressez le filtre à café, répartissez votre kief et laissez sécher.

HASCHISCH

HASCHISCH

Le haschisch est du kief qui a été compressé. Ceci accroît la densité, et donc la puissance, de ces trichomes si désirables. Le hasch est un classique mais il reste un concentré très apprécié dans le monde entier. C'est toujours la manière la plus populaire de consommer du cannabis en Europe, alors qu'en Amérique du Nord l'herbe fumée reste en première position.

La méthode de la chaussure est une des façons de produire du hasch. Enveloppez en serrant bien votre kief dans du cellophane, puis placez le tout dans un sac plastique. Le sac devrait être hermétique et ne pas contenir de bulles d'air. Placez-le dans votre chaussure, au niveau du talon, et marchez avec. La chaleur et la pression devraient agir en 15 minutes, mais vous pouvez laisser agir plus longtemps pour une concentration plus élevée.

Autre méthode, l'utilisation d'une presse à pollen pour compresser votre kief en hasch. Cette méthode n'utilise que de l'huile de coude et vous permet de produire vos propres morceaux de hasch à bon prix.

Mais le meilleur hasch résulte de la chaleur comme de la pression. Une stratégie est de prendre votre kief et de bien l'emballer dans du cellophane biologique ou du papier parchemin. Faites couler de l'eau chaude dessus, puis placez-le dans un four chauffé à 175 °C pendant dix minutes. Sortez-le du four puis, soit avec un rouleau à pâtisserie, soit avec la presse à pollen, appliquez de la pression. Ce processus peut être répété plusieurs fois pour augmenter la concentration.

Autre option, vous pouvez emballer votre kief comme plus haut, puis le presser avec une bouteille de vin remplie d'eau chaude. Regardez bien la couleur de votre kief – si elle change rapidement en étant en contact avec la chaleur, cela signifie que vous n'aurez pas besoin de beaucoup travailler pour le compresser. S'il lui faut 30 secondes pour changer de couleur, vous allez devoir utiliser plus de force.

CHARAS

Charas

Le charas est similaire au hasch. La principale différence, c'est que le charas est préparé à partir de plantes fraîches et vivantes, alors que le hasch est préparé à partir de fleurs de cannabis sèches.

Le charas est populaire dans le sous-continent indien et il se vend généralement en boulettes ou bâtonnets. Il est fumé avec un chillum, un type de pipe populaire parmi les moines hindous. Le charas est vénéré par de nombreuses sectes hindoues qui considèrent Shiva comme étant le dieu suprême, certains considérant le charas comme un des aspects de Shiva. Quand le charas est produit par un professionnel, il peut avoir un aspect lisse et brillant, presque comme une bille en verre.

Le charas est préparé en utilisant la méthode de roulage à la main. D'abord, il faut se laver les mains avec un savon non-parfumé. Ensuite, prenez des têtes fraîches de votre variété préférée et travaillez-les doucement avec les doigts. Vous devez appliquer assez de pression pour faire sortir la résine, mais pas trop pour éviter d'en perdre. Une fois que vous avez épuisé les têtes, jetez-les et continuez à frotter vos mains ensemble jusqu'à ce que la résine forme une boule ou un bâtonnet. Vous avez votre charas.

BUBBLE HASH

Bubble Hash

La méthode pour préparer le « bubble hasch » devient très populaire. Le bubble hasch utilise l'eau dans le processus de concentration, mais comme l'eau n'est pas considérée comme un solvant, le bubble hasch n'est pas considéré comme un extrait.

Pour préparer du bubble hasch, vos fleurs de cannabis sont placées dans un seau rempli d'eau et de glaçons, où elles sont agitées et passées à travers plusieurs couches de filtres. Le bubble hasch peut aussi être préparé avec une machine à laver. Des instructions plus détaillées peuvent être trouvées ici. Le bubble hasch est apprécié pour ses hauts niveaux de qualité et de pureté et son faible potentiel de contamination.

Le « bubble » dans « bubble hasch » fait référence à un indicateur populaire pour déterminer la qualité de différentes formes de hasch. Le hasch de haute qualité est censé fondre et faire des bulles quand il est fumé, ce qui indique une matière composée de résine de trichomes purs. Si le hasch brûle quand il est exposé à la chaleur, c'est le signe qu'il contient des matières végétales n'étant pas des trichomes.

ROSIN HASH

Rosin Hash

Le hasch rosin devient rapidement un autre favori. Avec la rosin, la résine est extraite directement à partir des fleurs fraîches. Il se dit que le produit obtenu est très similaire au Butane Hash Oil, mais sans avoir à utiliser le butane controversé.

Pour préparer du hash rosin, il vous faudra un fer à lisser les cheveux et du papier sulfurisé. Pliez la tête dans le papier sulfurisé et allumez le fer à lisser. Quand le fer à lisser arrive à une température d'environ 160 °C, placez -y la tête enveloppée dans le papier parchemin et pressez. Vous devez porter une manique ou utiliser une serviette pour vous protéger les mains. Après quelques secondes, ouvrez le fer et ouvrez le papier sulfurisé. N'oubliez pas que des températures plus élevées et plus de pression provoqueront la vaporisation des terpènes et des cannabinoïdes et donc du gaspillage, mais donneront aussi des rendements plus élevés. Déballez le papier sulfurisé et vous trouverez l'intérieur couvert de hasch rosin collant et de couleur ambrée. Si vous avez du mal à le décoller du papier sulfurisé, placez le papier au congélateur pendant quelques heures et il se détachera facilement. Vous pouvez utiliser les restes des têtes pour préparer du cannabeurre.

2. CONCENTRÉS À BASE DE SOLVANTS

Avant de se plonger dans le monde des concentrés à base de solvants, il est important de savoir ce qu'est un solvant. Comme vos souvenirs de chimie vous le rappellent peut-être, un solvant est un liquide qui dissout un solide, en produisant une solution liquide. Dans le monde du cannabis, les solvants courants sont l'alcool, le butane, le propane et le CO₂. Comme nous l'avons mentionné plus haut, l'eau n'est pas considérée comme un solvant. Les concentrés à base de solvants sont appelés des extraits et sont aussi surnommés huiles de hasch.

Les extraits sont souvent classés selon leur consistance (wax, shatter, budder), mais cette consistance n'est pas liée à une méthode particulière d'extraction. La même méthode d'extraction avec la même matière première peut produire plusieurs consistances différentes, selon comment l'extracteur a fait sécher et se figer le produit fini. Comme nous le verrons, la méthode d'extraction et les matières premières sont des indicateurs plus importants que la consistance pour déterminer la qualité et la nature de l'extrait.

SHATTER

Shatter

Comme le nom le suggère, le shatter est d'une consistance dure, comme du verre. Il est souvent transparent mais, au contraire de la croyance populaire, la transparence n'est pas un indicateur de pureté. Le shatter avec une consistance molle et fluide est appelé sap, et le shatter qui s'étire comme un toffee s'appelle pull-and-snap.

Pour préparer du shatter, suivez l'un des processus d'extraction détaillés plus bas et évitez toute agitation ou mouvement inutile de l'extrait pendant sa préparation afin de préserver son aspect similaire au verre.

WAX

Wax

La wax est une catégorie générale qui fait référence à tous les extraits d'une nature molle et non-transparente. La différence entre la wax et le shatter est souvent moins liée à la composition et plus à la façon dont l'extrait a été agité durant le processus d'extraction. Une plus forte agitation donnera des densités moléculaires irrégulières dans l'extrait, rendant plus difficile le passage de la lumière.

Pour préparer de la wax, suivez une des méthodes d'extraction décrites plus bas, mais agitez ou fouettez l'extrait à un moment lors de la production. Consultez les sections sur le crumble/honeycomb et le budder pour des instructions plus spécifiques.

CRUMBLE/HONEYCOMB

CRUMBLE/HONEYCOMB

Le crumble ou honeycomb est un sous-type de wax avec une texture friable et cassante. Comme pour le shatter et la sap, la dureté de la wax peut varier selon l'humidité, la température et la teneur en terpènes.

Pour préparer du crumble, suivez les instructions pour préparer de la wax, mais laissez une plus longue période de purge à feu plus doux. Ceci peut préserver les terpènes plus sensibles à la chaleur et donner de meilleures saveurs.

BUDDER

Budder

Le budder fait référence aux waxes avec une texture crémeuse, comme du beurre. Le budder est considéré comme un bon « extrait pour débutant », car il est facile à préparer et plus indulgent que le shatter.

Le budder peut être produit à partir du shatter, quand il est fouetté sur une plaque chaude. Le secret du budder, c'est qu'il faut le fouetter doucement mais vigoureusement pendant longtemps, tant qu'il est encore chaud.

N'oubliez pas que la consistance tient plus de l'art que de la science et qu'il peut falloir de nombreux essais avant d'obtenir la consistance exacte désirée. Même si vous n'avez pas la consistance parfaite, le concentré est tout aussi puissant et fonctionnera tout aussi bien.

LIVE RESIN

LIVE RESIN

La live resin est une nouvelle méthode d'extraction révolutionnaire aux avantages enthousiasmants pour les consommateurs médicinaux et récréatifs. La live resin utilise une des méthodes d'extraction décrite plus haute, souvent la BHO, mais utilise des fleurs congelées de manière cryogénique comme matière première. Ceci donne un profil de terpènes bien plus riche et un produit final plus humide. La plus forte concentration de terpènes donne non seulement des saveurs plus approfondies, mais aussi un éventail plus large de bienfaits de santé.

L'inconvénient de la live resin, c'est qu'elle demande d'avoir des équipements de laboratoire sophistiqués pour la congélation, souvent de l'azote liquide stocké à une température de -196 °C. Ceci exclut largement la production de live resin à domicile. Étant donné les complications supplémentaires du processus d'extraction, la live resin a tendance à être plus coûteuse que les autres extraits. Ceci étant dit, si votre priorité est de consommer un concentré riche en terpènes, impossible de faire mieux.

BHO

BHO

BHO est l’acronyme de Butane Hash Oil ou bien Huile de Hash au Butane, qu’on utilise pour faire du shatter, de la wax, du budder et encore multiples autres formes d’huile de hash. Bien que ce matériau soit populaire, on le connaît surtout pour sa dangerosité. Le BHO est composé de butane, et donc, peut être dangereux à réaliser chez soi à cause du risque de combustion. Plusieurs opérations de confection de BHO à la maison ont résulté en explosions. Acheteurs, prenez garde : le BHO fait maison peut aussi contenir des contaminants

PHO

PHO

Le PHO est similaire au BHO, excepté qu’il est fait avec du propane (d’où le nom Propane Hash Oil). Faire du PHO comporte également le risque de combustion, bien que cela soit considéré comme étant moins risqué en termes de contamination qu’avec le BHO. Le PHO est généralement moins coûteux que le BHO.

Pour de plus amples informations, allez-voir ci-dessous notre section sur la confection de BHO et PHO.

HUILE CO₂

HUILE CO₂

Si vous déjà utilisé un vapo stylo, vous avez probablement consommé de l’huile CO₂. Cette dernière prend véritablement d’assaut le marché industriel se chargeant de la production d’huile de hash grâce à ses nombreux avantages face aux autres méthodes d’extraction comme le fait que ce soit un processus n’incluant pas de potentiels contaminants, promulguant de hauts rendements et le plus important, la possibilité de pouvoir séparer des terpènes et des cannabinoïdes différentes durant le processus d’extraction. L’extraction au CO₂ utilise du CO₂ supercritique étalonné à différentes températures et pressions pour isoler la combinaison exacte de cannabinoïdes et de terpènes recherchée par l’extracteur.

Quel est le piège ? Le principal inconvénient de l’extraction au CO₂ est que cela nécessite des machines coûteuses et une grande expertise en laboratoires, ce qui signifie que cette méthode d’extraction est hors de portée de la plupart des opérations à domicile.

Pour plus d’informations, consultez notre section ci-dessous sur l’extraction au CO₂.

COMMENT FAIRE DES CONCENTRÉS DE CANNABIS AVEC DES SOLVANTS

Il existe plusieurs méthodes pour extraire la plus d'une centaine de cannabinoïdes, terpènes et autres composés dans le cannabis. En utilisant différents solvants comme le butane, le CO₂, le propane ou l'alcool, on peut obtenir des concentrés d'une puissance et d'une pureté variables. La plupart de ces méthodes demandent de l'expertise et un équipement spécial de laboratoire. Les solvants très inflammables, comme le butane ou l'alcool, peuvent créer des situations dangereuses qui nécessitent des précautions de sécurité. Parlons-donc des méthodes d'extraction les plus courantes.

EXTRACTION AU BUTANE

EXTRACTION AU BUTANE

La BHO est une des méthodes d'extraction les plus populaires de nos jours, grâce à sa forte polyvalence et sa puissance. Shatter, wax, budder et honeycomb peuvent tous être préparés avec la BHO. La BHO est très puissante et peut atteindre des concentrations allant jusqu'à 90 %.

La BHO se prépare en plaçant les fleurs de cannabis dans un récipient avec un type de grille ou de filtre à un bout, à travers lequel les fleurs ne peuvent pas passer. Du butane est forcé à travers le récipient et passe à travers la grille, en récoltant les cannabinoïdes et les terpènes en chemin. Le butane est un hydrocarbure non-polaire, il est donc très adapté pour récolter les cannabinoïdes et terpènes non-polaires, tout en laissant les molécules polaires comme la chlorophylle. Après le processus de filtration, la solution est placée dans un four à vide pour que le butane s'évapore, un processus connu sous le nom de purge, qui permet d'obtenir l'extrait tant désiré.

Un inconvénient de la BHO, c'est la possibilité d'avoir du butane résiduel dans le produit fini. On ne sait pas exactement à quel point l'inhalation de butane est dangereuse, mais deux additifs courants utilisés pour le fluidifier, le néopentane et l'hexane, sont des cancérigènes connus. Généralement, la BHO extraite professionnellement contiendra de faibles niveaux de butane résiduel dans le produit final.

Autre danger de la BHO, le risque d'inhalation de la cire cuticule de la plante. Toutes les plantes sont couvertes d'une fine couche de cire cuticule – c'est par exemple ce qui rend les poivrons si brillants. Quand on fume de l'herbe, cette cire est brûlée sans être nocive, mais en vapotant de la BHO, des scientifiques pensent que la cire cuticule est inhalée et peut former des dépôts dans les poumons du consommateur, dépôts appelés granulomes. Certains producteurs de BHO se mettent à éliminer cette cire avec des processus comme le dewaxing et le winterizing. Les dangers des granulomes restent très largement ignorés. Ceci étant dit, de nombreux scientifiques peuvent que les températures élevées du dabbing suffisent à détruire cette cire cuticule avant qu'elle n'arrive aux poumons.

Le danger final de la BHO tient à son processus d'extraction. Comme le prouve votre briquet Bic, le butane est très inflammable et plusieurs préparateurs amateurs de BHO ont fait exploser leur cuisine. L'extraction de BHO est un processus dangereux, à réserver aux experts.

Le risque final de la BHO tient à sa puissance. Avec cet extrait, certains consommateurs se retrouvent avec un effet plus similaire à celui du LSD qu'à de l'herbe de cannabis. Quelques consommateurs ont halluciné ou paniqué. Avec la BHO, il est préférable de commencer par une faible dose pour l'augmenter ensuite.

Les inconvénients de la BHO sont dans une large mesure éliminés quand on se la procure auprès d'un professionnel réputé. Nous ne recommandons pas d'essayer cette méthode d'extraction à domicile – mais si vous pouvez trouver de la BHO de haute qualité, préparée de manière professionnelle, les avantages pourraient bien dépasser les risques.

EXTRACTION AU PROPANE

EXTRACTION AU PROPANE

Le Propane Hash Oil (PHO) est préparée de manière similaire à la BHO, sauf qu'elle utilise du propane au lieu du butane. L'extraction au propane nécessite plus de pression que l'extraction au butane, ce qui récolte une combinaison différente de composés à partir des fleurs de cannabis. Ceci peut donner un extrait qui contient moins de cire cuticule et dans lequel les terpènes sont mieux préservés. Le butane bout à une température plus basse que le butane, ce qui nécessite des températures d'évaporation plus basses pour le propane. Ceci donne un produit avec une consistance plus proche du budder et moins de probabilité de contaminants. Le propane est légèrement plus cher que le butane.

La PHO, tout comme la BHO, est dangereuse à préparer à la maison. Le propane est très inflammable et si le processus de purge est réalisé par des amateurs utilisant des équipements de qualité non-professionnelle, cela peut provoquer une explosion.

La PHO produira un effet plus variété et plus riche en terpènes, mais toujours très intense, en comparaison à la BHO. Le principal inconvénient de la PHO en comparaison de la BHO est que la PHO est moins capable de varier en consistance – vous allez probablement n'avoir que du budder. Mais si vous tenez vraiment aux saveurs, alors la PHO est un bon choix. Assurez-vous quand vous en achetez – tout comme pour la BHO – que votre fournisseur est réputé. N'oubliez pas que beaucoup de producteurs du commerce utilisent une combinaison de butane et de propane dans leur processus d'extraction.

EXTRACTION À BASE D'ALCOOL

EXTRACTION À BASE D'ALCOOL

Dans les extractions à base d'alcool, les fleurs de cannabis sont placées dans de l'alcool, qui en tire alors les cannabinoïdes et les terpènes. Le principal défi d'une extraction à base d'alcool est que les molécules d'alcool sont polaires, ce qui leur permet de dissoudre des molécules solubles dans l'eau comme la chlorophylle. La chlorophylle donnera à votre extrait un goût végétal de plante, ce qui est un inconvénient majeur pour la plupart des fans de dabs.

Il existe des mesures que l'extracteur peut prendre pour l'éviter. Tout d'abord, décidez du choix de l'alcool pour votre extraction : isopropylique ou éthanol. Nous recommandons l'éthanol, car il n'est pas toxique et ne contient pas de contaminants.

Pour réduire les risques de dissoudre des matières végétales, et pour augmenter la disponibilité des molécules désirables, décarboxylez votre herbe avant de démarrer le processus (ne la grindez pas). Vous pouvez le faire en plaçant votre herbe dans un plat passant au four, puis en la chauffant à 106–120 °C pendant 30–60 minutes. Ensuite, placez votre éthanol et vos têtes, séparément, au congélateur. Réaliser l'extraction à l'alcool à basse température augmente la probabilité d'extraire des terpènes et cannabinoïdes plutôt que la chlorophylle et autres matières végétales.

Une fois que vos matières atteignent une température de -17 °C, sortez-les du congélateur et couvrez votre herbe dans 5–8 cm d'éthanol. Remuez doucement pour garantir que toutes les surfaces soient couvertes. Laisser reposer pendant trois minutes, remuez de temps en temps et filtrez les matières végétales, pour séparer l'alcool. Il est important de ne pas laisser tremper trop longtemps les fleurs de cannabis, car cela laisserait des matières végétales indésirables se dissoudre dans l'éthanol. Vous pouvez faire sécher les matières végétales restantes et les utiliser pour une seconde extraction à l'alcool, ou alors préparer du cannabeurre avec.

Il est à présent temps de purger l'éthanol. Cela peut être fait avec des filtres professionnels, dont les mailles font 25–40 micromètres, ou bien avec un simple filtre à café. Placez les matières filtrées dans un plat en pyrex, puis couvrez d'une fine couche d'eau. Chauffez ensuite le plat à 70–80 °C et laissez le solvant bouillonner. Quand il n'y a plus de grosses bulles, filtrez de nouveau puis répétez le processus. Cette fois-ci, attendez que les petites bulles s'arrêtent. Vous pouvez répéter le processus une troisième fois. Une fois que vous avez filtré l'eau dans votre extraction finale, vous avez votre extrait à base d'alcool.

Comme vous avez pu le constater avec ces instructions détaillées, ce processus peut être réalisé en toute sécurité chez soi. N'oubliez pas que l'éthanol reste un liquide très inflammable et qu'il doit être stocké dans des récipients hermétiques et manipulés avec soin. Créer des extraits avec de l'alcool est un art et le timing doit être précis. Vous pourriez avoir besoin de plusieurs essais avant de bien y arriver.

EXTRACTION AU CO₂

EXTRACTION AU CO₂

L'extraction au CO₂ est une nouvelle technologie qui est rapidement en train de devenir une des méthodes les plus populaires pour produire des extraits de cannabis commerciaux. L'extraction au CO₂ donne un produit propre et de haute qualité, sans aucun des risques de contamination de la BHO et de la PHO. L'extraction au CO₂ éliminera aussi toute moisissure ou bactérie dans les fleurs de base.

L'extraction au CO₂ demande des équipements coûteux et des techniques de laboratoire et n'est probablement pas possible à réaliser chez soi. La forme d'extraction au CO₂ la plus courante est appelée extraction supercritique, une extraction dans laquelle le CO₂ est manipulé de telle manière à entrer dans un état supercritique, dans lequel il possède les caractéristiques d'un liquide et d'un gaz. L'extraction au CO₂ subcritique se produit lorsque le CO₂ est à une température de -31 °C et reste sous forme liquide. Certains producteurs affirment que cette température plus basse aide à préserver les terpènes.

L'extraction au CO₂ supercritique est utilisée dans de nombreuses industries – elle sert à décaféiner le café et à isoler les huiles essentielles pour les parfums. Le CO₂ possède des propriétés utiles qui le rendent unique comme solvant pour les extraits de cannabis : il est abondant en nature, c'est l'un des composés non-polaires les moins dangereux, il entre dans un état supercritique sans avoir à dépasser 32 °C, préservant ainsi le profil en cannabinoïdes du cannabis et, de manière critique, sa solubilité change avec la pression, ce qui lui permet d'extraire une variété de molécules désirables du plant de cannabis.

Durant le processus d'extraction, le CO₂ gazeux est refroidi dans un compartiment à 57 °C puis soumis à une pression pour devenir un liquide. Lorsqu'il est réchauffé, avec une pression bien contrôlée, il entre dans un état supercritique. Une fois dans cet état, il est pompé à travers les fleurs de cannabis, dont il ouvre les trichomes et en capture les précieux composants. La solution supercritique est alors pompée à travers un troisième compartiment, dans lequel elle est soumise à diverses températures et pressions pour en fractionner les différents cannabinoïdes et terpènes à leurs différentes solubilités. Enfin, le CO₂ est pompé dans un quatrième compartiment, où il retourne à un état gazeux puis recyclé pour être réutilisé dans le processus, dans ce qui est une « extraction en boucle fermée ».

Le principal inconvénient de l'extraction au CO₂ supercritique, au-delà de sa nature nécessairement coûteuse et professionnelle, c'est que les terpènes fragiles peuvent être détruits dans le processus. Certains fabricants utilisent des processus d'extraction au CO₂ combinant du CO₂ subcritique et supercritique, censés préserver les terpènes tout en maintenant toute la puissance et l'efficacité du processus supercritique.

DIFFÉRENCE ENTRE LES FLEURS DE CANNABIS ET LES CONCENTRÉS

DIFFÉRENCE ENTRE LES FLEURS DE CANNABIS ET LES CONCENTRÉS

Comme nous l'avons mentionné plus haut, la fleur ou tête de cannabis est la matière végétale brute du plant de cannabis, alors que les concentrés sont composés des trichomes séparés et concentrés grâce à la chaleur, la pression et la possible utilisation d'un solvant.

Une des plus grandes différences entre les fleurs et concentrés de cannabis est la puissance. Les concentrés écrasent les fleurs de cannabis à tous les coups dans cette catégorie, car ils éliminent tout, sauf les composés hautement psychoactifs. Du shatter ou de la rosin de haute qualité peuvent contenir de 50 % à 75 % de THC. De même, les extraits de CBD peuvent être pratiquement purs en CBD ou contenir un mélange de CBD & THC. En utilisant ces concentrés, les consommateurs à but récréatif peuvent planer très haut avec juste un dab ou un vapotage.

Le processus de production des concentrés peut souvent détruire les cannabinoïdes et terpènes plus sensibles et plus rares. Voilà pourquoi les fleurs de cannabis ont tendance à avoir un profil de saveurs plus riche. Les techniques d'extraction sur des matières fraîches, dites techniques live, semblent très prometteuses pour préserver tout le profil en cannabinoïdes et en terpènes. La rosin réussit aussi souvent à préserver les saveurs.

COMMENT STOCKER VOS CONCENTRÉS

COMMENT STOCKER VOS CONCENTRÉS

Tout comme pour l'herbe de base, vous devez bien stocker vos concentrés si vous souhaitez entretenir leur qualité. La façon dont vous stockez vos concentrés sera déterminée par la durée de conservation envisagée.

  • PAPIER SULFURISÉ

Une option de stockage à court terme est simplement de plier vos concentrés dans du papier sulfurisé et de les conserver dans un lieu frais, sec et obscur. Ce système fonctionne assez bien, mais il n'est pas protégé de l'air. Vous pourriez donc trouver que vos concentrés perdent en humidité et durcissent avec le temps.

Si des restes de concentré collent au papier sulfurisé, vous pouvez placer le papier au congélateur pendant quelques heures jusqu'à ce que le concentré « pèle » et tombe.

Papiers Parchemin RAWVoir LE Produit

  • RÉCIPIENT EN SILICONE

Un récipient en silicone est idéal pour stocker une quantité de concentré que vous allez consommer dans la semaine. Prenez simplement votre concentré plié dans du papier sulfurisé et placez-le dans le récipient en silicone. Même avec ce type de stockage à court terme, il est important de garder le concentré dans un lieu frais et obscur.

Pot à Huile en Silicone ZamnesiaVoir Le Produit

  • RÉCIPIENT EN VERRE

Les récipients en verre sont idéaux dans les situations où vous allez stocker votre concentré pendant plus longtemps qu'une semaine. Prenez votre concentré plié dans le papier sulfurisé comme plus haut et placez-le dans un bocal en verre hermétique. Placez le bocal au frais, au sec et à l'obscurité. Cela préserva l'humidité, la consistance et la composition de votre concentré.

Bocal pour Affinage de WeedVoir le Produit

Si votre concentré est trop collant pour être enveloppé dans du papier sulfurisé, vous pouvez prendre un bocal en verre avec un large col et y placer directement le concentré.

Certains peuvent penser à congeler leur concentré. Ce n'est pas une mauvaise idée si vous stockez sur le long terme votre concentré, mais cela peut endommager les niveaux d'humidité et la qualité. Si vous décidez de congeler votre concentré, enveloppez-le dans du papier sulfurisé, placez-le dans un sachet plastique hermétique dans un bocal en verre, puis faites totalement décongeler avant toute consommation. Les teintures à base d'alcool devraient être réfrigérées.

COMMENT CONSOMMER LES CONCENTRÉS DE CANNABIS

C'est le moment de vérité : il est temps de consommer ces concentrés ! Comme vous allez bientôt le voir, il existe autant de manières de consommer les concentrés que de consommer les fleurs de cannabis, même plus. Commençons par les plus familières : comment utiliser un bang ou une pipe.

DANS UNE DOUILLE/PIPE/JOINT

Consommer Les Concentrés Dans Un Pipe

Beaucoup de consommateurs aiment ajouter de petites boulettes de hasch, d'extraits ou de kief dans les joints. On parle ainsi parfois de « t-waxing ». Certains consommateurs fument leurs concentrés dans un bang, avec ou sans herbe. D'autres consommateurs préparent des « pierres de lune » en prenant une tête de cannabis, en la roulant dans l'huile, puis en la saupoudrant de kief. Ces pierres de lune ne doivent pas être moulues, mais consommées en cassant de petits morceaux puis en les fumant.

Vous pouvez aussi fumer des concentrés en utilisant une pipe spécialisée pour les concentrés, ou « pipe à hasch ». Malgré leur nom, ces pipes peuvent aussi être utilisées avec des extraits comme la BHO. Avec une pipe à hasch, il vous suffit d'une grille et d'un briquet et c'est tout.

Bien que similaires aux pipes traditionnelles, les pipes à hasch ont tendance à légèrement plus résister à la chaleur, car elles doivent atteindre des températures plus élevées pour bien vaporiser les concentrés. Elles peuvent être fabriquées dans toutes sortes de matières, comme le bois, le métal, le verre, l'acrylique et la stéatite.

Les pipes à hasch traditionnelles de style Moyen-Orient et Inde ont des décors et gravures élaborées. En raison de leur faible prix, les pipes à hasch sont un bon compromis entre le t-waxing et le dabbing et permettent toujours aux consommateurs de bien ressentir les saveurs et effets uniques des concentrés, sans le coût et les difficultés supplémentaires d'avoir à acheter/utiliser un équipement à dab ou un vapo.

PipesVoir le Produit

TEINTURES

Cannabis Teintures

Les teintures de cannabis sont de l'alcool infusé au cannabis. Les teintures sont populaires pour la consommation médicinale car elles sont discrètes et permettent un dosage précis. Ce que les teintures gagnent en efficacité médicale, elles le sacrifient en divertissement, sociabilité et saveur. Elles ne seront donc pas adaptées à tous et à toutes les occasions.

Pour préparer une teinture, décarboxylez votre herbe, puis nouez-la dans un tissu étamine et placez-la dans un bocal contenant l'alcool de votre choix. Laissez reposer quelques semaines, en remuant occasionnellement. Une fois que c'est prêt, jetez le tissu et les fleurs de cannabis et savourez votre teinture.

ARTICLE LIÉ
Préparez Vos Propres Teintures De Cannabis

Les teintures de cannabis, également connues sous le nom de Green Dragon, est une méthode de consommation populaires depuis des siècles,...

Une méthode alternative, connue sous le nom de « méthode du Dragon Vert de Maître Wu », utilise les mêmes étapes, mais au lieu de laisser votre solution reposer pendant quelques semaines, vous plongez le bocal dans un bain d'eau chaude à 77 °C pendant 20 minutes. Ceci provoquera une infusion immédiate.

Si vous avez une teinture, il vous faudra un flacon en verre marron avec un compte-goutte. Vous pouvez consommer une teinture de plusieurs façons : soit en l'ajoutant aux aliments, soit en plaçant quelques gouttes sous la langue. Cette région contient des vaisseaux sanguins majeurs sous une fine couche de peau. Les exposer aux cannabinoïdes et terpènes peut permettre des effets immédiats.

ALIMENTS

Cannabis Aliments

Au-delà du dabbing, de la vaporisation et de la fumée, vous pouvez utiliser vos concentrés de cannabis pour préparer de délicieux aliments au cannabis. Pour ce faire, chauffez vos concentrés dans du beurre ou de l'huile de coco puis utilisez l'huile infusée pour préparer votre plat favori.

Gardez à l'esprit que les concentrés moins solides, comme le budder ou la wax, peuvent mieux se mélanger aux matières grasses et se répartir plus uniformément dans vos aliments. Ajouter des concentrés dans vos aliments est un bon moyen de donner une touche supplémentaire à vos plats préférés. L'inconvénient, c'est que vous ne profitez pas du profil de saveurs du concentré.

Alors que les connaisseurs des concentrés pourraient vous regarder bizarrement alors que vous remuez votre BHO dans un tas de beurre, utiliser des extraits de cannabis à des fins alimentaires n'est pas rare. N'oubliez pas de faire très attention au dosage, car les extraits de cannabis sont bien plus forts que l'herbe normale.

Autre possibilité alimentaire, saupoudrer du kief dans votre thé ou votre café. Le kief est tellement fin que la brève chaleur de la boisson chaude libérera tous les cannabinoïdes dont vous avez besoin. Un bon moyen d'ajouter un petit plus à votre boisson du matin.

VAPOTAGE

Vapotage LES CONCENTRÉS DE CANNABIS

Autre moyen populaire de consommer les concentrés de cannabis, en vapotant. Le vapotage fonctionne en chauffant une substance (que ce soit des fleurs de cannabis moulues, ou un concentré) à une température à laquelle les composés commencent à bouillir et à se « vaporiser ». Ceci permet aux consommateurs d'éviter la combustion, qui expose leur corps à des substances chimiques nocives.

ARTICLE LIÉ
Top 5 Des Vaporisateurs Pour Concentrés De Cannabis

Tous les vaporisateurs ne sont pas égaux. Le choix de votre vaporisateur peut être déterminé par un certain nombre de critères, mais une...

Traditionnellement, les vaporisateurs étaient de gros accessoires de table, qui devaient être constamment branchées sur une prise pour être utilisés. Alors que ces vapos existent toujours, ils sont rapidement remplacés par les « vapos stylo » portables. Ces stylos peuvent être chargés par USB et offrent un moyen discret de savourer les concentrés.

Les vaporisateurs étaient très coûteux lorsqu'ils sont arrivés sur le marché. Cependant, grâce aux nouvelles technologies de vaporisation, de nombreux vaporisateurs portables sont désormais assez abordables. À l'origine, les vaporisateurs portables pouvaient uniquement être utilisés avec des extraits à base de solvants, comme les extraits BHO et au CO₂, mais à présent de nombreux modèles peuvent être utilisés avec une variété d'autres concentrés, y compris le bubble hasch.

Top 10 VaporisateursVoir LE Produit

DABBING

Dabbing

Le dabbing consiste à appliquer un concentré de cannabis sur une surface chaude, où il est vaporisé instantanément et inhalé. Le dabbing produit un effet rapide et intense, mais sa qualité et son intensité peuvent être dans une certaine mesure contrôlés en variant la température.

Le dabbing est réalisé avec un équipement à dab. Un équipement à dabbing contient quelques composants nécessaires : d'abord, il faut un clou en verre ou en métal, qui est chauffé puis appliqué sur le concentré. Ensuite, le consommateur a besoin d'une méthode pour chauffer le clou. Cela peut être réalisé avec un chalumeau, ou en achetant un e-clou, un clou chauffé électroniquement.

ARTICLE LIÉ
Le Guide Ultime Du Dabbing : Tout Ce Qu'Il Vous Faut Savoir

Le Dabbing est une méthode sûre et efficace de consommation d’extraits de cannabis concentrés. En chauffant le concentré à son point...

Ensuite, le consommateur a besoin d'une pipe à eau. La « douille » en verre qui contenait autrefois l'herbe de cannabis est remplacée par un accessoire à dabbing. Cet accessoire à dabbing inclus un dôme. Les équipements à dabbing « sans-dôme » existent aussi, ils comportent un accessoire qui combine les fonctions du dôme et du clou.

Enfin, le consommateur a besoin d'un dabber. C'est un outil en verre, en céramique ou en métal utilisé pour manipuler le concentré.

Faites chauffer votre clou, avec votre chalumeau ou en utilisant les fonctions de votre clou électronique. Ensuite, placez un peu de concentré sur le dabber. Placez la partie du dabber portant le concentré à l'intérieur du dôme. Appliquez le clou chaud sur le concentré. Si vous faites comme il faut, vous devriez voir un nuage de vapeur blanche se dégager du concentré et s'accumuler dans le dôme. Inhalez et savourez votre dab !

HISTOIRE DES CONCENTRÉS

HISTOIRE DES CONCENTRÉS

La première utilisation des concentrés de cannabis était probablement en Chine antique, car les Chinois ont commencé à utiliser l'huile de cannabis en cuisine et en médecine dès 6000 avant notre ère. Cependant, les premières mentions les plus célèbres de consommation de concentrés de cannabis étaient dans le nord de l'Inde, avec l'émergence probable du haschisch.

La première mention certaine du haschisch remonte en l'an 1123 en Égypte. Le haschisch était également mentionné dans les Mille Et Une Nuits dans des histoires comme « L'histoire du Mangeur de Haschisch. »

Le haschisch est arrivé en Europe au 18ème siècle, le naturaliste Gmelin écrivant au sujet de ses propriétés médicinales en 1777. Il est arrivé en même temps que les fleurs de cannabis et, pendant un certain temps, une confusion régnait quant au lien entre les deux. Samuel Hahnemann, fondateur de l'homéopathie, était un des plus grands défenseurs de la plante, en écrivant une « démonstration » prouvant ses effets en 1811.

Pendant ce temps, l'intelligentsia européenne s'est mise à expérimenter la consommation récréative de hasch. L'élite littéraire parisienne a ainsi fondé le Club des Hashischins, un club dédié à la consommation de haschisch et d'autres. Il a compté parmi ses membres le Dr Moreau de Tours, Charles Baudelaire, Théophile Gautier, Alexandre Dumas, Honoré de Balzac et Victor Hugo. Le hasch a commencé à faire son apparition dans la littérature française, comme dans Les paradis artificiels de Baudelaire.

La période comprise entre les années 1880 et 1890 a marqué le pic de la consommation de haschisch à des fins médicales en occident. Le hasch était utilisé comme anesthésiant et c'était un traitement courant pour la dysménorrhée, l'insomnie, les douleurs de toux asthmatique et la migraine. L'utilisation du hasch pour ces troubles a cependant décliné, car des médicaments plus ciblés étaient développés pour le remplacer.

La consommation de hasch à des fins médicales et récréatives a continué à décliner au 20ème siècle. Avec la Convention Unique sur les Substances Narcotiques de l'ONU en 1961, le hasch a été criminalisé dans le monde entier et la consommation médicinale de haschisch est entrée dans une longue hibernation.

Pendant ce temps, un nouveau type de concentré préparait son envol. Dans les années 1970, l'huile de hasch a conquis le monde, en étant la première application significative des technologies d'extraction au cannabis. Ces premiers extraits affichaient des niveaux de THC significativement plus élevés que le hasch traditionnel. L'huile de hasch a occupé le devant de la scène lors des drames politiques américains des années 1970, la CIA essayant d'utiliser ce « cannabis liquide » à des fins de contrôle mental dans le cadre de son programme MK Ultra, et The Brotherhood of Eternal Love essayant de passer en contrebande de l'huile de hasch en provenance de Kaboul afin de libérer les esprits des masses américaines.

La technologie d'extraction du cannabis a depuis fait d'énormes progrès. En 1999, Erowid a publié « Hash Honey Oil Technique », qui est peut-être la toute première description de l'extraction au butane à avoir été publiée sur internet. En 2005, Cannabis Culture a interrogé un Canadien surnommé Budderking. Il a inventé une technique pour produire du budder, une forme unique d'extrait qui est à présent un des concentrés les plus populaires au monde. Il a également lancé une forme primitive de ce qui allait devenir l'équipement à dab.

En 2010, les produits à l'huile de hasch ont fait leur apparition à la High Times Cannabis Cup, car leur popularité dans les dispensaires du monde allait croissant. Depuis le début des années 2010, les technologies d'extraction sont de plus en plus sophistiquées et les waxes, saps, shatters et budders sont devenus des éléments de base dans la culture cannabis du monde entier.

CONCENTRÉS : EN CONCLUSION

Le monde des concentrés est vaste et peut être un peu flou, mais il est aussi très amusant : c'est un moyen unique de savourer le cannabis et de combiner l'histoire antique avec les gadgets du monde moderne. Comme pour toute action, plus vous êtes informé, plus grande est la récompense. Espérons que ce guide vous aide à avancer dans cette direction.