Microdoser le LSD Pourrait Soulager La Dépression

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliques

Microdoser le LSD Pourrait Soulager La Dépression

Microdoser le LSD n'est pas encore totalement compris, et pourtant cela semble avoir toutes sortes d'effets positifs. Le dernier suggéré est la capacité d'aider à combattre le dépression.

Il y a actuellement une vague de recherches explorant la relation entre les substances psychédéliques et la dépression, et comme ces substances peuvent aider à traiter cette dernière. Il suffit de regarder nos articles de blog au cours des mois précédents pour s’apercevoir qu’un nombre croissant de nouvelles études découvrent des résultats positifs dans le combat contre ce problème de santé mentale.

C’est un fait également remarqué par James Fadiman, un psychologue réputé pour explorer le potentiel thérapeutique des substances psychédéliques. Dans son livre, The Psychedelic Explorer’s Guide, il met en lumière comment le microdosage de LSD pourrait être la solution que nous cherchions.

MICRODOSE ET DÉPRESSION : TIRER LE CORPS ET L’ESPRIT HORS DES PROFONDEURS

Microdoser le LSD implique de prendre une dose représentant un dixième de la dose normale, donc environ dix microgrammes. Ce n’est pas suffisant pour avoir un effet du type trip et les consommateurs ne devraient noter aucun changement psychédélique dans la perception. Cependant, il y a bel et bien des changements subtils. Le microdosage a été associé à une augmentation de la performance physique, une amélioration de la résolution des problèmes, un apprentissage amélioré et une meilleure sensation de bien-être général. Fadiman l’explique bien :

«Les gens le font [microdoser] et ils mangent mieux, dorment mieux, se remettent souvent à l’exercice physique, le yoga ou la méditation. C’est comme si les messages passaient plus facilement dans leur corps.»

Et ceci semble être en essence les bienfaits. Tout semble fonctionner mieux et plus souplement avec le microdosage.

Pour étudier plus en détail le sujet, Fadiman s’est tourné vers la communauté des psychonautes. Il a envoyé des instructions sur le microdosage à ceux qui s’y intéressaient et leur a demandé de noter les effets sur leur vie. Évidemment, il n’a pas fourni le LSD - c’était aux volontaires de s’en procurer par eux-mêmes. Fadiman - à sa grande joie - a reçu des centaines de réponses, et même s’il lui a fallu un certain moment pour les analyser, il en a conclu que l’impact du microdosage sur des troubles tels que la dépression était énormément positif.

«C’est purement une supposition, mais avec autant de troubles différents ayant été améliorés, il semble qu’il [le microdosage] rééquilibre ces pistons qui étaient déséquilibrés. [...] C’est peut-être dans le système nerveux central, peut-être le tronc cérébral, peut-être une amélioration du fonctionnement des mitochondries.»

Sur les centaines de rapports remis, seuls cinq présentaient une expérience négative.

LES IMPLICATIONS

Pour commencer, nous devons souligner que ces travaux ne sont pas considérés comme des preuves scientifiques et ne sont ni cliniques, ni évalués par d’autres scientifiques. C’est pour cela qu’une automédication est toujours considérée comme risquée et non encouragée. Cependant, les découvertes de cette recherchent soulignent le besoin d’explorer comment le microdosage de LSD affecte le cerveau. Comme l’a déclaré Fadiman, il ne sait pas exactement ce qui est affecté, mais seulement que quelque chose est affecté. Il faut découvrir ce que c’est. Bien entendu, d’autres scientifiques sont déjà sur le coup et des études soumises à l’évaluation de pairs sont en marche. Un bon exemple de ceci est la Fondation Beckley, qui explore activement le potentiel médical des substances psychédéliques.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir à quel point le LSD microdosé semble être un améliorant général. Maintenant que la recherche sur le sujet est lancée, on peut être sûr de ne pas avoir à attendre longtemps avant que ses potentiels soient éclairés.

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs