Blog
Peut-On Se Construire Une Tolérance Aux Champignons Magiques ?
6 min

Peut-On Se Construire Une Tolérance Aux Champignons Magiques ?

6 min

Saviez-vous qu’il était possible de développer une tolérance aux champignons magiques ? Heureusement, elle n’est que de courte durée, vos trips reviendront aussi puissants qu’avant après une courte période. Découvrez les tenants et aboutissants de cette tolérance, combien de temps attendre pour qu’elle disparaisse et l’impact du microdosage.

Nous sommes sûrs que vous vous souvenez de votre première prise de champignons magiques, de la planification nécessaire, de la préparation de l’environnement le plus confortable possible pour votre voyage et du partage de l’expérience avec vos amis les plus proches. Il n’y a rien de tel. Bien que la découverte des psychédéliques soit différente pour chacun d’entre nous, ce premier voyage a probablement été aussi profond que révélateur.

Mais saviez-vous qu’au fil du temps, après un usage répété, vous pouviez développer une tolérance aux champignons magiques qui aura un impact sur la puissance du trip ? Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur la tolérance à la psilocybine, comment elle fonctionne et ce que vous pouvez faire pour que chaque voyage sous champignons magiques soit aussi gratifiant que possible.

Pourquoi le corps développe-t-il une tolérance aux champignons magiques ?

Pourquoi le corps développe-t-il une tolérance aux champignons magiques ?

Alors, pourquoi le corps développe-t-il une tolérance aux champignons psilocybines ? Tout est dans le nom : la psilocybine (qui une fois digérée se transforme en un composé hautement psychoactif appelé psilocine) interagit avec les récepteurs de sérotonine du corps. Ces récepteurs se trouvent dans les zones du cerveau responsables de la régulation des fonctions cognitives, de l’humeur, de la perception, etc. Avec le temps et une consommation répétée de champignons magiques, ces récepteurs, en particulier les récepteurs 5HT2A, sont régulés à la baisse, ce qui désensibilise l’organisme aux effets de la psilocine (« Psilocybine », 2016).

Cela peut alors pousser les consommateurs à augmenter leur dose dans l’espoir d’obtenir un trip comparable à celui d’avant, ce qui augmente la tolérance ou vient provoquer trip trop intense, car les consomment peuvent, sans le savoir, sous-compenser ou surcompenser.

Articles liés

Psilocybine vs. Psilocine : Les Différences

Dépendance vs tolérance

Bien que les champignons magiques ne soient pas considérés comme des « drogues classiques à risque de dépendance », il convient de faire la distinction entre dépendance et tolérance. Dans notre contexte, la tolérance est liée à la réduction de l’efficacité qui se produit lors d’une consommation régulière et répétée de psilocybine. En revanche, la dépendance est davantage liée à l’état physique et aux effets secondaires de l’addiction à une substance. À son tour, la dépendance physique est intrinsèquement liée au sevrage et à ses symptômes. En outre, le fait d’être tolérant à une substance n’indique pas nécessairement une dépendance ou une addiction.

Comme nous l’avons mentionné, les champignons magiques ne sont généralement pas considérés comme présentant un risque de dépendance, car leur consommation est en grande partie « épisodique » et « expérimentale » (« Psilocybine », 2016).

Combien de temps dure la tolérance aux champignons magiques ?

Combien de temps dure la tolérance aux champignons magiques ?

Heureusement, la tolérance aux champignons magiques n’est pas du genre à s’éterniser. Il faut à peine deux semaines environ pour que les récepteurs de sérotonine reviennent à leur niveau de base. Une fois ce délai écoulé, les consommateurs peuvent à nouveau ressentir tous les effets d’une dose donnée.

Il est tout à fait possible de continuer à prendre des champignons psilocybines pendant cette période de deux semaines. Toutefois, les effets d’une dose donnée s’atténuent avec l’augmentation de la fréquence. Les consommateurs doivent donc augmenter leur dose s’ils veulent profiter d’un trip de la même ampleur que le précédent et cette dose peut être vraiment beaucoup plus élevée. Pour cette raison, il est conseillé d’attendre les deux semaines complètes avant de profiter à nouveau d’un trip complet à la psilocybine. De cette façon, votre réserve de champignons durera plus longtemps et vous ne risquerez pas de vous retrouver par accident dans un trip trop puissant.

Calculer la tolérance aux champignons magiques

Mais comment calculer votre dose de champignons magiques si vous souhaitez en consommer à nouveau pendant cette période de deux semaines ? Comme nous le savons, laisser faire le hasard et en ajouter de manière aléatoire peut aboutir à un trip bien plus intense que souhaité.

Heureusement, il existe des calculateurs de tolérance aux champignons en ligne, qui vous permettent de vous rapprocher de la détermination d’une quantité adéquate. En renseignant la quantité de votre dernière dose, la quantité souhaitée et le nombre de jours écoulés depuis la consommation, le calculateur établira une dose estimée capable de produire les mêmes effets que la fois précédente, en tenant compte de la tolérance que vous avez pu acquérir au cours de cette période.

Tolérance croisée des champignons magiques

Tolérance croisée des champignons magiques

En matière de tolérance à la psilocybine, les champignons magiques ne sont pas les seuls concernés. En fait, toutes les substances sérotoninergiques (substance qui active les récepteurs de la sérotonine) peuvent également jouer un rôle. Et il se trouve que la plupart des drogues psychédéliques « classiques » sont des substances sérotoninergiques.

Par exemple, le LSD interagit avec les récepteurs de la sérotonine de la même manière que la psilocybine et peut produire une tolérance, même en l’absence de champignons magiques au même moment. Cela signifie que dans la période qui suit l’entrée du LSD dans l’organisme du consommateur, la psilocybine sera par défaut moins efficace.

En général, les mêmes règles s’appliquent en termes de longévité de la tolérance croisée. Il suffit d’environ deux semaines de non-consommation de la moindre substance sérotoninergique pour que le niveau de base revienne.

Shroomshop

Le Shroomshop de Zamnesia stocke un nombre conséquent de truffes, de kits de cultures, d’empreintes de spores et plus.

View category

Microdosage pour surmonter la tolérance aux champignons magiques

Microdosage pour surmonter la tolérance aux champignons magiques

Certains consommateurs de champignons magiques ont pris l’initiative de microdoser la psilocybine dans l’espoir de gérer leur tolérance, mais les résultats sont mitigés. L’idée avec le microdosage est de prendre une minuscule dose de psilocybine plusieurs fois par semaine pendant une période de plusieurs semaines. Bien que la quantité consommée ne soit pas suffisante pour provoquer un high, la présence quasi constante de psilocybine dans le corps peut former un nouveau niveau de base, ce qui peut amener les utilisateurs à augmenter leur dose au fil du temps. Notez cependant que la plupart des protocoles de microdosage, comme ceux de Fadiman et Stamets, suggèrent une période de réinitialisation de 2 à 4 semaines après avoir terminé un cycle, dans l’espoir d’éviter ce problème.

Articles liés

Qu’est-Ce Que Le Stack De Microdosage De Paul Stamets ?

Bien sûr, il y a d’autres facteurs à prendre en compte, comme la génétique, le poids et l’âge, entre autres, mais il n’est pas clair si le microdosage permet réellement de contourner le problème de la tolérance ou non. Par exemple, une étude réalisée en 2018 (Johnstad) a révélé que certains des participants ont développé une tolérance lors du microdosage, alors que d’autres non.

Cela dit, il ne faut certainement pas chercher bien loin pour trouver de nombreux témoignages dans la communauté des psychédéliques : les forums en ligne regorgent de partisans du microdosage. Mais des preuves plus concrètes sont nécessaires afin de déterminer réellement l’impact du microdosage sur la tolérance aux champignons magiques.

Faire une pause dans sa consommation de champignons psychédéliques pour réinitialiser sa tolérance

Faire une pause dans sa consommation de champignons psychédéliques pour réinitialiser sa tolérance

Comme vous l’avez probablement compris, le moyen le plus efficace de rétablir votre tolérance est de faire une pause de deux semaines. Comme le dit le dicton, « n’abusons pas des bonnes choses ». Il est indéniable que l’expérience des champignons magiques et autres drogues hallucinogènes peut être très profonde. Mais prendre le temps de réinitialiser votre système sérotoninergique est une bonne chose, et pas seulement pour votre corps. Cette période de réinitialisation vous donne également tout le temps de réfléchir réellement à votre voyage. De nombreux consommateurs se sentent « revitalisés » après une expérience psychédélique, il est important d’apprécier et d’appliquer ce nouvel enthousiasme pour la vie, plutôt que de chercher immédiatement à revivre une telle expérience.

Comme nous l’avons mentionné, essayer d’augmenter la dose pendant cette période peut avoir un impact plus néfaste que positif. Une dose trop faible entraîne souvent une augmentation de la tolérance et une dose trop élevée peut se montrer trop intense, sans même parler du gaspillage qu’elles représentent. Gardez donc la consommation de champignons magiques comme un rituel sacré et spécial. Comme nous le savons, il ne s’agit pas de drogues de fête ou de quelque chose dont il faut abuser, alors traitez vos psychédéliques avec respect et vous ne pourrez pas vous tromper.

Adam Parsons
Adam Parsons
Journaliste, auteur et rédacteur professionnel spécialisé dans le cannabis, Adam Parsons est un membre de Zamnesia depuis un certain temps. Chargé de couvrir un large éventail de sujets allant du CBD aux psychédéliques et tout ce qu’il y a entre les deux, Adam crée des articles de blog, des guides et explore une gamme toujours plus importante de produits.
Références
  • (n.d.). Johnstad, P. G. (2018). Powerful substances in tiny amounts. Nordic Studies on Alcohol and Drugs, 35(1), 39–51. - https://doi.org
  • (n.d.). Psilocybin. (2016). Meyler’s Side Effects of Drugs, 1048–1051. - https://doi.org
Recherche Shroomshop
Recherche par catégories
ou
Rechercher