LSD 101: Un Aperçu

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliques

LSD 101: Un Aperçu

Les gens hallucinent quand ils prennent du LSD, ou acide. C'est un fait connu. Vous prenez un carton ou deux, et vous commencez à voir des éléphants roses et à entendre de la musique qui n'existe pas.

Les gens hallucinent quand ils prennent du LSD, ou acide. C'est un fait connu. Vous prenez un carton ou deux, et vous commencez à voir des éléphants roses et à entendre de la musique qui n'existe pas. C'est comme ça que ça marche.

Ce que les gens ne savent pas, c'est que le LSD provoque aussi ce qui est scientifiquement appelé "délire". Ne soyez pas effrayés par les connotations négatives du terme, c'est juste le mot que le corps médical utilise pour définir le phénomène. Les deux sont similaires, mais ils ont une différence particulière.

Une hallucination est en réalité ce que vous en pensez probablement : une chose imaginaire qu'on voit, entend ou expérimente avec ses sens, qui n'existe pas en réalité. Vous avez peut-être déjà fait l'expérience de vous lever trop vite après être resté assis longtemps, étant alors frappé d'une perte de vision avec des visions d'étoiles, de couleurs ou de schémas. Ces schémas lumineux sont des hallucinations, bien que vous puissiez les voir en face de vous, vous êtes toujours pleinement conscient qu'ils n'existent pas, et qu'il vont disparaître dans une seconde ou deux. Les hallucinations sont plus communes.

Un délire, en revanche, est une distorsion sensorielle ou de la pensée dans laquelle la personne est totalement inconsciente du caractère inhabituel de l'événement en cours. Le plus probablement, vous n'avez jamais fait de délire, ou une fois ou deux dont vous ne vous rappelez probablement pas. Les gens peuvent subir des délires s'ils ont consommé un médicament puissant ou une drogue récréative, s'ils sont mal nourris ou n'ont pas assez d'eau ou de nourriture, ou s'ils ont été soumis à un stress trop longtemps. Les délires sont moins communs, et en général moins intenses. Un post enligne que j'ai lu parle d'un type qui a fumé une grosse douille d'extrait de Salvia, et qui s'est ensuite mis à hurler contre ses amis, pensant qu'ils étaient des créatures sauvages envahissant sa maison. C'est un délire.

Ceci évacué, combien de temps durent les hallucinations et délires sous LSD ? Eh bien, le voyage (ou trip) comme est appelée l'expérience LSD de la montée à la descente, met environ une demi-heure à une heure à démarrer après la prise, suivant la dose et la quantité de chose dans l'estomac de la personne. Si vous prenez une dose dont vous pensez qu'elle va vous apporter des délires, c'est une grosse dose, le voyage devrait donc venir assez vite.

Et quels sont les autres effets expérimentés pendant un voyage sous LSD ? Eh bien, certaines indications physiques de votre voyage sont apparentes, comme vos pupilles qui peuvent être dilatées, votre rythme cardiaque et vitre tension peuvent augmenter temporairement, votre température mesurée peut être plus élevée, et vous pouvez transpirer. Aucun de ces effets n'est dangereux en permanence, sauf en cas de prise simultanée d'autre produit ou en cas de conditions pré-existantes. Quelqu'un avec soit une basse tolérance ou soit une grosse dose peut se sentir faible, étourdi, sa vision peut se troubler ou se déformer, et ils peuvent avoir des fourmillements (une sensation désagréable de picotements). Durant un "bad trip" (mauvais voyage), des effets secondaires inconfortables comme ceux-ci sont souvent connectées aux hallucinations et aux délires vécus par l'utilisateur. Par exemple, une personne ayant pris accidentellement une forte dose a posté qu'à un moment, il a vu son corps enveloppé d'une sorte d'air épais, donnant des coups à sa peau et lui causant " un picotement dans les doigts et les pains comme des aiguilles".

Les hallucinations visuelles sont de loin des plus communes dans des voyages sous LSD. À des doses plus faibles, une personne sous LSD peut expérimenter un sens plus aigu des couleurs et de la vision. Les choses semblent plus brillantes et aiguisées, les schémas naturels se détachent, les couleurs sont vives et saturées. Avec l'augmentation de la dose, les hallucinations visuelles séparées du monde réel commencent à apparaître : des halos de lumière autour des objets brillants, les objets bougeant et les lumières laissent une traînée derrière eux. Des schémas géométriques aux couleurs vivent apparaissent sur les surfaces et les murs et s'intensifient quand l'usager ferme les yeux : il voit des choses telles qu'une grille de formes fluorescentes, des formes de couleurs composées de différentes lignes et formes arrangées en schéma, et même des fractales progressant à travers le spectre des couleurs au fur et à mesure des itérations.

Un voyage sous avide peut être plein de conseils et révélateur à soi-même. Les murs normaux qui régulent la pensée, choisissant quelles pensées sont assez importantes pour arriver à la conscience semblent être abattus. Le chemin de la pensée semble s'écouler et exploser en un arbre de pensées apparentées, différents courants de pensées, parfois totalement sans rapport, peuvent tous suivre leurs chemins simultanément. Si un usager du LSd a pris la dose correcte, son voyage sera élévateur et euphorique, la sensation en a été décrite comme "un état d'esprit élevé". L'usager trouve alors une nouvelle beauté dans les choses qui lui semblaient triviales et sans intérêt, trouvant de nouvelles connexions là où il ne se serait pas arrêté. Pour cette raison, nombreux sont ceux qui définissent le LSD comme un enthéogène, uns substance qui aide à l'illumination religieuse ou spirituelle.

Avec des doses plus élevées, le temps peut sembler se ralentir, puis accélérer, puis ralentir à nouveau, ou bien même s'arrêter et puis s'écouler à l'envers. Un mélange des sens, appelé synesthésie, peut se manifester chez un utilisateur "goûtant" une chanson ou "entendant" des couleurs.

Pour ce qui est du jugement et de la perte de capacités temporaire, le LSD ressemble à l'alcool, parfois en plus puissant. Si vous prenez trop de LSD, vous pouvez vous retrouver tremblant, bredouillant on ne sait quoi, et vous risquez même "d'oublier" votre bon sens temporairement, de la même façon que vous l'oublieriez après trop de shots de vodka. Les usagers du LSD prévoyant de prendre plus qu'une dose légère le font souvent avec une personne sobre autour, juste pour les empêcher de faire une chose regrettable. Vous ne pouvez mourir du LSD, mais attention.

Des amis proches ou des parents qui sont sous effet d'acide au même moment disent souvent qu'ils ressentent comme un lien spirituel au cours de l'expérience. Pour certains, c'est totalement n'importe quoi, alors que pour d'autres c'est une réalité. Ils se sentent connectés, comme si leur relation avait grandi, comme si ils ne faisaient plus qu'un.

Mais vu de l'extérieur, surtout pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude du LSD, une personne en plein voyage sous acide peut être vue comme étrange ou même effrayante. Elle peut se promener sans but, parlant à personne de sujets aléatoires suivant un courant de pensée apparemment incohérent. Une personne sobre s'apercevra qu'entrer en contact avec un usager sous acide peut s'avérer difficile.

La plupart du temps, quand quelqu'un prend du LSD, il espère un bon voyage (good trip). Il est impatient de profiter du spectacle des hallucinations élaborées, ou peut être du voyage vers des parties de sa conscience dont il ignorait l'existence. Mais les dosages ne sont pas toujours fiables, et même à la bonne dose, pour des raisons inconnues, les mauvais voyages peuvent apparaître.

Les mauvais voyages peuvent être très effrayants, provoquant chez l'usager une sensation de perte totale du contrôle de son corps et de son esprit, le laissant assister impuissant au voyage. Avec de très hautes doses (qui ne sont pas aussi communes de nos jours qu'elles ne l'étaient dans les années 60 et 70, pendant le pic du LSD), l'humeur de l'usager peut changer radicalement de la joie à la dépression sans avertissement. Le voyage peut totalement envelopper la réalité, laissant l'usager totalement inconscient du monde extérieur, perdu dans un monde onirique rempli d'hallucinations et de paysages mystérieux. Pas si drôle si tout ce que voulait l'usager, c'était de jolies formes colorées sur les murs.

Même si on ne sait pas exactement ce qui se passe dans le cerveau pendant un mauvais voyage, il existe beaucoup de mesures préventives pour en diminuer les chances d'apparition. Premièrement, assurez-vous que la dose que vous prenez vous est adaptée ! Ne découpez pas des cartons au hasard avant de les gober mais demandez plutôt à un usager expérimenté qui a essayé les mêmes acides combien il faut en prendre : environ 100 microgrammes de LSD pour vos premiers voyages. Aussi, ne décidez pas de partir en voyage avant d'aller en cours ou de manger avec vos parents, c'est stupide. Assurez-vous de voyager dans les meilleures conditions : un endroit confortable où vous pouvez vous asseoir et vous relaxer sans distractions, aussi bien que de ne partir en voyage que quand votre état d'esprit ne le permet. Si vous êtes déprimé, anxieux, ou abattu, votre environnement d voyage n'est pas correct.

D'innombrables fois, une personne surveillant un usager du LSD en plein voyage a combattu l'impulsion d'appeler les secours avant d'y succomber, avant que les secours ne finissent par amener l'usager aux urgences. Je ne vous dis pas qu'il faut ici discuter de l'opportunité de l'appel au secours. Ce que je veux dire, c'est qu'il faut que vous et la personne sous acide en discutiez et preniez une décision avant même de commencer à prendre du LSD. Anticiper est la clé d'une bonne expérience sous acide. La plupart du temps, les urgences ne font pas grand chose à part donner à l'usager un verre d'eau fraîche et un bon lit pour se coucher. Au pire, ils peuvent lui donner une injection de sédatifs, pour le calmer et réduire l'intensité du voyage. En général, les usagers envoyés à l'hôpital finissent par récupérer tous seuls.

Certains, après avoir essayé un voyage, arrêtent définitivement l'acide. D'autres en tirent une leçon, ajustent leur dosage de LSD, et continuent d'essayer d'atteindre de bons voyages. D'autres semblent ne pas pouvoir apprendre et continuent à échouer encore et encore, passant à côté de tous les bons effets. Le LSD n'est qu'un outil, l'efficacité de son effet dépend de la personne qui l'utilise.

comments powered by Disqus