Blog
Comment Consommer Du Cannabis Pour Améliorer Son Sommeil
12 min

Comment Consommer Du Cannabis Pour Améliorer Son Sommeil

12 min

Le cannabis est utilisé à bien des escients, y compris la promotion d'un sommeil sain. Mais bénéficie-t-il réellement au sommeil ? Est-il plutôt nocif ? Quels composés précis du cannabis sont susceptibles d'aider ? Quelles variétés en particulier ? Trouvez les réponses à toutes ces questions (et plus encore) dans cet article.

Chez de nombreuses personnes, le cannabis provoque des sensations de relaxation capable de promouvoir le sommeil. Ainsi, c’est sans surprise que de nombreuses personnes en consomment ou recommandent sa consommation avant d’aller se coucher pour inciter à une bonne nuit de sommeil. Mais, par quels mécanismes le cannabis influe-t-il si notre manière de dormir ? Est-ce toujours une bonne idée de s’en allumer un avant d’aller au lit ? Les réponses ne semblent pas si évidentes. Continuez votre lecture pour une plongée en profondeur dans le cannabis et ses effets sur le sommeil.

L’importance d’une bonne nuit de sommeil ?

L’importance d’une bonne nuit de sommeil ?

Bien dormir chaque nuit est crucial à notre bien-être. Mal dormir, sauter des nuits ou manquer de sommeil peut avoir un impact négatif sur de nombreuses fonctions corporelles, y compris :

  • Fonctionnement du cerveau et productivité

Le sommeil est directement lié à notre capacité d’apprentissage et de productivité. La recherche montre par exemple que le sommeil impacte notre capacité à apprendre de nouvelles choses, à se souvenir des informations et à la formation de la mémoire. Par la même occasion, le sommeil semble aussi avoir un impact sur notre capacité à résoudre des problèmes (Babson & Bonn-Miller, 2014).

  • Santé mentale et émotionnelle

Un manque de sommeil peut non seulement impacter la fonction cognitive, mais aussi affecter notre capacité à voir, interpréter et réagir clairement au monde qui nous entoure. La recherche montre qu’un manque de sommeil impacte notre capacité à réguler le stress et à contrôler nos émotions. De certaines manières, le sommeil peut être vu comme une chance de rebooter ou de recharger non seulement notre corps, mais aussi notre esprit pour nous permettre de fonctionner au mieux. De plus, ne pas dormir suffisamment peut poser un risque de développer des troubles de la santé mentale (Capello, 2020).

  • Poids et métabolisme

Un sommeil de mauvaise qualité a aussi été directement lié à un impact sur le poids et le métabolisme. Dormir moins que la quantité d’heures généralement requise (entre 7–9 heures pour la majorité d’entre nous) provoque un pic de cortisol, qui à son tour provoque une réponse de stress au sein de notre corps là où il stocke l’énergie pour les moments éveillés. Parallèlement, un manque de sommeil régulier peut également interrompre le traitement de l’insuline par notre organisme, ce qui affecte sa capacité à transformer le sucre et la graisse en énergie (Columbia University Department of Psychiatry, 2022). Le manque de sommeil semble aussi affecter l’appétit et la satiété après le repas, ainsi que bien évidemment impacter nos niveaux d’énergie ce qui finit par influer sur notre capacité à rester actif et pratiquer une activité physique (Paturel, 2020).

  • Santé cardiaque

Enfin, dernier, mais pas des moindres, une autre partie de notre corps qui est affectée pour un sommeil de mauvaise qualité se trouve être le corps. Des études ont montré qu’un sommeil de mauvaise qualité impacte directement la pression sanguine et a même été lié au diabète de type 2 (Newsom, 2022).

Articles liés

Les Meilleures Herbes Naturelles Pour S'endormir

Comment le cannabis affecte-t-il le sommeil ?

Comment le cannabis affecte-t-il le sommeil ?

Le cannabis est une substance complexe qui peut affecter de nombreuses fonctions corporelles, y compris le sommeil. En effet, près de 50–60 % des consommateurs de cannabis disent le consommer pour améliorer leur sommeil et près de 85 % des consommateurs médicaux souffrant de douleurs chroniques déclarent que le cannabis les aide à mieux dormir. Si vous avez déjà consommé du cannabis, peu importe combien et à quelle fréquence, vous avez surement remarqué qu’il impacte :

  • Notre capacité à nous endormir
  • Notre capacité à rêver
  • Notre sensation de repos au réveil

Tandis qu’il y a encore beaucoup de choses que l’on ignore sur le cannabis et ses effets sur le corps, la recherche montre qu’il peut clairement impacter le sommeil de nombreuses manières.

D’emblée, de nombreuses études ont démontré que la consommation de cannabis avant le coucher peut favoriser la préparation au sommeil et réduire les risques de troubles du sommeil. Cela semble particulièrement vrai pour les personnes qui ont des difficultés à s’endormir ou celles qui souffrent de douleurs chroniques (Centers for Disease Control and Prevention, 2021).

Cela pourrait être dû au fait que, par leur interaction avec le système endocannabinoïde, les cannabinoïdes comme le THC et le CBD pourraient respectivement augmenter les niveaux d’adénosine (une substance chimique favorisant le sommeil) et inhiber notre éveil, ou vigilance (Russo, Guy, & Robson, 2007).

Cependant, il arrive que le THC, surtout lorsqu’il est pris à fortes doses ou par des personnes qui ne sont pas habituées à ses effets, rende l’endormissement plus difficile (Murillo-Rodriguez et al, 2003).

Articles liés

Qu'est-Ce Que Le Système Endocannabinoïde ?

Comment le cannabis affecte le cycle du sommeil

Comment le cannabis affecte le cycle du sommeil

Le cycle du sommeil chez l’humain se divise en deux catégories : le sommeil paradoxal (REM, rapid eye movement) et le sommeil lent (NREM, non-rapid eye movement). Ces catégories comprennent un total de 4 différentes phases du sommeil :

  • Phase 1 (NREM) : C’est la phase du sommeil léger qui dure 5–10 minutes et marque une transition de l’état d’éveil à celui de sommeil. Durant cette phase, les muscles se détendent (possibles spasmes) et votre respiration, votre rythme cardiaque et vos mouvements oculaires ralentissent tous. L’activité cérébrale commence elle aussi à ralentir, mais reste bien plus active comparée aux autres phases.
  • Phase 2 (NREM) : La deuxième phase reste considérée comme du « sommeil léger ». Selon l’American Sleep Foundation, les gens passent environ la moitié de leur temps de sommeil total dans cette phase (Tassinari et al, 1999), au cours de laquelle le cerveau commence à produire des ondes cérébrales spéciales appelées « fuseaux de sommeil », qui seraient un signe de traitement de la mémoire. Au cours du stade 2 du cycle du sommeil, la température du corps baisse, la respiration et le rythme cardiaque se stabilisent et les mouvements des yeux cessent.
  • Phase 3 (NREM) : Aussi connue sous le nom de sommeil profond, la 3e phase du cycle du sommeil marque le début du repos plus profond. Durant cette phase, les bruits et autres distractions de votre environnement ne vous réveilleront probablement pas. La phase de sommeil profond est aussi celle durant laquelle la majorité de la récupération physique a lieu, avoir une phase de sommeil profond suffisamment longue vous permet de vous sentir frais et en forme le lendemain matin. À ce stade, votre cerveau stocke également la « mémoire déclarative », telle que des informations ou des compétences que vous avez apprises, ainsi que des expériences personnelles.
  • Phase 4 (NREM) : Le sommeil REM se distingue, car il est la seule phase de sommeil « active » du cycle. L’activité cérébrale pendant le sommeil paradoxal ressemble beaucoup à ce que nous ressentons lorsque nous sommes éveillés, bien que notre corps soit complètement immobilisé. C’est également le stade pendant lequel nous rêvons et où le traitement de la mémoire émotionnelle est censé avoir lieu.

Durant une nuit complète de sommeil, notre corps passe au travers de ce cycle complet entre 4–5 fois. Nous ne traversons pas forcément ces cycles dans cet ordre précis et la quantité de temps que l’on passe à chaque phase variera durant la nuit.

Le cannabis semble affecter le cycle du sommeil de plusieurs manières. Pour commencer, les propriétés apaisantes et soporifiques du cannabis pourraient réduire la latence et simplifier le passage vers la phase 1 du cycle. De plus, la recherche suggère que le cannabis pourrait réduire le temps total passé en sommeil REM et ainsi réduire la phase de rêve tout en augmentant le temps passé en phase 3 ou sommeil profond. Notez cependant que ces résultats ne sont pas toujours uniformes au sein des études limitées sur le cannabis et le sommeil.

Comment le cannabis affecte les troubles du sommeil

Comment le cannabis affecte les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil sont très communs. Cleveland Clinic, par exemple, rapporte que 70 millions d’Américains souffrent de troubles du sommeil tels que des insomnies, de l’apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos ou encore la narcolepsie (Cleveland Clinic, 2020). Étant donné la légalité de plus en plus importante sur ce territoire, de nombreuses personnes se tournent vers le cannabis pour se soulager L’efficacité du cannabis quant au soulagement des troubles du sommeil reste floue.

Des études suggèrent que le cannabis pourrait simplifier l’endormissement et pousser à rester endormi (Gates et al, 2014), tandis que son implication réelle reste floue. Comme nous l’avons mentionné, le cannabis augmente le temps que l’on passe en sommeil profond (phase 3) tout en réduisant le temps passé en REM. On ne sait pas vraiment si c’est une bonne chose ou non. Ça pourrait par exemple l’être pour les gens qui souffrent de cauchemar. Cependant, il est important de prendre en compte les implications de la privation de sommeil REM. Alors que le sommeil REM est important pour les adultes, on le considère comme jouant un rôle crucial dans le développement des nouveau-nés, enfants et jeunes adultes. De plus, le sommeil REM est aussi important pour le traitement de la mémoire et des émotions (Walsh J et al, 2021).

Enfin, dernier, mais pas des moindres, il est important de noter qu’une consommation de cannabis peut parfois entrainer des troubles du sommeil. Un des effets secondaires les plus communs du sevrage du cannabis est une perturbation du sommeil. Parmi les troubles du sommeil les plus courants résultant du sevrage du cannabis figurent la latence du sommeil (c’est-à-dire la difficulté à s’endormir) et le sommeil perturbé (réveil dans la nuit, parfois à la suite du retour à des rêves plus réalistes). Cela peut être problématique pour les consommateurs réguliers de cannabis récréatif ainsi que pour les patients sous cannabis médical qui traversent des périodes d’abstinence et peut en fait contribuer à augmenter la consommation de cannabis et la dépendance à celui-ci (Summer, 2022).

Articles liés

Comment Le Cannabis Influence-T-Il Le Rêve

Quelles sont les meilleures variétés de cannabis pour dormir ?

Quelles sont les meilleures variétés de cannabis pour dormir ?

Le cannabis contient plus de 500 différents composés chimiques dans diverses concentrations. Ajoutez à cela le fait que chacun réagit à sa manière au cannabis et il devient simple de comprendre pourquoi il est si difficile de trouver la variété parfaite pour un but donné.

En choisissant une variété de cannabis pour le sommeil, il est capital de prendre en compte les terpènes et cannabinoïdes.

Cannabinoïdes

Les cannabinoïdes sont des composés uniques produits par les plantes et les animaux (humains y compris), qui interagissent avec notre système endocannabinoïde inné. Ces composés peuvent dériver du cannabis et avoir un effet important sur nos processus physiologiques, sommeil inclus.

THC

Le THC est souvent le cannabinoïde plus abondant dans les variétés modernes. En ce qui concerne le sommeil, le THC peut produire des effets favorisant le sommeil et aider à s’endormir plus rapidement tout en contribuant à passer plus de temps au stade 3 (profond) du sommeil. Cependant, de fortes concentrations de THC peuvent rendre l’endormissement plus difficile et provoquer de la paranoïa et de l’anxiété chez certaines personnes, en particulier celles qui ne sont pas familières avec les effets du THC ou qui y sont très sensibles.

CBD

Le CBD est généralement considéré comme étant le deuxième plus abondant cannabinoïde des variétés de cannabis modernes. Il n’est pas psychotrope, il ne fait donc pas planer et son mécanisme d’action précis reste relativement flou. Les effets du CBD ont tendance à être subtilement relaxants et sont souvent invoqués pour leur capacité à soulager des tensions et faciliter l’endormissement. Pour autant, le CBD fut aussi observé dans certaines études comme capables de promouvoir l’état d’éveil (Babson & Bonn-Miller, 2014).

CBN

Le CBN est un cannabinoïde moins connu que l’on trouve en forte concentration chez le cannabis plus vieux. Son profil d’effet complet reste flou, mais de nombreux produits faisant la promotion du sommeil l’inclut en relative abondance et clament qu’il aide au sommeil.

Terpènes

Les terpènes sont des molécules aromatiques présentes dans les mêmes glandes que celles où se trouvent les cannabinoïdes. Ce sont eux qui donnent aux diverses variétés de cannabis leurs arômes uniques et qui impactent d’une certaine manière les effets physiologiques. On pense que les terpènes suivants affectent la qualité du sommeil.

Myrcène

Le myrcène est un des terpènes les plus présents dans le cannabis. Il est aussi l’un des plus communs dans la bière (il apporte des touches houblonnées et épicées) et dans les mangues. On le pense capable de promouvoir la relaxation à la fois physique et mentale, ce qui pourrait se montre utile chez une variété aidant au sommeil.

Linalool

Le linalool est un autre terpène majeur du cannabis, il contribue aux arômes floraux et épicés. On le retrouve en abondance dans la lavande où il a longtemps été employé pour ses propriétés apaisantes et capables d’induire le sommeil.

Caryophyllène

Le caryophyllène est un terpène épicé présent dans le poivre noir, d’autres épices et bien sûr, dans le cannabis. Ce terpène est unique parce qu’il est capable d’interagir directement avec les récepteurs du système endocannabinoïde et pourrait affecter les processus liés au sommeil, à la douleur et à l’inflammation.

Comment consommer du cannabis pour favoriser le sommeil

Comment consommer du cannabis pour favoriser le sommeil

Trouver la bonne variété est primordial si vous cherchez à consommer du cannabis dans un but précis. Mais la manière et le moment de le consommer l’est tout autant. Ci-dessous, vous trouverez des astuces générales pour consommer efficacement le cannabis et promouvoir une meilleure nuit de sommeil.

Dosage

Le dosage est toujours important lorsque l’on consomme du cannabis. Pour promouvoir le sommeil, nous vous recommandons de commencer par une petite dose et de l’augmenter seulement si nécessaire. Ainsi, vous éviterez les effets secondaires négatifs du cannabis (surtout celui riche en THC) qui peuvent inclure anxiété, paranoïa et même nausées.

Timing

Si vous visez une bonne nuit de sommeil, essayez de consommer du cannabis le soir, avant de vous coucher. Si vous fumez ou vaporisez, faites-le 30–60 minutes avant de vous coucher. Si vous préférez les comestibles, prenez-les 60–120 minutes avant de vous coucher pour leur laisser suffisamment de temps pour agir.

Méthode de consommation

La méthode de consommation du cannabis est une question de préférences personnelles. Pour mieux dormir, nous vous recommandons d’utiliser n’importe quelle méthode avec laquelle vous êtes le plus confortable. Fumer et vaporiser peut être pratique, car les effets sont instantanés et il y a donc moins de risque de surconsommation. Les produits comestibles et autres méthodes par voie orale ont cependant des effets bien plus profonds, mettent plus de temps à faire effet, mais ceux-ci durent plus longtemps. Que ce soit une bonne chose ou pas dépendra de vous.

Top 5 des meilleures variétés pour le sommeil

Top 5 des meilleures variétés pour le sommeil

En nous basant sur tout ce que l’on a vu jusqu’ici, voici certaines des variétés à tester si vous souhaitez consommer pour encourager le sommeil.

Gorilla Glue (Zamnesia Seeds)

Notre Gorilla Glue est très inspirée par la GG #4. Cette variété à dominance indica contient entre 24–26 % de THC en plus d’un mélange de terpènes exotiques, ce qui produit un stone physique et une euphorie mentale parfaite après une longue journée. Rappelez-vous seulement que la Gorilla Glue est à consommer avec modération en raison de sa forte puissance.

Purplematic CBD (Royal Queen Seeds)

La Purplematic CBD est une variété à autofloraison riche en CBD par Royal Queen Seeds. Ses fleurs denses et violettes contiennent près de 17 % de CBD pour 0,5 % de THC et de généreux terpènes fruités, sucrés et terreux. Ses effets ne sont pas enivrants, mais vous laissent plutôt détendu et à l’aise. Dégustez-la pour vous soulager des tensions et vous préparer pour une confortable nuit de sommeil.

Purplematic CBD (Royal Queen Seeds) féminisée

(14)
Parents: Kush Rose Auto CBD x Afghan Rose Auto CBD
Génétique: Ruderalis/Indica/Sativa
Periode De Floraison: 8-9 semaines de la semence à la récolte
THC: 0-1%
CBD: 17%
Type de floraison: Autofloraison

Kalini Asia (Zamnesia Seeds)

La Kalini Asia est une variété de Kush unique. Ses fleurs violettes stupéfiantes ont un délicieux arôme de Kush qui mélange les pins, les agrumes et les notes épicées à 24 % de THC. Ses effets sont très physiques, ils se caractérisent par un stone doux qui vous clouera au canapé des heures durant. Dégustez-la près d’une heure avant d’aller vous coucher et vous dormirez comme une enclume.

Great White Shark (Green House Seeds)

Great White Shark appartient à l’iconique famille « White » de Green House Seeds. Il s’agit d’une sélection de variétés connues pour leur production d’une épaisse couche de trichomes qui les rend complètement blanches. La Great White Shark comprend près de 14 % de THC (parfait pour les débutants ou consommateurs sensibles aux effets enivrants du THC), 1,7 % de CBD et près de 0,8 % de CBN. Ses effets sont très relaxants et équilibrés, ce qui en fait le choix idéal pour ceux et celles qui cherchent un somnifère naturel.

Girl Scout Cookies (Zamnesia Seeds)

La Girl Scout Cookies est adorée aux USA pour ses effets équilibrés et son odeur de cookies. Notre version de ce classique possède un arôme riche, semblable à celui d’un dessert et jusqu’à 22 % de THC, ce qui donne lieu à une forte euphorie mentale qui élèvera votre humeur avant de détendre votre corps tout entier. Savourez-la 1 à 2 heures avant de vous coucher en regardant un film ou en prenant un repas pour donner à ses effets physiques le temps de se manifester.

Le risque de la consommation du cannabis pour encourager le sommeil

Le cannabis est souvent décrit comme un somnifère naturel et c’est vrai pour certaines personnes. Cependant, comme nous l’avons vu dans cet article, le cannabis peut aussi impacter négativement notre capacité à dormir ou rester endormi. Si possible, parlez à votre médecin de vos troubles du sommeil et de votre désir de tester le cannabis pour profiter de conseils adaptés à votre personne. En général, le cannabis doit être consommé avec modération et vous devriez stopper totalement sa consommation en cas d’effets négatifs sur votre sommeil.

Cannabis et sommeil : amis ou ennemis ?

Cannabis et sommeil : amis ou ennemis ?

Il n’y a pas de réponse claire quant aux capacités du cannabis à améliorer la qualité du sommeil. Malheureusement, nous n’en savons toujours pas assez sur la composition chimique complexe de cette plante et chacun semble ressentir ses effets différemment. Si vous souhaitez essayer le cannabis pour favoriser votre sommeil, faites-le avec prudence. Et n’oubliez pas qu’il existe une grande variété d’autres herbes qui favorisent le sommeil.

Steven Voser
Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant spécialisé dans le cannabis. Il a plus de six ans d’expérience dans la rédaction d’articles sur tout ce qui touche au cannabis?: comment la cultiver, comment en profiter au mieux, l’essor de l'industrie et le climat juridique en zone grise qui l’entoure.
Références
  • (n.d.). Capello, K. (2020, December 21). The Impact of Sleep on Learning and Memory. University of Pennsylvania School of Medicine, Chronobiology and Sleep Institute. - https://www.med.upenn.edu
  • (n.d.). Centers for Disease Control and Prevention (2021). How Does Sleep Affect Your Heart Health? Retrieved August 8, 2022 from - https://www.cdc.gov
  • (n.d.). Cleveland Clinic. (2020). Common Sleep Disorders. Retrieved August 8, 2022 from - https://my.clevelandclinic.org
  • (n.d.). Columbia University Department of Psychiatry (2022). How Sleep Deprivation Impacts Mental Health. Retrieved August 8, 2022 from - https://www.columbiapsychiatry.org
  • (n.d.). Gates, P., Albertella, L., Copeland, J. (2014). The effects of cannabinoid administration on sleep: a systematic review of human studies. Sleep Medicine Review, Volume 18. - https://www.med.upenn.edu
  • (n.d.). Newsom, R. (2022, April 15). Weight Loss and Sleep. Sleep Foundation. - https://www.sleepfoundation.org
  • (n.d.). Paturel, A. (2020, July 18). Sleep More, Weigh Less. WebMD. - https://www.webmd.com
  • (n.d.). Russo, E., Guy, G., & Robson, P. (2007). Cannabis, Pain, and Sleep: Lessons from Therapeutic Clinical Trials of Sativex®, a Cannabis-Based Medicine. Chemistry and Biodiversity, Volume 4(8) - https://onlinelibrary.wiley.com
  • (n.d.). Summer, J. (2022, April 26). What is REM Sleep and How Much Do You Need? Sleep Foundation. - https://www.sleepfoundation.org
  • (n.d.). Suni, E. (2022, July 8). Stages of Sleep. Sleep Foundation. - https://www.sleepfoundation.org
  • Barratt ES, Beaver W, & White R. (1974 Feb). Barret, E., Beaver, W., & White, R. (1974). The effects of marijuana on human sleep patterns. Biological Psychiatry, Volume 8(1), 47-54. - https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  • Cousens, Kenneth, DiMascio, & Alberto. (1973, December). Babson, K. & Bonn-Miller, M. (2014). Sleep Disturbances: Implications for Cannabis Use, Cannabis Use Cessation, and Cannabis Use Treatment. Current Addiction Reports, Volume 1, 109–114. - https://link.springer.com
  • Tassinari, C. A., Ambrosetto, G., Peraita-Adrado, M. R., Gastaut, & H. (1999). Tassinari, C.A., Ambrosetto, G., Peraita-Adrado, M.R., Gastaut, H. (1999). The Neuropsychiatric Syndrome of Δ9-Tetrahydrocannabinol and Cannabis Intoxication in Naive Subjects. Marijuana and Medicine, Volume 1, - https://link.springer.com
  • Walsh, Jennifer H, Maddison, Kathleen J, Rankin, Tim, Murray, Kevin, McArdle, Nigel, Ree, Melissa J, Hillman, David R, Eastwood, & Peter R. (2021/11/12). Walsh J., Maddison K., Rankin T., Murray K., McArdle N., Ree M., Hillman D., Eastwood P. (2021). Treating insomnia symptoms with medicinal cannabis: a randomized, crossover trial of the efficacy of a cannabinoid medicine compared with placebo. Sleep, Volume 44(11). - https://doi.org
Listes Top Seedshop
Recherche par catégories
ou
Rechercher