Champignons Magiques Pour Étudier : Cellules Du Cerveau Et Microdosage


Dernière édition :
Publié :
Catégories : BlogChampignons MagiquesPsychédéliquesScience

Champignons Magiques Pour Étudier 


Quand on pense aux champignons magiques, on associe généralement la substance à de fortes expériences psychédéliques. Cependant, ces champignons pourraient aussi jouer un rôle dans les domaines de l’étude, de la mémoire et de l’apprentissage.

Les champignons magiques sont connus pour produire de puissants états psychédéliques grâce au composant actif la psilocybine. Les champis psychédéliques sont consommés par différentes cultures depuis des millénaires et sont toujours ingérés de nos jours pour produire un éventail d’expériences psychoactives.

Même si ces champignons sont interdits et classés parmi des drogues dangereuses dans certaines régions du monde, la recherche commence à les révéler sous un nouveau jour. Comme plus d’études ont émergé, les scientifiques sont en train de découvrir plus d’applications pour les champignons magiques, dans le traitement de certaines maladies, et même comme aide à l’étude.

LE POTENTIEL DES CHAMPIGNONS

Le potentiel des champignons

De plus, la recherche suggère que les champignons à psilocybine pourraient être capable d’améliorer l’anxiété et la dépression, ce qui indique leurs effets positifs sur le cerveau humain. D’autres études déclarent que les champignons pourraient aider à stimuler la croissance de nouvelles cellules du cerveau.

Théoriquement, les champignons psychédéliques pourraient révolutionner la façon dont nous percevons l’information et l’étude, en ayant pour résultat de meilleurs notes aux examens et une plus grande capacité à penser de manière créative. Explorons plus bas la validité de ces déclarations, pour voir à quel point les champignons magiques peuvent aider dans le cas des études.

PRENDRE DES CHAMPIS AVANT UN EXAMEN

Prendre des champignons avant un examen peut sembler être une idée folle pour la plupart des gens, et pour de bonnes raisons ! Surtout dans le cas de fortes doses, qui plongent le consommateur dans un état complètement psychédélique. Cependant, tout dépend de la période de temps relative et de la quantité de champis consommés.

Selon des rapports anecdotiques, consommer des champignons magiques tout en étudiant aide certaines personne à se saisir de nouveaux concepts avec une plus grande véracité. D’autres rapportent que les sensations sont une distraction majeure. En se basant sur ces présupposés, prendre de fortes doses de champignons juste avant un examen pourrait bien ne pas vous valoir une meilleure note.

D’un autre côté, ingérer une plus petite dose, à l’avance, pourrait entraîner des avantages notables sur les résultats de l’examen. Même s’il manque de preuves solides dans ce domaine, certaines études préliminaires suggèrent que les champis impactent positivement la productivité et connectivité des cellules du cerveau. Quoi qu’il en soit, ces études ont été menées uniquement sur des souris et d’autres sujets non-humains.

UN AVANTAGE POTENTIEL AVANT LES EXAMENSPrendre des champis avant un examen

Une étude menée à Johns Hopkins a découvert qu’une dose unique de champignons pouvait entraîner des changements de personnalité su le long terme. Ces effets durables incluaient une altération de l’imagination, des sentiments et de l’ouverture d’esprit. Concernant cette recherche, une zone pertinente aux champis comme aide à l’étude impliquait leur capacité à encourager la formation de pensées et idées abstraites. Ce n’est pas toujours bénéfique pour les examens, mais cela peut aider à étendre vos schémas de pensée en étudiant et à vous rappeler des informations durant l’examen.

APRÈS L’EXAMEN

Nous avons donc parlé de la possibilité de prendre des champignons avant un examen. Mais y a-t-il un avantage à en prendre après ? Eh bien, le principal avantage ici est que, si l’examen s’est bien passé, la personne est dans un bon état d’esprit. Le cadre et l’état d’esprit sont des concepts clés à prendre en compte pour tripper sous champis et le relâchement de la tension après un examen pourrait être le contexte parfait pour avoir une expérience sous champignons positive.

LES NOTES SERONT-ELLES AMÉLIORÉES ?

Les notes seront-elles amélioréés?

Même s’il est trop tôt pour confirmer de manière définitive si les champignons améliorent la note obtenue à un examen, des preuves empiriques suggèrent un potentiel légitime dans ce champ.

Étant donné les nombreuses variables qui influencent le résultat d’une prise de champis, il peut être difficile de collecter des témoignages consistants de personnes utilisant la substance comme aide à l’étude. Les résultats changeront aussi selon la matière étudiée et selon d’autres variables ne dépendant pas des champignons.

Un article scientifique intitulé Effects of psilocybin on hippocampal neurogenesis and extinction of trace fear conditioning et publié dans le journal Experimental Brain Research s’est plongé sur les effets de l’administration de psilocybine à des souris. L’étude a observé dans quelle mesure la psilocybine modulait la neurogénèse, la naissance de nouveaux neurones dans le cerveau. Elle a également examiné comment ceci affectait le conditionnement de la peur dans les souris.

Il a été découvert que des doses spécifiques de psilocybine favorisaient la croissance de nouvelles cellules du cerveau en agissant sur des récepteurs de l’hippocampe, une région du cerveau qui fait partie du système limbique. L’hippocampe est également impliqué dans la médiation de la mémoire, des émotions et de la motivation.

L’auteur en chef de l’étude a déclaré : « il est fortement possible qu’au futur nous continuerons ces études comme de nombreuses questions intéressantes ont émergé de ces expériences. » Il a ajouté, « l’espoir est que nous puissions étendre les découvertes à l’homme dans des essais cliniques. »

Alors que la recherche est ici extrêmement nouvelle et qu’elle n’a pas encore été menée sur l’homme, elle potentialise les nombreuses possibilités de la psilocybine sur le cerveau. Peut-être qu’une fois des études humaines réalisées, et une plus profonde compréhension des mécanismes de la psilocybine établie, les champignons magiques pourront être utilisés plus loin pour améliorer la mémoire et contribuer au succès d’une session d’étude.

CHANGEMENT DES RÉSEAUX DU CERVEAU

Changement des résearch du cerveau

Un autre article intitulé Homological scaffolds of brain functional networks et publié dans le Journal of the Royal Society Interface documente ine étude ayant montré comment la psilocybine réussissait à réorganiser la communication dans le cerveau en connectant des régions auparavant déconnectées.

Durant l’étude, 15 participants ont reçu de la psilocybine. On a ensuite analysé leur activité cérébrale en utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Ceci permet aux chercheurs de visualiser toute nouvelle connexion formée. Un auteur de l’étude a déclaré : « nous pouvons spéculer sur les implications d’une telle organisation. Un possible dérivé de cette grande communication à travers tout le cerveau est le phénomène de synesthésie, qui est souvent rapporté en combinaison avec l’état psychédélique. »

Alors que le mécanisme de ces connexions reste peu actuellement peu clair, il semble que la capacité des champignons magiques à recâbler le cerveau et altérer l’humeur pourrait se traduire dans le traitement de la dépression et d’autres troubles psychologiques. Il est intéressant de noter comment ces états élevés pourrait dépasser le champ récréatif en impliquant le traitement de l’information, la mémoire, l’étude et le passage d’examens.

UNE AUTRE OPTION ?

Les études précédentes décrivent surtout des circonstances dans lesquelles des doses assez fortes de champignons ont été utilisées. Même s’il pourrait toujours y avoir des avantages à consommer des champignons pour l’étude, il est probablement plus sage et plus productive de rester dans l’idée que le mieux est l’ennemi du bien.

Il est certainement possible de prendre de plus petites doses de champignons magiques comme outil pour aider à l’étude. Les plus curieux d’entre nous seraient même prêts à utiliser les champis dans le cadre d’un examen, si les conditions étaient adaptées. C’est là que le microdosage entre en jeu. Cette méthode plus pratique rassemble le meilleur des deux mondes – toute la motivation créative et productive, sans le trip psychédélique dément.

MICRODOSAGE

Microdosage Champignons Magiques

Le microdosage fait référence à l’ingestion de doses sous-perceptibles de champignons. Des doses si faibles que le consommateur n’entre pas dans un état psychédélique et n’en sent même pas la montée. Le microdosage est en train de devenir un phénomène très populaire, utilisé par des innovateurs et des entrepreneurs pour renforcer le processus créatif et obtenir un avantage sur leur concurrence.

RECHERCHE

Même s’il n’existe pas de solides recherches scientifiques ayant exploré le royaume du microdosage des champignons à psilocybine, il existe tout un trésor de données souterraines, collectées par la recherche anecdotique. Le Dr James Fadiman, auteur du livre The Psychedelic Explorer’s Guide, a reçu de nombreux rapports venus de personnes ayant fait l’expérience de ce phénomène. Fadiman explique « une personne qui prend une dose si faible fonctionne, aux yeux du reste du monde, un peu mieux que la normale. À ce jour, je n’ai reçu aucun rapport de dose sous-perceptible qui aurait provoqué une perturbation sociale, un inconfort personnel ou toute forme de difficulté liée au travail. »

Le microdosage apparaît être un moyen d’améliorer l’étude, fortement dû au fait que, comme l’explique Fadiman, il ne provoque pas de perturbation. De plus, les bienfaits notés semblent être des facteurs pouvant fortement impacter le processus d’apprentissage. Le microdosage de la psilocybine pourrait aider à se plonger dans les études et à augmenter les niveaux d’énergie.

DOSAGE ET ROUTINE

Concernant la quantité de psilocybine qui compose une « microdose », la plupart des experts suggèrent qu’environ 0,2-0,5g est la bonne fourchette. Gardez à l’esprit que des facteurs comme le poids et la sensibilité doivent également être pris en compte.

Fadiman recommande une routine pour ceux qui cherchent à microdoser la psilocybine. Il conseille de prendre une microdose le dimanche, d’observer les effets résiduels le lundi, puis de faire une pause le mardi. Il continue en suggérant de prendre une autre microdose le mercredi, d’en observer les résultats le jeudi, puis de faire une pause le vendredi et le samedi. Ce cycle est alors répété pendant dix semaines et les participants sont encouragés à prendre des notes pendant le programme.

 

         
  Luke Sumpter  

Écrit par: Luke Sumpter
Luke Sumpter est un journaliste basé au Royaume-Uni, spécialisé dans la santé, la médecine alternative, les herbes et la guérison psychédélique. Il a écrit pour des médias tels que Reset.me, Medical Daily et The Mind Unleashed, sur ces sujets et d’autres.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes