Un Aperçu Des Concentrés De Cannabis Au Cours Des Âges

Published :
Catégories : BlogCannabisHistoire
Dernière édition :

Concentrés de cannabis


Les extraits de cannabis sont utilisées à des fins thérapeutiques et rituelles depuis des temps préhistoriques. Quelle suite pour les huiles, wax et dabs au THC, CBD et terpènes ?

Au cours des années passées, l’augmentation des preuves cliniques des bienfaits du cannabis a aidé à accélérer la fin inexorable du prohibitionnisme et encouragé l’amélioration des techniques d’extraction des cannabinoïdes. La promesse d’un marché légal du cannabis a poussé des chercheurs et des entrepreneurs à développer un large éventail de formes de dérivés du cannabis pures, concentrées et sur mesure. Ces nouvelles résines, teintures, huiles et produits comestibles soutenus par la science représenteront probablement le futur du cannabis spirituel et médical. Mais nous savons que les composés du plant de cannabis sont utilisés à des fins thérapeutiques et rituelles depuis l’arrivée sur terre de l’humanité.

ANCIENNES EXTRACTIONS DE CANNABIS

Des concoctions infusées et des huiles d’onction produites avec des préparations botaniques sont utilisées depuis des milliers d’années, mais le problème avec le cannabis a toujours été de pouvoir dissoudre correctement sa résine lipophile sans détériorer ses précieux phytocomposants.

Le plant de cannabis et ses parties sont mentionnés comme remède et excavé comme trouvaille archéologique dans différentes régions et cultures au cours des siècles. Les plus anciens documents écrits sur le cannabis nous parlent de bains de vapeur comme première forme rudimentaire d’extraction des principes actifs, juste en jetant des têtes sur des pierres chaudes. De l’inhalation à l’ingestion, le « bhang » est l’aliment au cannabis traditionnel le plus connu. Cette boisson au cannabis est consommée dans le sous-continent indien depuis des siècles.

Le haschisch est le résultat d’un processus mécanique d’extraction des trichomes du plant. Les populations des vallées entre l’Inde, le Pakistan et le Népal ont donné naissance à la méthode la plus primordiale, mais pourtant pas facile, d’extraction de la résine à partir des bourgeons de cannabis, résine ensuite compressée en une boule fumable. Le Charas frotté à la main est un véritable or noir naturel venu de l’Himalaya, qui survivra aux futures méthodes d’extraction high-tech.

Hashmaker Shake Me

Le tamisage à froid est la seconde méthode ancestrale de produire du haschisch. Tamiser les têtes à la main (ou avec un tamis motorisé), en chauffant et compressant les glandes à résine ainsi obtenues (Kief) dans des blocs de haschischs pratiques à manipuler a été, et c’est toujours, le moyen le plus discret et efficace de manipuler du cannabis. La séparation à l’eau et à la glace est une méthode récente d’extraction des trichomes, qui demande un peu de travail. D’autres techniques sont constamment développées, avec de la chaleur, de la pression, de l’électricité statique ou même un tamisage à sec acoustique. La plupart des méthodes anciennes ou modernes de préparation du haschisch peuvent être facilement répliquées chez soi. Amusez-vous bien !

CATÉGORISER UN ANTIQUE REMÈDE

Vers l’an 1830, le médecin irlandais William Brooke O'Shaughnessy a publié le premier document dans la médecine occidentale sur le cannabis médical, validant ainsi les applications thérapeutiques traditionnelles dans les régions indiennes et recommandant les extraits de cannabis pour le traitement de divers troubles de santé.

Depuis lors, de nombreuses recettes de différents extraits de cannabis ont inondé les étagères des pharmacies européennes et américaines. Ces concentrés étaient surtout des teintures liquides produites par extraction à l’alcool. C’était en fait une simple évolution des anciennes technologies d’extraction botanique, approuvées par la pharmacopée officielle occidentale jusqu’à la prohibition du cannabis à la fin des années trente. Ces teintures brevetées étaient simplement produites en trempant les fleurs sèches dans de l’éthanol ou d’autres alcools, puis en évaporant le solvant.

EXPÉRIENCES PAS SI SECRÈTES D’APRÈS-GUERRE

De nos jours, il ne fait aucun doute que les services secrets des États-Unis et d’autres pays ont expérimenté les concentrés de cannabis. Aux États-Unis, certains documents déclassifiés datant de la Seconde Guerre Mondiale montrent que quelques préparations à base de cannabis ont été utilisées comme sérum de vérité pour faciliter les interrogatoires. Comme les effets du THC n’étaient probablement pas suffisamment forts pour pousser un espion à révéler ses secrets, du LSD a été utilisé pour améliorer les fantasmes des prisonniers durant leur séjour dans les sous-sols des prisons américaines pendant la Guerre Froide. Selon un ensemble de documents déclassifiés, ces techniques biochimiques ont été utilisées jusqu’aux années soixante dans le cadre d’un programme de la CIA appelé MK Ultra.

LA RENAISSANCE DES CONCENTRÉS DU CANNABIS

Les mouvements de la jeunesse à la fin des années soixante ont donné naissance à une nouvelle génération de scientifiques du cannabis. En 1973, le livre « Cannabis Alchemy: The Art of Modern Hashmaking » a essayé de résumer les techniques d’extraction connues jusqu’alors en une méthode unique pour préparer du « miel » de cannabis d’une couleur ambre clair. De l’alcool et du charbon actif étaient les solvants utilisés pour extrait la résine à partir des feuilles et têtes des plants.

Quelques années plus tard, un autre livre appelé « Marijuana Chemistry: Genetics Processing and Potency » offrait un aperçu complet des différentes techniques de préparation d’huile de cannabis. Plusieurs solvants et processus d’extractions différents étaient analysés dans ce qui était la première analyse de toutes les techniques d’extraction connues. Ceci a donné l’impulsion pour les premières expériences maison avec des solvants chimiques volatils. La procédure d’extraction Butane Hash Oil a recueilli le plus de faveurs et elle a commencé à se répandre via un canal de communication pair à pair nommé internet. Le butane est un gaz assez volatil et inflammable, ce qui a provoqué des explosions dans quelques cuisines et caves de ces fumeurs de joints pionniers.

LE BOOM DE LA BUTANE HASH OIL

L’invention du système à boucle fermée a amélioré la méthode d’extraction de la Butane Hash Oil et l’a rendue plus sûre. La BHO est un concentré extrêmement puissant qui est en général consommé en utilisant des systèmes de dabbing ou des vaporisateurs. L’extraction du cannabis par le butane donne normalement une cire collante et claire, qui peut se durcir en morceaux appelés honeycombs ou shatters. La BHO peut contenir jusqu’à 80 % de THC, ce qui rend ce genre d’extrait adapté pour le traitement de la douleur chronique ou d’autres maladies graves. Un test en laboratoire de la pureté est recommandé, car la BHO peut contenir des traces de butane.

Autre technique basée sur les hydrocarbures pour extraire les cannabinoïdes, c’est la méthode Rick Simpson. Aussi connue sous le nom de Phoenix Tears, l’Huile Rick Simpson a gagné en popularité parmi les patients cherchant un remède au cannabis fait maison facile mais puissant. Avec la méthode de Simpson, les cannabinoïdes sont extraits de la matière végétal avec du naphta pur ou de l’alcool isopropylique, ce qui donne un liquide épais pouvant être ingéré ou appliqué sur la peau.

LES CIRES OU WAXES SUR LE NET

cannabis wax

À la fin des années quatre-vingt-dix, le mouvement de libération du cannabis dans le monde entier s’est dynamisé et connecté, en créant le buzz sur internent au sujet de tout ce qui a trait au cannabis, dont les techniques d’extraction. Vers la fin des années 2000, les huiles, cires et miels ont fait leur apparition dans des soirées et concours comme la High Times Cannabis States. Dans les états où le cannabis était légal, les dispensaires se sont mis à vendre des concentrés en même temps que des têtes de cannabis. De nos jours, le succès des liquides ultra-raffinés, des huiles et dabs propulse le secter des extraits concentrés à la place de leader du marché du cannabis libéré.

À partir de 2010, de nouvelles entreprises américaines du cannabis ont fortement investi dans l’amélioration de leurs méthodes et appareils d’extraction. L’extraction par procédé au CO2 supercritique est en train de fixer un tout nouveau standard pour le secteur des concentrés du cannabis. Cette méthode d’extraction coûteuse ouvre la voie dans le développement d’huiles de cannabis sûres, pures et efficaces, grâce à sa capacité à séparer les composants avec un maximum de précision et un minimum de pertes. La méthode d’extraction au CO2 supercritique utilise du dioxyde de carbone à haute pression pour séparer les matières végétales, ce qui ne laisse aucun résidu néfaste.

LE FUTUR AU-DELÀ DU POUVOIR DES FLEURS

Budders, shatters, huiles et toutes les préparations ultra-raffinées ne sont plus si coûteuses quand on prend en compte leur quantité élevée de principe actif au gramme. Ces nouveaux concentrés peuvent offrir au patient un large choix parmi différents ratios en cannabinoïdes et profils de terpènes. Les méthodes à l’ancienne n’étaient pas capables d’extraire tous les phytocomposants bénéfiques du plant de cannabis et/ou laissaient des résidus toxiques dans le produit fini. Les haschisch et huiles traditionnelles ne devraient être considérés comme de bons produits que si leur origine est connue et sûre. S’ajoutant au cannabis cultivé maison, que tout le monde devrait avoir le droit de faire pousser. l’industrie du cannabis répond à présent à tous les goûts, toutes les humeurs ou problèmes de santé avec des extraits à spectre complet au saveurs améliorées. Au revoir les fleurs de skunk.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes