Les 5 Meilleures Façons De Faire Du Hasch

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

Les 5 Meilleures Façons De Faire Du Hasch

Produire du hasch est assez facile quand on s'y met, alors voici 5 façons de transformer vos plants de cannabis en ce concentré de renommée mondiale.

Le hasch, aussi connu sous le nom de haschisch, est une des formes de concentrés de cannabis les plus vieux et les plus couramment utilisés. Sa popularité vient de sa forte puissance et de sa facilité de production, et pratiquement tout le monde peut en préparer. Alors nous avons préparé un guide détaillant ce que c’est, et comment en préparer vous-même.

QU’EST-CE QUE LE HASCH ?

Comme mentionné précédemment, le hasch est une forme de concentré de cannabis. Il est composé des trichomes du plant de cannabis - les petites glandes ressemblant à des poils qui produisent et renferment la grande majorité des cannabinoïdes des plants. Ils sont séparés de la plante et ensuite pressés en des blocs concentrés en utilisant de la pression et de la chaleur. La grande majorité des trichomes pousse autour des fleurs de la plante, c’est donc pourquoi les têtes et les résidus de taille sont les ingrédients principaux pour la production de hasch - même si toute la matière végétale peut être utilisée pour en produire.

Il est important de savoir que simplement séparer les trichomes du plant de cannabis ne produit pas du hasch. Le résultat de cette séparation est connu sous le nom de kief, une autre forme de concentré, qui est l’ingrédient brut de la production de hasch. Ce n’est du hasch qu’après avoir été traité par pression/chaleur, ce qui provoque la décomposition et fonte des trichomes, affectant la consistance, les saveurs et l’effet.

Donc, à la base, il n’y a techniquement qu’une façon de produire du hasch - en le chauffant et le pressant. Cependant, la méthode que vous utilisez pour obtenir votre kief joue un rôle important sur la qualité de votre hasch et provoque des différences subtiles et profondes. C’est pourquoi il existe tant de méthodes «différentes» de produire du hasch, car la méthode que vous utilisez peut définir le type de hasch obtenu.

Note : le type de matière végétale utilisé affecte également la qualité finale du hasch. Des plants entiers peuvent être utilisés pour collecter du kief et produire du hasch, cependant, c’est le kief collecté sur les têtes et sur les petites feuilles autour qui est le meilleur.

Alors voici cinq façons de collecter du kief et d’en faire du hasch.

LE HASCH AU DOIGT

C’est le moyen le plus basique de produire du hasch. C’est souvent le produit de la récolte d’un plant de cannabis, ou de la manipulation d’une grande quantité d’herbe.

À la base, quand on manipule de l’herbe, les trichomes et la résine collent à la peau, comme la résine peut être assez collante. Le hasch au doigt est produit en frottant vos mains ou vos doigts ensemble quand ils sont recouverts de cette résine. La pression du frottement des doigts, combinée avec la chaleur corporelle des mains, peut produire un hasch bas de gamme. Rappelez-vous que toute la poussière, la sueur et la graisse de vos mains sont aussi pressées, ce qui explique qu’il soit considéré comme étant bas de gamme. Cependant, le hasch Charas pressé à la main au Népal est considéré comme étant un régal, ce qui prouve que cette méthode peut donner une matière excellente.

LA MÉTHODE AU MIXEUR

Cette méthode s’appuie sur le fait que les trichomes coulent dans l’eau. Des têtes de cannabis, de l’eau et de la glace sont disposés dans un mixeur - les glaçons sont utilisés car, plus les trichomes sont froids, plus ils se séparent facilement de la matière végétale. Quand le mixeur est allumé, la force du mouvement, ainsi que les collisions provoquées par le mouvement, sépare les trichomes de la plante, ce qui leur permet de couleur au fond quand le mixeur est éteint. Tout est alors versé dans un pot avec une grille pour éliminer les matières végétales - les trichomes sont assez petits pour passer à travers. Le mélange eau/trichomes est alors laissé à reposer durant environ 30 minutes, pour qu’une couche de trichomes se forme au fond du pot. On vide alors deux tiers de l’eau en faisant attention à ne pas déranger les trichomes. Le pot est alors placé au freezer pendant 10 minutes, avant d’être filtré à travers un filtre à café. Le filtre devrait collecter tous les trichomes pour former du kief. Tout ce qui vous reste à faire, c’est ensuite de le faire sécher avant de le presser en hasch.

Cette méthode est considérée comme meilleure que la méthode au doigt, mais elle peut toujours contenir des impuretés.

LA MÉTHODE ÉCRAN DE SOIE

Cette méthode implique de filtrer votre matière végétale de cannabis à travers un écran de soie. Les têtes broyées sont placées sur l’écran de soie et doucement agitées pour décomposer les trichomes et les laisser tomber sur la surface en-dessous. En généralement, il est préférable d’utiliser une surface sombre avec un dessus en verre, ce qui rend facile de voir les trichomes et de les collecter. Ceci vous donnera un kief de base pour produire du hasch avec ; cependant, en utilisant une série d’écrans de soie de plus en plus petits, il est possible de raffiner la pureté et la qualité de votre hasch. Les restes de chaque écran peuvent toujours servir à faire du hasch, et la séparation vous permet de différencier la qualité - le plus fin étant le meilleur. Ceci reste toutefois optionnel. Un seul écran vous donnera un kief suffisamment bon pour faire un hasch raisonnable.

Si vous ne pouvez pas faire vos propres écrans de soie, il est possible d’acheter des boîtes à écran tout en un, permettant un tamisage et une collection manuelle facile.

LA MÉTHODE AU TAMBOUR MÉCANIQUE

Pour ceux qui cherchent la facilité, la méthode au tambour mécanique sera facile. Un tambour mécanique remplit les mêmes fonctions que la méthode à écran de soie, mais elle est complètement automatisée - ce qui rend facile de traiter plusieurs plants. La matière végétale est placée à l’intérieur d’un tambour mécanique constitué d’un écran très fin. Quand il est allumé, le tambour tourne, agite le cannabis et permet aux trichomes de tomber à travers. Après quelques heures, il n’y a plus qu’à l’éteindre et à collecter le résultat.

LA MÉTHODE BUBBLE HASCH

Le hasch produit avec cette méthode d’extraction est le meilleur du meilleur. Peu de personnes considèrent d’autres formes de hasch comme étant meilleures. La méthode Bubble Hasch combine toutes les méthodes précédentes. Avec un seau d’eau et de glace, les matières végétales et trichomes sont filtrées à travers une série de sacs filtrants progressivement plus fins, ce qui donne un produit fini extrêmement pur. Tout comme la méthode au tambour, cette méthode de production possède aussi une version automatisée.

Nous avons préparé un guide plus détaillé de la production de bubble hasch, si vous êtes intéressé.

TRANSFORMER LE KIEF EN HASCH

Quand on a obtenu le kief, il est temps de faire du hasch. Il y a deux façons d’y arriver.

La première façon est d’utiliser juste de la pression, avec une presse à pollen. Ceci vous permet de placer votre kief dans presse, d’appliquer de la pression et de le presser en une boulette. Bien que ceci change son étant sans chaleur - en changeant les saveurs, la consistance et l’effet - le résultat n’est pas considéré comme étant du hasch par certains.

Pour préparer du vrai hasch, vous devez utiliser de la chaleur et de la pression. Le kief est placé dans du cellophane, comme celui utilisé pour emballer des aliments. Le kief doit être compact et dense, il doit être aussi suffisamment emballé pour être sûr qu’il soit étanche à l’eau. Il est alors emballé dans du papier et scotché pour être bien fermé. Le tout est alors placé sous de l’eau chaude du robinet puis dans un four à 175°C. Le cellophane permet de garantir que le kief reste au sec, alors que le papier sec permet d’éviter toute combustion, tout en permettant au kief de ramollir et de fondre. Après 10 minutes à cette température, le paquet est sorti du four et placé sur une surface rigide. On applique alors une forte pression au paquet en utilisant un rouleau à pâtisserie. Il doit être roulé bien à plat de nombreuses fois. Il est possible de répéter ce processus chaleur/pression plusieurs fois en remouillant le papier puis en le replaçant au four, avec ensuite une autre session de pression. Ceci améliore la qualité, mais ce n’est pas essentiel. Une fois satisfait du résultat, on place le paquet au réfrigérateur pour qu’il refroidisse et se solidifie. Note : toujours utiliser du cellophane de qualité alimentaire.

Et voilà ! Vous devriez maintenant avoir toutes les informations nécessaires pour produire votre petite réserve de hasch. C’est un bon concentré et un excellent moyen de transformer des résidus indésirables en hasch consommable.

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs