Le produit a été ajouté à votre panier.
Commander

DabbingIl y a 22 produits.

En résumé, le dabbing est défini comme l’inhalation de la vapeur de concoctions hautement concentrées avec des pourcentages de cannabinoïdes de 75 % et plus, une pureté que le haschisch « normal » ne pouvait que rêver. Alors, qu’est-ce qu’il faut pour « budder up » et prendre un dab ? Vous avez besoin d’un concentré, d’un « dabber », d’un chalumeau et de ce que l’on appelle communément « oil rig » ou « dab rig ». Ces appareils sont tout simplement les pipes conçues spécialement pour prendre un dab.

Ces pipes sont disponibles en deux styles principaux : poêle et clou. Le modèle à poêle et à dôme est constitué d’une petite plaque de métal fixée à un bras oscillant et d’un dôme au-dessus, qui mène à l’axe inférieur de la pipe. Le modèle à clous et globe utilise un clou fait en quartz, de titane ou de verre, et un tube ou une sphère de verre pour envelopper le clou et la vapeur. L’outil pour le dab est une petite tige de verre ou de métal qui sert à prendre le concentré sur la poêle chaude ou le clou que vous avez chauffé au chalumeau.

Vérification de l’âge 18+

Avez-vous 18 ans ou plus ? Le contenu de Zamnesia.fr ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays. Notre boutique en ligne est conforme aux lois néerlandaises.

En cliquant sur Entrée, vous confirmez que vous avez 18 ans ou plus.

Dabbing - Cliquez ici pour plus d'informations

Dabbing: Lisez Tout À Ce Sujet!

Qu'Est-ce Que Le Dabbing ?

QU'EST-CE QUE LE DABBING ?

L’utilisation de concentrés de cannabis n’est pas vraiment quelque chose de nouveau, mais il y a une nouvelle mode autour de nouveaux types de concentrés. Ces substances se présentent sous de nombreuses formes et sont communément appelées par des noms tels qu’huile, wax, budder, BHO, ou shatter. L’intérêt pour le dabbing s’est considérablement accru, en particulier dans les régions où le cannabis est légal. Les dispensaires disposent désormais d’une gamme de dabs tout aussi impressionnante que celle des fleurs.

2012 est souvent considérée comme l’année où les concentrés ont vraiment décollé, et ont depuis continué leur ascension vers une suprématie. Certains disent qu’il s’agit d’un bond en avant dans l’évolution de la fumette, et que le dabbing est une alternative plus saine que fumer une douille ou un joint parce que vous n’inhalez pas le butane du briquet ou la fumée du matériau végétal - seulement la vapeur du concentré.

Mais à chaque mois qui passe, la controverse autour du dabbing s’intensifie. Certaines personnes soulignent les dangers potentiels des nouveaux concentrés, en mentionnant les dangers qu’il y a à les fabriquer et à les savourer. En ce qui concerne leur production, certains concentrés sont produits par des solvants chimiques hautement inflammables comme le butane. En ce qui concerne le processus de dabbing lui-même, certains croient que le look intense de du dab rig et du chalumeau ne permettra pas au courant dominant de continuer à soutenir le cannabis.

D’autres mettent en garde contre les oxydes des clous métalliques et des poêles, mais ceux-ci sont généralement faits de titane, que l’on trouve dans de nombreux produits alimentaires et cosmétiques. Et bien qu’il s’oxyde, ce n’est pas un véritable danger, car l’eau de l’appareil en filtre presque 100 %.

De Quoi Avez-vous Besoin Pour Taper Un Dab ?

Alors, à quoi ressemble une expérience de dabbing ? Dès que le concentré atteint la surface chaude, il se vaporise rapidement et la vapeur est inhalée. Selon le concentré, les effets peuvent donner l’impression d’être complètement défoncé en une seule tafe, ce qui signifie que le dabbing n’est pas pour les débutants et doit être abordé avec prudence. Un extrait à dominance sativa déclenchera un incroyable effet cérébral qui vous préparera pour la journée, alors qu’une puissante variété indica peut vous envoyer au lit en quelques minutes seulement.

HISTOIRE DU DABBING

Histoire Du Dabbing

Le haschisch est une forme archaïque de "cannabis concentré" et est aussi vieux que l’usage du cannabis lui-même. Mais le taux et la puissance du THC ne sont en aucun cas comparables aux concentrés d’aujourd’hui. En plus de la façon dont il s’est assimilé en si peu de temps, c’est un peu un mystère de savoir où, quand et qui a inventé le dabbing.

Hélas, le premier article archivé à ce sujet a été publié par Cannabis Culture en 2005, et d’après eux, les premiers « dabs » étaient en fait fumés dès les années 60.

À cette époque, les méthodes modernes d’extraction des cannabinoïdes faisaient appel à l’alcool, au chloroforme, au butane et à d’autres solvants, et le résultat était commercialisé sous les noms d’ « huile de miel », « huile rouge », « gelée de butane », ou autres noms de concoctions similaires. Les niveaux de pureté et de cannabinoïdes étaient généralement plus élevés que ceux du haschisch, mais les concentrés étaient souvent pollués par des résidus de solvants. Sans compter que le processus de production d’extraits à l’aide de solvants chimiques était très dangereux.

Selon BudderKing, « budder » est le résultat de dix années de recherche, et ses racines se trouvent dans la production d’huile de cannabis liquide ou « huile de miel ». Lui et ses collègues de Surrey, en Colombie-Britannique, ont fait passer la fabrication de l’huile de miel à un niveau supérieur en créant un produit appelé « verre ». BudderKing a expliqué : « c’était une huile raffinée qui a été fabriquée selon un procédé en plusieurs étapes qui impliquait de l’alcool... Nous sommes ensuite allés plus loin et elle s’est durcie en quelque chose qui avait le toucher et l’aspect de l’ambre. Nous l’aimions beaucoup parce qu’il était extrêmement puissant et beaucoup plus facile à fumer que l’huile ».

Certaines personnalités éminentes de l’industrie de la marijuana à des fins médicales affirment que la première fois qu’elles ont entendu parler de tels concentrés à indice d’octane élevé remonte à l’été 2010. Ils supposent aussi que les concentrés ont d’abord pris forme aux États-Unis, soit en Californie du Nord ou au Colorado. De là, les dabs ont commencé à se répandre comme un feu de forêt, prenant de l’ampleur, particulièrement dans les régions de Denver et de Boulder, au Colorado.

En 2012, le processus de fabrication des concentrés est devenu beaucoup plus industrialisé et prédominant parmi les cultivateurs, et à la High Times Cannabis Cup de la même année il y avait en fait plus de gens qui fumaient des concentrés que de la marijuana et en quantités excessives. Le débat sur la question de savoir si le dabbing est plus sain que les méthodes traditionnelles de consommation de cannabis continuent de faire l’objet de débats. Seul le temps nous révélera les subtilités de cette question. Mais une chose est sûre : pour l’instant, les concentrés sont rois.

COMMENT FABRIQUE-T-ON LES DABS ?

Comment Sont Fabriqués Les Dabs ?

Tout d’abord, soyons clairs : strictement parlant, le haschisch est un « dab » - mais avec un pourcentage de cannabinoïdes beaucoup plus bas que les dabs de la génération suivante que nous avons mentionnée ci-dessus. L’une des principales différences entre les substances réside dans le processus de fabrication.

Fondamentalement, le processus de production de budder, shatter, BHO, et autres produits similaires implique habituellement de remplir des têtes de cannabis dans un tube, puis d’y faire passer un solvant chimique liquide. Le solvant « lave » les cannabinoïdes du matériel végétal et finit par s’égoutter hors du tube, où il forme un écoulement liquide de la couleur de l’urine. Ce liquide est recueilli dans un récipient en verre (le meilleur matériau pour faciliter le nettoyage) et chauffé délicatement pour éliminer l’excès de solvant. Le résultat est un dab riche en cannabinoïdes. La qualité du dab dépend de plusieurs circonstances, mais les variables les plus importantes sont la matière première et la qualité du solvant utilisé.

NE PAS TENTER À LA MAISON !

Nous parlons de produire du dab ; mais avant même d’y penser, lisez sur ce sujet, parlez à des gens qui en ont déjà fait (avec succès !), et soyez prudents ! Les produits chimiques impliqués peuvent avoir des effets fatals ! Le butane est hautement inflammable et une utilisation négligente peut causer une explosion, alors que le CO₂ en concentrations élevées peut causer la mort par suffocation. C’est l’essentiel : soyez futé avant d’essayer, et tenez-vous-en à des dabs qui se fument au lieu de faire vos propres dabs si vous n’avez pas une installation sécurisée à 100 %.