Imprimez vos propres médicaments – Le futur de la production des médicaments

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliquesScience

Imprimez vos propres médicaments – Le futur de la production des médicaments

Vous avez peut-être déjà une imprimante 3D à la maison. Mais ce qui suit est bien plus étonnant : un « chimordinateur » est en cours de fabrication, c'est en gros une imprimante 3D qui imprime des médicaments, et de la drogue. Pas mal, non ?

Vous avez peut-être déjà une imprimante 3D à la maison. Mais ce qui suit est bien plus étonnant : un « chimordinateur » est en cours de fabrication, c'est en gros une imprimante 3D qui imprime des médicaments, et de la drogue. Pas mal, non ?

Malheureusement, ce n'est pas encore possible d'acheter l'imprimante à drogue. Mais peut-être bientôt : le professeur Lee Cronin dirige une équipe de 45 chercheurs sur le sujet. Après avoir créé de grosses molécules complexes pendant les dernières années, ils voulaient faire passer la technologie au niveau supérieur. Comme ils ont reçu une abondance de crédits pour leur « chimordinateur », on peut s'attendre à voir des résultats dans quelques années.

Mettre la théorie en pratique

Il y a quelques années, lors d'une conférence TED, Cronin a souligné que l'un de ses buts était de créer « une vie inorganique » grâce à la création d’algorithmes évolutifs dans de la matière inerte. Un projet dérivé de cette pensée s'est développée en un tout nouveau projet secondaire pour lui et son équipe, à savoir se saisir de la nouvelle technologie de l'impression 3D pour télécharger et imprimer des médicaments.

Cronin décrit le raisonnement derrière le projet comme étant un désir de mettre tout les travaux théoriques et de laboratoire en application pratique, une application utilisable au quotidien et qui pourrait changer la façon dont nous traitons les médicaments. Dans une déclaration soulignant son ambition, il a dit « en fait, ce qu'Apple a fait pour la musique, j'aimerais le faire pour la découverte et le distribution des médicaments. » C'est une affirmation osée, mais Cronin a une équipe de chercheurs de classe mondiale avec lui, et il a passé les 10 dernières années à créer des molécules par auto-assemblage, donc tout pourrait être possible.

Le projet est encore en phase de conception, mais son potentiel est énorme. Il a demandé beaucoup d'idées non-conventionnelles. Cronin décrit comment ils ont actuellement adapté une imprimante 3D pour imprimer d'abord un « mini labo » à partir de mastic. Ce labo est essentiellement une zone pour que des réactions chimiques se produisent, ce qui permet à l'imprimante d'injecter des encres chimiques dans ses différentes parties pour pouvoir provoquer la chaîne de réactions nécessaires à la production du médicament en question.

Ces encres seraient seulement de simples réactifs, à partir desquels des molécules plus complexes pourraient être produites. Cronin souligne que la plupart des médicaments sont produits à partir d'hydrogène, de carbone et d'oxygène, ainsi que de matériaux facilement disponibles comme de la paraffine et des huiles végétales. « Avec une imprimante il devrait être possible qu'en utilisant un nombre relativement réduit d'encres on puisse produire n'importe quelle molécule organique », comme il le déclare.

Une révolution en marche

Quelles sont les implications d'une telle machine ? Essentiellement, elle permettrait à tout personne y ayant accès de créer n'importe quel médicament ou drogue. Bien sûr, on pense tout de suite à imprimer de tout, du LSD au 2C-T-7, et en effet, on pourrait bien s'y diriger. C'est un peu comme une histoire de science-fiction, mais cette idée pourrait devenir réalité dans un futur pas si distant.

En plus de réaliser les rêves les plus fous des voyageurs psychédéliques, une telle imprimante pourrait révolutionner la disponibilité des médicaments dans les pays du Tiers-Monde. Mieux que tout, elle permettrait l'accès aux médicaments que les compagnies pharmaceutiques refusent de produire parce qu'elles ne peuvent pas les breveter, ou parce qu'ils ne sont pas assez demandés pour être rentables.

Cronin déclare que « il y a beaucoup de médicaments qui ne sont pas disponibles car la population qui en a besoin n'est pas assez nombreuse ou riche. Notre modèle change cette économie d'échelle, il peut rendre rentable n'importe quel médicament ». Ce projet pourrait effectivement démocratiser l'accès à n'importe quel médicament.

Comme vous pouvez imaginer, ce projet a suscité beaucoup d'intérêts très divers : des compagnies pharmaceutiques intéressées de savoir comment l'utiliser et l'intégrer dans leur modèle commercial, aux généraux de l'OTAN qui approuvent l'idée d'avoir une pharmacie portable et illimitée sur le champ de bataille. Les applications sont innombrables, l'imprimante pourrait même faciliter la découverte et la synthèse de nouveaux médicaments, ouvrant d'énormes perspectives !

Cronin espère avoir un prototype en fonctionnement dans les prochaines années. Des prototypes qui pourraient être présentés à des fondations humanitaires comme la fondation Bill et Melinda Gates, qui pourraient, comme l'espère Cronin, aider à les transmettre au pays en voie de développement.

Est-ce que cela signifie que dans le futur nous pourrons imprimer nos propres médicaments depuis notre domicile ? Qui sait, peut-être, mais il y aura forcément des répercussions légales autour d'un tel appareil. Quoi qu'il en soit, son potentiel est révolutionnaire.