Une nouvelle approche pour réduire la criminalité : la thérapie psychédélique

Publié le :
Catégories : BlogLois sur les droguesPsychédéliques

Une nouvelle approche pour réduire la criminalité : la thérapie psychédélique

Au contraire de ce que les médias prêchent, les substances psychédéliques pourraient actuellement réduire les taux de criminalité et aider les délinquants à revenir sur le droit chemin.

Beaucoup d'entre nous ont expérimenté la puissance des hallucinogènes. Que ce soit pour combattre la dépression ou donner un coup de pouce à la créativité, des substances psychédéliques comme les champignons magiques, l'Ayahuasca, le LSD et l'Iboga possèdent la clé pour pouvoir provoquer de profonds changements personnels. Récemment, le monde universitaire redécouvre le potentiel des enthéogènes, surtout les psychothérapeutes qui leur découvrent de nouvelles et prometteuses applications. Même si ce n'est pas une découverte nouvelle, la thérapie psychédélique comme approche de réduction de la criminalité suscite de nouveau l'intérêt.

Les substances psychédéliques gardent les anciens délinquants hors de prison

Il a été découvert que, statistiquement, les criminels ayant un passé de consommation de substances enthéogènes avaient moins de chances de récidiver que les autres. Cette étude, publiée dans le Journal of Pharmacology par des chercheurs de l'University of Alabama et du John Hopkins School of Medicine, à Baltimore, a été menée sur une période de 5 ans. Elle a analysé plus de 25.000 personnes ayant un passé de consommation et abus de drogues, participant toutes au programme de réinsertion Treatment Accountability for Safer Communities program (TASC).

Seuls 1 % des personnes suivant ce programme ont été diagnostiqués avec un « trouble de consommation d'hallucinogènes », un terme pour signifier leur consommation de substances psychédéliques. Ces 1 % souffrant de trouble de consommation d'hallucinogènes s'est beaucoup mieux comporté que les 99 % autres et ils étaient « bien moins susceptibles de violer les règles du TASC ou d'autres conditions, moins susceptibles de comparaître devant un tribunal, et moins susceptibles d'être incarcérés. »

Les résultats en perspective

En essayant de trouver, à la lumière de leurs connaissances, les raisons derrière ce fait, les chercheurs suggèrent que la consommation d'hallucinogènes pourrait avoir favorisé l'abstinence des autres drogues, telles que l'alcool, et pourrait avoir créer des comportements sociaux positifs dans une population souffrant autrement de taux de récidive élevés.

Si vous pensez comme nous, alors pour vous aussi c'est une hypothèse assez juste. Les hallucinogènes sont utilisés depuis des milliers d'années pour améliorer la spiritualité et la compréhension interpersonnelle. Avoir l'esprit ouvert aide à mettre les choses en perspective, ce qui nous donne une autre appréciation des communautés autour de nous.