Comment Les Substances Hallucinogènes, Dissociatives Et Délirantes Diffèrent Entre Elles

Publié :
Catégories : BlogL'éducation aux droguesPsychédéliques
Dernière édition :

Substances Hallucinogènes, Dissociatives Et Délirantes


Quand la plupart des gens pensent aux substances trippantes, ils pensent automatiquement à l’acide et aux champis. Mais cette catégorie de substances est en réalité très vaste et comprend une variété de différentes substances tombant dans trois catégories différentes : hallucinogènes, dissociatives et délirantes.

Les substances hallucinogènes, couramment connues comme psychédéliques, sont par définition une classe de substances qui provoquent des hallucinations visuelles, auditives et sensorielles. Elles peuvent être présentes dans la nature, comme c’est le cas des champignons et du Peyotl. Les ingrédients actifs peuvent être extraits des plantes, des champignons et des racines, ou ils peuvent être artificiels. Les substances hallucinogènes dissociatives, incluant la PCP et la kétamine, agissent contre les récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA) dans le cerveau.

La différence entre substances dissociatives et hallucinogènes classiques est une sensation notable de dépersonnalisation, la sensation d’être à l’extérieur de son propre corps. Enfin, dernières de cette liste, on retrouve les substances délirantes comme le Bénédryl et les benzodiazépines, qui sont une classe de substances assez peu populaires pour une consommation récréative. Quand elles sont consommées en excès, les substances délirantes sont connues pour produire des hallucinations vivaces et assez désagréables, d’où leur impopularité en comparaison des champis, de l’acide et même de la kétamine.

HALLUCINOGÈNES COURAMMENT CONSOMMÉS

Les substances psychédéliques popularisées dans les années 1960 et 70 sont les substances hallucinogènes les plus largement consommées, et à juste titre. Non seulement l’effet est plus pur et plus élévateur qu’avec les autres types de substances de cette liste, mais en plus ce sont les plus sûres. Ce type de substance s’accompagne d’un faible taux d’addiction et de pratiquement aucun effet négatif à long terme sur la santé. Certaines personnes rapportent même se sentir comme une nouvelle version améliorée d’eux-mêmes après un bon trip à l’acide ou sous champis.

LSD

Le LSD, aussi connu comme acide, carton ou doses, est une des substances hallucinogènes les plus fortes qui existent. C’est un composé transparent, sans odeur et soluble dans l’eau extrait à partir d’un champignon du seigle.

CHAMPIS

 Champis/champignons Magiques

Les champis/champignons magiques/psilocybine font référence à certaines espèces de champignons présents au Mexique, en Amérique du Sud et aux États-Unis. Les champis ont une longue histoire qui remonte à des milliers d’années. Par le passé, ils étaient consommés dans des cérémonies religieuses et spirituelles par des cultures indigènes. De nos jours, les champis sont surtout consommés de manière récréative ou microdosés pour des bienfaits de santé.

Les champis peuvent de manger crus, mélangés à d’autres aliments ou infusés dans un thé. Au fait, le moyen le plus facile de préparer une savoureuse infusion de champignons est d’ajouter vos champis (de préférence écrasés) dans un récipient d’eau chaude (pas plus chaud que 50°C, sinon les composants psychoactifs se dégraderont) et de laisser infuser pendant 15 à 20 minutes. Ensuite, vous filtrez les champignons, ajoutez un sachet de thé (de la saveur que vous préférez) et faites infuser un peu plus longtemps.

PEYOTL

Peyotl

Le Peyotl est une autre substance psychédélique très populaire. Imaginez Jim Morrison en train de tripper dans le désert de la Sonora.

Aussi appelé boutons et mescaline, le Peyotl est un petit cactus qui pousse dans le sud de l’Arizona, le sud du Nouveau-Mexique et dans la région Sonora du nord du Mexique. La partie supérieure du cactus comporte de petits boutons circulaires qui sont coupés, séchés et ensuite soit mâchés, soit trempés dans de l’eau ou infusés avec du thé.

SUBSTANCES DISSOCIATIVES ET DÉLIRANTES COURANTES

Comprimés, Capsules, Poudre

La PCP (Phencyclidine) a été créée dans les années 1950 pour être utilisé comme anesthésiant général en chirurgie, mais elle a fini par être interdite. De nos jours, elle n’est consommée que de manière récréative. Elle peut être trouvée sous de nombreuses formes, comme des comprimés, des capsules, du liquide ou de la poudre. Ceci permet d’en consommer d’une multitude de façons, comme en la sniffant, l’injectant, la fumant ou la mangeant.

Autre substance qui a gagné en popularité, la kétamine, astucieusement surnommée « Special K ». Ce qui a initialement commencé comme un anesthésiant pour l’homme et les animaux est à présent volé dans les cabinets vétérinaire et revendu au marché noir.

Aucune liste de substance trippante ne serait complète sans mentionner le sirop pour la toux, aussi connu comme DXM ou robo. C’est une des substances hallucinogènes les plus couramment abusées par les adolescents et les jeunes adultes.

Les substances provoquant un délire, qui ne sont pas très populaires en raison des sensations et hallucinations désagréables qu’elles provoquent, incluent l’atropine, la scopolamine (hyoscine), la diphenduramine (Bénadryl) et les benzos (benzodiazépines).

QUELS SONT LES EFFETS DE CHACUN

Mauvais Trip

Les effets à court terme des substances hallucinogènes incluent, eh bien, des hallucinations pouvant durer jusqu’à 12 heures. Mais pour ce qui est du trip, l’expérience peut partir dans deux directions. Cela peut être un bon trip, mentalement stimulant, amusant et inspirateur, ou vous pourriez faire un mauvais trip.

Un mauvais trip peut être un cauchemar absolu, provoquant des sensations de peur, d’anxiété et de désespoir. Naturellement, la nature de votre effet dépend des quantités ingérées, de la personnalité du consommateur, de l’humeur, du métabolisme et de l’environnement immédiat. Voici quelques-uns des effets à court terme spécifiques à chaque substance.

LSD

LSD

  • Augmentation de la tension, du rythme cardiaque et de la température corporelle
  • Étourdissement et somnolence
  • Perte d’appétit, bouche sèche et sueurs
  • Engourdissement, faiblesse et tremblements
  • Impulsivité
  • Rapides changements émotionnels

Psilocybine

  • Sensations de relaxation (similaire aux effets du cannabis fumé)
  • Nervosité, paranoïa et réactions paniques
  • Expériences introspectives/spirituelles
  • Empoisonnement si le champignon est mal-identifié et si un mauvais type des consommé

Peyotl

  • Augmentation de la température corporelle et du rythme cardiaque
  • Mouvements incoordonnés (ataxie)
  • Sudation profonde
  • Sentiment de purification

Les substances dissociatives (Kétamine, PCP, Sirop pour la Toux, etc.) produisent également des hallucinations visuelles et auditives, mais elles s’accompagnent de sensations de détachement complet de la réalité. D’autres effets à court terme incluent l’anxiété, la perte de mémoire, une perturbation des fonctions motrices, des crises convulsives ou de graves contractions musculaires et même des tendances agressives et violentes.

Les substances provoquant le délire ont également des symptômes assez désagréables. En plus de leur effet misérable, elles sont connues pour provoquer également de la tachycardie, de l’hyperthermie et même des insuffisances cardiaques. Très peu d’études ont été menées sur les effets à long terme de ce type de substances.

ALORS QUELLES SONT LES PLUS SÛRES ?

ICSD

Selon une recherche récemment réalisée, les champignons magiques sont la substance récréative la plus absolument sûre. L’étude menée par Global Drug Survey a interrogé plus de 120 000 personnes pour découvrir les taux de visites aux urgences nécessaires après la consommation de différentes substances. Les taux de soins d’urgence rapportés pour les champignons magiques étaient cinq fois plus faibles que les autres substances.

De plus, une équipe de recherche nommée l’ Independent Scientific Committee on Drugs (ICSD), dirigée par David Nutt, Docteur en Médecine du Collège Impérial de Londres, a testé 20 différentes substances sur une échelle prenant en compte une variété de possibles dangers pour la société. Une fois de plus, les champis ont également remporté cette enquête. Ceci rend difficile de nier le fait que la psilocybine est la plus sûre des substances au monde, pour les consommateurs et pour la société.

alex

Écrit par: alex
Avec des années d’expérience dans l’écriture et le milieu du cannabis, combiner les deux et écrire au sujet des dernières nouvelles de la weed était logique. Alexandra est originaire de Californie du Sud et se bat actuellement pour le cannabis dans le Midwest Américain.

De nos auteurs

Produits Connexes