Torche Bolivienne : Le Cactus Psychoactif Des Quatre Vents

Published :
Catégories : Art & CultureBlogPsychédéliques

Torche Bolivienne : Le Cactus Psychoactif Des Quatre Vents


Les plantes psychoactives ont une longue histoire parmi de nombreuses anciennes cultures. Dans cet article nous regardons en profondeur le cactus des quatre vents, une espèce ultra rare d'Amérique du Sud : ses origines et les légendes sur sa puissance.

Les plantes psychoactives ont une longue histoire comme médicaments et ingrédients centraux dans des pratiques religieuses ou spirituelles dans bon nombre des plus anciennes cultures du monde.

Les Amérindiens, par exemple, semblent avoir consommé du peyotl, un petit cactus riche en mescaline, pendant plus de 5000 ans. Les tribus d’Amazonie s’appuyaient sur l’ayahuasca, une boisson riche en DMT préparée à base de plantes locales, comme ingrédient principal dans des cérémonies spirituelles pendant des siècles.

Mais il existe une plante psychoactive qui semble les dépasser toutes. Une espèce de cactus rare, connue sous le nom de Cactus De Los Cuatro Vientos (cactus des quatre ventes), qui est censée renfermer d’énormes concentrations de mescaline et autres alcaloïdes, ce qui lui donne des bienfaits pour la santé et des propriétés psychoactives uniques.

Continuez à lire pour plus d’informations sur ce cactus Sud-Américain unique, sur ses origines et la légende qui entoure son pouvoir.

 

 

Bolivian Torch

Encore mieux, nous avons l’intention de proposer ce cactus des quatre vents dans un futur proche, alors revenez nous voir régulièrement pour vous en procurer.

LA LÉGENDE DU CACTUS DES QUATRE VENTS

Le Cactus De Los Cuatro Vientos est un type de cactus spécial originaire d’Amérique du Sud. Sa taxonomie spécifique, comme nous le verrons plus tard dans cet article, fait l’objet de débats acharnés. Sa puissance psychoactive est, sans l’ombre d’un doute, extraordinaire.

L’ethnobotaniste et anthropologue Wade Davis le considère comme « une plante si puissante qu’elle pourrait annihiler la conscience, transformer le corps en esprit, fissurer le ciel ». L’historien italien Mario Polia déclare que quiconque trouve le cactus des quatre vents est considéré comme étant « un grand chaman ou destiné à en devenir un ».

Ce cactus extrêmement rare, caractérisé par le fait qu’il ne possède que quatre côtes sur ses tiges, occupe une place spéciale dans les antiques cultures du Pérou, de l’Équateur et de la Bolivie.

Les plus anciennes mentions du cactus des quatre vents remontent à des milliers d’années. À la fin du 20ème siècle, l’archéologue péruvien Rosa Fung a fouillé des sites cérémoniels à Las Aldas, un large complexe archéologique situé environ à 300km de Lima au Pérou, qui remonte à environ 2200 ans avant notre ère.

Selon El Mundo Magico, ses fouilles ont mis à jour des restes du célèbre cactus sous forme de cigares.

Des gravures dans un ancien temple, des vases en céramiques et des textiles remontant à aussi loin que 1200 ans avant notre ère sont aussi couramment utilisés comme référence afin de démontrer le rôle du cactus des quatre vents dans la culture antique.

Le temple et ses gravures ont été trouvés à Chavín de Huantar, un site archéologique occupé par les Chavin, une culture pré-Inca majeure. Il figure un être mythique tenant un cactus dans sa main droite tendue.

femme chamane

Cet être a des griffes de jaguar sortant de ses pieds et il est considéré comme une preuve que les Chavin faisaient partie d’un ancien culte vénérant le jaguar comme dieu. Le fait que cet être tienne le cactus des quatre vents suggère une place centrale de la plante dans les cérémonies religieuses de ce culte.

Selon El Mundo Magico, des textiles Chavin remontant au premier millénaire avant notre ère montrent aussi le cactus en associations avec le jaguar et un colibri. Dans son livre « Wizard of The Four Winds », l’archéologue américain et professeur à l’Université de Californie Douglas Sharon écrit que ces animaux avaient une grande signification pour les chamans anciens.

« Le colibri, le jaguar et le cerf ne sont pas des animaux étrangers dans le monde chamanique. Les curanderos contemporains rapportent comment le colibri représente la capacité chamanique a aspirer les maladies d’origine magique hors d’un patient affecté par la sorcellerie », écrit Sharon.

Dans son livre, Sharon consacre un chapitre entier au cactus des quatre vents et à l’exploration de sa place dans le monde antique.

« Les cactus à quatre côtes, comme les trèfles à quatre feuilles, sont considérés comme étant très rares et très chanceux et ils sont tenus pour avoir des propriétés curatives spéciales, car ils correspondent aux puissances surnaturelles des quatre vents et quatre chemins associés aux points cardinaux invoqués dans les rituels de guérison », écrit-il.

Les guérisseurs péruvien pensent que les quatre vents s’associent aux quatre points cardinaux de la boussole : le Nord, un lieu de pouvoir et de fort magnétisme, symbole du Pôle Nord ; le Sud, un lieu d’action et de force, symbole des forts vents du sud ; l’Ouest, un lieu de mort où le soleil meurt dans la mer ; et l’Est, un lieu de renaissance, d’où le soleil émerge à nouveau.

Les Incas ont aussi divisé leur empire en quatre régions et ont construit quatre routes amenant à Cuzco à partir de chaque division individuelle. Selon El Mundo Magico, les quatre quarts de l’empire convergeait à Cuzco, considérée comme le centre du monde, comme Delphes pour les Grecs anciens.

IDENTIFIER LE CACTUS DES QUATRE VENTS

Le cactus des quatre vents est historiquement un cactus à quatre côtes, dont la taxonomie spécifique est passionnément débattue.

Le processus de distinction entre des espèces de cactus différentes mais semblant similaires est extrêmement complexe et fastidieux. Selon Vice, les taxonomistes cherchant à classifier les différentes espèces de Trichocereus, le genre du cactus des quatre vents, prennent en compte la haute maximale d’une espèce, la largeur, le nombre de côtes, le nombre d’épines (ainsi que leur longueur, leur circonférence et leur angle) et de nombreuses autres variables.

L’article d’El Mundo Magico référencé dans ce post affirme que le cactus appartient à l’espèce San Pedro (Echinopsis pachanoi), un type de cactus connu pour contenir une variété d’alcaloïdes, dont de la mescaline, ce qui lui donne de forts effets psychoactifs.

Cependant, des analyses chimiques montrent que le cactus Torche Bolivienne (Echinopsis lageniformis) contient des niveaux de mescaline bien plus élevés que le San Pedro. Donc, il est plus probable que le vrai Cactus De Los Cuatro Vientos soit en fait une Torche Bolivienne.

Des échantillons à quatre côtes des deux espèces sont extrêmement difficiles à trouver et les guérisseurs locaux au Pérou, en Equateur et en Bolivie utilisent le plus souvent des cactus avec jusqu’à quatre côtes.

COMMENT COMMANDER UN CACTUS DES QUATRE VENTS

Zamnesia a l’intention de proposer des échantillons de haute qualité du cactus des quatre vents dans un futur proche. Pour en savoir plus sur cette plante unique et pour vous la procurer le plus vite possible, rendez-vous sur notre page produit.Four winds cactus

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes