Soulager l'anxiété dans la fin de vie avec des drogues psychédéliques

Publié le :
Catégories : Blog

Soulager l'anxiété dans la fin de vie avec des drogues psychédéliques

C'est seulement très récemment que l'intérêt pour les drogues psychoactives comme la psilocybine et le LSD pour un usage clinique a été ranimé. Ces substances avaient une mauvaise réputation depuis le

C'est seulement très récemment que l'intérêt pour les drogues psychoactives comme la psilocybine et le LSD pour un usage clinique a été ranimé. Ces substances avaient une mauvaise réputation depuis les années 1960 quand les psychologues Timothy Leary et Richard Alpert ont répandu leur philosophie "allumer, se brancher" sur la jeunesse et la culture, qui a testé avec enthousiasme les nouvelles drogues miracle, mais qui n'était pas préparée aux effets induits par ces substances psychédéliques. En conséquence, ces substances psychédéliques ont été bannies en 1970 et la recherche sur leurs éventuels effets bénéfiques a connu un coup d'arrêt.

Des études récentes ont révélé que les drogues psychédéliques telles que le LSD et la psilocybine sont d'une grande aide pour l'anxiété, le stress, le Syndrome de Stress Post-traumatique et la douleur causée par les formes de cancer avancé. La délivrance d'une dose de psilocybine sous la supervision d'un médecin et dans un environnement contrôlé - le Dr Leary suggérerait probablement des tapis persans, de la musique au sitar et des poufs - peut changer positivement et durablement les perspectives des patients, même pour ceux confrontés à une maladie mortelle, grâce aux sensations de paix, d'optimisme, de bien-être et d'euphorie expérimentés pendant la procédure. Certains médecins et psychologues spécialisés en soins palliatifs suggèrent que l'utilisation de drogues psychoactives pourrait apporter ce qu'ils appellent une "bonne mort", une disparition sans anxiété, sans stress ni douleur de fin de vie.

Est-ce que les substances psychédéliques et leurs potentiels bénéfices sont dignes d'une seconde évaluation de la part des professions médicales ? Si elle pouvait faciliter le processus de fin de vie, seriez-vous d'accord pour une expérience augmentant et altérant le champ de conscience ?

comments powered by Disqus