Blog
LSD
9 min

Guide Des Effets Du LSD Sur Le Corps Et L'Esprit

9 min
News Research

Le LSD, ou " acide ", est une des substances psychédéliques les plus populaires et puissamment psychédéliques, efficace avec de petites doses au millionième de gramme. Que se passe-t-il vraiment dans votre cerveau quand vous avalez un buvard ?

L'acide lysergique diéthylamine (LSD), appelé « acide » dans le langage courant, est la substance psychédélique la mieux connue et la plus étudiée. Il est efficace à des doses extrêmement faibles, aussi petites que 20 microgrammes et il peut catalyser des états de conscience altérée et une variété d'effets psychédéliques. Un « trip » sous LSD proprement dit peut inclure des hallucinations visuelles et auditives et entraîner des états d'extase, de profondes nouvelles révélations et une illumination spirituelle — mais il peut aussi provoquer des effets négatifs comme l'anxiété.

Penchons-nous sur l'histoire du LSD, ses applications médicales et ses effets sur le corps et l'esprit.

UNE BRÈVE HISTOIRE DU LSD

Le LSD a été découvert par accident en 1938 par le chimiste suisse Albert Hofmann, qui a synthétisé le LSD dans les laboratoires Sandoz à Bâle alors qu'il cherchait à créer un stimulant circulatoire. En synthétisant de nouveau la substance 5 ans plus tard, il en a accidentellement absorbé une minuscule quantité à travers le bout du doigt — les effets étranges qui ont suivi ont été décrits par lui comme un état onirique, très imaginatif.

À la suite de la découverte du LSD, des scientifiques du monde entier — dont des professionnels de santé — se sont mis à étudier cette remarquable nouvelle substance. De nombreuses expériences ont suivi, alors que la science cherchait à comprendre comment le LSD affecte notre conscience.

Cet intérêt ne s'est pas cantonné aux seuls cercles scientifiques. Des psychiatres ont commencé à consommer la substance à des fins récréatives et à la partager entre amis. Au début des années 1960, les expériences avec le LSD du Dr Timothy Leary à l'Université Harvard ont fait connaître cette nouvelle substance au grand public. Dans le même temps, les médias grand public ont commencé à diaboliser la substance et ses défenseurs, phénomène ayant connu son apogée avec la déclaration du président Nixon qualifiant Leary « d'homme le plus dangereux d'Amérique ».

Related Story

Les VIP À La Tête De La Révolution Psychédélique

Tout ceci n'a pas empêché le LSD de devenir la substance la plus populaire dans la contre-culture alors émergente, alimentée par des opinions anti-establishment suscitées par la guerre du Vietnam. Les défenseurs du LSD le présentaient comme la nouvelle substance miracle qui pouvait libérer les gens des contraintes sociales, les aider à grandir spirituellement et leur enseigner le vrai sens de l'existence.

De nos jours, avec d'autres substances psychédéliques comme les champignons magiques, le LSD reste populaire chez les psychonautes. Cependant, c'est actuellement une substance classée à l'Annexe I aux États-Unis, la catégorie de substances les plus lourdement criminalisées, considérées comme ayant « un fort potentiel d'abus » et « aucune application médicale acceptée ». Cependant, ces dernières années, les preuves s'accumulent en faveur des bienfaits thérapeutiques des substances psychédéliques telles que le LSD.

COMMENT AGIT LE LSD ?

Même si le mécanisme d'action du LSD n'a pas été totalement élucidé, on sait qu'il se lie aux récepteurs à sérotonine (5-HT) dans le cerveau. La sérotonine est un neurotransmetteur naturel possédant un large éventail d'implications liées à l'humeur, à l'appétit, aux comportements sexuels et bien plus. Des récepteurs à sérotonine ont également été découverts dans des régions du cerveau impliquées dans l'apprentissage. Un manque de sérotonine, ou des troubles du système sérotoninergique, sont souvent constatés chez les personnes souffrant de dépression chronique.

Comment Agit Le LSD ?

Pour en revenir aux effets du LSD, le point le plus remarquable avec la sérotonine est qu'elle affecte la manière dont le cerveau traite les informations, en altérant potentiellement les signaux électriques. Ceci explique partiellement comment la consommation de LSD peut entraîner des effets visuels et auditifs et comment il pourrait influencer et même améliorer des sens comme le goût et le toucher.

Quand on prend du LSD, la substance est rapidement absorbée dans le système digestif, où elle entre dans le foie puis est métabolisée. À partir de là, elle pénètre dans la circulation sanguine et finit par atteindre les récepteurs à sérotonine dans le cerveau. Il peut falloir attendre plusieurs heures pour atteindre le sommet d'un trip sous LSD et les effets psychédéliques durent jusqu'à 12 heures selon la dose. À la suite de la consommation, le corps éliminera naturellement tout le LSD restant en quelques jours.

LES EFFETS DU LSD

Les Effets Du LSD

Le LSD peut exercer une variété d'effets sur le corps et l'esprit, qui peuvent être décomposés en plusieurs groupes : effets physiques, visuels et auditifs, cognitifs, multi-sensoriels, trans-personnels et combinés. Sachez cependant que les informations présentées ici se basent sur des rapports anecdotiques. Ces effets se produisent rarement tous en même temps. L'expérience sera différente d'une personne à l'autre et d'un trip à l'autre et variera en intensité selon la dose prise.

EFFETS PHYSIQUES

Parmi les effets physiques du LSD, il y a un effet stimulant défini par des changements de température corporelle, de tension et de rythme cardiaque. Les pupilles d'un consommateur de LSD peuvent se dilater et il peut ressentir une sensation de chaleur qui monte. Parfois, les consommateurs perçoivent une amélioration dans la vue, le toucher ou l'odorat. Le LSD peut également affecter l'appétit et provoquer une déshydratation, de la transpiration et des nausées.

EFFETS VISUELS ET AUDITIFS

Les effets visuels et auditifs que l'on peut ressentir sous LSD peuvent également être divisés en groupes : améliorations, distorsions, géométrie et hallucinations.

Les améliorations se produisent quand le LSD améliore nos sens. Par exemple, on peut voir les couleurs plus vives et plus intenses, les images plus claires ou plus grosses (« grossissement ») ou on peut entendre mieux.

Parmi les distorsions, on peut citer les distorsions visuelles comme les traînées, les images persistantes, les flottements dans les couleurs et les formes, les textures et les motifs.

Les consommateurs de LSD voient souvent des formes géométriques et des motifs kaléidoscopiques. Ils peuvent varier en complexité et en structure, être vifs ou colorés, naturels ou synthétiques et statiques ou en mouvement.

Autre composante d'un trip sous LSD, les hallucinations, qui peuvent être internes ou externes. Le consommateur peut percevoir des entités ou des paysages, ou peut voir le monde à travers une perspective visuelle différente. Les hallucinations internes sont celles qui se produisent dans un environnement imaginé qui n'existe pas dans le monde réel, normalement vécues quand le consommateur ferme les yeux lors du trip. Les hallucinations externes sont les hallucinations qui se produisent dans l'environnement, comme si elles étaient réelles. En plus des hallucinations visuelles, il peut aussi y avoir des hallucinations auditives, comme le fait d'entendre votre nom alors que personne ne l'a prononcé.

EFFETS COGNITIFS

Ces effets altèrent notre mode de pensée et de perception de la réalité. Une capacité accrue à se concentrer sur une tâche, de meilleures capacités analytiques, une accélération de la pensée, des coups de pouce à la créativité et la mémoire, une amélioration des émotions et de l'empathie, une sensation de déjà vu, une augmentation de la libido ainsi que des effets négatifs comme de l'anxiété et de la paranoïa, autant d'éléments pouvant être ressentis.

EFFETS MULTI-SENSORIELS

Le LSD peut parfois entraîner une synesthésie, qui est le fait de lier ou fondre des sens qui ne sont pas normalement connectés. Le consommateur peut alors « entendre » des couleurs ou « voir » des sons sous les effets du LSD.

EFFETS TRANS-PERSONNELS

Ceux qui ont pris du LSD rapportent souvent que la substance les aide à atteindre des auto-réalisations existentielles, tout en leur donnant une sensation d'unité, de croissance spirituelle et d'interconnexion. Parfois, le LSD peut avoir un effet si profond sur une personne qu'il change ses opinions et croyances personnelles, car la substance révèle alors leurs défauts. Les connaissances et les points de vue tirés d'une expérience sous LSD peuvent modeler la vie du consommateur des années après le trip.

EFFETS À LONG TERME DU LSD

Effets À Long Terme Du LSD

Le LSD a longtemps eu la réputation d'être une substance liée à la contre-culture, un outil pour se libérer des contraintes de la société et explorer de nouvelles frontières sur soi et la réalité. Dès le début, la substance a également attiré l'attention des psychothérapeutes de la mouvance new-age qui ont vu en elle un excellent outil thérapeutique, non seulement pour les problèmes individuels de chaque personne, mais de la société dans son ensemble. De nos jours, des éléments suggèrent aussi que les substances psychédéliques telles que le LSD pourraient bien améliorer notre bien-être psychologique.

Dans une étude de 2016[1] menée par le Collège Impérial de Londres, 20 participants en bonne santé ont reçu 75µg de LSD, ce qui est considéré comme étant une dose faible à modérée. Les participants ont alors passé un certain nombre de tests de personnalité et de mesure de l'optimisme. Les résultats des tests, publiés dans le Cambridge University Journals, ont découvert une augmentation de l'optimisme et de l'ouverture d'esprit, sans changements de pensée délirante.

LE LSD AMÉLIORERAIT LES CAPACITÉS LINGUISTIQUES

Le LSD Améliorerait Les Capacités Linguistiques

Une autre étude menée au cours de la même année, nommée « Semantic activation in LSD: Evidence from picture naming[2] » a exploré le lien entre le LSD et le langage. Dix participants, ainsi qu'un groupe placebo, ont reçu une dose modérée de LSD. On leur a ensuite demandé de nommer un ensemble d'images. Pendant l'expérimentation, la substance n'a pas ralenti le temps de réaction, mais a eu des effets significatifs sur la précision et la correction des erreurs qui « étaient conformes avec une augmentation de l'étendue de l'activation sémantique », ce qui suggère ce que les chercheurs appellent un effet « entropique » du LSD sur l'esprit.

Il semble que le LSD active les réseaux sémantiques du cerveau, où il affecte la manière dont les idées et les mots sont stockés en lien les uns avec les autres. Un exemple simple de ce phénomène se produit quand une personne perçoit une image et que plus de mots surgissent de la même famille de sens. Ces découvertes sont importantes, à la fois pour notre compréhension neurobiologique de l'activation du réseau sémantique et pour les possibles applications du LSD dans le domaine de la psychothérapie psychédélique. Dans le cas de la psychothérapie, les effets que possède le LSD sur le langage pourraient aider l'esprit à accéder à des concepts éloignés via une cascade d'associations. Ils pourraient aussi nous aider à mieux comprendre les processus automatiques qui font partie de l'expression des pensées à travers les mots.

LE LSD ET LES REMONTÉES

Le LSD Et Les Remontées

Certains consommateurs de LSD, en particulier eux qui en ont pris dans leur jeunesse, rapportent avoir vécu ce qu'ils appellent des « remontées d'acide », un phénomène dans lequel ils se retrouveraient soudainement et sans prévenir à tripper de nouveau, même des années après avoir pris du LSD pour la dernière fois.

Cependant, le fait de savoir si le LSD peut vraiment provoquer ces remontées, du moins de la manière dont elles sont décrites par certaines, fait débat. Si cela se produit réellement, c'est un phénomène appelé Syndrome Post-Hallucinatoire Persistant[3] (HPPD), qui est extrêmement rare.

Certains chercheurs pensent que ce qui est perçu comme une « remontée d'acide » pourrait être provoqué par l'anxiété et les consommateurs blâmeraient tout simplement leur consommation de LSD passée comme responsable. Il est désormais couramment admis que les remontées de LSD sont une légende urbaine.

De plus, dans une étude de 2002, le psychiatre John Halpern a conclu[4] que les études précédentes n'ont pas correctement établi si les symptômes rapportés de HPPD pouvaient être liés ou non à des facteurs comme la consommation d'autres substances, ou des troubles neurologiques et psychologiques.

CONSOMMATION DE LSD À DES FINS MÉDICALES

Consommation De LSD À Des Fins Médicales

Ces dernières années, les substances psychédéliques ont été de plus en plus utilisées dans un cadre médical expérimental en tant que traitements pour toute une diversité de troubles. Cette tendance s'explique par de nombreuses raisons, dont l'acceptation de substances précédemment diabolisées, comme le cannabis et la psilocybine. La recherche universitaire et la médecine grand public affichent désormais une bien plus grande ouverture d'esprit, ce qui a permis des essais sans préjugés avec des substances psychédéliques comme le LSD.

En 2008, la FDA a relancé ses études sur le LSD pour des malades en phase terminale et une autre étude de 2012 a examiné la capacité du LSD[5] à aider les alcooliques face à l'addiction et au sevrage, motivant ainsi plus d'essais avec la substance.

LE LSD POURRAIT LUTTER CONTRE LA DÉPRESSION

Une étude[6] publiée dans le Journal of Psychopharmacology suggère que le LSD pourrait potentiellement agir pour lutter contre la dépression. Une équipe de l'Université de Dundee a recruté des volontaires séparés en deux groupes, un qui a reçu du LSD et l'autre un placebo. Les chercheurs se sont penchés sur des constructions linguistiques connues sous le nom de « rôles thêta », qui indiquent le voyage mental dans le temps vers le passé et le futur. Il a été découvert que les volontaires du groupe LSD faisaient référence aux événements passés moins souvent que ceux du groupe placebo. C'est notable, car le « voyage mental dans le temps » — le fait de penser excessivement à son passé — et le fait de s'inquiéter au sujet du futur est un facteur majeur chez les personnes souffrant de dépression.

MICRODOSAGE DU LSD

Microdosage Du LSD

Le microdosage implique de consommer de très petites doses d'une substance psychédélique. Des doses suffisamment faibles pour ne pas tripper, mais plutôt ressentir des effets « sous-perceptibles » qui améliorent ne serait-ce qu'un peu le fonctionnement normal. Une microdose est généralement 1/10ème d'une dose normale. Les consommateurs qui microdosent le LSD rapportent une amélioration dans la créativité et d'autres effets positifs et améliorateurs pour l'esprit.

Les potentiels bienfaits du LSD pour l'amélioration des capacités mentales et de l'apprentissage sont explorés depuis les années 1960. Dans une expérience, un groupe d'actifs a reçu de petites doses de LSD juste avant de chercher à résoudre des tâches difficiles liées à leur propre domaine d'expertise. Avec l'aide du LSD, les sujets ont pu trouver des solutions profondes à des problèmes les ayant bloqués pendant des mois, dont « un théorème mathématique pour les circuits de prote NOR, un modèle conceptuel d'un photon, un appareil d'orientation de faisceau d'accélérateur d'électron linéaire » et autres tâches complexes.

De nos jours, le microdosage du LSD et des champignons magiques est populaire chez les professionnels de la Silicon Valley et partout où l'on retrouve des concentrations d'artistes et d'innovateurs.

QUELS SONT LES RISQUES DU LSD ?

Quels Sont Les Risques Du LSD ?

En comparaison de nombreuses autres substances, le LSD possède un bon profil de sécurité et n'entraîne pas d'addiction. Les risques liés à la consommation de LSD ne sont donc pas tant liés à la substance elle-même, mais plutôt à une consommation irresponsable, comme le fait de conduire sous son emprise, par exemple.

Mais sachez que les substances psychédéliques, avec leurs effets puissants et stupéfiants, ne sont pas faites pour tout le monde. Elles ne sont absolument pas des substances à prendre pour « faire la fête ». Les substances psychédéliques amplifient plutôt l'état d'esprit actuel de la personne, ce qui peut être à double tranchant. Si une personne trippe alors qu'elle est entourée d'un nœud d'émotions négatives, un « bad trip » défini par de l'anxiété, de la paranoïa et de l'inconfort est plus que probable. Les personnes prédisposées à la psychose et à la paranoïa, en particulier ceux qui souffrent de troubles mentaux comme la schizophrénie, ne devraient pas prendre de LSD.

Assurez-vous de faire attention au « set », qui est votre état d'esprit, et au « setting », le cadre physique où vous consommez la substance psychédélique, car ces éléments influenceront fortement le développement de votre trip. De plus, ayez toujours un gardien de trip expérimenté (et sobre!) à vos côtés pour vous rassurer si le trip ne se déroule pas comme prévu. Si vous consommez du LSD de manière responsable en ayant fait quelques préparatifs, vous pourrez profiter de son plein potentiel.

Georg

Écrit par: Georg
Basé en Espagne, Georg passe beaucoup de temps non seulement sur son ordinateur mais aussi dans son jardin. Avec une passion dévorante pour la culture du cannabis et l'étude des substances psychédéliques, Georg s'y connaît bien pour tout ce qui est psychoactif.

De nos auteurs
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.

Ressources externes :
  1. The paradoxical psychological effects of lysergic acid diethylamide (LSD) | Psychological Medicine | Cambridge Core - https://www.cambridge.org/core/journals/psychological-medicine/article/paradoxical-psychological-effects-of-lysergic-acid-diethylamide-lsd/FA7A234B809A951253AF5C29AC79CA4A
  2. - https://www.tandfonline.com
  3. Hallucinogen Persisting Perception Disorder: Etiology, Clinical Features, and Therapeutic Perspectives - https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5870365/
  4. - http://www.erowid.org
  5. Lysergic acid diethylamide (LSD) for alcoholism: meta-analysis of randomized controlled trials - Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE): Quality-assessed Reviews - NCBI Bookshelf - https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK99377/
  6. Decreased mental time travel to the past correlates with default-mode network disintegration under lysergic acid diethylamide. - PubMed - NCBI - https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26979587

Read more about
News Research
Recherche par catégories
ou
Rechercher