Le LSD Renforce La Capacité Innée Du Langage

Published :
Catégories : BlogScience

Le LSD Renforce La Capacité Innée Du Langage


Une étude récente montre les effets du LSD sur les réseaux sémantiques de notre cerveau et comment ces découvertes pourraient être utilisées pour des traitements médicaux dans un futur proche.

Il a fallu plus de 40 ans pour enfin se débarrasser des préjugés et strictes réglementations en lien avec les substances psychédéliques, pour enfin lancer une nouvelle vague de recherches scientifiques qui mettront en lumière comment le LSD et les autres substances psychédéliques affectent notre cerveau. Les découvertes de ces chercheurs pourraient nous aider à mieux comprendre notre esprit, notre conscience et les implications de ces substances pour de nombreux traitements psychiatriques.

UNE INTRODUCTION BASIQUE AU LSD

L’acide lysergique diéthylamide ou LSD est une substance psychédélique semi-synthétique en général produite à partie de l’ergotamine, une substance chimique présente dans l’ergot. Albert Hofmann l’a synthétisé pour la première fois en 1938 en Suisse et il en a découvert les propriétés psychédéliques en 1943. Le LSD a été lancé comme médicament sur le marché en 1947 pour diverses applications psychiatriques, mais il a été interdit dans les années 1960 à cause de son rôle vital dans la contre-culture de cette décennie.

Papiers LSD

Le LSD est le plus souvent utilisé de manière récréative, principalement parce qu’il est considéré comme enthéogène, un composé chimique pouvant catalyser des expériences spirituelles. Les composés chimiques hallucinogènes et les propriétés psychologiques, comme les visuels géométriques de fractales, les multiples fils de pensée et la mort de l’ego en font une substance psychédélique très puissante qui a marqué la culture, l’art et la philosophie de notre époque moderne.

ACTIVATION SÉMANTIQUE DANS LE LSD

Le 16 août 2016, une étude a été publiée sous le titre “Semantic activation in LSD: Evidence from picture naming”. Dans cette étude, le chercheur Dr Neiulofar Family explore les liens entre le LSD et le langage. Il a été demandé aux dix participants de nommer un ensemble d’images sous l’effet d’un placebo, puis une semaine plus tard sous l’effet du LSD. La dose dans ce cas était suffisante pour que les participants ressentent un effet psychédélique, mais sans la puissance d’un trip complet. Durant l’expérience, le LSD n’a pas ralenti le temps de réaction, mais les participants faisaient plus d’erreurs d’un sens similaire en nommant les images. Par exemple, quand les participants voyaient l’image d’un chat, ils disaient souvent des choses comme « tigre », et ainsi de suite.

Discours après LSD

Il semble que le LSD active plus fortement les réseaux sémantiques du cerveau, ce qui signifie qu’il affecte la façon dont les idées et les mots sont stockés en relation les uns avec les autres. Quand une personne perçoit une image, plus de mots de la même famille de sens surgissent. Ces découvertes sont importantes pour notre compréhension neurobiologique de l’activation des réseaux sémantiques, et pour leur possible application dans le champ de la psychothérapie psychédélique. Dans le cas de la psychothérapie, les effets du LSD sur le langage pourraient nous aider à accéder à des concepts très lointains du cerveau, par une cascade d’associations. Ou ils pourraient nous aider à mieux comprendre les processus automatiques de l’expression de la pensée par des mots.

AUTRE RECHERCHE ET LE FUTUR DE LA PSYCHOTHÉRAPIE

Une série d’études sur le LSD ont été récemment menées au Collège Impérial de Londres. Le but principal de ces expériences était de surveiller l’activité du cerveau de participants sous l’influence du LSD. En utilisant des techniques de pointes d’imagerie du cerveau, les scientifiques ont mesuré la circulation sanguine et l’activité électrique du cerveau des participants, ce qui leur a permis de voir quelles zones du cerveau étaient plus actives durant un trip sous LSD. Ils ont découvert que quand les personnes percevaient des hallucinations oniriques sous LSD, le cortex visuel, la partie du cerveau qui traite les informations en provenance de nos yeux, n’était pas la seule partie à contribuer au traitement visuel. De plus, quand les personnes ressentaient un changement fondamental de leur conscience durant le trip au LSD, ils ressentent l’œuvre d’un cerveau plus unifié. Ces découvertes suggèrent que lors d’une expérience au LSD, les zones du cerveau travaillent plus ensemble et que les frontières séparant leurs fonctions spécialisés commencent à disparaître, d’où l’idée de cerveau unifié.

Cerveau sur LSD

Il a fallu attendre plusieurs décennies après les années 1960, mais la psychothérapie psychédélique connaît de nouveau une tendance croissante. Le potentiel des substances psychédéliques dans le champ de la psychiatrie et de la neurologie ne peut plus être ignoré, et de nouvelles recherches ont lieu chaque jour. Cependant, le plus grand frein reste le financement. Il reste toujours très difficile de trouver des subventions à cause de préjugés persistants. L’opinion publique devrait savoir que les résultats de ces recherches sont d’une grande importance pour combattre diverses maladies psychologiques, comme la dépression et l’addiction. De plus, ces études pourraient nous aider à mieux comprendre notre esprit et notre conscience, ce qui pourrait avoir un impact encore plus grand sur toute la société.

Nous vivons une époque enthousiasmante dans laquelle nous explorons le fonctionnement de notre esprit à un tout nouveau niveau. Nous devrions accepter le fait que les substances psychédéliques pourraient être une base pour de grandes avancées scientifiques, et découvrir plus de façons de les utiliser à notre bénéfice. Peut-être que sur le long terme, le LSD et les autres psychédéliques pourraient nous aider à nous connaître, ce qui pourrait être la première étape vers un meilleur futur.

 

         
  Ante  

Écrit par: Ante
Profitant du climat chaud de la Méditerranée, Ante est un cultivateur bio avec un fort intérêt pour les croisements. Quand il n’écrit pas, il travaille au développement d’un hybride qu’il pourrait appeler le sien.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes