Top 5 des mythes dissipés sur les psychédéliques

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliques

Top 5 des mythes dissipés sur les psychédéliques

Les substances psychédéliques font partie de la culture humaine depuis l'aube des temps. Ce n'est que récemment qu'elles ont été interdites. Alors jetons un œil aux mythes qui les entourent et montron

Les substances psychédéliques traditionnelles, comme les champignons magiques, le LSD et la DMT, ont toutes le potentiel d'améliorer l'humanité. C'est un fait que des scientifiques commencent à présent à reconnaître et ils se mettent à frénétiquement mener des recherches dans l'espoir d'un meilleur futur. Cependant, les substances psychédéliques restent illégales dans le monde entier, ce qui empêche de potentielles recherches et la liberté pour nous d'étendre le champ de notre conscience. C'est surtout à cause des mythes sans fondement qui entourent la consommation de substances psychédéliques, alors il est temps d'en dissiper quelques-uns.

5. LES SUBSTANCES PSYCHÉDÉLIQUES SONT ILLÉGALES POUR UNE BONNE RAISON

C'est un mythe qui englobe tout et qui se base sur l'idée que, parce que la plupart des substances psychédéliques sont illégales, cela doit être pour une bonne raison. C'est un mythe qui s'auto-entretient. Les substances psychédéliques listées ci-dessus ne sont pas connues comme étant toxiques et il n'existe aucune preuve scientifique de leur éventuelle dangerosité, alors pourquoi sont-elles illégales ? Tout est une question de contrôle. Même si nous vivons dans des sociétés démocratiques, ce sont des société dominatrices, où le pouvoir autoritaire est hiérarchiquement maintenu grâce à l'usage de la peur et de la force. Ce genre de société ne serait pas facile à maintenir avec l'inspiration, la compréhension et le désir de remettre les choses en question autour de nous que les substances psychédéliques apportent. C'est pourquoi les forces au pouvoir ne peuvent permettre que les substances psychédéliques soient consommées à grande échelle. Comme l'a si bien dit Terrance McKenna :

« Les substances psychédéliques ne sont pas illégales parce qu'un gouvernement bienveillant veut vous éviter de sauter par la fenêtre du troisième étage. Les substances psychédéliques sont illégales parce qu'elles dissolvent les structures de l'opinion et les modèles de comportement et de traitement de l'information imposé par la culture. Ces substances vous ouvrent à la possibilité que tout ce que vous savez puisse être faux. »

4. LES SUBSTANCES PSYCHÉDÉLIQUES RENDENT FOU

Les substances psychédéliques sont consommées depuis des milliers et des milliers d'années, depuis que l'homo sapiens a commencé à marcher sur la terre, et probablement même avant. Ce n'est qu'au cours des cent dernières années environ que l'idée que ces substances puissent rendre fou a surgi. Et aussi vite que cette idée est apparue, elle a été rejetée. De nombreuses études montrent qu'il n'y a aucun lien entre une consommation de substances psychédéliques et des problèmes de santé mentale. En fait, ces substances semblent être parmi les moins dangereuses qui existent, à la fois pour l'individu et la société.

3. VOUS AUREZ DES RETOURS D'ACIDE POUR LE RESTE DE VOTRE VIE

L'idée selon laquelle vous pourriez avoir des retours très immersifs de voyages psychédéliques terribles pour le reste de votre vie est un mensonge pur et simple, répandu par la DEA au début de la Guerre contre les Drogues. Il est possible, pour une minorité extrêmement peu nombreuse, de développer des troubles de la perception hallucinogène persistants, dans lesquels la personne subit des distorsions visuelles mineures, telles que des couleurs vives et apparitions de fractales. Mais c'est extrêmement rare et les scientifiques pensent que cela pourrait également être lié à des troubles neurologiques sous-jacents.

2. LES SUBSTANCES PSYCHÉDÉLIQUES VONT FAIRE FRIRE VOTRE CERVEAU

Toujours en lien avec le point précédent, les propagandistes de la terreur prétendent non seulement que les substances psychédéliques peuvent provoquer des maladies mentales, mais aussi des dégâts physiques au cerveau. Une fois de plus, il n'existe aucune preuve de ce type de risques. Par exemple, la dose toxique de psilocybine, le composé psychoactif principal des champignons magiques, a été estimée de manière scientifique comme étant 2.000 fois plus élevée que la dose nécessaire pour provoquer un voyage psychédélique. Ce n'est pas une dose pratique à consommer, ce qui rend pratiquement physiquement impossible de consommer une dose pouvant faire des dégâts. Le seul danger est la possibilité de faire un bad trip.

1. LES SUBSTANCES PSYCHÉDÉLIQUES N'ONT AUCUNE VALEUR MÉDICALE

C'est le pire mythe de tous, et c'est une mascarade qui empêche des scientifiques de mettre au point des médicaments pouvant potentiellement changer des vies. Il existe un bon nombre de preuves cliniques que les substances psychédéliques peuvent être utilisées dans le cadre d'une thérapie assistée pour traiter de nombreux troubles, avec pour résultat des améliorations presque immédiates, de longue durée et significatives dans les troubles du patient. Cela inclut des choses comme la dépression et le SSPT, les thérapies de couple, l'acceptation de la fin de vie et même la prévention potentielle de dégâts sur le cerveau durant l'état de mort clinique. Et pourtant, malgré ces applications, de nombreux gouvernements dans le monde entier classent les substances psychédéliques dans le pire classement des substances illicites, parmi celles n'ayant aucune valeur médicale. C'est une erreur aux proportions monumentales, qui prouve bien que le bien-être des citoyens n'est pas le souci prioritaire des gouvernements. Le monde où l'on vit, où des substances dangereuses comme le tabac et l'alcool sont légales, mais où des substances psychédéliques pouvant changer la vie sont classées comme le pire du pire, est un monde bien étrange. Et ils disent que les psychonautes sont fous ...