L'origine du 420

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

L'origine du 420

Réjouissons-nous ! Aujourd'hui, c'est le 20 avril, 4/20 en anglais, la Saint Patrick du cannabis, un jour de fête pour les fumeurs, et un jour que nous consacrons tous à nous défoncer. Lisez donc pour connaître les vraies origines du terme 420.

420 (prononcé quatre-vingt, « four-twenty »), est un terme sacré pour ceux qui se réclament de la communauté du cannabis, et c'est un terme utilisé dans le monde entier pour célébrer et prendre part à tout ce qui a trait au cannabis. Que vous allumiez un joint, mettiez un peu de cannabis dans vos brownies, achetiez les derniers habits à la mode fumeur, défendiez la réforme des lois sur le cannabis, ou bien preniez soin de vos plants dans votre jardin, vous faites tous partie du 420, la culture du cannabis.

Le terme 420 n'est pas seulement un terme englobant pour décrire tout ce qui a trait au cannabis. Non, c'est bien plus que ça. C'est devenu une sorte d'entité spirituelle, ou de déité pour beaucoup de fumeurs du monde entier. Une déité qui est célébré en ce jour sacré, le 20 Avril, ou 4/20 (au format anglo-saxon des dates). C'est un jour où les fumeurs se rassemblent et font la fête, fument et célèbrent tout ce que la communauté de cannabis a de beau et bon, et toute la joie, la paix et l'amour qu'il apporte.

Mais pourquoi 420 ? D'où le terme vient-il ? Eh bien, il y a beaucoup de légendes à ce sujet, avant de parler de la vraie origine, regardons un peu quelques-uns de ces mythes.

« 420 commémore la mort de Bob Marley »

Non, Bob Marley est mort le 5/11/81. Le 20/04 n'était pas non plus son anniversaire. Le 420 ne fait référence à aucune date reliée à un musicien impliqué dans la sous-culture du cannabis.

« Le 20 Avril est le meilleur moment pour planter de l'herbe »

Non. Cette date varie d'une région à l'autre et elle dépend totalement de l'endroit où vous vivez dans le monde.

« Il y a 420 composants chimiques dans le cannabis »

Encore faux. Il semble qu'il en a plus de 500.

« 420 fait référence à un code de police ou à une loi liée au cannabis »

C'est faux pour ce qui est de la police. 420 est normalement le code pour un homicide. Cependant, en 2003, le Sénat de l’État de Californie a adopté la Loi 420 du Sénat de Californie, qui établissait des règles pour la consommation de cannabis médical. Cependant, ceci a eu lieu bien après que le terme 420 ait commencé à être utilisé, c'est donc un clin d’œil à la culture 420, et non son point d'origine.

« Les Grateful Dead sont responsables »

Oui et non. Ils ont joué un grand rôle dans la diffusion du terme, comme nous allons le voir plus tard, mais ils n'en sont pas à l'origine.

Les origines du 420

La vraie origine du terme 420 remonte aux années 1970, quand c'est devenu l'heure de se retrouver et de fumer pour un groupe de lycéens à San Rafael. Le groupe de fumeurs en question s’appelaient eux-mêmes « Les Waldos ». Leur nom, selon eux, faisait référence à leur habitude de se retrouver souvent près d'un mur (« wall ») en particulier pour fumer.
Le terme 420 n'est réellement venu que lorsque que les Waldos ont eu vent d'une rumeur selon laquelle un garde-côte local faisait pousser du cannabis dans la nature près du poste des garde-côtes, mais qu'il ne pouvait plus s'en occuper. Avec une carte en main, le groupe a décidé de cherche la plantation pour eux-mêmes, car elle représentait un trésor d'herbe gratuite. Ils ont alors décidé de se retrouver après l'école à 4h20 de l'après-midi à côté de la statue du célèbre scientifique du 19ème siècle Louis Pasteur, où ils allumaient alors immédiatement un joint et se mettaient en route à la recherche du « jardin secret ».

Pendant des semaines, ils ont cherché, se donnant toujours rendez-vous à 4:20 près de la statue, mais ils n'ont jamais trouvé. Finalement, ils ont abandonné la quête de ce jardin d'Eden du fumeur, mais il en est resté une chose dans le groupe : 420 près de la statue de Louis. C'est devenu un code pour le groupe, pour faire référence à tout ce qui avait trait au cannabis. Pendant les heures de cours, quand ils se croisaient dans les couloirs, ils échangeaient des regards entendus et murmuraient « 420 Louis ». L'un des Waldos a déclaré au San Francisco Chronicle en 2000 : « c'était juste une blague, mais c'est devenu un moyen de dire tout un tas de choses, comme 'est-ce que t'en as' ou 'ai-je l'air défoncé ?' ». Plus tard, le terme a été raccourci en 420, et il a été utilisé pour parler du cannabis devant les professeurs et les parents sans qu'ils ne sachent de quoi il s'agissait.

La croissance du 420 : du lycée à un phénomène mondial

Alors comment le 420 s'est-il répandu ? Eh bien, c'est maintenant que nous retrouvons les Grateful Dead, qui ont déménagé à San Rafael alors que les Waldos étaient au lycée. De plus, le père de Mark Gravitch, l'un des Waldos, géraient les propriétés pour le groupe, et Dave Reddix, un autre des Waldos, avaient un grand frère qui était le manager d'un groupe parallèle des Grateful Dead, et qui était un bon ami du bassiste Phil Lesh.

Ceci a permis aux Waldos d'avoir un accès libre à toutes les répétitions, fêtes et spectacles des Grateful Dead. Dave raconte comment les Dead « avaient un local de répétition sur Front Street à San Rafael en Californie et avaient l'habitude d'y répéter. Nous y allions souvent pour traîner et les écouter jouer de la musique et fumer alors qu'ils répétaient pour leurs concerts. Mais je pense que c'est possible que mon frère Patrick ait répandu le terme à travers Phil Lesh. Et moi aussi, parce que je traînais avec Lesh et son groupe (comme roadie) quand ils ont fait une tournée d'été dont mon frère était le manager ».

Quand les Waldos étaient en coulisses, s'amusant avec le groupe, ou à leurs fêtes, ils utilisaient bien sûr la phrase pour faire référence au cannabis. « Nous allions avec [le] papa [de Mark], qui était un père branché des années 1960. Il y avait un endroit appelé Winterland, et nous étions toujours en coulisses, ou sur la scène, et bien sûr, nous utilisions ces phrases. Quand quelqu'un passait un joint ou autre, 'Hé, 420.' Donc le terme a commencé à se répandre dans cette communauté ».

Le terme a commencé à devenir courant alors qu'il s'est répandu dans toute la communauté des coulisses des concerts et des fumeurs. Et peu de temps après, en allant encore plus loin, Steve Hager, alors éditeur du magazine « High Times » a eu vent du terme et a commencé à l'utiliser pour tout, en créant de grands événements autour du terme, comme la Cannabis Cup. En quelques années, le terme s'est répandu aux États-Unis, puis dans le monde entier, où il est une légende vivante de nos jours.

La preuve

Les Waldos ont une preuve de leur création du terme avant que les Grateful Dead ne le répandent. Conservés dans un coffre appartenant à l'un des Waldos, des extraits de journaux et autres souvenirs en sont la preuve. Les membres du groupe ont rencontré des journalistes du Huffington Post, leur montrant certains coupures de presse. Un extrait en particulier, très intéressant, vient du journal du Lycée de San Rafael, dans lequel un lycéen affirme que tout ce qu'il a à déclarer à la classe des finissants et « 4-20 ».

C'est une histoire merveilleuse qui montre comment un groupe d'adolescents fumeurs a donné sa forme à une sous-culture internationale qui a grandit et s'est épanoui. Les Waldos eux-mêmes ne sont pas spécialement célèbres, et vivent à présent des vies normales. De temps en temps, ils participent à un documentaire, ou parlent à des agences de presse intéressées par l'histoire du 420, mais dans l'ensemble ils n'ont rien fait pour tirer profit de leur intervention ayant donné forme à l'histoire.

Bien que tout ceci soit admirable, une question demeure. Pourquoi 420 ? D'accord, ils se retrouvaient à 4h20, mais c'est une heure assez spécifique et peu courante. Il semble qu'ils faisaient tous partie de clubs sportifs extra-scolaires, et que c'était approximativement le moment où ils finissaient ces activités : ils se retrouvaient donc tous après. Cependant, tout le monde n'est pas convaincu.

Creusons plus profond

Une origine alternative pour le terme vient d'un autre groupe d'adolescents de la même ville, et qui réfutent la version des Waldos. Connus sous le nom des Bebes, ce groupe de fumeurs étaient amis avec les Waldos, et affirment même leur avoir donné leur nom. « Les Bebes et les Waldos sont toujours de bons amis de nos jours, cependant, il est temps que la vérité soit dire : les Waldos sont un groupe de types que j'ai ordonné », affirme Brad « Bebe » Benn, le chef des Bebes. Il explique comment ils les a appelé les Waldos parce qu'ils étaient un groupe non-coordonné et maladroit de types peu sportifs, et non pas parce qu'ils se retrouvaient près d'un mur spécifique.

Selon les Bebes, le terme 420 est venu à 4h20 de l'après-midi quand le groupe allumait un bang. Apparemment, l'un des membres a regardé l'heure et déclaré «  c'est 4h20, l'heure de taper des douilles ». Une fois défoncés, ils se sont mis à enregistrer Bebe, comme ils le faisaient fréquemment, avec des imitations et des voix célèbres. Il a été enregistré déclarant avec la voix d'Abe Lincol, « Quatre fois vingt et vingt années plus tôt ... » (parodie d'un vrai discours) avec pour résultat l'utilisation du terme 420 comme référence pour l'herbe, et comme code quand ils étaient en présence de non-fumeurs. Ceci s'est répandu à travers leur lycée, où le terme a été adopté par les Waldos, puis répandu dans le monde.

Cette histoire n'est certainement pas aussi drôle que celle des Waldos, et elle a provoqué bien des débats dans la communauté. Certains affirment que les Waldos ont reconnu la véracité de l'histoire de Bebes et ont reconnus leurs erreurs. Quoi qu'il en soit, 420 est un terme historique et important pour la communauté du cannabis, et il nous rapproche tous.