Le Dabbing : Est-Ce Dangereux ?

Published :
Catégories : BlogCannabis

Le Dabbing : Est-Ce Dangereux ?


Le Dabbing – une forme de consommation d’extraits de cannabis – a mauvaise réputation. Le danger est-il réel ?

Le dabbing est un terme générique utilisé pour décrire le processus consistant à faire fondre des concentrés de cannabis sur une source de chaleur, puis à inhaler la vapeur. C’est devenu très populaire au cours des années récentes. Tout comme les articles des médias sur ses supposés « dangers ».

Malgré l’attention, cependant, toute cette agitation sur le dabbing, voire sa production, mélange les torchons et les serviettes.

Même s’il existe des problèmes que les consommateurs doivent connaître, la plupart de l’agitation sur les concentrés eux-mêmes n’a pas de raison d’être. Le dabbing n’est absolument pas, comme les critiques le prétendent, une forme de « cannabis crack ».

C’EST QUOI LA BHO ? L’ABC DES EXTRAITS ET CONCENTRÉS

Crumble, shatter, wax

Les extraits sont parfois désignés par les termes « shatter, wax, crumble » ou même « honey oil ». Mais cette généralisation est trompeuse. Il existe plusieurs types d’extraits de cannabis, dont le hasch, l’huile au CO2 et bon nombre de teintures issues d’extraction à l’alcool sur le marché. Mais le « concentré » le plus populaire du moment est couramment appelé « Butane Hash Oil » ou BHO.

La BHO est produite en exposant les cannabinoïdes à des hydrocarbures inflammables comme du gaz propane ou butane dans un cylindre fermé. Évaporer le gaz donne un puissant résidu qui est souvent fumé ou vaporisé (même si de nouveaux produits apparaissent tous les jours et permettent au consommateur de manger et même d’appliquer sur le corps). Ceci dit, tout cette agitation médiatique s’est bien évidemment concentrée sur les formes d’extraits fumés ou vapotés.

BHO butane hash oil

Même si le procédé n’est pas nouveau, les concentrés de toutes sortes sont rapidement en train de devenir la « prochaine révolution » chez les consommateurs récréatifs et médicaux. Bien produits et consommés dans un cadre responsable, les extraits peuvent donner un puissant effet, voire fonctionner comme un puissant analgésique.

Mais à cause de leur popularité, sans oublier du nombre d’accident dramatiques toujours plus nombreux pour les producteurs débutants au cours des années passées, les extraits et leur consommation sont devenus l’objet de féroces débats.

À NE PAS FAIRE À LA MAISON

La production de concentrés n’est pas une chose simple. Les consommateurs de butane hash oil ou tout autre type de concentré devraient acheter leurs réserves auprès de professionnels qui n’utilisent que de la beuh sans pesticides comme matière première, et qui de plus n’utilisent que des techniques de production approuvées (ce qui aide aussi à garantir la pureté du produit lui-même). Les amateurs inexpérimentés ne devraient jamais essayer de produire la substance à la maison. Non seulement c’est dangereux, mais en plus potentiellement mortel. Ceux qui essayent d’extraire du THC dans des systèmes de production faits maison, ouverts, peuvent provoquer des explosions imprévues et très dangereuses.

L’augmentation des accidents dus aux productions amateurs est ce qui a provoqué l’attention des médias récemment. Au Colorado, la situation est devenue tellement incontrôlable que l’état a adopté une loi exigeant des poursuites au niveau fédéral pour la production à domicile. La police britannique a aussi renforcé ses efforts contre la production à domicile de la substance. Au cours des deux années passées, selon un rapport de la BBC, il y a eu deux morts britanniques et 27 blessures directement liés à la production de BHO.

CONSOMMATION

Mini Pipe à Huile avec Percolateur en Ligne

La raison pour laquelle les extraits et concentrés sont si populaires est qu’ils sont bien plus puissant que de la weed ou même du hasch. Le THC ingéré avec ces méthodes est d’une pureté entre 50 et 90 %. L’effet est décrit comme « euphorique ».

Les extraits (ou dabs) sont en général consommés dans une pipe à eau en verre (rig) et vaporisés à l’aide d’un « clou » et d’un chalumeau qui vaporise la substance, alors inhalée par le consommateur. Ils peuvent aussi utiliser un appareil similaire à une cigarette électronique (vapo stylo).

Dans les études menées à ce jour, le processus de consommer un dab n’est pas plus dangereux que de fumer un joint, mais uniquement si le consommateur utilise un concentré produit correctement et qu’il n’en prend pas trop. Le dabbing donne une concentration bien plus élevée en THC. En raison de sa force de frappe plus élevée, les consommateurs développent une tolérance bien plus rapide et élevée. Les études médicales menées à ce jour ne montrent pas plus de danger « d’addiction » avec le dabbing qu’avec les autres méthodes de consommation.

Ceci dit, c’est une substance concentrée issue de plantes qui pourrait aussi potentiellement contenir des impuretés dangereuses (comme les pesticides utilisés en culture). Encore une autre raison de l’importance de se procurer des concentrés auprès d’une source fiable. Les impuretés dans la beuh utilisée et des méthodes de production impropres qui n’évaporent pas correctement le solvant sont dangereuses pour le consommateur. Les pesticides utilisés dans la culture du cannabis sont encore plus concentrés avec cette méthode de consommation, il donc encore plus important de savoir d’où vient la matière première et comment elle a été cultivée. Malgré des études initiales à ce jour, il n’y a aucune preuve que l’inhalation de butane résiduel avec le concentré soit nocif pour la santé.

MAIS – N’EN PRENEZ PAS TROP

Le dabbing provoque un effet très intense. Même si vous ne pouvez pas faire d’overdose avec du cannabis normal dans un joint, il y a eu beaucoup de cas où des gens vaporisant des concentrés ont eu plus que l’effet auquel ils s’attendaient. Des consommateurs ont rapporté des évanouissements, des hallucinations ou juste une défonce désagréable.

Allez-y doucement et dabbez avec modération.

APPLICATIONS MÉDICALES

Capsules infusées avec éclats

Même si la consommation récréative de concentrés a lancé des débats enflammés – sur la production et sur la puissance, les applications les plus intéressantes du dabbing pourraient être médicales. La fabrication de l’huile de cannabis offre la possibilité d’apporter l’impact médical complet du cannabis – et pour des maladies spécifiques. Cultiver des plants de cannabis spécifiquement adaptés à des maladies ou symptômes spécifiques est souvent un procédé dont le résultat final n’est pas si évident. La possibilité de transformer le plant de cannabis en huile, qui peut alors être testée avec des niveaux mesurables des nombreux cannabinoïdes différents, promet un grand futur pour le cannabis comme solution médicale spécifiquement ajustée.

 

         
  Marguerite Arnold  

Écrit par: Marguerite Arnold
Avec des années d’expérience de l’écriture, Marguerite consacre son temps libre à explorer le secteur du cannabis et les développements du mouvement pour la légalisation.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes