Analyse en Profondeur : Pourquoi Le Cannabis Synthétique Est Si Mauvais

Publié le :
Catégories : BlogCannabisScience

Analyse en Profondeur : Pourquoi Le Cannabis Synthétique Est Si Mauvais

Il est prouvé que le cannabis synthétique est une drogue nocive et toxique qui submerge les récepteurs cannabinoïdes du cerveau et qui peut entraîner vomissements, nausées, crises d’épilepsie et même la mort.

Un des effets secondaires les plus malheureux de la guerre contre les drogues est que les gens cherchent des alternatives potentiellement dangereuses pour atteindre les sensations qu’ils désirent. C’est encore plus vrai avec le cannabis synthétique. Le cannabis synthétique est connu depuis des années et pourtant, nous voyons toujours le résultat de ces produits chimiques toxiques toujours disponibles dans certains régions. Le cannabis synthétique n’est pas du cannabis et n’a aucune origine commune avec le cannabis. Le cannabis synthétique essaye de recréer les sensations du cannabis en utilisant des cannabinoïdes de synthèse déposés sur une matière végétale inerte qui est alors fumée. Beaucoup de ceux qui ont essayé le cannabis synthétique se sont retrouvés à l’hôpital en souffrant de paranoïa, d’hallucinations, d’anxiété ou pire.

HISTOIRE

Les cannabinoïdes synthétiques ont été développés à l’origine dans les années 1980 pour explorer les cannabinoïdes comme traitement médical. Les produits chimiques impliqués se lient aux même récepteurs cannabinoïdes que le THC, mais les chercheurs n’ont jamais pu séparer les effets enivrants de la fonction soulageant la douleur. Les premiers cannabinoïdes de synthèse ont été nommés CP 47, CP 497 et HU-210. Leur puissance va de 100 à 800 fois la puissance des cannabinoïdes que l’on trouve naturellement dans le cannabis. Au début des années 2000, le cannabis de synthèse a trouvé son chemin vers les consommateurs en Europe et en 2008 il était sur le marché aux États-Unis.

La DEA n’a pas perdu de temps pour bannir ces produits chimiques, cependant grâce à l’ingéniosité de chimistes de salle de bain, de nouveaux cannabinoïdes de synthèse ont été développés pour remplacer ceux qui étaient interdits. La DEA joue depuis au jeu du chat et de la souris qui consiste à bannir des cannabinoïdes de synthèse seulement pour se faire dépasser par des chimistes mains qui trompent la loi avec de nouvelles substances. De nouvelles drogues comme UR-144 et XLR11 ont vite remplacé le premier lot de cannabinoïdes interdits et la DEA et les forces de police essayent toujours de rattraper leur retard. Alors que des cannabinoïdes sont ajoutés à la liste des interdits, les nouvelles substances chimiques qui les remplacent sont plus puissantes et plus dangereuses que tous les cannabinoïdes de synthèse vus auparavant.

COMPOSÉS

Il existe trois types de cannabinoïdes synthétiques, types basés sur la structure chimique : classique, aminoalkylondoles et non-classiques. Certains sont similaires en nature au THC mais beaucoup ne le sont pas. La structure chimique de la plupart des synthétiques ne ressemble pas à celle des naturels. Les cannabinoïdes de synthèse ne sont pas conçus pour être similaires en structure, ils sont conçus pour leur capacité d’interaction avec les récepteurs cannabinoïdes. Leur interaction avec les récepteurs cannabinoïdes est ce qui décide des effets physiques ressentis après consommation. Ces substances chimiques étaient conçues pour la recherche sur le potentiel médical du cannabis et n’ont jamais été conçues pour la consommation par l’homme.

ASPECTS CHIMIQUES

Les chimistes vous diront que de comparer du cannabis synthétique à du vrai cannabis est comme de comparer des pommes et des oranges. Même si en surface ils peuvent sembler avoir des similitudes d’apparence et d’effets, le cannabis synthétique est une alternative dangereuse. Comme les cannabinoïdes de synthèse sont parfois des centaines de fois plus puissants que les vrais cannabinoïdes, ils posent un grand risque au consommateur. Les cananbinoïdes sont le groupe de composés actifs du cannabis. Il existe une grande variété de cannabinoïdes dans le cannabis. Il existe aussi des récepteurs spécifiques à cannabinoïdes dans le cerveau.

Le récepteur CB1, situé dans le cerveau et le système nerveux et le récepteur CB2, localisé dans le système immunitaire, se lient au THC lorsqu’il entre dans l’organisme. Les récepteurs CB1 sont situés dans toutes les régions du cerveau. C’est une partie de la raison pour laquelle les cannabinoïdes de synthèse sont si dangereux et qu’ils impactent le corps de façons fortement différentes de celles du cannabis naturel. Le cannabis naturel contient un délicat équilibre de cannabinoïdes qui contribuent tous à son efficacité et à sa sûreté. Le cannabidiol est un exemple de cannabinoïde qui réduit certaines des réaction potentiellement négatives que certains pourraient avoir à cause de la puissance.

Quand des cannabinoïdes de synthèse se lient aux récepteurs CB1, le manque de cannabinoïdes complémentaires peut provoquer l’activation de la substance sans le bouton « arrêt » intégré que les cannabinoïdes secondaires apportent. Le THC est métabolisé par le corps et quand ils sont métabolisés, l’effet disparaît. Ce n’est pas toujours le cas avec les synthétiques. Les cannabinoïdes synthétiques sont bien plus forts et durent bien plus longtemps en raison de la façon dont ils se lient avec le récepteur. Les cannabinoïdes synthétiques ont un lien complet, ce qui signifie que la façon dont ils se combinent avec le récepteur augmente l’effet sur le consommateur. Le THC naturel agit comme un agoniste partiel. Ceci signifie qu’il interagit de façon partielle avec le récepteur. Les cannabinoïdes synthétiques sont des agonistes totaux, ce qui signifient qu’ils se lient totalement au récepteur, ce qui entraîne un effet maximum.

DANGERS

L’intensité des cannabinoïdes synthétiques quand ils sont répandus sur un réseau entier de récepteurs CB et qu’ils se lient totalement, cette intensité peut avoir des effets envahissants dont des vomissements, de la nausée, une désorientation et même des crises épileptiques. Comme les récepteurs CB1 sont présents dans toutes les zones du cerveau, toutes les zones du cerveau sont sensibles. C’est ce qui explique la variété des symptômes des individus victimes d’overdose de cannabis synthétique. D’autres rapportent des symptômes tels que des douleurs de poitrine, une augmentation de la température du corps, des tendances agressives et suicidaires. Le cerveau entier devient vulnérable à cause de l’introduction de cannabinoïdes de synthèse dans le système nerveux.

On peut toujours se dire que les cannabinoïdes de synthèse d’origine, les premiers à arriver sur le marché, étaient plus proches chimiquement du THC et produisaient des effets secondaires similaires à ceux du cannabis naturel. Mais ce n’est plus le cas. Dans la course pour rester hors de portée de la DEA, les producteurs développent de nouveaux cannabinoïdes que la science et la recherche ignorent encore. Il a été confirmé que leur puissance était des centaines de fois celle des premiers cannabinoïdes synthétiques à arriver sur le marché. Le manque évident de surveillance d’un secteur dont la survie dépend entièrement de son avance par rapport à la loi est une énorme partie du problème. Quand vous fumez du cannabis de synthèse, vous consommez un produit dont le fabricant a essayé de contourner toute surveillance et réglementation, comme toute mesure de sécurité. Au final, quand vous consommez des cannabinoïdes de synthèse, vous jouez à la Roulette Russe avec votre santé.

CONCLUSION

Le mot de la fin est que le cannabis de synthèse n’est pas du cannabis. Il est composé de substances dont la dangerosité a été prouvée. Les cannabinoïdes de synthèse essayent d’imiter la nature enivrante du cannabis en se liant aux mêmes récepteurs dans le cerveau que le THC. Le problème est qu’en le faisant, ils peuvent potentiellement provoquer des réactions graves, de la nausée à des lésions du foie ou même la mort. Alors que certains pourraient croire que c’est une alternative viable au cannabis, il a été montré de manière répétée que c’est une substance nocive et toxique qui n’a pas sa place dans le monde du cannabis.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs