Potentiels effets bénéfiques thérapeutiques pour les 'Champignons Magiques'

Publié le :
Catégories : BlogChampignons MagiquesScience

Potentiels effets bénéfiques thérapeutiques pour les 'Champignons Magiques'

Selon une étude publiée dans le Journal de la Recherche Expérimentale sur le Cerveau, chercheurs ont découvert que les psychédéliques pourraient avoir des bénéfices médicaux chez les patients de SSPT.

Des chercheurs découvrent de potentiels effets bénéfiques thérapeutiques pour les "champignons magiques".

Selon une étude publiée dans le Journal de la Recherche Expérimentale sur le Cerveau (Journal of Experimental Brain Research), des chercheurs ont découvert que les psychédéliques pourraient avoir des bénéfices médicaux chez les patients souffrant de SSPT (Syndrome Stress Post-Traumatique) et de perte de mémoire à court terme.

L'étude a débuté en 2008 avec la dissertation de Briony Catlow qui étudiait et avait pour but de trouver la fonction de neurogenèse à travers le cycle de vie, le processus qui crée les nouveaux neurones dans la partie du cerveau responsable "d'enregistrer" les nouveaux souvenirs. L'étude était cosignée par le Dr Juan Ramos-Sanchez, un professeur de neurologie et leur idée de base était d'explorer si, et si oui comment, la psilocybine pouvait altérer un paradigme d'apprentissage très puissant : le conditionnement par la peur.

Les chercheurs ont déposé des souris dans des boîtes dont le sol était chargé électriquement et les ont conditionnées avec un son spécifique qui était diffusé quand les souris recevaient un choc électrique. Les chercheurs s'attendaient à ce que la Psilocybine inhibe la neurogenèse et permette au souris d'être plus rapidement conditionnées, mais le Dr Juan Ramos-Sanchez a déclaré que "toutes les souris ont appris à la même vitesse, quelle que soit la dose administrée, elles se sont toutes adaptées au conditionnement en même temps."

L'installation a alors été modifiée, le son n'était plus accompagné d'un choc électrique.

Les souris étaient profondément conditionnées et le son seul les faisait frisonner d'anticipation à l'idée du choc électrique, mais ce qui a réellement surpris les chercheurs, c'est les souris sous Psilocybine. Ces souris, plus rapidement que les souris du groupe témoin, se sont aperçues que le son n'annonçait plus le choc électrique et dès le troisième tour d'essai, les souris sous Psilocybine avaient perdu toute peur du son et ne montraient plus aucune réaction du tout, ce que Ramoz-Sanchez considère comme étant "la grande avancée, car ces souris ont appris à dissocier le comportement de réponse automatique de peur bien plus rapidement."

Pour les patients atteints de SSPT ceci pourrait signifier que l'utilisation de Psilocybine en thérapie pourrait les aider à se dissocier des stimulus des souvenirs douloureux. Cependant, Juan Ramos-Sanchez avertit que ceci ne signifie pas que tous les patients atteints de SSPT devraient se précipiter sur les champignons magiques, mais qu'ils pourraient être un complément à leur psychothérapie. Il souligne que "ce choses ne doivent pas être entreprises sans une psychothérapie associée."

En addition, des recherches non publiées ont aussi montré que la neurogenèse des souris avait significativement augmenté quand on leur administrait une faible dose de Psilocybine toutes les semaines, dans des proportions que les chercheurs pensaient impossibles. Juan Ramos-Sanchez conclut que ces résultats signifient que la Psilocybine pourrait être un traitement pour les problèmes de mémoire associées à la dégénérescence neurologique et que ce genre de recherche illustre le besoin de recherche de médicaments plus sûrs ou plus efficaces avec peu ou pas d'effets secondaires, pour améliorer la mémoire et les capacités cognitives.

comments powered by Disqus