Le fossé des sexes : les femmes et la ganja

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

Le fossé des sexes : les femmes et la ganja

Fumer de l'herbe n'a jamais été uniquement un « truc de mecs », mais la majorité des études semble suggérer exactement le contraire. D'où la question : où sont les femmes de l'herbe ?

Le fossé entre les sexes pour ce qui est des femmes et du cannabis est un mystère bien connu. Pendant de nombreuses années, fumer de l'herbe a été perçu comme un plaisir – ou un vice - largement masculin. Cette vision incroyablement biaisée a provoqué la marginalisation des femmes comme objets de la « canna-culture » et non contributeurs. Le vieux stéréotype de la femme vêtue de peu et tenant un bang de manière suggestive résume à peu près l'identité de la fumeuse aux yeux des médias. Les clips, les films et les médias sociaux ont tous joué un rôle dans ce que j'appelle un exaspérante « manipulation cannabique », dont l'aboutissement est l'effacement presque total des femmes.

Les femmes dans la « société des fumeurs » actuelle

Les données semblent suggérer que les femmes représentent une proportion infime (mais en croissance continue) des consommateurs de cannabis. Ceci dit, les études sur le sujet ont tendance à varier. Une des ces études, réalisée aux États-Unis, a en effet découvert qu'il y avait « un fossé des sexes entre le nombre d'homme et de femmes ayant essayé le cannabis au cours de leur vie ». Selon les statistiques, 47% des hommes et seulement 30% des femmes ont admis avoir essayé le cannabis à un moment de leur vie. Avec de tels chiffres, et bien d'autres études suggérant des résultats similaires, il est difficile de nier l'existence du fossé entre les sexes. Mais pourquoi existe-t-il ? Il est illusoire de chercher une raison unique derrière cet état de fait, c'est plutôt une combinaison de facteurs, et de nombreuses théories ont émergé pour y répondre. « Des inquiétudes subconscientes sur la remise en question de constructions sociales bien ancrées » en est une (et plutôt longue), alors qu'une autre théorie parle de « la réelle peur des répercussions juridiques ». En en effet, dans des régions particulièrement oppressives, les mères s'inquiètent de devoir perdre leurs enfants si elles fument de l'herbe.

Les spéculations allant bon train, on peut affirmer sans crainte de se tromper que c'est en effet une multitude de forces différentes qui provoquent ce fossé entre les hommes et les femmes pour le cannabis. Des forces de nature sociale, culturelle et émotionnelle.

Cependant, les femmes ont récemment commencé à se libérer de leurs chaînes culturelles pour faire leurs premiers pas dans le nouveau monde de l'herbe. Des femmes pionniers, des entrepreneurs et visionnaires marquent de leur présence ce monde majoritairement masculin. Un bon exemple est Christie Lunsford, une femme et mère de 43 ans venue de Denver au Colorado. Son histoire (racontée dans l'article du Denver Post, voir le lien plus bas), est celle d'une femme qui s'est sentie isolée dans le milieu du cannabis médical plein d'hommes. Selon l'article, « elle s'est rendue à des réunions du secteur du cannabis médical, et c'était la seule femme dans l'assemblée ». Avec ses propres mots, elle décrit le soulagement de voir une autre femme. « La première fois que j'ai vu une autre femme, j'étais très excitée. C'était en 2010 ». En même temps, bon nombre de communautés et alliances ont vu le jour, associations impliquant des femmes et du cannabis. Le fer de lance est la ORML Women’s Alliance (www.normlwomensalliance.org), ainsi que Moms for Marijuana (www.momsformarijuana.org).

Ayant évolué dans le marketing, le développement et les ventes de cannabis, Christie se rend maintenant à des conférences de l'industrie du cannabis qui ne rassemblent que des femmes, et qui sont uniquement pour les femmes. Cette transition reflète les progrès continus réalisés dans la réévaluation de la place de la femme dans « le monde de l'herbe ». Les femmes ne font pas que se jeter sur un secteur construit par des hommes pour en tirer des bénéfices grâce aux opportunités d'affaires (du moins aux États-Unis). Elles remodèlent en chemin l'identité centrée sur les hommes du cannabis.

En jugeant par le nombre de mouvements conduits par des femmes dans l'industrie du cannabis actuellement (dans le monde entier), il est juste de dire que les femmes marquent bel et bien de leur empreinte les masses de fumeurs masculins. J'irai même jusqu'à dire que nous verrons dans les années qui viennent l'apparition de films de fumeurs pour femmes, sans parler d'un flot ininterrompu de produits conçus pour les femmes. Une vision hautement attendue.