Comment rouler un joint parfait ?

Published :
Catégories : BlogCannabisGuides Pratiques
Dernière édition :

Comment rouler joint


Les joints sont la méthode de base pour consommer de la weed dans le monde entier. Avec ces quelques étapes simples et un peu de pratique, vous pourrez rouler de beaux joints en tout confiance à chaque fois.

COMMENT ROULER UN JOINT PARFAIT

Joint, spliff, bédo. Peu importe le nom que vous lui donnez, apprendre à effriter de l’herbe et à en bien rouler un gros est une compétence fondamentale pour tous les fans du cannabis.

Les joints sont la méthode de consommation du cannabis préférée dans le monde entier. Ils dépassent en popularité les bangs, chillums et vaporisateurs. On pourrait penser le contraire, mais ils filtrent plus de particules dans la délicieuse fumée qu’une pipe à eau !

Le principal pré-requis d’un bon joint est qu’il devrait bien se consumer. Il ne faut pas qu’il brûle vite et qu’il soit chaud comme une cigarette. Cette chaleur trop importante détruit beaucoup des bons composés et vous ne tirez que la moitié des bienfaits. Les joints à combustion lente sont très savoureux. La fumée est chaude et riche en cannabinoïdes et terpènes, ces amis du cerveau.

Lisez pour apprendre l’ABC du roulage de joints parfaits.

CE QU’IL VOUS FAUDRA

Environ un gramme de votre weed du moment
Un grinder/des ciseaux
Un paquet de feuilles
Un morceau de carton pour faire un filtre
En option, du tabac ou votre herbe sèche préférée

COMMENT COMMENCER

Étape 1 : Il existe des feuilles à rouler longues, pratiques car de la taille d’un joint et qui ne nécessitent pas de modifications pour les fans de cannabis. En chanvre, en papier à rouler, parfumées, en cellulose transparente. Plus besoin de collages avec des petites feuilles.

Les feuilles sortent du paquet avec un pli au milieu déjà prêt pour accueillir votre cannabis. Faites un pli similaire sur un des côtés de la ligne centrale pour pré-courber la feuille, ce qui facilite le roulage par la suite. De plus, la feuille restera ouverte quand posée sur votre surface de travail et ne se fermera pas.

Étape 2 : Le carton ou filtre permet de stabiliser l’extrémité de votre joint et d’éviter que des petites morceaux de weed se collent sur votre langue. Pour vous éviter de chercher du carton à chaque fois que vous voulez rouler un joint, vous pouvez acheter à l’avance des feuilles de papier cartonné. Un paquet de dix feuilles de papier cartonné rangé dans un tiroir devrait durer plusieurs mois à un gros fumeur de joints. Ça vous évite d’avoir à toujours chercher du carton. Coupez les feuilles à la taille désirée.

Les cartes de visite sont un peu épaisses pour bien être roulées. Un paquet de feuilles à rouler vide est aussi une source parfaite de carton, ou si vous êtes désespéré, le rabat du paquet de feuilles que vous utilisez.

Prenez une bande d’un centimètre de large et de quatre ou cinq centimètres de long. Pliez l’extrémité en accordéon, en faisant deux M, puis roulez en cylindre. Et voilà, votre toncar est prêt.

Bien entendu, vous pouvez choisir de ne pas utiliser de filtre, mais le joint peut devenir un peu baveux et vous ne pouvez pas fumer jusqu’au bout sans vous brûler les doigts.

Étape 3 : Broyez la weed de votre choix en un mélange uniforme. Assurez-vous de l’uniformité en taille et texture. Une texture non-homogène donne une combustion inégale. Faites attention à la texture si vous coupez avec des ciseaux ou que vous effritez à la main. Écraser et broyez une tête sous le pouce marche bien. Le mélange devrait être bien réduit en petits morceaux, mais pas trop petits, car ils pourraient gêner la circulation d’air dans votre joint.

Étape 4 : Certains aiment ajouter un peu de tabac ou une autre herbe parfumée à leurs joints. En général pour aider les têtes à mieux se consumer. Parfois les têtes peuvent être tellement riches en résine qu’elles ne brûlent pas correctement. Il serait probablement préférable d’éviter les cigarettes du commerce gorgées de produits chimiques qui peuvent perturber le bouquet naturel du cannabis. Trouvez du tabac bio ou utilisez les nombreuses herbes fumables qui existent. La passiflore, l’églantier ou la damiana peuvent être utilisés et ils brûlent de manière uniforme, tout en ajoutant leurs propres qualités à la fumée.

Étape 5 : Répartissez maintenant de manière uniforme votre weed préparée dans la vallée formée par la feuille à rouler. Un gramme entier ira bien. Laissez de la place à un bout pour le carton et aussi à l’autre bout pour permettre un mouvement quand vous commencez à rouler. Les gauchers mettront le filtre à gauche et les droitiers à droite.

Faites rouler doucement et lentement l’herbe broyée pour qu’elle soit bien distribuée et légèrement tassée, prête à être modelée. Le petit boudin devrait être plus épais que le filtre, car il sera comprimé en roulant.

Étape 6 : Tenez doucement le joint ouvert, sans pincer, entre le doigt et l’index de chaque main. En utilisant le filtre comme qui pour l’épaisseur, roulez doucement et lentement pour comprimer votre weed sous la forme que vous voulez pour votre joint.

Vient alors l’étape difficile. Glisser à l’intérieur le bord sans le collant. Les plis supplémentaires que vous avez faits vous aideront. La feuille se plie déjà naturellement. Aidez le bord à glisser avec le bout du pouce jusqu’à ce que la feuille roule sur elle-même et que votre joint prenne forme.

Si vous trouvez bizarre d’utiliser votre pouce, tenez la feuille de l’autre côté, le bord avec le collant vers vous, et utilisez la longueur de l’index pour rouler tout le bord non-collant en dessous en une seule fois.

Étape 7 : Léchez doucement le collant du bout de la langue et pressez en place. La gomme ne doit être que légèrement humidifiée pour bien coller. Pas besoin de baver, juste un léger coup de langue sur le bord.

Si vous êtes maladroit, vous pouvez passer un doigt trempé dans l’eau sur le bord, mais lâcher votre prise sur le joint peut le faire s’ouvrir. L’eau ne semble pas bien faire tenir la gomme et le joint s’ouvre alors souvent quand il chauffe.

Vous vous rappelez toujours votre première coupure à cause de la feuille sur le bout de la langue. Ça peut paraître bête, mais après une vie à rouler des joints, ça vous arrivera. Vous pleurerez et vous n’aurez plus le goût de l’amertume pendant deux jours.

Étape 8 : Tout miette qui se serait échappée en tombant sur votre surface de travail pendant le roulage peut être réinsérée dans le joint par le bout ouvert et tassée avec un petit doigt ou un stylo. Ne tassez pas trop, si le joint est trop compressé, il ne s’allumera pas bien.

Pliez le bout comme un petit paquet cadeau pour qu’il s’allume de manière uniforme. Si vous tournez le bout, vous avez plus de risque d’avoir une carotte, quand un côté brûle plus vite que l’autre, ou que le centre brûle trop vite. Ça donne une fumée désagréable et c’est dû à un allumage inégal.

Étape 9 : Admirez le résultat de votre travail et éclatez-le !

L’amour du cannabis vous fera rouler assez de joints pour devenir un pro en un rien de temps. Ne vous découragez pas si vos premiers joints sont un peu déformés, vous aurez certainement eu la sensation de comment la feuille bouge et comment la weed se compresse. Vous produirez bientôt des joints tassés uniformément, bien roulés, à combustion lente parfaite, aromatiques et doux comme la soie, pour le reste de votre vie.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes