Comment le cannabis influence les rêves

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

Comment le cannabis influence les rêves

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi vous aviez du mal à vous rappeler de vos rêves après avoir fumé un joint en fin de soirée, mais que juste après une période passée sans fumer, vos rêves étaient plus vivants que jamais ?

Selon un nombre croissant d'études, les personnes fumant du cannabis avant d'aller au lit ont moins de chances d'être capables de se rappeler de leurs rêves le lendemain matin. Cependant, quand ces personnes arrêtent de fumer, elles ont tendance à faire des rêves encore plus intenses qu'auparavant, toute la question est pourquoi ?

C'est un fait largement connu que le cannabis affecte plusieurs aspects du sommeil et des activités qui vont bien plus loin que les rêves. Ce phénomène s'explique mieux en explorant le cycle de sommeil et plus spécifiquement la phase de sommeil paradoxal.

Le cannabis et le sommeil paradoxal

Il semble que le cerveau soit à son état le plus actif pendant la phase de sommeil paradoxal et c'est durant cette phase que la plupart des rêves ont lieu. De nombreuses études ont montré que la consommation de cannabis avant d'aller dormir réduisait le sommeil paradoxal. Des chercheurs pensent que c'est à cause de cette réduction que les consommateurs de cannabis rapportent faire moins de rêves.

Pendant la nuit, nos cerveaux transitent par 4 différentes phases de sommeil en passant la majorité du temps entre le sommeil profond et le sommeil paradoxal. La quantité de temps passé entre ces deux phases est assez liée. En fait, des études montrent que le cannabis rallonge la durée du temps passé par le cerveau en sommeil profond, ce qui a pour résultat de raccourcir la durée du sommeil paradoxal.

La densité même du sommeil paradoxal (et c'est un effet du THC ou du cannabis consommé avant le sommeil) semble également être réduite. De manière intéressante, une plus faible densité du sommeil paradoxal a été liée à un sommeil plus réparateur. De quoi éclairer le fait que les consommateurs disent se sentir bien plus revigorés le lendemain matin après un joint du soir.

Que se passe-t-il après l'arrêt du cannabis ?

Des consommateurs réguliers de cannabis ressentent un pic anormal de sommeil paradoxal une fois que leur consommation est stoppée. Cet phénomène est décrit comme « l'effet de rebond » du sommeil paradoxal, ce qui entraîne des périodes plus longues et plus denses de sommeil paradoxal. Ce rebond explique pourquoi les consommateurs de cannabis font souvent des rêves très vivants quand ils réduisent leur consommation.

De manière intéressante, le sommeil paradoxal n'est pas seulement affecté par le cannabis. Des rebonds du sommeil paradoxal peuvent également avoir lieu avec la consommation d'alcool et la prise de somnifères. De plus, les personnes en manquent de sommeil passent souvent par un rebond du sommeil non-paradoxal.

Une action équilibrant le sommeil

Comme la recherche sur l'importance du sommeil paradoxal n'en est qu'à ses débuts, une seule chose est à peu près certaine : nos organismes en ont besoin ! Ceci dit, il est trop tôt pour sauter aux conclusions à propos du cannabis et sa supposée action néfaste sur le sommeil paradoxal. Parmi les consommateurs de cannabis, beaucoup, si ce n'est tous, ont bénéficié du sommeil profond que la plante apporte. Comme le sommeil paradoxal, le sommeil profond est très important. Beaucoup pensent que c'est la phase de sommeil la plus complète pour réparer et reposer le corps. En gardant toutes ces confidences sur l'oreiller à l'esprit, je suis sûr que nous dormirons mieux une fois que des preuves plus concrètes auront fait surface.

comments powered by Disqus