Consommer Beaucoup De Cannabis Interfère Avec Les Rêves ?

Published :
Catégories : BlogCannabisScience

Consommer Beaucoup De Cannabis Interfère Avec Les Rêves ?


Si vous avez déjà noté un changement dans vos rêves après avoir arrêté le cannabis ou fait une pause dans la consommation, vous n’êtes pas le seul.

Le cannabis est connu pour améliorer la qualité du sommeil. Non seulement un peu de weed peut nous donner un super sommeil, mais en plus elle aide les malades et autres individus ayant des troubles du sommeil. Que ce soit à cause de la douleur ou d’un trouble du sommeil plus général, comme l’insomnie, le cannabis peut nous aider à trouver le chemin du pays des rêves.

En fait, il existe plusieurs variétés qui aident à améliorer le sommeil. Prenez Bubba Kush, par exemple, qui est une indica, bien connue pour provoquer l’effet le plus relaxant, un effet qui pourrait bien vous clouer au canapé pendant des heures. Il y a aussi Blue Mystic, une indica, qui vous donnera la sensation physique la plus agréable de votre vie. Globalement, des variétés comme celles-ci peuvent apporter un sommeil de meilleure qualité. De plus, elles peuvent vous aider à tomber plus vite endormi. Mais qu’en est-il des rêves ? Le cannabis a-t-il un effet sur nos rêves ?

CANNABIS, RÊVES ET SOMMEIL PARADOXAL

Cycle de sommeil

Si vous avez déjà remarqué un changement dans vos rêves après avoir arrêté le cannabis, ou après avoir fait une pause de consommation, vous n’êtes pas le seul. De gros consommateurs rapportent faire des rêves parmi les plus bizarres quand ils arrêtent de consommer aussi fréquemment du cannabis. Mais ceux qui consomment souvent de la weed déclarent ne pas pouvoir se souvenir de leurs rêves. Alors, qu’est-ce qui se passe ?

Pour la plupart, les gens pensent qu’il y a une connexion entre le cannabis et les rêves, surtout pour ce qui est du sommeil paradoxal. Selon Psychology Today, la weed réduit le sommeil paradoxal ainsi que les rêves. Mais quand vous arrêtez la beuh, le contraire se produit. Le résultat d’une pause de tolérance ou d’un arrêt total, c’est que vous faites l’expérience d’une augmentation du sommeil paradoxal et des rêves plus définis.

D’un autre côté, le Dr. Timothy Roehrs, expert du sommeil au Henry Ford Health System, déclare que les preuves sont insuffisantes pour confirmer cette théorie. De plus, il déclare que cette croyance pourrait être complètement fausse. « La littérature scientifique sur l’impact avéré ou non du cannabis sur le sommeil paradoxal est extrêmement faible et équivoque », déclare Roehrs. De plus, il indique « certains études montrent que le cannabis supprime le sommeil paradoxal, d’autres montrent que ce n’est pas le cas. »

Même si de nombreux articles pointent vers des études qui rapportent la même théorie, elles ont tendances à être dépassées. Selon Roehrs, elles sont en général issues des années 1970 à 1980. Sans oublier qu’il ne s’agit que de six études au total. Il est donc difficile d’accepter une telle théorie.

Donc, si le sommeil paradoxal n’a rien à voir avec nos rêves vivants et étranges, qu’est-ce qui est en rapport ? Roehrs a sa propre théorie.

RÊVES ET SEVRAGE

Rêves de cannabis

Après avoir mené une étude non-publiée avec sa collègue Leslie Lundahl de la Wayne State University School of Medicine, Roehrs pense que de nombreuses personnes font ces rêves en résultat du sevrage. Comme pour toute substance, votre sommeil est affecté quand vous arrêtez soudainement. En faisant référence aux alcooliques, Roehrs déclare :  « Quand ils arrêtent l’alcool, ils ont de fréquents réveils et interruptions du sommeil et ils rapportent des rêves plus vivants. Ce pourrait donc être un parallèle. »

Durant l’étude, Roehrs et Lundahl ont expérimenté avec de gros consommateurs de cannabis ainsi que des consommateurs moins fréquents. « Dans la conception de l’étude qui a été menée, le cannabis était fumé le matin et l’après-midi, certains jours c’était du cannabis actif et d’autres un placebo, avec 0,4 pour cent de THC environ » déclare Roehrs. Et pour le cannabis actif, Roehrs déclare « le cannabis actif était à 3 pour cent de THC. » Pour dire les choses différemment, les participants alternaient entre de la weed active et de la weed placebo. Un jour ils fumaient de la vraie beuh et le jour suivant ils recevaient la weed placebo. Durant l’expérience, les chercheurs ont noté les rythmes de sommeil des gros consommateurs et les ont comparé avec le reste du groupe qui consommait du cannabis moins fréquemment.

Selon Roehrs, les résultats ont montré que « fumer le cannabis à 3 pour cent de THC en comparaison du cannabis placebo n’avait aucun effet sur le sommeil paradoxal ». De plus, en comparant les rythmes de sommeil des deux groupes, il a découvert qu’ils avaient les mêmes quantités de sommeil paradoxal. Cependant, il y a une chute dans cette étude non-publiée. « Le sommeil des gros consommateurs de cannabis était différent du sommeil des individus sains la nuit suivant l’administration du placebo » indique Roehrs. Durant les nuits où le cannabis placebo était utilisé, le groupe de gros consommateurs « montrait des quantités plus faibles de sommeil lent, qui est le sommeil profond et restaurateur » selon Roehrs. De plus, « ils ont aussi montré une très faible efficacité du sommeil à savoir que dans les 8 heures passées au lit, environ 80 pour cent du temps était passé à dormir ». Mais fumer à nouveau du cannabis semblait tout améliorer. « Quand ils recevaient le cannabis actif, leur efficacité du sommeil était normalisée », déclare Roehrs.

LE CANNABIS PERTURBE VOS RÊVES ?

Même si l’étude de Roehrs n’a pas encore été publiée, elle explique bien ces rêves bizarres. Comme Roehrs le mentionne, on se rappelle plus distinctement des rêves quand on se réveille à partir du sommeil paradoxal. Et quand on dort durant tout le sommeil paradoxal, il y a de fortes chances de ne pas trop s’en rappeler. C’est donc pourquoi quand vous arrêtez de consommer du cannabis aussi fréquemment ou complètement, vous vous réveillez forcément durant le sommeil paradoxal et vous vous rappelez de vos rêves de manière plus vivante.

Au final, il faudrait plus d’études pour confirmer qu’une consommation importante de cannabis interfère avec les rêves. Comme la plante devient légale dans le monde au fil des années, on devrait pouvoir avoir une réponse définitive à la question. En attendant, on peut toujours réfléchir aux recherches de Roehr et Lundahl, qui ont du sens.

 

         
  Brittney  

Écrit par: Brittney
Pensant fermement que le cannabis peut être un bienfait pour la société, Brittney en savoure les subtilités depuis longtemps. Cet amour se reflète dans son écriture, qui a pour but d’informer, d’éduquer et de rassembler autour de l’amour du cannabis.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes