Blog
Comment Différents Aliments Interagissent Avec Les Drogues
8 min

Comment Différents Aliments Interagissent Avec Les Drogues

8 min

Vous seriez pardonné de ne pas penser à boire du jus de pamplemousse avant de vous lancer dans un trip sous acide, mais cela pourrait avoir des effets surprenants. Les composés présents dans certains aliments interagissent avec ceux présents dans les drogues, ce qui entraîne toute une série d’effets différents. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Si les drogues sont nécessaires pour provoquer des effets psychoactifs, elles ne sont en aucun cas le seul facteur déterminant la qualité de l’expérience, ni même si elle a lieu. Les effets des drogues dans l’organisme dépendent des interactions entre de nombreux composés chimiques différents.

De nombreux aliments courants contiennent des composés qui interagissent avec différentes drogues et peuvent modifier radicalement leurs effets, en bien ou en mal.

Pourquoi est-il important de connaître les interactions aliments-drogues ?

Pourquoi Est-Il Important De Connaître Les Interactions Aliments-drogues ?

Les interactions aliments-drogues ne sont généralement pas inquiétantes, car la concentration des composés présents dans les aliments qui peuvent interagir avec les médicaments est la plupart du temps si faible qu’ils n’ont pas d’effets significatifs. Ce n’est cependant pas toujours le cas.

Certains médicaments en vente libre sont accompagnés d’une liste d’aliments qui doivent être exclus du régime alimentaire lorsqu’une personne les prend. Voici quelques interactions aliments-médicaments courantes :

  • Les légumes riches en vitamine K (les légumes verts à feuilles) réduisent la capacité de l’aspirine à fluidifier le sang.

  • Les produits laitiers réduisent l’absorption des antibiotiques

  • L’alcool interagit avec l’insuline

Il existe de nombreuses autres interactions entre aliments et médicaments qui concernent des médicaments moins courants, et certaines peuvent être assez graves. Mais qu’en est-il des drogues récréatives ? Les aliments peuvent-ils interagir avec les drogues que nous prenons pour le plaisir ?

Les Drogues et Médicaments Interagissent-Ils Entre Eux ?

Les Drogues Et Médicaments Interagissent-Ils Entre Eux ?

Les interactions entre drogues et médicaments sont plus courantes et peuvent être incroyablement dangereuses, voire mortelles. Souvent, les composés des médicaments qui réagissent les uns avec les autres sont les mêmes que ceux que l’on trouve dans les aliments, ou du moins en sont dérivés.

Une interaction très courante entre deux drogues récréatives est celle qui se produit entre l’alcool et la cocaïne. Lorsque la cocaïne et l’éthanol (alcool) se mélangent dans le foie, ils forment du cocaéthylène. Le cocaéthylène a des effets plus puissants et plus euphorisants que l’alcool ou la cocaïne pris seuls. En revanche, il est considéré comme plus cardiotoxique et le risque de mort subite est 18–25 fois plus élevé.

Articles liés

Peut-On Mélanger Les Substances ? Tout Sur La Poly-Consommation

Quels aliments interagissent avec le cannabis ?

Mais revenons à la nourriture et au légume préféré de beaucoup de gens : le cannabis. Il existe des interactions entre les aliments et le cannabis, mais elles sont plutôt modérées. Certaines d’entre elles peuvent être considérées comme souhaitables, d’autres moins. Nous examinerons ci-dessous les mécanismes de trois des interactions les plus courantes.

Aliments Contenant Du Myrcène

Aliments Contenant Du Myrcène

Le myrcène est un monoterpène que l’on retrouve dans de nombreuses choses (dont le cannabis), mais aussi dans des fruits comme la mangue, et des herbes comme le thym. Vous avez peut-être entendu parler de personnes qui améliorent les effets du cannabis avec de la mangue. Eh bien, voici pourquoi.

On pense que le myrcène augmente la capacité du THC à traverser la barrière hémato-encéphalique, réduisant sa vitesse de 5 secondes.[1] Mais où la nourriture entre-t-elle en jeu ? Certains spéculent, bien que ce ne soit que des spéculations, que la consommation d’aliments riches en myrcène peut avoir un impact sur les effets de la prise de cannabis. Des rapports anecdotiques affirment que les effets arrivent plus vite, sont plus forts et durent plus longtemps.

Bien que cela n’ait pas été prouvé, il a été démontré que les taux de myrcène dans le cannabis produisent des effets très différents. Si vous vous êtes demandé pourquoi certaines variétés de cannabis produisent des effets énergiques (sativa) et d’autres un effet sédatif puissant (indica), il semble que le myrcène ait un rôle à jouer à cet égard. Les variétés contenant plus de 0,5 % de myrcène ont tendance à être plus sédatives, tandis que celles qui en contiennent moins de 0,5 % ont tendance à être plus toniques.[2]

Le Chocolat

Le Chocolat

La plupart des gens s’accordent à dire que manger du chocolat quand on est stone est une expérience agréable. Mais parfois, selon le chocolat, cette combinaison va plus loin que le simple fait d’apprécier le sucre tout en ayant envie de grignoter.

Le chocolat noir, non transformé, contient de la théobromine, dont on pense qu’elle augmente les taux d’anandamide dans le corps. L’anandamide est un endocannaboïde naturel, produit par l’organisme. L’anandamide se lie aux récepteurs CB1 et CB2, et on pense que le THC se lie à ces récepteurs en imitant la forme de l’anandamide. Cependant, le THC provoque un effet psychoactif, alors que l’anandamide ne provoque que des sensations agréables.

En fait, malgré leurs similitudes, on pense que l’augmentation des taux d’anandamide peut contrecarrer certains des effets les plus négatifs du THC. C’est pourquoi on pense que le CBD est bénéfique lors d’une consommation avec du THC (le CBD augmente également les taux d’anandamide).

Par conséquent, la consommation de chocolat noir en même temps que du cannabis riche en THC est censée rendre les effets plus relaxants et provoquer une sensation plus agréable et plus détendue.

Articles liés

Pourquoi Le Chocolat Et Le Cannabis Vont-Ils Si Bien Ensemble ?

Alcool

Alcool

L’alcool est bien évidemment une drogue, et l’interaction alcool-cannabis est donc une interaction drogue-drogue. Toutefois, comme il s’agit probablement de l’une des plus courantes au monde, elle mérite d’être mentionnée. Ceux qui ont bu de l’alcool et fumé du cannabis en même temps savent qu’ils peuvent exacerber leurs effets respectifs – et ce n’est pas toujours agréable !

L’éthanol augmente dans une large mesure l’absorption du THC. Le plasma sanguin prélevé sur des personnes ayant pris du cannabis après avoir bu de l’alcool contient significativement plus de THC que celui des personnes n’ayant pas consommé d’alcool.[4]

Si beaucoup de personnes apprécient cette combinaison, il faut toujours faire preuve de prudence lorsqu’on associe des drogues, surtout lorsqu’on cherche à renforcer les effets de chacune. Ce qui peut être agréable de manière isolée peut rapidement devenir désagréable, voire dangereux, lorsqu’elle est associée à quelque chose d’autre.

Quels sont les aliments qui interagissent avec les hallucinogènes ?

Quels Sont Les Aliments Qui Interagissent Avec Les Hallucinogènes ?

Les interactions ci-dessus entre les aliments et le cannabis étaient assez mineures, et ont tendance à ne pas faire de différences profondes dans l’expérience. Ce n’est toutefois pas le cas avec les hallucinogènes. En fait, les interactions aliments-drogues avec les hallucinogènes peuvent être incroyablement puissantes, et ne devraient pas être tentées à moins que vous ne sachiez vraiment ce que vous faites.

Banisteriopsis caapi

La Banisteriopsis caapi fait partie d’une célèbre concoction vénérée par certaines cultures d’Amérique centrale et du Sud. Cependant, cette vigne n’agit pas seule, mais fait plutôt partie d’un mélange qui, de concert, crée la réaction chimique nécessaire. Mais que se passe-t-il ?

Cette vigne contient un inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO) qui permet à la Psychotria viridis, l’autre ingrédient principal de la concoction, de produire les effets recherchés. Consommée seule, la Psychotria viridis est immédiatement décomposée dans le corps par les enzymes de la monoamine oxydase et ne provoque donc aucun effet. Ainsi, l’IMAO de la Banisteriopsis caapi permet essentiellement au composé de la Psychotria viridis d’agir sur le cerveau et le corps.

Remarque : les IMAOs n’affectent pas seulement les psychédéliques, mais peuvent aussi interagir avec toute une série d’aliments très courants (bananes, fromage, etc.). Par conséquent, si vous prenez des IMAOs sous quelque forme que ce soit, il est essentiel d’étudier ce que vous pouvez et ne pouvez pas consommer sous leur influence, car certaines de ces interactions peuvent être fatales.

Jus De Pamplemousse

Le jus de pamplemousse agit également comme un IMAO et peut multiplier jusqu’à 5 fois la concentration de certaines drogues dans le sang.[5] Il peut donc intensifier massivement les effets de drogues comme le LSD et les champignons magiques, qui sont tous deux affectés par les IMAO.

Ne foncez pas avaler du jus de pamplemousse avant votre trip cependant. Augmenter la dose d’un trip d’acide ou de champignons par un facteur de 5, et augmenter sa longévité n’est probablement pas une bonne idée. Modifier la capacité de votre corps à décomposer les substances étrangères est dangereux.

Autres Agrumes

L’acide contenu dans d’autres agrumes, comme le citron, peut transformer la psilocybine en psilocine. La psilocine est plus présente dans les champignons frais, et est facilement disponible pour l’organisme. Lorsque les champignons sèchent, la psilocine devient de la psilocybine, qui doit être reconvertie en psilocine avant que le corps ne l’absorbe.

Cette réaction se produit dans le corps, mais elle peut être accélérée en prenant une boisson acide (jus d’orange, jus de citron) en même temps que vos champignons. Si vous voulez éliminer cette réaction de votre corps, vous pouvez même faire un tek citron, qui vous donne une solution puissante de psilocine à boire au lieu de manger vos champignons. Faites cela pour un effet plus rapide et plus intense.

Consommer de la caféine avec d’autres drogues

Consommer De La Caféine Avec D’autres Drogues

Certains suggèrent de prendre du café ou une autre source de caféine avec vos drogues récréatives. Bien que cela puisse être bon, nous vous le déconseillons. Avec les psychédéliques, la caféine exacerbera tout sentiment inconfortable d’anxiété et rendra le calme plus difficile. De plus, son effet stimulant réduira en fait le caractère trippant de l’euphorie, sans la réduire dans sa totalité.

Avec les stimulants, la caféine est encore moins conseillée. Les stimulants augmentent la pression sanguine et exercent une pression sur le cœur, tout comme la caféine. La combinaison de plusieurs stimulants peut être très dangereuse et doit être évitée.

Faut-il utiliser des aliments pour augmenter l’intensité des effets ?

L’utilisation d’aliments pour augmenter l’intensité des drogues récréatives doit être abordée avec prudence. Avec le cannabis, les effets sont moins graves et si vous êtes dans un environnement sûr, vous devriez pouvoir jouer avec certaines interactions.

Avec d’autres drogues, par contre, il est probablement préférable de rester à l’écart. Par exemple, avec les psychédéliques, si vous voulez des effets plus forts, il suffit d’augmenter la dose. C’est plus sûr que d’augmenter la dose en provoquant une interaction, qui est moins prévisible et peut durer très longtemps. La dernière chose que vous voulez c’est un bad trip qui pourrait durer indéfiniment.

Articles liés

Que Faire Quand Vous Faites Un Bad Trip

Quels aliments réduisent l’intensité des effets ?

Il se peut que vous souhaitiez parfois réduire l’intensité des effets, et il existe certaines façons de le faire en utilisant de la nourriture. Le fait qu’il s’agisse ou non d’interactions entre aliments et drogues dépend de ce dont on parle. Néanmoins, il existe quelques options.

  • Le chocolat – comme nous l’avons mentionné, les propriétés du chocolat noir, qui produit de l’anandamide, peuvent en fait contrecarrer certains des effets les plus néfastes du THC.

  • Les aliments riches en sucre – le sucre accélère le métabolisme et aide le corps à traiter les drogues plus rapidement. En outre, il permet généralement aux gens de se sentir mieux. Les champignons sont particulièrement affectés par le sucre.

  • Trip stoppers – Les trip stoppers de Zamnesia sont conçus pour vous apaiser et réduire l’intensité des effets, vous permettant ainsi de redescendre.

  • De l’eau ! L’eau est l’un des meilleurs remèdes de la nature, et si un jour vous êtes trop défoncé, assurez-vous de siroter un peu de super liquide.

Alimentation et drogues récréatives : pistes de réflexion

Alimentation Et Drogues Récréatives : Pistes De Réflexion

Comme vous pouvez le constater, la nourriture peut avoir un effet profond sur la qualité de vos effets. Elle peut transformer un trip léger en quelque chose de beaucoup plus puissant, ou atténuer l’effet d’une variété de cannabis puissante.

Les interactions aliments-drogues ne doivent pas être traitées à la légère, et vous devriez vous éduquer correctement avant d’en essayer. Ce n’est pas parce qu’un aliment ou une boisson peut sembler inoffensif qu’il ne peut pas avoir des effets inattendus et parfois indésirables.

Max Sargent
Max Sargent
Max est pigiste depuis plus de 10 ans et s’est tourné vers le journalisme du cannabis et des produits psychédéliques ces dernières années. Rédacteur pour des entreprises telles que Zamnesia, Royal Queen Seeds, Cannaconnetion, Gorilla Seeds, MushMagic et bien d’autres, il est fort d’une grande expérience dans ce secteur.
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.

Ressources externes :
  1. Russo EB. Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects. Br J Pharmacol. 2011;163(7):1344-1364. doi:10.1111/j.1476-5381.2011.01238.x - https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Surendran S, Qassadi F, Surendran G, Lilley D, Heinrich M. Myrcene-What Are the Potential Health Benefits of This Flavouring and Aroma Agent?. Front Nutr. 2021;8:699666. Published 2021 Jul 19. doi:10.3389/fnut.2021.699666 - https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  3. Hudson R, Renard J, Norris C, Rushlow W, Laviolette S. Cannabidiol Counteracts the Psychotropic Side-Effects of Δ-9-Tetrahydrocannabinol in the Ventral Hippocampus through Bidirectional Control of ERK1–2 Phosphorylation. The Journal of Neuroscience. 2019;39(44):8762-8777. doi:10.1523/jneurosci.0708-19.2019 - https://www.jneurosci.org
  4. Lukas S, Orozco S. Ethanol increases plasma Δ9-tetrahydrocannabinol (THC) levels and subjective effects after marihuana smoking in human volunteers. Drug Alcohol Depend. 2001;64(2):143-149. doi:10.1016/s0376-8716(01)00118-1 - https://www.sciencedirect.com
  5. Bailey DG, Malcolm J, Arnold O, Spence JD. Grapefruit juice-drug interactions. Br J Clin Pharmacol. 1998;46(2):101-110. doi:10.1046/j.1365-2125.1998.00764.x - https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Actualités Recherche
Recherche par catégories
ou
Rechercher