Une Étude Découvre Que Le Kanna Est Plus Que Juste Un ISRS

Publié le :
Catégories : BlogHerbe et grainesScience

Une Étude Découvre Que Le Kanna Est Plus Que Juste Un ISRS

La capacité du kanna à améliorer l’humeur pourrait-elle avoir plus de potentiel que réalisé auparavant ? Une recherche initiale le suggère.

Il existe de nombreuses plantes possédant toutes des effets peu connus et intéressants sur le corps humain. Le Kanna est une d’entre elles, c’est une plante d’Afrique du Sud qui est traditionnellement utilisée depuis des siècles par les tribus indigènes pour aider à traiter la peur, l’anxiété et la dépression chez les guerriers de retour du combat. Il n’existe que très peu de recherches sur des plantes telles que celle-ci, car elles ont tendance à ne pas être remarquées par la communauté scientifique. Cependant, pour ceux qui aiment les remèdes végétaux, le potentiel du kanna n’est pas ignoré, et la plante est de plus en plus populaire.

Cette popularité a grandi au point que la plante devient difficile à ignorer par les scientifiques. Bien entendu, le kanna n’est pas au centre de toutes les préoccupations de la communauté scientifique, mais lentement et sûrement, il est à présent étudié pour son potentiel thérapeutique.

KANNA : UN ISRS ?

L’hypothèse standard est que le kanna agit comme Inhibiteur Sélectif de la Recapture de la Sérotonine, ou ISRS en abrégé. Comme la sérotonine est étroitement liée à des troubles tels que la dépression et l’anxiété, des médicaments ISRS sont souvent utilisés pour réguler les niveaux de sérotonine afin d’améliorer l’humeur. Les propriétés améliorant l’humeur du kanna sont bien connues de ceux qui en consomment, ainsi que de ceux qui ont conduit des recherches initiales sur le phénomène. Cependant, jusqu’à récemment, les détails spécifiques n’avaient pas fait l’objet d’investigations poussées.

UN TOUT AUTRE NIVEAU D’AMÉLIORATION DE L’HUMEUR

Alors que les découvertes initiales ont amené à la théorie que le kanna agit comme ISRS, une étude publiée dans le Journal of ethnopharmacology suggère que les choses vont un peu plus loin. Même s’il apparaît que le kanna joue un rôle ISRS mineur, c’est un rôle secondaire en comparaison de l’action d’Agent Libérateur de Monoamine, ou MRA en abrégé.

Comme le nom le suggère, un MRA augmente la libération de monoamines dans le cerveau. Les monoamines sont un groupe de neurotransmetteurs qui inclut la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline. Le kanna évite donc la recapture de la sérotonine par le cerveau pour en augmenter le niveau, mais il pourrait bien en provoquer la libération de plus grandes quantités.

LA RECHERCHE

L’étude en question a observé les effets du kanna sur des tissus du cerveau humain et chez la souris. Après 30 minutes d’exposition aux ingrédients actifs du kanna, des mesures ont été prises. Il a été découvert que le kanna avait une action de régulation négative sur les transporteurs de sérotonine – similaire à l’action des antidépresseurs ISRS – et qu’il avait une régulation positive sur les transporteurs de monoamine, ce qui suggère une double action.

Les chercheurs ont conclu «  que l’activité inhibant la recapture de la sérotonine attribuée à la plante Sceletium est une fonction secondaire à l’activité libératrice de monoamine de l’extrait de Sceletium riche en mésembrine. »

Même s’il y a peu de chances que le kanna devienne un traitement instantané pour la dépression, il nous offre un aperçu très intéressant de la façon dont le cerveau peut être manipulé et de comment le kanna pourrait être clé pour de futurs traitements. Une chose est sûre, les résultats sont positifs et demandent plus de recherches – d’abord pour investiguer plus en détail ces actions, avec ensuite des essais cliniques de profondeur. Il faut bien commencer quelque part, et ce pourrait être le point de départ pour le kanna. Qui sait quels secrets le kanna renferme ?

Si vous voulez en savoir plus sur le kanna, nous avons une section d’informations détaillées couvrant tout ce dont vous avez besoin de savoir.

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs