Un Regard Plus En Profondeur Sur Les Cannabis Social Clubs

Publié le :
Catégories : BlogCannabisEurope

Un Regard Plus En Profondeur Sur Les Cannabis Social Clubs

Les lois sur le cannabis évoluent rapidement ici en Europe. L’Espagne est un bon exemple, avec les cannabis social clubs maintenant en pointe. Regardons comment les choses se passent pour eux.

Malgré la crise économique mondiale et européenne, les cannabis social club en Espagne sont florissants. Ils offrent aux consommateurs de cannabis un moyen sûr et respectueux des communautés de savourer du cannabis et ils montrent au monde qu’il existe des modèles alternatifs de consommation de cannabis qui ne nécessitent pas nécessairement une légalisation complète. Alors que le monde les observe, nous avons pensé qu’il serait une bonne idée de regarder plus en profondeur ce qui se passe exactement en Espagne et comment la perception du grand public change pour le mieux.

QUE SONT LES CANNABIS SOCIAL CLUBS ?

Aussi connus simplement comme cannabis clubs, ces organisations sont des organismes privés qui cultivent et fournissent du cannabis à tous leurs membres. La culture et la consommation privées de cannabis sont plus ou moins tolérées en Espagne, tant qu’aucune vente n’est impliquée. Ces clubs fonctionnent en acceptant des membres privés qui payent des frais d’entretien du club. Ceci leur donne un droit de regard pour ce qui est cultivé, la façon dont c’est cultivé, ainsi que le droit de recevoir une portion des têtes récoltées. Comme les membres n’achètent pas de cannabis du club, et que tout est fait en privé, c’est en général considéré comme acceptable. Les clubs ne font pas de publicité pour recevoir de nouveaux membres et leurs opérations sont complètement transparentes, en étant ouverts et honnêtes vis à vis des autorités et des communautés. Ceci créée une culture d’acceptation, car les clubs démontrent un modèle sûr et responsable d’un marché du cannabis semi-régulé.

IL Y A MAINTENANT PLUS DE CANNABIS CLUBS QUE JAMAIS AVANT

L’influent journal espagnol « El Pais » a rapporté que les Cannabis social clubs en Catalogne comptent 165.000 membres réguliers, qui consomment environ 6 millions d’euros de cannabis chaque mois. Barcelone a commencé en 2010 avec 40 cannabis clubs et abrite de nos jours plus de 200 clubs ! De nombreux étrangers déménagent à présent en Espagne pour y avoir accès – surtout si leur consommation est thérapeutique – ou cherchent un travail dans le secteur du cannabis. De nos jours, plus de 700 Cannabis social clubs espagnols ont des membres inscrits venus du monde entier, tous rassemblés en Espagne pour profiter de ce modèle progressiste pour le cannabis. Ils viennent d’un large éventail de milieux socio-professionnels et de toutes les marches de la pyramide des âges.

L’opinion public en Espagne s’est lentement mise à soutenir le modèle des Cannabis Social Clubs, même si les forces politiques conservatrices essayent de ralentir les clubs. Les gouvernements locaux jouent un grand rôle dans ce pays et c’est la raison pour laquelle les Cannabis social clubs ont pu commencer leurs expérimentations à Barcelone, malgré l’opposition du gouvernement central à ce modèle. Le manque d’une réglementation clair à provoqué l’apparition d’une « zone grise » où le système en bourgeonnement a été abusé par quelques social clubs, ce qui a poussé à résoudre les points obscurs. Ces problèmes ont été manipulés par l’ancien maire de Barcelone, Xavier Trias, qui essayait de fermer certains clubs tout en imposant des règles très strictes sur le fonctionnement des Cannabis Clubs. Le résultat ? Eh bien, il n’est plus maire à présent – à vous d’en tirer les conséquences, sur le sujet et sur sa popularité auprès du public.

UN PAS EN AVANT : LIER LES CLUBS ENSEMBLE

De nombreux cannabis clubs ont commencé à se rassembler en associations pour faire face aux problèmes politiques, sociaux et de santé. Ceci donne un dynamisme supplémentaire au mouvement de normalisation du cannabis et les associations de cannabis clubs catalans FEDCAC et CatFAC développent une plateforme en ligne pour discuter et publier des propositions, des guides de bonnes pratiques ou de techniques de culture. Ceci donne aux clubs une aura de légitimité et montre aux autorités qu’ils sont sérieux dans leur démarche d’être un membre responsable de la société.

Tout ceci n’est pas passé inaperçu. Ada Colau, la première femme maire de Barcelone, travaille à présent avec l’Agence de Santé Publique de Barcelone et les associations de social clubs pour créer le premier projet de régulations pour les cannabis social clubs. Les nouvelles règles incluent des limites sur la culture et le transport, des exigences pour les membres, des distances aux écoles, des quantités maximales par membre et des registres de culture. Cela pourrait sembler comme étant un éloignement de la liberté de cultiver ce que l’on veut, mais en travaillant à un compromis, il est possible d’aller de l’avant de manière responsable.

LA DIFFÉRENCE ENTRE CANNABIS CLUBS ET COFFEE SHOPS

Les Cannabis social clubs peuvent être sélectifs pour leurs membres. Ils peuvent se différencier l’un l’autre en ne permettant qu’à un certain type de membre de les rejoindre – comme par exemple en faisant la différence entre consommateurs médicaux et récréatifs. Certains ne sont qu’une petite pièce, alors que d’autres sont un beau loft ; on a plus l’impression d’être chez un ami que dans un bar. C’est une différence importante avec le modèle néerlandais, où les coffee shops sont ouvert au public adulte sans restriction, et de nombreux coffee shops ressemblent à des bars.

Le modèle espagnol permet d’avoir une ambiance plus personnalisée et une meilleure qualité des têtes : les autorités des Pays-Bas ont réprimé les petits cultivateurs passionnés qui fournissaient autrefois les coffee shops, ce qui a aidé les organisations criminelles qui répondent à présent à la demande avec du cannabis commercial bas de gamme. En Espagne, les nouvelles régulations devraient éviter les effets secondaires montrés par ce modèle hollandais obsolète, en permettant aux cultivateurs commerciaux à petite échelle d’apporter du cannabis bio de haute qualité à un cercle restreint de personnes responsables.

Seuls quelques-uns des cannabis social clubs sont exclusivement concentrés sur le cannabis médicinal, en apportant à leurs membres des variétés riches en CBD, des aliments au cannabis et autres formulations qui maximisent les effets thérapeutiques tout en évitant les dégâts sur les poumons liés au fait de fumer. Certains clubs commencent à produire de l’huile de cannabis, des cookies, des crèmes pour le corps, des infusions, de la résine, du pollen sec et du shatter.

ET POUR LES TOURISTES ?

Devenir membre d’un cannabis social club n’est pas si facile pour les non-résidents espagnols. Si vous prévoyez d’y voyager, il est conseillé de contacter quelques clubs à l’avance pour comprendre leur politique de recrutement des membres. Pouvoir leur donner une adresse valable en ville, qui n’est ni un hôtel ni un bed and breakfast, peut aider à accélérer le processus. Il est aussi important de se souvenir que ce sont des clubs « sociaux » où un comportement sociable et le partage des cultures sont encouragés. C’est une approche totalement différente de celle des coffee shops à Amsterdam avec leur « entrez-achetez-fumez-partez ». Comme les cannabis social clubs sont si différentiés, de nombreuses personnes à Amsterdam sont membres de plus d’un club, juste pour rencontrer différentes personnes et essayer de nouveaux produits.

Le mouvement des cannabis social clubs grandit vite. Il place l’Espagne en pointe du mouvement pour réformer une politique sur le cannabis dépassée et mal-informée. Espérons que les choses peuvent continuer à avancer d’une manière aussi ouverte et responsable. C’est ainsi que les préjugés sur le cannabis sont brisés et que le monde peut voir cette merveilleuse plante pour ce qu’elle est vraiment.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs