Pourquoi il faut légaliser toutes les drogues

Publié le :
Catégories : BlogCannabisLois sur les droguesMondePsychédéliques

Pourquoi il faut légaliser toutes les drogues

La prohibition des drogues est un boulet que nous traînons depuis des décennies et il est temps que cela change.

Alors que la Guerre contre les drogues n'en finit pas d'échouer, des gouvernements, des scientifiques et des individus commencent à envisager des schémas de pensée différents. Parmi les stratégies qui gagnent en popularité, on retrouve l'idée d'une légalisation complète des drogues, oui, de toutes les drogues.

Pourquoi ? Parce que cela fonctionne beaucoup mieux que la prohibition. Avant de penser que c'est une absurdité, regardez d'abord le raisonnement et les preuves.

LE RAISONNEMENT

Donc, certaines personnes parmi les plus informées et les plus intelligentes ont réfléchi au problème de la consommation de drogue et sont revenus avec l'idée d'une légalisation totale. Pourquoi ? Eh bien, la légalisation totale possède plusieurs avantages théoriques. Premièrement, comme nous l'a montré l'histoire, criminaliser un produit pour lequel la demande est forte ne fait qu'alimenter un marché noir. Des implications légales ne dissuadent que très peu les gens dans ce genre de situation et ne font qu'encourager un environnement peu sûr et non réglementé dans lequel les organisations criminelles sont libres d'agir.

Le meilleur exemple de ce type de situation est la prohibition de l'alcool aux États-Unis, qui a duré de 1920 à 1933. La prohibition n'a rien fait pour réduire la consommation d'alcool, a augmenté la population carcérale et a directement provoqué une augmentation considérable de l'activité criminelle tout en entraînant une augmentation de 400 % des décès liés à un empoisonnement alcoolique en raison de l'alcool de mauvaise qualité et du manque de régulation.

Il y a aussi le fait que quand une substance, comme une drogue, est prohibée, ses consommateurs sont traités comme des criminels plutôt que comme des personnes ayant potentiellement besoin d'aide. Ceci dit, affirmer que tout consommateur de drogue a besoin d'être aidé est faux, car ceux qui consomment régulièrement un peu d'herbe ou de substances psychédéliques ont de grandes chances de vous envoyer balader si vous leur proposez de l'aide car, pour parler franchement, ils n'en ont pas besoin. Cependant, en proposant au fumeur d'herbe un peu de connaissances sur les effets du cannabis et sur des moyens de consommation plus sûrs, au lieu de l'assommer avec des mentions au casier judiciaire, il est possible de réduire potentiellement la consommation tout en encourageant des pratiques responsables.

Bien entendu, il existe certains consommateurs de drogue qui ont besoin d'aide, comme ceux qui sont dépendants aux substances plus dures et qui endommagent sérieusement leurs organismes. Dans cette situation, plutôt que d'être traités comme des criminels, ils seraient traités comme des patients ayant besoin de soins médicaux. Dans tous les cas, il est impératif que toute légalisation large des drogues ne se transforme pas en programme de traitement obligatoire. Oui, certains consommateurs de drogue ont des problèmes, mais c'est loin d'être le cas de tous. Un programme de soins obligatoire, comme celui mis en place au Portugal, se trompe d'objectif : la consommation de drogues n'est pas une maladie en soi.

Un autre argument pour la légalisation est le coût. Chaque année, des milliards d'euros sont dépensés pour appliquer la prohibition et incarcérer de petits consommateurs de drogue. Imaginez ce qui pourrait être fait avec cet argent et tout ce temps s'ils étaient utilisés pour la santé, l'éducation, ou des crimes plus graves. La légalisation ne ferait pas qu'économiser cet argent, car elle générerait de l'argent sous la forme de la régulation et des taxes et emplois créés par cette régulation.

Un autre point à considérer est que les arrestations liées à la drogue ont tendance à se concentrer de manière disproportionnée sur une portion spécifique de la société, à savoir les pauvres et les minorités ethniques. On pourrait se dire : « peut-être est-ce parce qu'ils sont plus consommateurs de drogue ? » mais selon plusieurs rapports, dont un venu d'une organisation sur les politiques liées au drogues, Release, c'est faux. Les blancs consomment plus de drogues, mais ils moins de risques d'être fouillés ou arrêtés. La légalisation des droguesélimine ce problème.

LES PREUVES

Un des phares qui illustre bien la façon dont la décriminalisation et potentiellement la légalisation peuvent bénéficier à l'humanité est le Portugal. Toutes les drogues ont été décriminalisées au Portugal il y a plus de 10 ans et ceci a provoqué une vraie révolution dans l'abus de drogues et le crime.

En se concentrant sur le traitement, l'éducation et la prévention au lieu de simplement arrêter et poursuivre les consommateurs, les décès liés à la consommation de drogue ont fortement diminué, sans pour autant que la consommation de drogues dans la population n'augmente, comme certains craignaient que ce soit le cas avec la décriminalisation. De plus, personne n'est incarcéré pour de petits délits, la criminalité est en baisse et les activités criminelles en lien avec le trafic de drogue n'ont pas augmenté.

Plus d'informations sur les effets de la décriminalisation peuvent être consultées dans le récent rapport de Transform, une organisation britannique sur la politique des drogues.

C'est une situation positive pour tous. Il n'y a aucun effet négatif lié à la décriminalisation des drogues. Les enfants ne sont pas plus exposés aux risques, la criminalité n'augmente pas, les drogues ne sont pas plus accessibles et les ressources publiques sont bien mieux utilisées.

Ce point est illustré plus en profondeur par deux récents événements : l'Organisation Mondiale de la Santé a appelé à la décriminalisation de toutes les drogues et des dirigeants mondiaux de premier plan ont commandé un rapport qui demande la fin de la Guerre contre les drogues.

Un autre bon exemple du bon fonctionnement de la légalisation est ce qui se passe au Colorado où le cannabis a été récemment légalisé. Il est désormais légal pour tous les adultes de 21 ans et plus de posséder et consommer du cannabis sans risques judiciaires. Depuis cette décision, la criminalité a diminué, des emplois ont été créés et les revenus fiscaux sont en hausse !

LÉGALISATION OU DÉCRIMINALISATION

Alors pourquoi choisir de légaliser plutôt que de décriminaliser ? Le Portugal a décriminalisé et tout semble bien se passer. Tout est en fait lié à la criminalité. Oui, le fait de décriminaliser aide à réduire des dommages chez les consommateurs, et c'est certainement mieux que la prohibition, mais cela ne résout pas les problèmes sous-jacents aussi efficacement que la légalisation.

Avec la décriminalisation, la possession d'une petite quantité de drogue n'est plus un délit, mais les drogues peuvent toujours être confisquées et faire l'objet d'une amende. Il est toujours totalement illégal de produire et vendre des drogues. Ceci signifie qu'il n'y a pas de régulation, et sans régulation les organisations criminelles ne peuvent être brisées, car il n'existe pas de source sûre et légale pour les consommateurs de drogue. C'est pourquoi le fait de décriminaliser n'est qu'un simple pansement, qui nous permet de mieux traiter les effets de la consommation de drogue, sans toutefois rendre les choses plus sûres.

Avec la légalisation des drogues, nous pouvons garantir une consommation plus sûre, nous pouvons porter un coup fort aux organisations criminelles et générer des emplois et des milliards d'euros pour l'économie.

comments powered by Disqus