Blog
La Guerre Contre Les Drogues
8 min

L'échec De La Guerre Contre Les Drogues - Un Résumé

8 min
Legislation News

Quand il a lancé la Guerre contre les Drogues en 1971, le président Richard Nixon a fait de l'abus de substances " l'ennemi public numéro 1 ". Depuis, la guerre fait rage et, à bien des égards, est de moins en moins efficace. Pourquoi est-elle devenue aussi inutile et quels dégâts a-t-elle causé dans le monde ?

Pour comprendre l'impact – et l'échec – de la Guerre contre les Drogues, il est essentiel de comprendre la relation changeante des États-Unis avec les substances psychotropes. Pour ce faire, il est utile de séparer l'histoire en deux moitiés fortement inégales : avant la 1ère Guerre Mondiale et après la 1ère Guerre Mondiale.

Bon nombre des tribus indigènes d'Amérique avaient des relations sacrées avec des plantes locales, dont des substances psychotropes comme le cannabis, le peyotl et les champignons. Ces plantes ont joué – et continuent à jouer – des rôles clés dans les cérémonies spirituelles et sociales ainsi que dans la vie au quotidien.

Après la colonisation et pendant les années 1800, l'opinion était progressiste quant aux drogues. Alors que des substances comme l'opium étaient comprises pour leur puissance récréative, l'héroïne était utilisée pour traiter des problèmes respiratoires, la cocaïne était un ingrédient du Coca-Cola et la morphine était régulièrement prescrite par les médecins pour soulager la douleur.

De La Taxation À La Prohibition

Cannabis: De La Taxation À La Prohibition

La seconde moitié de la relation américaine avec les drogues a moins à voir avec la 1ère Guerre Mondiale elle-même, et plus avec l'impact du mouvement pour la Tempérance et la Prohibition.

Au tournant du 20ème siècle, des états se sont mis à introduire des taxes sur les drogues, ou à les restreindre à un champ exclusivement médicinal. Ainsi, alors que la loi Smoking Opium Exclusion Act de 1909 interdisait de fumer de l'opium, il était toujours disponible à des fins médicinales.

En 1914, le Congrès a adopté la loi Harrison Act pour réguler et taxer la production, l'importation et la distribution de la cocaïne et des opiacés. En 1917, la prohibition de l'alcool a rapidement suivi avec l'adoption par le Congrès du 18ème Amendement et du National Prohibition Act (aussi connu sous le nom de Volstead Act).

Le Marihuana Tax Act

Marihuana Tax Act

De 1917 jusqu'en 1933, la Prohibition a été strictement appliquée tout en introduisant un mépris religieux et moral des drogues. Tout ceci a été renforcé par le fait que bon nombre des soldats revenant de la 1ère Guerre Mondiale étaient traités à la morphine pour leurs blessures, ce qui a entraîné une terrible augmentation des addictions.

La fondation du Bureau Fédéral des Narcotiques en 1930 et l'adoption de la loi Uniform State Narcotic Drugs Act, ont introduit d'autres tentatives pour réguler et taxer le détournement des stupéfiants, dans le but officiel d'aider à lutter contre l'addiction. Tout ceci a été renforcé par la première loi américaine sur le cannabis, adoptée en 1937. La loi « Marihuana Tax Act » a assigné une taxe sur la vente de cannabis, chanvre et marijuana, sans criminaliser la possession ou la consommation de cannabis.

Articles liés

Top 10 Des Variétés De Cannabis Issues Des États-Unis

Alors comment les États-Unis sont-ils passés de lois sur les drogues relativement laxistes à l'environnement actuel de lois oppressives et punitives ? Un seul homme est à blâmer pour tout ceci : le président Richard Nixon.

Les Terribles Raisons Derrière La Guerre Contre Les Drogues

LES TERRIBLES RAISONS DERRIÈRE LA GUERRE CONTRE LES DROGUES

Intronisé en 1969, Nixon est devenu président alors que les États-Unis étaient au milieu d'une Guerre du Vietnam prolongée. Le pays était encore sous le choc de l'assassinat de JFK en 1963 et de l'assassinat de son frère Robert en 1968. C'était une période de troubles sociaux généralisés dans le pays.

Nixon a remporté l'élection avec une avance particulièrement faible et il cherchait à se faire réélire en 1972. En 1971, Nixon a présenté le problème de l'addiction aux drogues comme une urgence nationale. En présentant le problème comme une « Guerre » contre les drogues, il pouvait demander 84 millions de dollars pour l'adoption de « mesures d'urgence ». Pourtant, la vérité est que la Guerre contre les Drogues concernait bien plus que l'addiction.

En fait, c'était un outil politique utile. La consommation récréative de substances était particulièrement populaire au sein de deux segments démographiques spécifiques : la gauche pacifiste et les Noirs. Aucun de ces deux groupes ne soutenait Nixon comme président et la Guerre contre les Drogues permettait ainsi au président de punir ses ennemis politiques tout en cherchant à les discréditer activement.

Il ne s'agit pas là d'une théorie du complot fumeuse. Au cours d'un entretien en 1994 avec le journaliste Dan Baum, le chef de la politique intérieure de Nixon, John Ehrlichman, a explicitement présenté les raisons pour lesquelles l'administration avait besoin de la couverture de la Guerre contre les Drogues.

« On savait qu'on ne pouvait pas rendre illégal d'être soit pacifiste, soit noir, mais en poussant l'opinion publique à associer les Hippies avec le cannabis et les Noirs avec l'héroïne, et en criminalisant fortement les deux, on pouvait perturber ces communautés. On pouvait arrêter leurs leaders, perquisitionner leurs domiciles, interrompre leurs rassemblements et les vilipender soir après soir aux informations nationales. Est-ce qu'on savait qu'on mentait sur les drogues ? Bien sûr qu'on le savait. »

Est-ce qu'on savait qu'on mentait sur les drogues ? Bien sûr qu'on le savait. »

Le résultat ? Nixon a remporté l'élection de 1972 dans une victoire écrasante.

Les Mesures Prises Pour Contrôler La Consommation Et Le Commerce Des Drogues

La politique de Nixon sur les drogues a introduit des lois strictes, des punitions sévères pour la consommation récréative et la création d'agences gouvernementales spécialisées. Cela a modelé non seulement la politique domestique américaine sur les drogues, mais aussi la façon dont les États-Unis allaient influencer les pays étrangers.

Politique Anti-Drogues Aux États-Unis

Politique Anti-drogues Aux États-unis

La loi dite Controlled Substances Act, ou CSA, a été appliquée en 1970 et servait à classifier les substances dans cinq catégories distinctes. Ces catégories séparaient les substances en fonction de critères comme leur éventuelle application médicale ainsi que leur potentiel d'abus.

La classe la plus élevée, Classe I, était réservée aux substances considérées comme les plus addictives, avec le moins d'avantages médicaux. Parmi les substances de Classe I, on retrouve l'héroïne, le LSD, la MDMA et le cannabis. La classe la plus faible, ou Classe V, inclut des substances comme le sirop pour la toux à la codéine.

En juin 1971, Nixon a fortement augmenté la quantité de fonds fédéraux alloués aux agences de contrôle des drogues. Des punitions plus sévères sont entrées en application, comme des peines de prison obligatoires pour les crimes liés aux drogues ainsi que la formation du bureau spécialisé Special Action Office for Drug Abuse Prevention. En 1973, Nixon a créé l'agence de la Drug Enforcement Administration (DEA).

À travers les années 1980 et les présidences de Ronald Reagan et George H.W. Bush, l'attitude de condamnation de la consommation de drogues et de lourdes punitions pour les contrevenants a continué. La loi Comprehensive Crime Control Act de 1984 adoptée par Reagan a effectivement mis un terme à la consommation récréative de cannabis généralisée tout en introduisant des peines de prison minimales et des saisies de biens. De 1980 à 1984, le budget de fonctionnement des unités anti-drogues du FBI a explosé de 8 à 95 millions de dollars.

L'ONDCP, ou Office of National Drug Control Policy, a été fondé en 1988 et a lancé en 1989 la campagne médiatique destinée à la jeunesse National Youth Anti-Drug Media Campaign. Soutenu par les présidents Bush et Clinton, le directorat de l'ONDCP a été introduit puis promu au statut de niveau cabinet. Les fonds pour le département sont venus avec la loi Treasury and General Government Appropriations Act de 1998.

Opérations Dans Les Pays Étrangers

OPÉRATIONS DANS LES PAYS ÉTRANGERS

Alors que Nixon affirmait limiter l'implication des États-Unis dans les conflits étrangers, la notion même d'une « Guerre contre les Drogues » a servi de couverture utile pour les opérations militaires et paramilitaires américaines. L'implication américaine dans les pays étrangers sous le prétexte d'une guerre contre les drogues a entraîné une énorme influence sur la politique étrangère sous forme de fonds d'aide, d'équipements, d'entraînement et de troupes tout en prévenant les révolutions de gauche.

La CIA a aussi été accusée de trafic de drogue. Il a été suggéré que l'agence est responsable de trafic de drogues dès le début des années 1960 jusqu'au 21ème siècle. Ceci inclut des soupçons de trafic d'héroïne dans le Triangle d'Or et de trafics au Mexique, Honduras, Nicaragua, Panama et Venezuela.

L'impact De La Guerre Contre Les Drogues

La Guerre contre les Drogues a entraîné des dégâts irréparables aux États-Unis, à la fois dans le pays et en termes de progrès scientifique.

IMPACT SOCIO-ÉCONOMIQUE

Impact Socio-économique Guerre Contre Les Drogues

La tentative de Nixon pour cibler des segments démographiques spécifiques a entraîné un fort déséquilibre socio-économique. Ce phénomène a perduré pendant les années 1990, alors que la répression des drogues affectait de manière disproportionnée la communauté noire ainsi que les groupes à revenu faible.

L'effet politique de contagion des peines de prison obligatoire a entraîné l'incarcération et la privation[1]des droits de vote d'un nombre croissant de jeunes Américains issus des minorités visibles. Selon l'état, ceci peut entraîner la perte permanente du droit de vote, des opportunités d'éducation, de trouver un emploi et un domicile pour des groupes déjà sous-représentés.

Articles liés

Le Cannabis Et L'Économie Américaine

IMPACT POUR LE CONTRIBUABLE

Impact Pour Le Contribuable Guerre Contre Les Drogues

Une étude réalisée en 2008 par l'économiste de Harvard Jeffrey A. Miron afffirme que si la Guerre contre les Drogues était abandonnée, un total de 41,3 milliards de dollars serait économisé par les États-Unis. En comparant le coût de la répression et des prisons, ainsi que les avantages liés à la taxation des drogues légales, Miron a conclu que les revenus fiscaux pourraient augmenter de 46,7 milliards de dollars.

IMPACT POUR LE CULTIVATEUR

Impact Pour Le Cultivateur Guerre Contre Les Drogues

À l'international, les tentatives américaines visant à éviter l'importation ou la consommation de drogues ont eu un fort impact sur la vie des paysans. Par exemple, en Amérique du Sud, la feuille de coca était traditionnellement consommée à des fins spirituelles, médicinales et nutritionnelles. Et pourtant, la politique d'éradication de la coca par les États-Unis a été mise en place sans proposer de cultures alternatives, tout en étant appliquée par l'armée américaine. Tout ceci a privé les paysans de nourriture, de revenus et d'opportunités.

La Guerre Contre Les Drogues : Un Échec Complet ?

LA GUERRE CONTRE LES DROGUES : UN ÉCHEC COMPLET ?

L'inefficacité de la prohibition des drogues[2] est évidente et les ramifications dans de nombreuses sociétés différentes sont très profondes. En fait, l'approche prohibitive n'a eu que peu d'impact sur l'offre mondiale de drogues, tout en impactant négativement les droits humains, la sécurité internationale, le développement national et la santé publique.

Pour faire simple : la Guerre contre les Drogues est un échec complet. Elle n'offre aucun avantage en termes de santé et de sécurité pour la société : elle ne fait qu'aggraver les choses.

Fondamentalement, cet échec est le résultat d'un accent inadapté mis sur l'addiction et sur le racisme. En dépensant la majorité des fonds pour faire appliquer les lois et la répression, le gouvernement fédéral a échoué à avoir une action positive sous forme d'installations de traitement de l'addiction, ou même à faire un réel effort pour réduire la consommation de drogues.

Cependant, en Europe, on commence à revenir au bon sens. En se concentrant sur une consommation responsable et en mettant l'accent sur les méthodes de réduction des risques, les impacts négatifs de la consommation de drogue peuvent être radicalement réduits.

Aux Pays-Bas, la consommation de drogue n'est pas considérée comme un problème légal. Au lieu de donner la priorité à la répression, le gouvernement néerlandais a ouvert des centres pour que les toxicomanes puissent consommer dans des environnements propres et sûrs. Le résultat net est une réduction de la mortalité et de la contamination avec des virus comme le VIH et l'hépatite C. Des pays comme l'Allemagne, l'Espagne, le Canada et la Norvège ont lancé des projets similaires, ce qui signale un changement dans l'opinion politique sur les drogues.

Plutôt que de dépenser des milliards de dollars sur des punitions sans intérêt, il est très clairement l'heure de demander la fin de la Guerre contre les Drogues et de se concentrer plutôt sur un futur de consommation responsable, consciente et paisible pour ces substances.

Zamnesia

Written by: CJ
CJ est un-e écrivain et amoureux-se des mots londonien-ne aimant écrire au sujet de l'expansion de l'esprit et de la conscience. C'est un-e poète-sse non-binaire doté-e d'une bonne soif de voyages.

Find out about our writers
Avertissement :
Nous n'émettons aucun avis de nature médicale. Cet article a été écrit uniquement à des fins informatives et se base sur des recherches publiées par d'autres sources externes.

Ressources externes :
  1. - https://cdn.penalreform.org
  2. Four Decades and Counting: The Continued Failure of the War on Drugs | Cato Institute - https://www.cato.org/publications/policy-analysis/four-decades-counting-continued-failure-war-drugs

Read more about
Legislation News
Recherche par catégories
ou
Rechercher