Kanna: un traitement naturel pour la dépression ?

Publié le :
Catégories : BlogHerbe et graines

Kanna: un traitement naturel pour la dépression ?

Si vous êtes à la recherche d'un traitement alternatif de la dépression, vous pourriez considérer le kanna.

De manière compréhensible, beaucoup de personnes souffrant de dépression s'interrogent sur la recherche de profits qui est à l'origine de la conception des médicaments antidépresseurs qu'ils prennent, et sur les implications que cette orientation peut avoir sur les effets secondaires de ces médicaments. C'est pourquoi beaucoup de ces personnes se tournent vers des traitements alternatifs. Si vous êtes à la recherche d'un traitement alternatif de la dépression, vous pourriez considérer le kanna.

UNE LONGUE HISTOIRE CHEZ LES TRIBUS SUD-AFRICAINES

Sceletium Tortuosum pousse dans des régions d'Afrique du Sud où il est utilisé traditionnellement depuis longtemps. A faible dose, l'herbe a été utilisée comme coup faim lors de la marche sur de longues distances. Avec des doses plus élevées, elle stimule l'euphorie et provoque une ivresse, sans jamais être hallucinogène. Le Kanna est utilisé comme remède local pour de nombreuses choses, incluant l'anxiété et la dépression, depuis des générations.

Les tribus indigènes, dont les Khoikhoi, considèrent le kanna comme une herbe sacrée, associée à la relaxation et de profonds états de méditations. C'est pourquoi le kanna est consommé lors de cérémonies religieuses.

Les effets de l'herbe, traitement naturel de l'anxiété et de la dépression, sont si impressionnants qu’ils ont naturellement suscité l'intérêt des grosses compagnies pharmaceutiques. HG&H Pharmaceuticals est allée en Afrique du Sud et a obtenu les droits commerciaux pour la culture et l'exportation. Bien que cela ait écrasé les petits cultivateurs, l'herbe est devenue largement disponible.

LE KANNA EST UN ISRS NATUREL, MAIS PAS SEULEMENT

La plupart des antidépresseurs naturels sont des ISRS, qui agissent en inhibant la recapture de la sérotonine, augmentant ainsi la quantité disponible de sérotonine. Bien que les connaissances scientifiques à ce sujet soient encore limitées, il semblerait que le kanna soit un ISRS naturel. La mésembrine, l'une des molécules psychoactives trouvées dans le kanna, semble imiter le mécanisme du Prozac et du Paxil. Comme le kanna comprend une large gamme d'ingrédients actifs, l'état actuel de la recherche ne permet pas de comprendre encore totalement comment il fonctionne. On peut cependant affirmer sans craindre de se tromper que le kanna n'agit pas grâce à un seul composé, mais plutôt grâce à une combinaison de plusieurs substances.

Les autres composés présents dans le kanna semblent inhiber les récepteurs Phosphodiestérase-4 (PDE-4) dans le corps. Cette action a été prouvée comme prévenant la psychose, réduisant l'anxiété et aidant à la clarté mentale. Tout comme les tribus indigènes qui approuvent depuis longtemps son usage, les professionnels de santé occidentaux comparent maintenant ses effets à ceux d'un état méditatif. Ses effets calmants sont perçus comme aidant à avoir une vision plus claire de la vie. Comme les effets du kanna se font sentir immédiatement après la consommation, ils sont particulièrement adaptés pour le traitement des épisodes aigus d'anxiété ou de dépression.

Comme pour toutes les drogues, nous tenons à signaler l'importance d'un dosage correct et d'une consommation responsable. Il n'existe aucun rapport d'overdose de kanna, mais en consommer trop a été comparé aux effets d'une ligne de cocaïne sniffée : l'effet provoqué est une stimulation rapide. Le kanna ne doit jamais être combiné avec les IMAOs. Il n'y a pas de preuves d'un effet addictif du kanna et les effets secondaires reportés sont minimaux.

Le kanna est en définitive une herbe très intéressante et prometteuse, digne de figurer dans votre boîte à remèdes naturels. Elle a montré sa valeur pharmaceutique, sans avoir les effets secondaires négatifs que certains médicaments synthétiques peuvent avoir. Nous aimerions beaucoup en savoir plus sur ses effets ; si vous avez une histoire à partager, faites-le nous savoir !