Le produit a été ajouté à votre panier.
Commander

Cactus à MescalineIl y a 18 produits.

Les cactus à Mescaline jouent un rôle très important dans la culture chamanique d'Amérique du Sud. La mescaline est un composé psychoactif qui provoque d'intenses effets visuels et une altération importante de la conscience. Le peyotl (Lophophora williamsii) venu du Mexique est un cactus à mescaline bien connu. Outre le peyotl, il existe d'autre espèces de cactus à mescaline, certaines connues et d'autres moins, comme le San Pedro (Echinopsis pachanoi)et la Torche Péruvienne (Echinopsis Peruviana). Nous proposons une intéressante sélection de cactus à mescaline qui sont adaptés pour une culture à domicile. Les boutures peuvent être simplement placées dans la terre et le cactus va faire pousser des racines et poussera comme s'il n'avait jamais été coupé.

Information Des Cactus À Mescaline


Que Sont Les Cactus À Mescaline?

Les cactus à mescaline sont tout simplement des espèces de cactus qui produisent et contiennent la substance psychédélique mescaline. Connus grâce à de multiples travaux ethnographiques, les cactus à mescaline Peyotl et San Pedro sont tous deux devenus célèbres comme plantes rituelles et provoquant l'ébriété, aussi bien que comme plantes médicinales dans le monde entier. Si l'on pense que ces deux espèces sont les seules représentantes des cactus à mescalines, on est alors dans l'erreur. Il existe, en plus de ces deux exemples très connus, toute une série d'autres cactus contenant de la mescaline, pour certains en grande quantité.

VIDÉO: L'origine De Nos Cactus Mescaline

Le Guide Ultime Du Cactus à Mescaline

Guide Du Cactus à Mescaline

Bienvenue dans notre guide ultime sur la mescaline. En dessous vous trouverez plus d'informations sur ce qu'est précisément la mescaline, dans quel cactus on peut la trouver, ses effets, comment elle est utilisée et comment l'extraire, ainsi que d'autres informations. Pour commencer, regardons un résumé général de ce qu'est réellement la mescaline.

QU'EST-CE QUE LA MESCALINE : UNE INTRODUCTION

La mescaline est un composé psychédélique que l'on retrouve dans bons nombres de variétés de cactus. Scientifiquement connu sous le nom de 3,4,5-triméthoxyphénéthylamine, la mescaline est un alcaloïde naturel de la classe des phényléthylamines. Ses effets conviviaux hallucinogènes et mentaux sont similaires à ceux produits par le LSD, la psilocybine et le DMT.

Les plants contenant de la mescaline ont été utilisés par les peuples indigènes partout à travers le Mexique et l'Amérique Centrale durant des milliers d'années. La mescaline à une très grande affinité avec les récepteurs de sérotonine 5HT du cerveau et cause l'excitation des neurones dans le lobe frontal. On ne sait pas pourquoi ces phénomènes causent des hallucinations. Néanmoins, cela a été utilisé traditionnellement par les natifs pour ses effets inspirants de réconfort personnel ou social.

Molécule de méscaline

On sait que la sérotonine est un composé "joyeux" qui se produit naturellement dans le cerveau humain. La plupart des drogues psycho-thérapeutiques modernes prescrites pour la dépression, affectent d'une certaine façon le système sérotoninergique. Cela a donc du sens que les effets positifs de la mescaline durent des semaines après l'expérience hallucinogène. Un sentiment général de bien-être et de calme avec très peu de bavardage mental suit irrémédiablement après cette expérience. Il y a également un sens de connexion avec la beauté du monde naturel pendant une période prolongée. Les couleurs restent vives, surtout les verts et les rouges, et l'anxiété semble avoir disparu depuis fort longtemps.

La mescaline a été la première des psychédéliques à être isolée. En 1896, Arthur Heffter à extrait la mescaline du peyote et l'a testé sur lui-même. Des enquêtes ont montré que des effets peuvent être ressentis à partir de 100mg, mais il est nécessaire de prendre 350mg pour vivre une expérience psychotrope.

La mescaline est ingérée et absorbée dans le tube digestif ce qui explique le temps qu'elle met à entrer en jeu. Les extractions fonctionnent bien plus rapidement que la consommation de thé ou de morceaux de cactus, et sont du coup, bien moins nauséeux.

Il est impossible d'être accro à la mescaline. L'évolution a développé une caractéristique d'anti-addiction à cette drogue. Si elle est consommée plus de 4 à 5 jours de suite, elle se contente de ne plus fonctionner. Prendre des doses de plus en plus importantes n'est qu'une énorme perte de temps.

LES TYPES DE CACTUS À MESCALINE

Il existe bon nombres de cactus possédant des alcaloïdes. Pour nos objectifs ici, nous allons nous concentrer sur ceux qui possèdent de la mescaline comme composé principal. Dans d'autres cactus, les concentrations d'alcaloïdes sont bien trop maigres pour être actifs à des taux d'ingestion confortables. Devoir boire 5 litres de thé au cactus ou manger 4 kilos de cactus seraient sans aucun doute une sacrée épreuve.

Les cactus contenants de la mescaline en contiennent suffisamment pour ne pas avoir à subir un véritable challenge lors de l'ingestion. Le peyote est en tête avec une concentration d'alcaloïde actifs entre 1 et 6 % de poids sec. Les 1 % sont ceux qui sont le plus commun. La famille Trichocereus ( les cactus San Pedro et Peruvian Torch) ont entre 0.3 et 1.3 %. Avec chacune de ces espèces, c'est souvent les essais et les erreurs de dosage qui permettent de deviner la puissance de ces plants.

LE PEYOTE

Peyote mescaline cactus

Le peyote ou Lophophora Williamsii est surement le cactus contenant de la mescaline le plus connu. Il est apparu dans la littérature et les films comme tel et est reconnu globalement pour ce qu'il est. Que l'on ait une culture sur la drogue ou non.

Le peyote est un cactus à boutons qui pousse lentement. Il est soit grisonnant de bleu ou grisonnant de vert. Plutôt que des épines, il a des touffes de "laine" bourgeonnant d'auréoles régulièrement espacées. Il pousse sauvage du Mexique central au Nord du Texas et est utilisé par les peuples indigènes depuis l'ère pré-Colombienne. Un bouton sec d'approximativement 2cm de diamètre pèse à peu près 2 grammes. Il faudra 6 à 10 de ses boutons pour obtenir les effets souhaités.

Le peyote fleurit avec une fleur à pétale rose souvent solitaire, mais elle peuvent être parfois multiples et symétriques. Elles ont des anthères jaunes vives ou safran qui contiennent du pollen. Les fleurs apparaissent entre mars et mai et sont étonnamment croquantes et fermes pour quelque chose qui semble être si délicat. La propagation se fait par graines une fois qu'elles se sont formées à l'intérieur du fruit après avoir été pollinisées. Les boutons peuvent être brisés et laissés à sécher légèrement avant d'être mis dans un pot, la cicatrice vers le bas. Laissé à lui-même, le peyote se propagera avec plaisir, si ce n'est de façon très lente, encore et encore.

LE SAN PEDRO

San Pedro Mescaline Cactus

Le San Pedro ou Trichocereus pachinoi (Echinopsis pachinoi) est devenu une star dans ses propres codes avec bon nombres de variétés disponibles. Leur nature les faisant grandir rapidement a permis au cactus San Pedro de devenir très populaire dans la dernière décennie.

Le San Pedro est un type de cactus colonnaire qui pousse en groupe. Il a 7 à 9 crêtes ainsi que des auréoles expansives contenant des groupes de petites épines. Une colonne bien renforcée peut grandir jusqu'à 4 mètres et contenir une quantité non-négligeable de mescaline. Ils se propagent par graines, se diffusant par la base avec de nouvelles croissances et peut même faire germer de nouvelles plantes des colonnes qui sont tombées. Si on le laisse tranquille, le San Pedro peut s'étendre considérablement - surtout lorsque les colonnes se brisent et que de multiples pousses apparaissent le long de son tronçon.

Pendant les pleines lunes de saison, la floraison de nuit du San Pedro produit de larges fleurs blanches de la taille d'une assiette. Premièrement, de larges gousses de fleurs apparaissent d'elles-mêmes. Puis, quelques nuits plus tard, souvent de manière inattendue, la fleur s'ouvre d'un coup. Ce spectacle dure 2 nuits avant que les fleurs ne meurent de nouveau pour retourner à l'organe de fructification.

LA TORCHE PERUVIENNE

Peruvian Torch

La Torche Péruvienne ou Trichocereus Peruvianis se distingue par ses longues épines qui s’amenuisent de la base à l'apex aux couleurs d'un feu de joie. Ces épines sont étonnamment acérées et prêtes à vous transpercer la peau sans même vous avertir. Directement dedans. Bien plus aiguisées qu'un hypodermique. Veillez à le conserver loin des enfants.

La Torche Péruvienne grandit de façon tellement similaire au San Pedro qu'il n'y a nul besoin de faire sa propre description. La seule différence que l'on peut noter sont que ses effets sont bien plus intenses et profonds en contexte que le San Pedro. Sa largeur est plus généreuse et sa chair tend plus vers le vert-gris que le gris foncé. Il grandit au même rythme et aux mêmes conditions que les autres cactus du même type.

COUSINS PROCHES

Trichocereus:

  • Bridgesii
  • Cuzcoensis
  • Fulvinanus
  • Macrogonus
  • Taquimbalensis
  • Terschekii
  • Validus
  • Werdermannianu

L’EXPÉRIENCE MESCALINE

Chaque variété fournit une expérience qualitativement différente à la mescaline pure. Les différents profils d'alcaloïdes qui existent dans chaque espèce permettent les nuances et le caractère de chaque expérience individuelle. Le consommateur enthousiaste de mescaline finira par trouver les plantes qui lui permettent d'activer tout ce qu'il lui faut pour le meilleur trip possible. Ces amis peuvent être propagés et appréciés pour toute une durée de vie.

" L’éther ne faisait plus d'effets. L'acide avait disparu depuis longtemps. Mais la mescaline arrivait comme il faut. La bonne mescaline arrive doucement. La première n'est qu'attente. Puis, à la moitié de la 2ème heure, on commence à insulter celui qui nous a arnaqué parce que rien ne se passe. Et puis d'un seul coup - ZANG ! " Las Vegas Parano, Hunter S Thompson.

Et voilà comment ça se passe. Les extractions agissent plus vite, mais manger des morceaux déshydratés ou boire une réduction prendra du temps. Au moins une heure, voir parfois quatre. La mescaline est absorbée par le tube digestif. C'est pourquoi il est bon de faire un jeûne avant une session mescaline. Un tube digestif purgé signifiera que la matière consommée sera digérée plus vite.

Début du voyage en méscaline

Aux premiers paliers, on ressent des bousculades physiques et des avant-goûts visuels. De douces vagues perceptuelles évoluent de la surprise à la joie. Les couleurs et les sons s'intensifient. Les choses naturelles vivantes deviennent à part. L'eau et le ciel se remplissent de polygones fractals et fuyants. Des montées intenses dans le corps viennent et repartent. D'une chaleur intense à une sensation de légèreté et de fraîcheur, l'anticipation est interminablement magnifique.

Si vous avez bu du thé ou des réductions, vous allez commencer à purger à peu près maintenant. Suivez le mouvement. Vous allez vomir comme jamais. C'est une expérience qui vous purgera comme jamais. Certes physiquement intense. Vomir dans cet esprit où vous avez l'impression " que votre corps va se retourner de l'intérieur vers l'extérieur" peut être éreintant. Néanmoins, une fois que cela sera fini, vous serez en train de flotter dans un multivers d'harmonie avec tout ce qui vous entoure. Ici, les couleurs brillent, et un sentiment de sérénité languissant qui ne peut pas être supplanté règne en maître. Dans ce multivers alternatif, tout va bien et la conversation est simple.

L'effet maison de poupée est courant. Les objets peuvent sembler être super-colorés et plats ou bi-dimensionnels. Le paysage visuel peut être altéré. Les perspectives peuvent flotter telles des marées et des traçages vibrant ainsi que d'autres effets plaisants dureront de multiples heures. Certains types de cactus n'altéreront que légèrement l'environnement observé à l’œil nu, mais affichera une lumière brillante et surréel une fois les yeux fermés. L'écran de cinéma de votre esprit devient inondé de couleurs et d'arrangements qui auraient rendu le Dr Mandelbrot fier.

L'effet maison de poupée

Les sentiments s'intensifient avec la progression des heures. C'est dans cet état subconscient que la mescaline confère ses enseignements. La mescaline, comme d'autres psychédéliques, parle à l'esprit subconscient dans un code universel fondamental. Une fois que l’expérience hallucinogène centrale est finie, un esprit rafraîchi et apaisé peut interpréter ces messages afin de les utiliser dans le vrai monde. À d'autres occasions, ça peut vraiment être amusant. La mescaline et les concerts ou situations sociales vont de pair. Les spectacles de lumières deviennent vivants et la musique est quinti dimensionnel. Les conversations coulent de source et vous pouvez vraiment voir la beauté dans toutes les personnes vous entourant.

Est-il possible de faire un bad trip sous mescaline ? Cela dépend de ce que vous entendez par mauvais. Le lieu et le contexte ont un rôle important comme avec les autres hallucinogènes. L'état d'esprit lorsque l'on commence le processus joue un rôle majeur et la mescaline est un puissant amplificateur d'émotions. Parfois, si vous avez le moral dans les chaussettes, elle peut vous redonner ce coup de jus dont vous aviez besoin. Par exemple, si vous considérez le fait d'en prendre malgré cela, cela devrait être fait quelque part où vous vous sentez bien et en sécurité, avec quelqu'un pour vous surveiller. Les événements avec un large public ne sont pas recommandés pour les novices, car il y a des risques que vous ne vous sentiez pas en terrain conquis.

LES DIFFÉRENCES DANS LES EFFETS

À poids égaux, le peyote à un effet plus profond que la famille Trichocereus. Le peyote bénéficie également d'une expérience à l'aspect plus "tripant" avec une charge plus intense physiquement parlant. Les hallucinations peuvent vous secouer et ressemblent au LSD. Votre chemin de pensée sera en ébullition.

Différents cactus de méscaline

Le San Pedro offre des perceptions visuelles plus élevées et un courant de l'esprit. La pression physique n'est pas aussi intense qu'avec le Peyote ou la Torche Péruvienne, et quoi que très intense en nature, ce n'est pas aussi secouant et peut être un peu plus accueillant. Comme un câlin réconfortant et chaud d'un géant d'éther. Enivrant et apaisant, calmant et joyeux, le San Pedro a un effet très naturel. Même à son apogée hallucinatoire, il y a un courant simple à suivre pour se laisser porter.

La Torche Péruvienne à une charge physique égale à celle du peyote. Les effets sont très intenses. Une main invisible vous attrape par votre âme et vous traîne dans le terrier du lapin que vous soyez prêt ou non. Pas nécessairement très hallucinogène, mais très très intense. Le Peruvian Torch donne une impression très cérémonial et requiert du mouvement. Il est bon d'avoir des amis autour et de danser, danser, danser.

LA PRÉPARATION TRADITIONNELLE DU CACTUS

Ce dont vous aurez besoin :

  • Le cactus de votre choix. 6 à 10 boutons de peyote de 2cm par personne ou 30 cm d'un cactus colonnaire par personne.
  • Un jus de citron par personne.
  • Multiples litres d'eau dépendant du nombre de personnes y prenant part.
  • Un large pot ou un chaudron.
  • Une grande cuillère pour remuer.

Première étape : prenez le cactus que vous avez choisi et faites extrêmement attention aux tranches d'épines près des bords à séparer du cœur ligneux. Le peyote ne requiert pas autant de vigilance en ce qui concerne la zone des épines.

Deuxième étape : hachez la chair en morceaux pouvant être mangés.

Troisième étape : en utilisant un mixeur, fouettez la chair du cactus avec de l'eau et le jus de citron jusqu'à l'obtention d'une mixture gluante de coulis de cactus. La couleur devrait être d'un vert bien brillant. Versez le tout dans le chaudron ou le large pot. Répétez l'opération jusqu'à ce qu'il ne vous reste plus de cactus.

Quatrième étape : remuez le mélange à feu doux jusqu'à ce qu'il réduise de moitié. Commencez à préparer ce dont vous avez besoin le temps que ça se fasse parce qu'il va vous falloir être patient.

Cinquième étape : remplissez de nouveau le pot avec de l'eau et continuez à remuer pour réduire la préparation.

Sixième étape : une fois que cela a été réduit de nouveau, il est temps pour vous de boire ce breuvage étant donné qu'il deviendra trop épais à boire si vous laissez passer trop de temps.

Note : ne brûlez pas votre préparation où cela deviendra tellement imbuvable que vous n'y prendrez aucun plaisir. Une cuisson sur des plaques céramiques bien lentes serait peut-être préférable à une flamme et un pot. Ne recouvrez pas la casserole afin que les fumes puissent s'évaporer et n'oubliez pas de vérifier régulièrement.

Conseil malin : refroidir ce mélange le rend plus agréable à boire. N'hésitez pas à lâcher quelques glaçons dedans. Le sel aide également à contrôler le goût. Avoir des chips goût nature est aussi une bonne idée.

Préparation des cactus de méscaline

LE THÉ BASIQUE

Ce dont vous aurez besoin :

  • De l'eau
  • Le cactus de votre choix broyé et séché.
  • Le jus d'un citron par personne.
  • Une casserole ou un pot.

Première étape : mélangez tous les ingrédients sur un feu très doux jusqu'à réduction du tout.

Deuxième étape : ajoutez de l'eau et réduisez de nouveau.

Troisième étape : égouttez-le tout et consommez.

COMMENT EXTRAIRE LA MESCALINE

C'est une extraction sans danger et consommable de l'acétate de mescaline. Il n'y aura aucun acide ou autres puissants alcalis à gérer. Le résultat final pourra être ingéré sans dangers. D'autres alcaloïdes bénéfiques sont présents dans cette recette, ce qui permet une expérience plus complète.

Ce dont vous aurez besoin :

  • 100 à 300 grammes d'un cactus de votre choix broyé et séché.
  • 25 grammes d'hydroxyde de calcium pour 100 grammes/cactus.
  • 300 ml de limonène D pur par 100 grammes/cactus. Certains magasins de bricolage en ont. Facilement trouvable en ligne et il n'est pas "repérable" comme quelque chose d'illicite.
  • 25ml de vinaigre blanc par 100ml de limonène D
  • Des bocaux en verre
  • De l'inox ou des bols en verre
  • De l'eau plate et pure. C'est encore mieux d'avoir des bouteilles d'eau pré-mesurées. Chaque anneau sur une bouteille d'eau de 600ml représente 100ml. Elles possèdent donc des mesureurs incorporées. Pratique.
  • Des gants en caoutchouc. Le limonène D peut éventuellement engendrer des brûlures irritantes s'il est renversé sur la peau et non nettoyé pendant plus d'une demi-heure. Lavez immédiatement avec du savon et de l'eau chaude.
  • Une assiette pour l'évaporation.

Première étape : mélangez ensemble 25g d'hydroxyde de calcium pour 100g de cactus broyé et séché.

Deuxième étape : mélangez doucement dans l'eau pure. La consistance idéale est un mastic rigide et léger. L'hydroxyde aère le mélange considérablement et absorbe une partie conséquente de l'eau. En fait, tout cela nécessitera une quantité sacrément importante d'eau. Vous êtes allé trop loin si le mastic rigide et léger s'effondre et qu'une couche d'eau le recouvre. Vous ne ferez cette erreur qu'une fois, c'est une leçon facile et apprise au moins. Le mélange pourra toujours être utilisé, mais il pourrait y avoir des excès de muqueuses qui nécessiteront d'être filtrés.

Troisième étape : recouvrez et laissez reposer pendant au moins 6 heures. Le temps d'une nuit suffit, mais faites juste attention à ce que ça ne s'assèche pas.

Quatrième étape : équipé de vos gants en caoutchouc, mélangez 300ml de limonène D pour 100 grammes de cactus séché. Assurez-vous d'avoir bien brisé les morceaux restants afin d'obtenir un mélange le plus onctueux possible de cactus et de limonène D. Laissez reposer toute une nuit.

Cinquième étape : toujours avec vos gants, filtrez le mélange dans un vieux t-shirt ou un vieux sarong. N'importe quoi qui en a l'étoffe. Mettez les fluides de côté.

Sixième étape : répétez l'étape 4 et 5 au moins 3 fois avec le reste de la pulpe de votre préparation. Cela permet à tous ces alcaloïdes délicieux d'être retiré.

Septième étape : si vous avez une épaisse couche de muqueuse dans le mélange filtré, vous aurez besoin de séparer les deux. Un séparateur de graisse est idéal. Le limonène D peut facilement être décanté.

Huitième étape : dans des bocaux de verre, ajoutez 25ml de vinaigre blanc par 100ml de limonène D et secouez vigoureusement. Laissez reposer jusqu'à ce que le vinaigre sépare ( le vinaigre en bas et le limonène D au-dessus) puis agitez vigoureusement de nouveau. Agitez et laissez reposer un certain temps.

Neuvième étape : utilisez le séparateur de graisse pour séparer le vinaigre et le limonène D. Avec le limonène D, répétez l'étape 8 deux fois ou plus. Mettez le vinaigre dans un bac à évaporation.

Dixième étape : évaporez le vinaigre dans un four à moins de 80° C jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une couche noirâtre et collante avec une teinte d'orange. Elle peut être grattée avec un couteau et utilisée immédiatement. Avalez simplement le tout avec une boisson de votre choix.

D'AUTRES CACTUS PSYCHOACTIFS

Il existe beaucoup d'autres cactus psychoactifs. Parmi 70 espèces, actuellement environ 300 cactus sont connus pour contenir des agents psychoactifs, qui ne sont pas nécessairement de la mescaline. Il existe une variété d'autres composés pschoactifs détectés dans les cactus ou en cours de détection. Pour la plupart, les substances contenues dans les plantes ne font actuellement pas l'objet de recherches.

Par exemple, on sait à travers des recherches ethno-botaniques que Epithelantha micromeris et ses fruits, les Chilitos, sont consommés par les amérindiens, avec des mini cactus psycho-actifs, comme dopants car ils agissent comme stimulants. Nous avons aussi mentionné précédemment le DoñanaCoryphantha macromeris. Certains cactus contiennent de la caféine, comme les Harrissia adscendens, Leocereus bahiensis et Cereus jamacaru (qui contient également de la mescaline). D'autres cactus psychoactifs assez bien connus sont les espèces Ariocarpus et leurs nombreuses phénéthylamines, considérées comme "enrageants", les mitres d'évêques au principes actifs encore inconnus, les Opuntia, qui contiennent beaucoup de substances, etc. Echinocereus triglochidiatus contiendrait même le psychédélique puissant 5-MeO-DMT. Beaucoup de cactus sont aussi utilisés à des fins thérapeutiques et un bon nombre d'entre eux sont comestibles. Les cactus sont véritablement des plantes polyvalentes d'un point de vue ethno-botanique.

ET QU'EN EST-IL DU CACTUS DOÑANA?

Le cactus Doñana ou Dona-Ana cactus Coryphantha macromeris est souvent mentionné en relation avec le Peyotl et le San Pedro. Il est appelé Mulato et parratient aussi aux plantes sacrées amérindiennes et sert aussi à des fins enthéogènes. Il ne contient pas de mescaline mais de la Macromérine et d'autres phénéthylamines psychoactives. La Macromérine produit des effets similaires à la mescaline, en étant moins puissant.

DU FAUX PEYOTL?

Le mot faux Peyotl ne signifie pas que des faux cactus sont proposés à la vente. Le Faux Peyotl est un terme indigène pour des plantes qui agissent et/ou sont utilisés comme le Peyotl. Par exemple, bien des espèces de cactus Mammillaria, Ariocarpus, Obregonia, Aztekium, Pelecyphora et Turbinicarpus, mais aussi des plantes qui ne sont pas des cactus comme les espèces Tillandsia, différentes espèces de séneçon et bien d'autres.

Peyote with pups

À TRAVERS LA JUNGLE DES NOMS

Faire face à des appellations botaniques n'est pas toujours une chose aisée. C'est une vérité générale, mais c'est particulièrement le cas avec les cactus, où les noms varient pour une même espèce. La raison est en partie qu'il n'existe pas de système reconnu pour les nommer, les appellations varient donc en fonction de qui les utilise. San Pedro et les espèces apparentées étaient listées jusqu'à peu sous le nom générique de Trichocereus mais il appartiennent désormais au genre Echinopsis. Ils étaient auparavant regroupés sous le genre Cereus. Encore plus confus, le Pterocereen contenant de la mescaline devient Stenocereus et le genre Dolichothele, également psychoactif, a été complètement déplacé vers le genre Mammillaria . On pourrait trouver bien d'autres exemples de cette confusion.

Les chercheurs et les usagers sont alors confrontés à un problème. Que faire si, par exemple, vous avez en tête la vieille nomenclature mais que les produits du commerce ont déjà adopté la nouvelle ? Ou alors dans le cas contraire ? Sans un guide complet et à jour des cactus, ou une connaissance approfondie, on est vite perdu. Mais tout se complique encore plus. Même pour ce qui est de la diversité d'une espèce, il existe des désaccords : par exemple, pour le genre Lophophora (Peyotl). Certains affirment qu'il n'existe que l'espèce Lophophora Williamsii avec ses variétés Lutea et Williamsii, d'autres pensent que, en plus de la Williamsii, il existe; au moins les espèces Lophophora Fricii, Lophophora Diffusa et Lophophora JourDiana. Quelle que soit la division et le classement, toutes les espèces et variétés contiennent de la mescaline et d'autres phénéthylamines.

DOSAGE DES CACTUS À MESCALINE

La mescaline pure agit comme psychédélique à des doses orales de 5 milligramme par kilogramme de masse corporelle. Pour un homme de 70 kilos, ceci équivaut à une dose de 350 milligrammes de mescaline pure. Bien que la mescaline soit toxique à des doses très élevées, il n'existe à ce jour aucun rapport de décès dû à cette substance. Dans les expérimentation menées par des psychonautes, même des doses extrêmement élevées de 1,5 grammes n'ont pas entraîné la mort. Cependant, ingérer de telles doses n'est pas recommandé et reste dangereux. Dans notre cas nous faisons référence à la dose de cactus à mescaline et non pas au composé actif pur. Jetons tout d'abord un œil aux faits les plus connus.

Le Peyotl est pris en doses de 4 à 35 boutons suivant la puissance, la taille des boutons et l'effet désiré. En général, on peut dire que 15 à 20 grammes de Peyotl correspondent à une dose, ce qui contient environ 200 à 600 milligrammes de mescaline. Assez pour une expérience psychédélique.

Le San Pedro est traditionnellement dosé par la taille. Les mêmes conseils s'appliquent ici, une dose de 30 à 35 grammes de matière séchée correspondent à une expérience psychédélique, suivant la puissance. Cependant, traditionnellement, un morceau d'environ 25cm de long et 5 à 10 cm de diamètre par personne et par prise et utilisé. Mais attention ! Il existe deux types de cactus San Pedro ! En plus de Echinopsis (Trichocereus) pachanoi, il y a le Echinopsis peruviana (Trichocereus peruvianus), moins deux fois plus puissant !

Bien que les informations de dosage pour le cactus Pelecyphora aseliformis ne soient pas connues, il est en général admis que ce cactus, débarrassé de ses épines, pelé et ingéré frais comme le Peyotl devrait avoir des effets similaires mais considérablement plus faibles. Pelecyphora aseliformis ne contient que de faibles niveaux de mescaline. Regardons maintenant les cactus qui contiennent des niveaux de mescaline particulièrement élevés.

CACTUS CONTENANT DES HAUTS NIVEAUX DE MESCALINE

Strain substance (dry)HabitatActive
Echinopsis lageniformis Bolivie, Pérou jusqu'à environ 1%
Echinopsis pachanoi Pérou environ 2%
Echinopsis peruviana Pérou environ 6-20% (!)
Echinopsis terscheckii Argentine, Pérou jusqu'à environ1%
Lophophora (tous les types) Mexique jusqu'à environ 4%
Opuntia cylindrica Chili jusqu'à environ0.9%

Note : Les cactus à mescaline frais contiennent significativement moins de mescaline que les cactus séchés.

Rappelez-vous qu'une dose de 200 à 600 milligrammes de mescaline par personne et par session offre une expérience psychédélique forte. Gardant cette règle à l'esprit et si la puissance du cactus est connue, vous pouvez alors estimer la dose correcte. Dans le cas contraire, augmentez progressivement la dose de manière prudente.

FAIRE POUSSER SON PROPRE CACTUS

Faire pousser son propre cactus n'est pas difficile, pour peu qu'on fasse attention à quelques détails.

FAIRE POUSSER UN CACTUS À PARTIR D'UNE GRAINE

Tous les cactus à mescaline peuvent être cultivés à partir de graines. Les graines correspondantes sont disponibles dans des magasins botaniques et ethno-botaniques. Les graines de cactus sont placées dans du terreau et peut-être recouvertes de sable. Ceci est fait pour prévenir l'apparition de moisissures. Humidifiez bien et gardez la plante dans un climat de serre, par exemple avec un petit propagateur.

Les graines germent plus ou moins vite, suivant le type de graine. Les pousses, une fois stables, sont ensuite installées et transplantées dans des pots séparés. Il faut ensuite s'armer de patience. Les cactus poussent graduellement et se développent de jeunes pousses en plantes. Les cactus ont besoins d'être arrosés régulièrement mais pas trop, dès que le substrat est sec. Ceci varie cependant suivant le cactus cultivé. Ils ont besoin en outre d'une chose : de la lumière. Ils doivent donc être placés près de la fenêtre ou, en été, en extérieur.

Torche Bolivienne (Echinopsis Lageniformis) 20 Graines

REPRODUIRE DES CACTUS PAR VOIE VÉGÉTATIVE

Il existe un autre moyen : avec un couteau propre, coupez un morceau de cactus, laissez la surface sécher et placer les coupes dans un substrat à cactus. Au niveau des nœuds vasculaires de nouvelles racines vont se développer et la coupe poussera alors de manière indépendante.

Certains cactus forment des ramifications qui se détachent facilement de la plante mère pour une culture indépendante. Avec la plupart des cactus, la multiplication végétative est très aisée.

 


Zamnesia