Une Drogue Passerelle ? Le Cannabis Pourrait Être En Fait Une Drogue De Sortie

Publié le :
Catégories : BlogCannabisScience

Une Drogue Passerelle ? Le Cannabis Pourrait Être En Fait Une Drogue De Sortie

Depuis le début de la prohibition, il existe un mythe persistant comme quoi le cannabis est une passerelle vers des drogues dures. Cependant, une nouvelle étude suggère que c'est une substance de sortie !

De toutes les substances dangereuses et addictives qui existent, ce sont l'alcool et les médicaments sur ordonnance qui sont le plus grand fléau pour la société. On estime que l'alcool est responsable de 3,3 millions de décès dans le monde chaque année, alors que l'addiction aux médicaments tue plus de personnes que toutes les drogues illicites combinées. C'est pourquoi il est agréable d'entendre que le cannabis médical réduit leur impact.

CANNABIS : BRISER L'EMPRISE

Selon une nouvelle étude publiée dans le journal Addiction Research and Theory, les trois quarts des consommateurs de cannabis médical interrogés ont déclaré l'utiliser comme substitut aux médicaments sur ordonnance, à l'alcool et aux autres substances illicites. C'est une très bonne nouvelle, car cela permet de remplacer les risques souvent mortels et les effets secondaires indésirables, par la nature plus sûre et plus légère du cannabis.

Selon les chercheurs, sur les 404 consommateurs de cannabis médical participants, 41 % utilisaient le cannabis comme substitut à l'alcool, 36,1 % comme substitut à d'autres drogues illicites, et un pourcentage impressionnant de 67;8 % comme substitut aux médicaments sur ordonnance (les participants pouvaient indiquer plusieurs options).

La première raison indiquée était la réduction des symptômes de sevrage (67,7%), moins d'effets secondaires (60,4%) et une meilleure gestion des symptômes. Les auteurs suggèrent que ceci montre que les patients identifient déjà le cannabis comme une alternative plus sûre et potentiellement plus efficace à ce qu'ils consommaient auparavant.

Les chercheurs ont conclu : « Alors que certaines études ont trouvé qu'un faible pourcentage de la population générale qui consomme du cannabis peut développer une dépendance à la substance, un nombre grandissant de recherches sur des traitements de substitutions en lien avec le cannabis suggère que pour de nombreux patients le cannabis n'est pas seulement un remède efficace, mais aussi potentiellement une substance de sortie de consommation de substances problématiques. Étant donné les mécanismes biologiques, sociaux et psychologiques derrière ces résultats, et le potentiel associé de diminution des souffrances de la personne et des coûts individuels et sociaux associés à l'addiction, des recherches complémentaires semblent justifiées d'un point de vue économique et éthique. Des essais cliniques avec ceux qui ont de faibles résultats avec des thérapies contre l'addiction psychologique ou pharmacologique pourraient être un bon point de départ pour approfondir notre compréhension de l'effet de substitution du cannabis. »

C'est une très bonne chose de voir une étude scientifique qui non seulement réfute l'idée que le cannabis amène à des drogues plus dures, mais qui montre également que le cannabis fait l'inverser et donne aux consommateurs de drogues dures une porte de sortie bien plus sûre et bénéfique. Espérons que nous verrons dans le futur plus de recherches à ce sujet, pour aider à dissiper une fois pour toutes le mythe qui prétend que le cannabis provoque la consommation de drogues dures !