Une consommation à long terme de cannabis réduit les risques de cancer

Publié le :
Catégories : BlogCannabis médical

Une consommation à long terme de cannabis réduit les risques de cancer

Selon une étude récente, il semble que les personnes ayant des antécédents de consommation de cannabis ont moins de risques d'avoir un cancer. Allume-moi ce joint !

Même s'il a été bien documenté que les composés du cannabis ont la capacité d'inhiber et combattre les cellules cancéreuses actives, la recherche s'est toujours concentrée sur le cancer déjà développé et présent. Une nouvelle étude du Kaiser Permanente Los Angeles Medical Center publiée dans le journal Urology, a découvert qu'une consommation régulière de cannabis réduisait également les risques de même développer un cancer.

En analysant l'association de la consommation de cannabis et de tabac dans l'apparition du cancer de la vessie chez plus de 80.000 hommes, l'équipe a pu déterminer que non seulement la consommation de cannabis n'est pas associée avec le cancer de la vessie, mais qu'en plus elle semble réduire les risques de développer ce type de cancer.

Selon les chercheurs, « après avoir fait des ajustements pour l'âge, la race ou l'ethnie et l'indice de masse corporelle, la seule consommation de tabac a été associé avec une augmentation des risques de cancer de la vessie (régression des risques 1,52) alors que la consommation de cannabis a été associée à une réduction de 45 pour cent de l'incidence des cancers de la vessie (régression des risques 0,55). »

Encore une recherche assez significative (je sais que nous le disons pour beaucoup d'études, mais l'époque est réellement formidable !). Elle souligne distinctement les effets anticancéreux du cannabis, cependant, il serait faux d'affirmer que c'est une causalité à 100 % et non une simple corrélation. Ceci dit, cette étude est soutenue par une étude plus ancienne menée par la Brown University, dans laquelle il a été découvert qu'une consommation de cannabis à long terme était associée à une réduction des risques de développement de cancers de la tête et du cou. Le futur est dans la verdure !