Top 10 Des Erreurs Les Plus Courantes Du Débutant

Publié le :
Catégories : BlogCulture du Cannabis
Dernière édition :

Top 10 Des Erreurs Les Plus Courantes Du Débutant

Facile à apprendre mais difficile à maîtriser, la culture du cannabis est une forme d'art. L'apprentissage vient beaucoup des erreurs et tâtonnements, mais éviter ces erreurs peut faciliter les choses !

Même si saisir les bases de la culture du cannabis est facile, c’est plus compliqué que de simplement mettre une graine dans de la terre. Si vous voulez avoir un rendement décent, vous devez consacrer du temps, des efforts et des soins pour garantir que vos plants de cannabis soient heureux et sains. Heureusement, comme on l’a déjà mentionné, c’est assez facile, mais cela ne veut pas dire qu’aucune erreur n’est faite, surtout chez les cultivateurs débutants. Alors voici les dix erreurs les plus courantes que les gens font en cultivant du cannabis et comment les éviter. La connaissance, c’est le pouvoir !

10. FAIRE POUSSER SUR UN REBORD DE FENÊTRE

À moins d’être content avec un petit plant de cannabis bonsaï, cultiver sur un rebord de fenêtre ne va pas le faire. Sans aucun doute, le soleil est la meilleure source de lumière que vous pouvez offrir à un plant de cannabis - encore plus que des puissantes lampes en intérieur - cependant, les plants de cannabis ont besoin d’avoir autant de lumière toute la journée que possible, et un rebord de fenêtre n’en reçoit pas tant que ça. Si vous voulez utiliser la puissance du soleil, faites pousser dans un endroit bien éclairé en extérieur ou en serre.

9. NE VOUS IMAGINEZ PAS QUE N’IMPORTE QUELLE VIEILLE TERRE IRA

La terre peut fortement varier en qualité, une erreur courante est de s’imaginer que n’importe quelle terre ira bien. Ceci est valable pour la culture en intérieur et en extérieur. Le cannabis a besoin de nutriments spécifiques pour s’épanouir et une terre prélevée en extérieur, ou sur la zone de culture en extérieur, peut en manquer. C’est toujours une bonne idée que de faire des recherches et d’acheter une terre riche en nutriments. Ce genre de terre peut être utilisée comme supplément dans une zone de culture ou pour remplir des pots.

Pour les cultivateurs en intérieur, du terreau du commerce aura aussi bien moins de chances de contenir des insectes, nuisibles et maladies. Vous ne devriez jamais introduire quelque chose venu de votre jardin dans une culture en intérieur (à moins de savoir ce que vous faites).

Alternativement, vous pouvez préparer votre propre super terre.

8. TROP ARROSER

Un erreur grave et courante est de trop arroser les plants de cannabis. À moins d’avoir beaucoup d’expérience dans la culture, il peut être difficile de déterminer précisément quand votre cannabis a besoin de plus d’eau. Cependant, pour l’eau, un sur-arrosage est bien pire qu’un sous-arrosage, alors restez du côté de la prudence. Un plant de cannabis sous-arrosé aura des feuilles semblant molles et sans vie, alors que des plants de cannabis sur-arrosés auront des feuilles fermes semblant serrées et repliées sur elles-mêmes alors qu’elles luttent pour faire face à une charge en eau maximale. Un plant sous-arrosé peut rebondir et revenir à la normale en quelques heures. Cependant, un plant sur-arrosé peut prendre des jours à récupérer.

Des plants sur-arrosés peuvent développer une chlorose et une pourriture des racines. Il faut noter qu’un sur-arrosage est souvent le résultat d’un arrosage trop fréquent, et non d’un arrosage avec de trop grandes quantités d’eau. Un déluge d’eau est acceptable, tant que vous donnez à vos plants le temps de le gérer. Les racines ont autant besoin d’oxygène que d’eau, donc si vous mouillez constamment votre terre et que vous ne la laissez jamais sécher, des problèmes peuvent survenir.

Un bon moyen basique de déterminer si vos plants ont besoin d’eau est de planter votre doigt dans la terre jusqu’à la première phalange. Si la terre semble sèche, ajoutez de l’eau. Cela peut sembler rudimentaire, mais c’est efficace. Sinon, si vous cultivez en pot, vous pouvez en soulever un quand vous savez que la terre est sèche. Ceci vous donnera une idée du poids à sec. Ensuite, soulevez-le quand vous l’avez arrosé. Connaître la différence de poids peut vous aider à déterminer quand il n’y a plus d’eau. Il est également possible d’acheter un appareil électronique de mesure de l’humidité du sol.

7. TROP D’ENGRAIS

C’est une autre situation dans laquelle il vaut mieux trop peu que trop ; donner trop d’engrais au cannabis peut avoir des effets dévastateurs. Si vous ne nourrissez pas assez votre plant de cannabis, il n’aura pas de très bonnes performances, mais si vous le nourrissez trop, vous pouvez provoquer des dommages graves et permanents au plant. Ceci est connu sous le nom de brûlure aux nutriments et c’est un problème redouté de tous ceux qui le connaissent. Le cannabis a des besoins spécifiques et le ratio NPK de votre solution nutritive sera très important. De nombreux cultivateurs, surtout ceux qui travaillent avec des variétés dont ils sont peu familiers, nourriront à un quart de la dose jusqu’à être sûr de savoir les effets sur les plants. À chaque apport de nutriments, le niveau peut être optimisé est adapté à la culture.

6. BLOCAGE DES RACINES

La façon dont pousse un plant de cannabis sera directement affectée par ses fondations - ses racines. Les racines ont besoin de tout l’espace qu’elles peuvent avoir pour se répandre et s’épanouir. Une grosse base saine de racines donne un gros plant sain. Si les racines n’ont pas la place dont elles ont besoin pour s’étendre, comme quand un plant est laissé dans un pot trop petit, elles deviennent bloquées. C’est alors que les racines rencontrent une barrière infranchissable et commencent à pousser sur elles-mêmes, en formant une boule dense de racines. Même si le plant est rempoté dans cette situation, les racines continueront à pousser sur elles-mêmes, ce qui limite sérieusement leur efficacité à absorber des nutriments.

Heureusement, le blocage des racines est facile à prévenir. Assurez-vous simplement que votre plant de cannabis a suffisamment d’espace pour pousser. Si vous commencez dans un petit pot, assurez-vous de rempoter dans un grand avant que les plants ne deviennent trop gros.

Vous pouvez trouver plus d’informations pour des racines de cannabis saines ici.

5. EN PARLER AUX GENS

Un des moyens les plus rapides de se faire voler ou confisquer son cannabis est d’en parler autour de soi. Tenir votre langue, peu importe à quel point vous êtes fier, est une des meilleures mesures de sécurité à prendre. Après tout, cultiver un plant ou deux pour vous ne concerne personne d’autre, alors pourquoi en parler ? Gardez votre culture pour vous-même.

4. TROP TAILLER

La taille dite est une technique intermédiaire à avancée qui implique de rediriger l’énergie de votre plant de cannabis en une grosse croissance saine en coupant tout feuillage non-nécessaire. Cependant, le cannabis est sensible aux chocs, alors si vous taillez trop d’un coup, ou que vous ne laissez pas assez de feuilles au plant pour qu’il produise de l’énergie avec, il va mourir. Une fois de plus, il vaut mieux en faire moins que trop. Alors allez-y doucement avec votre sécateur, surtout si vous débutez avec la taille.

3. IMPATIENCE AVEC DES GRAINES EN GERMINATION

La phase de germination du cycle de vie du cannabis est la plus vulnérable. En touchant et découvrant les graines pour voir comment elles vont, vous les exposez à des dommages potentiels. Les graines peuvent parfois prendre dix jours pour germer, ce qui pour le cultivateur surexcité peut être un supplice. Résistez à la tentation de tripoter vos graines et laissez-les faire leur boulot.

2. PANIQUER

Une des plus grosses erreurs est de paniquer quand on remarque que quelque chose ne va pas. Ceci ne fait qu’empirer la situation par dix. Si et quand vous remarquez que quelque chose ne va pas, restez calme et faites des recherches. Neuf fois sur dix, si vous remarquez le problème assez tôt, il peut être résolu de manière facile et concise. Vous aurez peut-être un rendement légèrement inférieur que si le problème n’avait jamais eu lieu, mais ce n’est pas la fin du monde. Ça fait partie de l’apprentissage et vous le saurez pour la prochaine fois.

1. DE MAUVAIS GÈNES

La pire chose que vous puissiez faire en cultivant du cannabis est d’utiliser de mauvais gènes. La qualité génétique de vos graines de cannabis va déterminer son potentiel sous tous les aspects. Si vous utilisez des graines avec de mauvais gènes, alors peu importe vos compétences de cultivateur, ou les soins apportés à vos plants, vous ne pourrez que finir par atteindre une limitation en qualité. Utiliser des graines haut de gamme permet de se libérer de toute limite dans le potentiel et de cultiver au meilleur de vos capacités.

C’est une erreur particulièrement mauvaise pour le débutant qui, souvent, quand il atteint la limite du potentiel de ses graines, pense que ce sont ses capacités qui le limitent, alors qu’en fait c’est la qualité des graines. Utiliser des graines de haute qualité vous donnera tout l’espace nécessaire pour apprendre, avec de bonnes sensations. Après tout, cultiver du cannabis est censé être amusant, alors ne laissez rien vous limiter !

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs