Les 5 légendes les plus courantes sur le cannabis et comment y répondre

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

Les 5 légendes les plus courantes sur le cannabis et comment y répondre

Même si la prohibition du cannabis semble toucher à sa fin, il existe encore beaucoup de mythes sur le cannabis. Voici notre top 5 de ces idées fausses et les arguments qu'il vous faut pour les dissiper.

Il y a presque un siècle que le cannabis est devenu illégal et pourtant les défenseurs de l'interdiction du cannabis utilisent toujours la même rhétorique dépassée en ignorant les avancées de la science et de la médecine modernes.

À la fin des années 1920, les arguments pour interdire le cannabis étaient totalement exagérés et souvent ouvertement racistes : ils jouaient sur les peurs de la classe moyenne blanche afin de faire interdire cette plante pacifique. Ce sont des préjugés ignorants qui ont perduré jusqu'à très récemment. Par exemple, durant les années 1970, le cannabis a été classé à l'Annexe I du tableau des drogues en raison d'un manque de preuves de sa dangerosité. C'est bien ça, un MANQUE de preuves. Au lieu de chercher à en savoir plus, le législateur a continué à s'enfoncer dans ses préjugés.

Et c'est bien là tout le cœur du problème : les arguments contre le cannabis, qui sont basés sur la peur et l'ignorance, ont eu 85 ans ou plus pour se répandre sans aucune recherche scientifique pour les contrer. Heureusement, la science est maintenant venue à la rescousse et les quantités grandissantes de preuves montrant les caractéristiques positives de l'herbe dissipent peu à peu la haine et la stigmatisation qui ont régné depuis si longtemps.

En ayant ceci à l'esprit, voici quelques contre-arguments possédant des bases scientifiques que vous pouvez utiliser quand les gens commencent à vous donner les raisons pour lesquelles il pensent que le cannabis est mauvais.

1. Le cannabis est addictif

C'est un des arguments préférés des personnes opposées à la légalisation du cannabis et c'est un argument qui a été totalement exagéré. Certains prétendent qu'une personne sur 11, soit 9 % des personnes consommant d'une cannabis, sera dépendant. Tout ceci vient d'une vieille étude des années 1990 qui analysait les propriétés addictives de différentes substances.

Premièrement, ces données sont sorties de leur contexte car la même étude a découvert que l'alcool et la nicotine étaient bien plus addictifs que le cannabis et pourtant ces deux substances sont légales et socialement acceptées.

Source : http://www.umbrellasociety.ca/web/files/u1/Comp_epidemiology_addiction.pdf

Deuxièmement, cette étude a été fortement critiquée comme étant obsolète, biaisée et utilisant une méthodologie déficiente. Par exemple, dans cette étude, toute personne ayant répondu oui à au moins 3 des 7 questions était considérée comme dépendante, sans qu'aucun réel test en laboratoire de l'addiction ne soit mené. Ceci a conduit beaucoup de scientifiques et de professionnels de santé à penser que ce chiffre de 9 % de dépendants est totalement exagéré. Le Dr Drew Pinsky, un spécialiste de l'addiction, a exprimé son incrédulité par rapport à ce chiffre en déclarant que la dépendance au cannabis était « très peu commune » et qu'elle était loin de représenter 1 personne sur 11.

Source: http://www.huffingtonpost.com/sunil-kumar-aggarwal/cannabis-depedency-drug-war-bad-science_b_4675961.html

Un rapport de 1999 pour le Congrès américain déclare que la dépendance au cannabis est rare et que quand elle existe, elle est bien moins sévère que la dépendance à l'alcool ou à la nicotine.

Source: http://www.nap.edu/openbook.php?record_id=6376

2. Le cannabis est mauvais pour la santé

On peut affirmer sans crainte de se tromper que l'alcool, le tabac, les médicaments sur ordonnance et de mauvais choix diététiques sont bien plus dangereux pour la santé ! Selon un rapport publié par l'Organisation Mondiale de la Santé, l'alcool tue 3,3 millions de personne dans le monde entier chaque année. De plus, il semble qu'aux États-Unis, une personne meurt d'overdose de médicament toutes les 19 minutes. Devinez combien de personnes sont mortes en consommant du cannabis depuis qu'on enregistre les décès ? Aucune.

Source: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs349/fr

Des recherches ont même montré qu'il n'y a aucun lien entre le fait de fumer du cannabis et les risques de développer un cancer.

Source: http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/05/25/AR2006052501729.html

3. Le cannabis n'a aucune application médicale

C'est l'un des arguments les plus ridicules et dépassés que nous ayons jamais entendu. C'est un argument qui se base sur le classement du cannabis aux États-Unis : toute drogue qui y est classée à l'Annexe I n'a aucune valeur médicale reconnue. Or il existe à présent une montagne d'études qui prouvent les bienfaits médicaux du cannabis sur les humains et certains grands groupes pharmaceutiques développent même des médicaments à base de cannabis. Allez dire à Charlotte Figi et aux milliers d'autres personnes souffrant de douleurs chroniques, de crises d'épilepsie, de Sclérose Multiple, de Syndrome de Stress Post-Traumatique, de cancer, de glaucome et de bien d'autres troubles, qui profitent tous des bienfaits de la consommation de cannabis, qu'ils sont dans l'erreur.

Voici une liste d'organisations, du niveau local à l'international, qui ont reconnu et qui défendent la consommation de cannabis à des fins médicales. Pour le plaisir de lire :

Source: http://norml.org/aboutmarijuana/item/quick-reference%23international

4. Le cannabis est une passerelle vers d'autres drogues

C'est un autre argument souvent avancé par des mamans inquiètes. La peur que le cannabis puisse entraîner vers des drogues dures n'a aucun fondement et n'est soutenue par aucune preuve scientifique solide. En fait, les recherches sur le sujet ont découvert que c'est l'alcool et non le cannabis qui agit comme passerelle vers d'autres drogues. Et nous sommes certains que beaucoup de personnes opposées au cannabis réussissent à boire de l'alcool sans passer à l'héroïne ; les fumeurs de cannabis y arrivent probablement aussi.

Source: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1746-1561.2012.00712.x/abstract

C'est un mythe dont le caractère faux est reconnu depuis longtemps, mais il semble ne pas vouloir disparaître. Pour appuyer notre argumentation, en 1999, une étude très détaillée et très complète menée par l'Institute of Medicine of the National Academy of Sciences a été soumise sous forme d'un rapport très détaillé au Congrès américain. Elle soulignait à quel point il n'existait aucun lien concluant entre la consommation de cannabis et celle de drogues dures.

Source: http://www.nap.edu/openbook.php?record_id=6376

5. Pensez aux enfants !

C'est un argument stupide qui a le don de mettre en colère et il est souvent utilisé en dernier recours par les opposants au cannabis, quand tous les autres arguments ont été épuisés.

Oui, c'est un sujet important et la consommation de cannabis par un enfant encore en développement ne doit pas être encouragée. Cependant, quand le cannabis est illégal, n'importe qui avec un billet de 20€ peut acheter de l'herbe, les enfants comme les autres. Les effets potentiels du cannabis sur les adolescents est un sujet qui demande plus de recherches, mais essayer de leur faire peur avec une argumentation ambiguë et de la propagande, au lieu d'envoyer un message clair est de les aider avec des faits, n'est pas une démarche qui les aidera.

Source: http://www.rawstory.com/rs/2014/02/oregon-dem-destroys-top-drug-official-who-cant-say-if-weeds-less-addictive-than-meth/

Comme on a pu le voir au Colorado, depuis la légalisation du cannabis et l'éducation des adolescents sur l'herbe, la consommation chez les adolescents est en réalité en baisse ! Les personnes qui s'inquiètent de la consommation des mineurs devraient donc soutenir la légalisation et la régulation du cannabis. C'est la seule façon de contrôler la consommation des mineurs.

Source: http://sensiblecolorado.org/marijuana-use-down-among-teens-in-colorado-since-regulations-took-effect/

Au final, le cannabis ne doit pas être imposé à ceux qui ne veulent pas en consommer, bien entendu. Mais défendre son interdiction totale, alors que le cannabis aide tant de personnes, n'a des effets négatifs que minimes et pourrait potentiellement être la source d'un dynamisme économique, est une démarche totalement démente.

comments powered by Disqus