La Vraie Drogue Passerelle : L'Alcool, Pas Le Cannabis

Publié le :
Catégories : BlogCannabisOpinionScience

La Vraie Drogue Passerelle : L'Alcool, Pas Le Cannabis

D'abord le joint, puis la seringue. Voici le chemin du toxicomane tel qu'on nous le décrit. Mais la recherche découvre autre chose.

Si vous écoutez les médias grand public, vous savez que tout commence avec cette bouffée tirée sur un joint. On veut nous faire croire en permanence que le cannabis nous entraîne sur la voie des drogues dures et de l’addiction. Mais est-il le vrai coupable ? Une étude récente montre que l’alcool est non seulement consommé bien avant toute consommation de cannabis, mais qu’en plus c’est le pilier principal d’une consommation multiple de drogues par la suite.

Une étude réalisée par l’Institut pour la Recherche Sociale de l’Université du Michigan analyse la consommation et l’abus d’alcool, de tabac et d’autres drogues au sein de la jeunesse américaine. En utilisant ces données, l'American School Health Association a déterminé que seuls 30% des collégiens de 10 à 16 ans n’avaient jamais consommé d’alcool, en comparaison des 54% n’ayant jamais consommé de cannabis. Parmi les sujets ayant rapporté une consommation d’alcool, chaque classe d’âge voyait la consommation d’alcool précéder celle du cannabis, avec 644 participants ayant rapporté une consommation d’alcool avant celle du cannabis.

En décomposant les données, il devient évident que ceux qui commencent à consommer de l’alcool à l’entrée au collège se mettent à consommer de plus grandes quantités de drogues illicites que si la consommation d’alcool ne commence qu’à partir de 13 ans et au-delà. Ils ont également une consommation de drogues illicites plus fréquente, ce qui suggère qu’il faudrait faire plus pour la prévention contre l’alcool à l’école primaire et au collège pour éviter cette spirale vers les drogues dures.

Ces découvertes sont un camouflet pour les politiciens et législateurs opposés aux réformes du cannabis. Elles mettent en lumière l’approche faussée et nuisible des politiques actuelles, qui entraînent une augmentation de la consommation des drogues dures - l’opposé de leur but avoué.

Avec des statistiques montrant clairement un lien entre l’alcool et la toxicomanie à long terme, une étude menée par RAND met en lumière un autre aspect. Leur étude à découvert que les risques de consommation de drogues dures plus tard dans la vie avaient autant de liens avec les opportunités et propension à consommer des drogues, qu’avec la drogue de consommation initiale. Quand on sait que l’alcool est disponible dans presque tous les foyers et magasins du monde, ceci soutient la notion que l’alcool pourrait bien, en fait, être la vraie passerelle vers des drogues dures.

Ces données ont cependant leurs limites. Dans ce cas, l’échantillon ne comprenait pas les jeunes en échec scolaire ayant décroché au lycée, chez qui les drogues illicites sont typiquement plus répandues. Un autre facteur est que l’étude a été réalisée en demandant aux participants âgés de 18 ans de se souvenir rétrospectivement de leur première consommation d’alcool, de tabac et de cannabis. Étant donné que ce n’est pas très précis, il y a une marge d’erreur pour déterminer l’âge auquel la consommation d’alcool a le plus gros impact sur une poly-toxicomanie ultérieure.

Cannabis : La drogue de sortie ?

Une étude précédente sur le cannabis en tant que substitut à l’alcool et autres drogues soutient ces découvertes. Il a été découvert que les trois quarts des consommateurs de cannabis médical interrogés consommaient du cannabis comme substitut à des médicaments, de l’alcool et des substances illicites. Ceci réfute l’idée que le cannabis entraîne vers les drogues dures, mais cela montre aussi le contraire, que le cannabis ouvre une porte de sortie bien plus sûre et bénéfique aux toxicomanes. Si cela nous montre bien quelque chose, c’est que le cannabis est une drogue de sortie.

 

         
  Lucas  

Écrit par: Lucas
Lucas est auteur à temps-partiel et visionnaire à temps-complet. Psychonaute anonyme se fondant dans la société avec son costume-cravate, il œuvre pour apporter au grand public une rationalité basée sur des preuves.

 
 
      De nos auteurs  
comments powered by Disqus