Comment les opioïdes du corps réduisent le stress

Publié le :
Catégories : BlogRecettes

Comment les opioïdes du corps réduisent le stress

Pour ce qui est des ruptures amoureuses, personne n'est aussi durement touché que ceux qui souffrent de dépression, et le manque d'opiacés naturels dans le cerveau pourrait bien être le responsable.

Passer par une rupture est un moment difficile. Se séparer de ou perdre quelqu'un d'important dans sa vie peut nous laisser avec un sentiment de vide, comme si une partie de nous-mêmes nous avait été arrachée. Cependant, le stress de la rupture frappe certaines personnes plus fortement que d'autres, ce qui leur rend difficile le fait d'aller de l'avant. Ce n'est pas une surprise, les personnes souffrant de dépression sont les plus touchées, mais la science vient de découvrir des informations intéressantes pour expliquer pourquoi et tout est dû aux niveaux d'opiacés naturels.

L'ÉTUDE

Cette étude a été menée en utilisant la méthode d'imagerie du cerveau TEP pour surveiller le système opioïde naturel de l’organisme. Tout en étant surveillés par imagerie, un groupe de participants dépressifs et un groupe de participants non-dépressifs ont consulté les profils sur les réseaux sociaux et photos de centaines de partenaires potentiels. Chaque participant a ensuite choisi les partenaires potentiels les plus intéressants pour lui. Les scientifiques ont ensuite froidement annoncé aux participants que les personnes qu'ils avaient choisi n'étaient pas intéressés par eux et ne le seraient jamais. La réaction dans le cerveau provoquée par ce rejet a ensuite été enregistrée.

Les résultats ont montré que les personnes souffrant de dépression avaient des niveaux d'activations plus faibles dans le système opioïde naturel du cerveau en comparaison du groupe « normal », et qu'ils étaient frappés plus durement par la nouvelle du rejet. Il faut mentionner que juste avant le début de l'expérience, tous les participants ont été mis au courant que les profils sur les réseaux sociaux consultés étaient tous faux. Ceci n'a pas empêché les participants d'avoir une réponse sociale à ce faux rejet.

C'est peut-être une consolation pour les personnes souffrant de dépression : les scientifiques ont également découvert que quand les personnes dépressives se sentaient aimées d'une autre personne, le sentiment était plus intense que pour une personne normale. C'est une nouvelle très surprenante, car auparavant il était considéré qu'un cerveau déprimé réduisait les sentiments potentiels de bonheur.

LES IMPLICATIONS

Les implications mises en lumière par ces découvertes sont assez significatives et peuvent expliquer pourquoi ceux qui souffrent de dépression ont autant de mal à gérer le rejet ! La plupart des traitements pour la dépression se concentrent sur la sérotonine, mais cette nouvelle étude suggère aussi que les niveaux d'opioïdes naturels sont importants pour réduire le stress et les pensées négatives. Cette étude pose les base et le cadre théorique pour de nouvelles recherches dans le domaine et pour aider la science à trouver de nouvelles manières de traiter la dépression. Non pas que les opioïdes soient la réponse, car un médicament à base d'opioïdes peut être très addictif, dangereux et destructeur, mais c'est pour le moins une direction nouvelle à explorer pour la science.

« Nos découvertes suggèrent que les capacités de réguler les émotions durant ces interactions sont compromises chez la personne dépressive, potentiellement en raison d'un système opioïde altéré. Ceci pourrait être une des raisons derrière la tendance à persister ou revenir de la dépression, surtout dans un environnement social négatif », a déclaré le Dr David Hsu, auteur de l'étude.

De quoi montrer que nous avons encore un long chemin à faire pour ce qui est de comprendre la façon dont le cerveau fonctionne !