Comment l'Alcool Affecte le Corps et l'Esprit?

Publié :
Catégories : BlogBrassage AmateurL'éducation aux drogues

Comment l'Alcool Affecte le Corps et l'Esprit?


Tout le monde à une bonne raison pour boire de l'alcool. Quelle qu'elle soit, consommer avec modération signifie faire des choix et comprendre les effets que l'alcool a sur votre corps et votre esprit, que ce soit sur le court comme le long terme.

Après une longue et épuisante journée de travail, ou quand vous êtes prêt à vous laisser aller un vendredi soir, qu'est-ce qu'il y a à faire ? Bien sûr aller au bar du coin pour prendre quelques shots ou cocktails ! Si vous êtes stressés, l'alcool peut vous aider à atténuer les effets de ce trouble. Et si vous êtes plutôt du genre timide et réservé un verre ou deux peuvent vous transformer en une vraie machine à parole en quelques minutes seulement. Mais voici le hic pour l'alcool ; bien que la substance soit conçue pour être appréciée et peut mener à des soirées d'anthologie, elle peut également être dangereuse pour le corps comme pour l'esprit quand consommée de manière irresponsable.

La définition de l'alcool est plutôt claire. C'est le composant principal de bières, vins et spiritueux. Lorsque cette substance est consommée en faibles doses, elle cause de l'euphorie et une envie de discuter. Mais quand l'abus prend le pas sur la modération, elle désinhibe, cause l'ébriété, et peut même mener à des comas ou pire, à la mort.

La raison pour laquelle quelqu'un choisit de boire de l'alcool dépend bien sûr de lui-même. Certains en consomment dans le cadre d'une activité sociale, tandis que d'autres s'en servent plus comme un échappatoire à la vie quotidienne. Quelle qu'en soit la raison, il est important de connaître les effets à court et long terme que la substance peut avoir sur votre corps, mais aussi sur votre cerveau. Il est essentiel de modérer sa consommation.

ARTICLE LIÉ
Le Cannabis Et Les Leçons Apprises De La Prohibition D'Alcool.

Les leçons apprises de la prohibition d'alcool vont permettre de libérer la voie afin de mieux gérer la légalisation de la marijuana.

EFFETS SUR LE COURT-TERME : COMMENT L'ALCOOL CAUSE-T-IL DES DOMMAGES TEMPORAIRES À QUATRE ZONES DU CERVEAU

COMMENT L'ALCOOL CAUSE-T-IL DES DOMMAGES TEMPORAIRES À QUATRE ZONES DU CERVEAU

Il n'est pas très difficile de reconnaître les effets physiques de l'alcool. La démarche du consommateur devient tout sauf assuré, la prononciation est parfois difficile, la personnalité du consommateur se désinhibe, il se "sent bien" - ce sont seulement quelques uns des signes montrant qu'une boisson alcoolisée est en train de vous faire de l'effet. Mais savez vous que vous les ressentez car l'alcool empêche le bon fonctionnement de votre cerveau ? Et pas seulement une zone de celui-ci, mais bien quatre.

L'ALCOOL ET LE CORTEX CÉRÉBRAL#1 LE CORTEX CÉRÉBRAL

Pour commencer, l'alcool affecte le fonctionnement de votre cortex cérébral. C'est dans cette région du cerveau que vos pensées sont produites et que l'information provenant de vos sens est analysée. Le cortex cérébral s'occupe également de gérer les mouvements musculaires volontaires et de contrôler certains centres cérébraux plus petits et moins importants. Quand l'alcool commence à atteindre cette zone, une perte du jugement, désinhibition, et un affaiblissement du ressenti des sens se produisent. Et il est également assez probable que vous ayez des sensations de douleurs réduites.

L'ALCOOL ET LE CERVERLET#2 LE CERVERLET

Vous avez l'impression d'être maladroit ? Eh bien c'est car l'alcool affecte votre cervelet, la région du cerveau responsable de la coordination musculaire permettant le mouvement. Étant donné que l'alcool entraîne une capacité réduite à coordonner vos mouvements, cela explique pourquoi il est courant de trébucher ou de tomber, en fonction de la quantité consommée.

L'ALCOOL ET L’HYPOTHALAMUS ET L'HYPOPHYSE#3 L’HYPOTHALAMUS ET L'HYPOPHYSE

La troisième région du cerveau que l'alcool peut affecter en buvant est l’hypothalamus et l'hypophyse. Chacune de ces régions sont liées au bon fonctionnement du cerveau et à la libération d'hormones. Une fois que l'alcool commence à étendre son emprise sur ces régions, vous pouvez, entre autres, vous attendre à ressentir une augmentation du désir sexuel, mais aussi l'envie d'aller aux toilettes. Bien que vous ressentirez plus d'excitation sexuelle, votre capacité à être performant dans ce domaine va en fait être réduite lors de la consommation d'un ou plusieurs cocktails.

L'ALCOOL ET LA MOELLE#4 LA MOELLE

Enfin, il y a la moelle. Aussi connue comme le tronc cérébral, la moelle gère les fonctionnalités du corps qui s'effectuent de façon inconsciente, comme la respiration et la régulation de la température corporelle. Si l'alcool affecte cette partie du cerveau, alors vous allez commencer à vous sentir fatigué. Et si vous buvez trop, vous pouvez même subir des pertes de conscience, qui peuvent potentiellement être fatales.

EFFETS SUR LE LONG-TERME : COMMENT L'ALCOOL PEUT-IL CAUSER DES DOMMAGES PERMANENTS SUR LE CERVEAU

COMMENT L'ALCOOL PEUT-IL CAUSER DES DOMMAGES PERMANENTS SUR LE CERVEAU

Si vous ne consommez que quelques bières ou verres de vins, vous n'aurez bien sûr que des effet temporaires. Mais lorsque vous commencez à boire à un point s’apparentant à l'abus, les conséquences sont totalement différentes. En réalité, la consommation d'alcool sur le long terme peut causer un rétrécissement de votre cerveau. Et une fois que c'est arrivé, vous allez éventuellement commencer à perdre certaines des fibres sur lesquelles votre cerveau compte pour pouvoir correctement transmettre l'information entre les cellules cérébrales.

Les alcooliques peuvent également développer le syndrome de Wernicke-Korsakoff, un trouble causé par une carence en vitamines B, aussi appelées thiamine. L'alcool empêche le corps de correctement assimiler ces vitamines. Sans un apport correct en thiamine un buveur peut ressentir un manque de coordination, des problèmes de mémoires, et des confusions de l'esprit.

Si une personne se repose trop sur la substance, il ne faudra pas longtemps au corps pour devenir à son tour tout aussi dépendant d'elle. Ainsi, le composition chimique de leur corps va être altérée. Et pour libérer de la place afin de pouvoir assimiler les quantités les excessives quantités d'alcool absorbées, le cerveau devra ajuster la production de neurotransmetteurs.

Mais lorsque la consommation s’interrompt brutalement, après environ 24 - 72 heures, les alcooliques ressentiront les symptômes du manque étant donné que le cerveau aura du mal à ajuster sa composition chimique. Ces symptômes vont des crises et hallucinations aux nausées et sueurs, et ils sont souvent difficilement supportables.

FAÇONS DE S'ASSURER D'AVOIR UN CERVEAU EN BONNE SANTÉ SANS POUR AUTANT LAISSER TOTALEMENT TOMBER LA BOUTEILLE

FAÇONS DE S'ASSURER D'AVOIR UN CERVEAU EN BONNE SANTÉ

Excepté si cela devient un problème, vous pouvez sans doutes apprécier un petit verre sans que cela ne soit assimilé à de la maltraitance de votre cerveau. La modération est la clé. En contrôlant et régulant votre façon de boire, vous pouvez vous assurer d'éviter tous les potentiels problèmes de mémoire. Aussi, au lieu d'enchaîner shot sur shot, prenez le temps de boire un verre d'eau entre chacun, ou au moins de temps en temps. De cette façon, votre corps pourra plus efficacement dissoudre l'alcool, et la concentration d'alcool dans votre sang ne décollera pas autant. De plus, c'est une bonne manière de réduire considérablement la sensation de gueule de bois qui survient le lendemain.

Certains préfèrent boire quand ils ont le ventre vide, car cela leur permet d'atteindre l'ébriété plus rapidement et de façon accentuée. Mais si vous ne mangez rien avant une soirée, la concentration d'alcool dans votre sang va augmenter beaucoup plus rapidement, et vous pourriez subir un empoisonnement à l'alcool. Du coup, au lieu de profiter de votre soirée, vous serez bloqués aux toilettes jusqu'à ce que cela se dissipe ... Ce qui peu être après un certain temps. Vision que peu intéressante.

Enfin, si vous pensez qu'il soit possible que vous ayez un problème avec l'alcool, n'attendez pas avant de vous transformer en alcoolique. Demandez de l'aide immédiatement. Il n'en faut pas beaucoup pour développer une dépendance à l'alcool, donc si certains signes s'expriment, n'ayez pas peur de vous tourner vers un spécialiste. Il est bien mieux d'admettre son besoin d'assistance plutôt que d'attendre qu'il ne soit trop tard. Une fois que les dommages ont été causés, ils peuvent être irréversibles.

LES EFFETS QU'A L'ALCOOL SUR LE CORPS

LES EFFETS QU'A L'ALCOOL SUR LE CORPS

L'alcool peut impacter votre corps de bien des façons, et ce même après une simple gorgée. Pour commencer, il peut affecter votre glycémie en perturbant le fonctionnement de votre pancréas. Cela peut causer une faible glycémie (ou hypoglycémie), mais cela peut aussi empêcher votre corps de produire la bonne quantité d'insuline, menant à l'inverse à une trop grande quantité de sucre dans le sang (ou hyperglycémie). Cet effet néfaste est d'ailleurs la raison pour laquelle il est extrêmement important pour les personnes atteintes de diabète d'éviter de consommer trop d'alcool. Malheureusement, les effets nocifs de l'alcool ne se limitent pas là.

L'ALCOOL ET LE SYSTÈME NERVEUX CENTRALL'ALCOOL ET LE SYSTÈME NERVEUX CENTRAL

L'alcool peut également causer des dommages au système nerveux central. En plus de ressentir engourdissements et picotements au bout des mains et pieds, votre cerveau peut avoir plus de mal à créer des souvenir qui perdurent. D'autres problèmes dans cette région incluent un endommagement du lobe frontal, et même pire, un affaiblissement permanent du cerveau.

L'ALCOOL ET LE FOIEL'ALCOOL ET LE FOIE

Bien sûr, tout le monde sait que l'alcool peut également avoir un effet dévastateur sur le foie. Par conséquent, l'excès d'alcool peut mener à l'accumulation de graisses dans et autour du foie. Et si trop de graisses entourent votre foie, celui-ci ne pourra plus fonctionner correctement. Une fois que vous avez développé un tel trouble, votre santé n'ira qu'en empirant.

Ce trouble peut rapidement se transformer en hépatites alcooliques, ou inflammation du foie. L'étape supérieure est la cirrhose, une fois que vos cellules deviennent endommagées à un point irréversible. Arrivé là, si la personne continue de boire, le foie peut éventuellement être mis en défaut, ouvrant la porte à d'autres problèmes plus graves.

L'ALCOOL ET LE PANCRÉASL'ALCOOL ET LE PANCRÉAS

Une consommation trop importante d'alcool peut causer la pancréatite ; aussi connue comme inflammation du pancréas. Une fois que vous avez contracté cette maladie, cela accroît considérablement les risques de développer un cancer du pancréas. De plus, l'abus d'alcool entrave la capacité de votre pancréas à produire de l'insuline, pouvant causer un diabète.

L'ALCOOL ET LE CŒURL'ALCOOL ET LE CŒUR

Le cœur est l'organe le plus important de votre corps. Lorsque vous consommez plus d'alcool que vous ne le devriez, votre cœur en paiera les frais, en commençant par la cardiomyopathie. La cardiomyopathie altère la capacité qu'à votre cœur à transporter du sang tout autour du corps ; et si le trouble s'empire, cela peut mener à des insuffisances cardiaques. Certaines autres troubles cardiaques qui peuvent s'exprimer chez un alcoolique sont un battement cardiaque irrégulier, pression sanguine anormalement élevée, augmentation des lipides dans le sang, crises cardiaques, hypertension artérielle, augmentation du cholestérol, et AVC.

L'ALCOOL ET LES OSL'ALCOOL ET LES OS

Au fil du temps, consommer trop d'alcool va mener à une détérioration osseuse, augmentant les risques de fractures et d’ostéoporose. Bien que le calcium peut éviter ces problèmes en consolidant les os, l'alcool l'empêchera de faire correctement son travail en agissant comme un diurétique, éliminant le calcium de votre corps, menant à un affaiblissent osseux.

L'ALCOOL ET L'ESTOMAC / LE COLONL'ALCOOL ET L'ESTOMAC / LE COLON

L'alcool peut irriter l'estomac de deux façons distinctes : en augmentant la production d'acide, causant des gastrites, et en causant des inflammations à la paroi de l'estomac, la rendant plus sensible aux ulcères, saignements, et possiblement même aux anémies. Des causes sous-jacentes, comme le trouble de la galle et une cholécystite chronique, peuvent également contribuer à ressentir des douleur à l'estomac après avoir bu.

Et pour le colon, les effets à court comme à long terme de la consommation d'alcool peuvent causer la création d'adénomes, qui sont de petites tumeurs bénignes se formant dans le colon. Bien qu'elles ne soient à l'origine pas douloureuses, elles peuvent avec le temps se transformer en polypes, qui ont une taille plus importante et qui peuvent être pré-cancéreuses.

L'ALCOOL ET LA POITRINEL'ALCOOL ET LA POITRINE

Si votre famille possède des antécédents pour le cancer du sein, alors la consommation d'alcool augmentera les risques de développer la maladie. Et un verre suffit, croyez le ou non. Lorsque vous buvez, vos taux d’œstrogènes commencent à monter. Et en sachant que des taux d’œstrogènes élevés sont une des principales causes de cancer du sein, c'est sans doute quelque chose à se rappeler.

CONSEILS SUR COMMENT BOIRE AVEC MODÉRATION

CONSEILS SUR COMMENT BOIRE AVEC MODÉRATION

Bien qu'il vous sera difficile de compter les problèmes que peut potentiellement vous causer l'alcool sur les doigts de vos mains, ces conseils pourrons vous aider à pouvoir apprécier un petit verre (et même quelques uns) en toute sécurité. Pour commencer, évitez d'être à jeun lorsque vous consommez. Avoir l'estomac bien rempli facilite la dissolution de l'alcool. Ensuite prenez votre temps. Essayez de boire de l'eau de temps à autres.

Si vous préparez vos verres vous-même, ne mettez pas une bouteille entière de liqueur dans chacun, mais juste ce qu'il faut. Et quand vous sentez que vous en avez trop prit, prenez une petite pause. En essayant de tenir les comptes du nombre de verres que vous avez consommé, vous saurez quel est le bon moment pour cesser de lever le coude.

Vous entourer de vos amis est toujours une bonne idée, surtout si vous vous rendez à une soirée ou que vous avez besoin d'un conducteur sobre qui pourra vous reconduire chez vous en toute sécurité. Mais ne laissez surtout pas la pression sociale vous faire boire plus que de raison. Après tout, vous serez celui qui en paiera les frais, pas eux.

ARTICLE LIÉ
Top 5 des remèdes contre la gueule de bois qui marchent

On est tous passé par là : avoir une gueule de bois et être désespérément à la recherche d'un remède. Voici comment repartir du bon pied...

Brittney

Écrit par: Brittney
Pensant fermement que le cannabis peut être un bienfait pour la société, Brittney en savoure les subtilités depuis longtemps. Cet amour se reflète dans son écriture, qui a pour but d’informer, d’éduquer et de rassembler autour de l’amour du cannabis.

De nos auteurs

Produits Connexes