Une conférence scientifique psychédélique met en lumière les bénéfices thérapeut

Publié le :
Catégories : BlogPsychédéliques

Une conférence scientifique psychédélique met en lumière les bénéfices thérapeut

Bien que les hippies et les psychonautes aient eu leur période d'expérimentation avec les drogues dans les années 60 et 70, l'opinion générale et des lois plus dures ont forcé la jeunesse de l'époque

Bien que les hippies et les psychonautes aient eu leur période d'expérimentation avec les drogues dans les années 60 et 70, l'opinion générale et des lois plus dures ont forcé la jeunesse de l'époque à lever le pied sur leur prise de stupéfiants. Cependant, de nos jours, les produits psychédéliques ont évolué comme tous les autres produits : maintenant ils sont synthétisés en usine et testés cliniquement pour leurs effets positifs médicaux. Les substances psychoactives sont depuis longtemps un sujet de recherche populaire dans les cercles médicaux et de la santé mentale.

Voilà pourquoi, tous les ans depuis 2010, du 18 au 23 avril à Oakloand, CA, le docteur Doblin et les membres de la MAPS (Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies) et de la Psychedelic Science Conference (PSC) se réunissent pour discuter, écouter et présenter leurs dernières recherches et débattre des usages médicaux des substances psychédéliques. Parmi les participants on retrouve des professeurs et des docteurs en médecine d'institutions telles que John Hopkins, UC Berkeley, et Harvard.

Humphrey Osmond du Royaume-Uni a conduit des expérimentations scientifiques et cliniques sur l'usage du LSD depuis longtemps. Il s'est penché sur les réels usages médicaux des substances psychédéliques et leur applications dans les hôpitaux du monde entier, et d'autres ont suivi. On lui doit le terme psychédélique, qui signifie quelque chose se manifestant dans l'esprit. Les membres de la MAPS PSC discutent des applications de tous les types de substances psychoactives, comme les champignons à psilocybine, les cactus mescaline, l'ayahuasca, l'ecstasy et le cannabis. Leurs présentations créent une atmosphère ouverte qui permet au réel potentiel médical et thérapeutique des substances psychédéliques de s'exprimer.

Par exemple, les champignons à psilocybine, font l'objet d'un plan de recherche en profondeur par des Docteurs en Médecine tels que Stephen Ross, Charles Grob et Torsten Passi lors de la Psychedelic Science 2013. C'est une substance de Schedule I aux USA, définie comme n'ayant "aucun usage médical légitime", qui a, au cours de nombreuses études, montré un effet extrême pour sortir les gens de leur addiction à l'alcool. Dans d'autres secteurs médicaux, d'autres chercheurs ont montré l'efficacité de la psilocybine pour limiter le stress et l'anxiété chez les patients incurables en fin de vie. Les docteurs et les présentateurs de la MAPS PSC se réfèrent traditionnellement à des études cliniques et à de solides preuves scientifiques pour parler des substances psychédéliques et élaborent prudemment des affirmations sur l'efficacité des différentes substances.

Une autre drogue récréative populaire, l'ecstasy (MDMA), a été créée en Allemagne en 1912 par Merck pour le but moins thérapeutique de rendre les soldats allemands moins sujets à la faim. Depuis sa création et son usage important dans les années 60, 70 et 80 par la sous-culture de la drogue, et son explosion plus tardive dans les raves et les boîtes de nuit, l'ecstasy est maintenant étudiée en profondeur pour ses capacités pouvant aider les patients atteints de traumatismes mentaux et émotionnels. Peter Oehen, Annie Mithoefer et bien d'autres de différentes nationalités à la MAPS PSC apporteront un nouvel éclairage à la substance. Bien des études actuelles ont pour but d'utiliser l'ecstasy comme nouvelle arme contre les Syndromes de Stress Post-Traumatique douloureux chez les policiers et les vétérans de guerre.

Parmi les invités, Stan Grof, David Nichols, et Torsten Passie vont aussi illustrer les effets similaires de l'acide lysergique diéthylamide, ou LSD, sur les traumatismes et les SSPT (PTSD). Le célèbre Dr. Albert Hoffman a pour la première fois synthétisé la substance par accident pour les laboratoires Sandoz en 1938. Un professeur d'Harvard, Timothy Leary, a pour la première fois investigué le LSD médical dans ses expérimentations, le conduisant dans 29 prisons différentes dans le monde entier. Cependant, depuis, même étant une substance de Schedule I aux USA, le produit a gagné une réputation comme traitement potentiel de la schizophrénie, des traumatismes et d'autres troubles mentaux.

Chaque substance psychédélique a sa propre histoire et existence, commençant d'abord dans un laboratoire d'une géant pharmaceutique, pour ensuite se répandre dans les rues pour un usage détourné et enfin attirer l'attention de chercheurs médicaux comme les membres de la MAPS et leurs invités. Le malentendu selon lequel les substances psychoactives récréatives sont bonnes à rien, dommageables pour le cerveau et destructrices appartient au passé et de plus en plus, des personnes qualifiées du monde entier se rassemblent pour démontrer le pouvoir et l'efficacité des substances psychoactives psychédéliques.

Cactus à Mescaline