ScrOG Vs. SOG : Laquelle Vous Convient Le Mieux ?

Publié le :
Catégories : BlogCulture du Cannabis

ScrOG Vs. SOG : Laquelle Vous Convient Le Mieux ?

Pour la culture du cannabis, des techniques avancées comme la ScrOG et SOG peuvent vraiment aider les cultivateurs à tirer le meilleur de leurs plants. Alors regardons les deux.

Les méthodes de culture du cannabis ScrOG et SOG sont toutes deux des techniques avancées. Alors que certains cultivateurs ne jurent que par l'une, d'autres n'utiliseront que l'autre. Le fait est que l'une n'est pas nécessairement supérieur à l'autre, elles ont toutes les deux leurs avantages et inconvénients, et conviennent plus ou moins à différentes situations. Devenir un bon cultivateur n'implique pas de décider laquelle est meilleure que l'autre, mais de comprendre les deux, ce qui vous permet de choisir en fonction de vos besoins particuliers du moment.

CULTIVER AVEC LA TECHNIQUE SCROG

Commençons par regarder la technique ScrOG (Screen of Green). Par essence, la culture en ScrOG implique de placer une grille de filets entre vos lampes de culture et votre milieu de culture. Au final, les plants de cannabis poussent jusqu'au grillage, et change branche est ensuite entraînée le long du filet, pour créer une large canopée uniforme. C'est un excellent moyen de tirer pleinement parti de la zone couverte par les lampes. En créant une canopée bien étendue, vous permettez à de multiples sites de têtes de développer leur plein potentiel, au lieu d'en avoir juste un gros tout en haut. En général, un plant de cannabis est utilisé pour 30cm carrés de grillage, mais toute dépend de la variété cultivée. De plus, une fois la canopée établie, la plupart des cultivateurs taillent les feuilles inférieures, car elles sont inaccessibles à la lumière – la plante gaspillerait de l'énergie pour leur entretien.

Un facteur important à prendre en compte avec la méthode ScrOG est le timing. Selon les gènes, les plants de cannabis peuvent réagir différemment quand ils sont soumis à une photopériode de floraison. Certains s'étirent et remplissent rapidement l'espace, et d'autres non. Ceci détermine la longueur de la période de végétation de vos plants de cannabis quand vous utilisez la technique ScrOG. Si vous travaillez avec des gènes qui passent en mode turbo pendant la floraison, vous pouvez passer en floraison un peu plus tôt, et utiliser l'étirement pour remplir la canopée. Si le plant ne s'étire pas, alors le laisser en végétation quelques semaines de plus permet de remplir un peu plus la canopée en phase végétative. Changer de période trop tôt ou trop tard peut vous laisser avec trop ou trop peu de matière végétale pour travailler.

Arès environ deux semaines de floraison, on pousse la croissance à se développer verticalement, en s'assurant que les grosses feuilles soient repoussées sous le filet pour permettre à autant de lumière que possible d'atteindre les têtes. Comme la canopée devrait être assez uniforme à cette étape, chaque site de têtes se développe verticalement au même rythme, ce qui permet une distribution équitable de la lumière.

Avantages en ScrOG

+ C'est facile

+ Peut être réalisé avec des boutures et des graines de cannabis féminisées

+ Offre de multiples sites de têtes avec juste quelques plants

+ Peu d'entretien – vous ne cultivez souvent que quelques plants

+ Convient bien à la culture des sativas

Inconvénients en ScrOG

- Prend plus longtemps que la culture en SOG

- Il vous faut installer un grillage de filet

CULTIVER AVEC LA TECHNIQUE SOG

Alors que la technique ScrOG se concentre sur la production de multiples sites de têtes, la technique SOG (Sea of Green) est à l’opposé, en forçant le plant de cannabis à mettre toute son énergie dans une seule tête principale. C'est une technique particulièrement utile dans des espaces restreints, ou quand vous voulez avoir une vitesse maximum. Au contraire de la technique ScrOG, la technique SOG ne peut être réalisée qu'avec des clones, et nous expliquerons pourquoi dans un instant.

Pour réaliser la technique SOG, des clones sont serrés dans un espace limité, environ 40 clones ou plus par mètre carré. Après avoir été laissés pendant une semaine ou deux pour se développer, ils sont passés en photopériode de floraison. Vous n'auriez pas tord d'imaginer qu'après si peu de temps, ils s'étirent un peu de ne produisent que de petites quantités de têtes. Même si cela reste une possibilité rare, pour certaines raisons, la grande majorité des clones passe en mode turbo, produit une tige épaisse et des branches. Les variétés de cannabis bien adaptées à cette technique de culture ont tendance à pousser vers la lumière, avant de s'arrêter et de produire une tige centrale de têtes épique. En général, les indicas sont les plus adaptées pour cette technique ; les plants devraient rarement dépasser 30cm de haut avec cette méthode, donc toute l'énergie est concentrée dans la tige centrale.

La façon dont les plants réagissent à la méthode SOG est le facteur qui pousse à utiliser des clones. Un plant issu d'une graine ne réagira pas de cette façon, à savoir grandir vite et pouvoir fleurir avec une telle vitesse. Personne ne sait vraiment pourquoi les clones en sont capables. Certains pensent que c'est en rapport avec le fait qu'ils détectent qu'ils ne sont pas assez grands pour fleurir sous la simulation de la lumière automnale diminuée, ou alors que comme ils ne sont pas jeunes (comme c'est des clones), ils sont capables de passer en mode turbo pour compenser. D'autres personnes disent que c'est juste une variation de l'étirement classique.

Il faut aussi noter que le cultivateur en SOG à besoin de lampes de culture assez fortes pour pouvoir vraiment réussir. Si on utiliser de petites lampes HPS, il est possible de provoquer une culture non-uniforme, avec certains plants éclipsant d'autres. Bien entendu, avec de grosses lampes, il faut d'autant plus une bonne circulation de l'air – surtout dans de petits espaces.

Avantages de la culture SOG

+ Cycle complet très rapide

+ Bon pour les espaces restreints

+ Fonctionne très bien avec les indicas

+ Plus rapide qu'en ScrOG

Inconvénients de la culture SOG

- Entretien exigeant

- Utilise uniquement des clones

- Demande des lampes puissantes

- Une plus grande quantité de plants peut provoquer des problèmes judiciaires sérieux

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs