Royaume-Uni: Nouveau ministre des drogues ouvert à la légalisation ?

Publié le :
Catégories : BlogMonde

Royaume-Uni: Nouveau ministre des drogues ouvert à la légalisation ?

Le Royaume-uni a récemment nommé un nouveau ministre des drogues qui est ouvert à l'idée de légaliser le cannabis. Allons-nous bientôt voir un pas en avant significatif vers la décriminalisation ou même la légalisation du cannabis au Royaume-Uni ?

Le Royaume-uni a récemment nommé un nouveau ministre des drogues qui est ouvert à l'idée de légaliser le cannabis. Allons-nous bientôt voir un pas en avant significatif vers la décriminalisation ou même la légalisation du cannabis au Royaume-Uni ?

La coalition gouvernementale des Conservateurs et des Libéraux-Démocrates vient de nommer un nouveau député libéral-démocrate comme ministre des drogues, Norman Baker. Au contraire de son prédécesseur, il est ouvert à la légalisation du cannabis, pour peu que suffisamment de preuves la soutiennent.

Le prédécesseur de Baker, Jeremy Browne, un autre libéral-démocrate, était fortement opposé à la légalisation du cannabis. Il affirme que le cannabis d'aujourd'hui est bien plus puissant qu'avant et qu'il pose donc un risque de santé public. Bien que ce soit vrai, le cannabis étant plus fort qu'avant, ce n'est pas une mauvaise chose du tout. C'est au plus une évolution positive, puisqu'il faut inhaler moins de fumée pour avoir le même effet. Plus particulièrement, à la lumière du nombre croissant d'études démontrant le potentiel médicinal du cannabis, une puissance augmentée est une évolution bienvenue.

Baker en revanche affirme que le cannabis n'est pas plus un risque pour la société et l'individu que ne le sont le tabac et l'alcool. Il défend l'idée que les forces de police devraient se concentrer sur les drogues plus dures au lieu de gaspiller des ressources en arrêtant les fumeurs de joints. Même s'il est bien plus progressiste que ses prédécesseurs, il est difficile de se retenir de souligner que la recherche a montré que le cannabis est bien moins dangereux pour l'individu et la société que le tabac et l'alcool. Bien que les mettre dans la même catégorie est toujours mieux que de rejeter en bloc le cannabis, ce n'est cependant pas une vision correcte du cannabis.

Une avancée

Il faut noter que même si Baker n'est techniquement pas contre la légalisation du cannabis, il a déclaré que ce n'était pas son objectif principal pour le moment, et qu'il n'avait pas l'intention d'y consacrer une attention particulière, même s'il fallait définitivement considérer ce problème. Le Bureau de l'Intérieur mène toujours ses recherches entamées cette année sur les politiques sur les drogues, dont la consommation de cannabis. Il faudra attendre que les résultats fassent jour pour que Baker envisage probablement de faire un quelconque changement dans la politique britannique à ce sujet.

Globalement, c'est une nouvelle assez encourageante. Elle montre une continuité de la progression sur le chemin vers la fin de la prohibition du cannabis. C'est un petit pas de plus.