Le SNP Vent Décriminaliser Le Cannabis Médical

Published :
Catégories : BlogCannabis médicalEuropeLois sur les drogues
Dernière édition :

SNP Cannabis Médical


Le Parti National Écossais veut lancer la décriminalisation du cannabis au Royaume-Uni sur des bases médicales. Cette prise de position politique cherche à accepter la science moderne et suivre l’exemple d’autres pays européens.

La conférence du Parti National Écossais a récemment déclaré sa position sur le cannabis médical, en appelant à sa décriminalisation au sein du Royaume-Uni. Des délégués à la conférence ont demandé au gouvernement britannique d’autoriser le gouvernement écossais à classer la substance de manière appropriée. Le cannabis est actuellement classé comme une substance de classe B au Royaume-Uni d’après la loi Misuse of Drugs Act 1971, avec les amphétamines, barbituriques et la codéine. Cette classification signifie que ceux qui sont arrêtés en possession d’une certaine quantité de la plante peuvent être emprisonnés jusqu’à cinq ans, alors que ceux qui en font le commerce peuvent faire face à une peine impressionnante de 14 ans de prisons.

Laura Brennan-Whitefield, patiente atteinte de Sclérose en Plaques (SP), était présente à la conférence, où elle a exprimé ses opinions sur le potentiel médical du cannabis et sur sa place dans le traitement et la gestion de la douleur.

Selon le Guardian, Brennan-Whitefield a déclaré : « Je vis avec la sclérose en plaques depuis neuf ans et le fait que je sois ici aujourd’hui, debout à donner ce discours, signifie que je fais partie de ceux qui ont de la chance. »

« Il est devenu très clair pour moi au cours de ces neuf dernières années que de nombreuses personnes vivant avec la SP utilisent le cannabis pour aider avec les symptômes de cette maladie. En fait, ce n'est un secret pour personne à l’hôpital. »

Brennan-Whitefield a ajouté : « Je pense qu'aucune personne qui souffre ne devrait être criminalisée pour essayer de soulager cette douleur. » Elle a appelé le parti politique à faire preuve de « compassion et de bon sens » pour ce qui est du cannabis médical.

La consommation de cannabis pour la gestion de la douleur a également été discutée comme efficace pour ceux qui souffrent du cancer, de l’arthrite, de la maladie de Crohn et de l’épilepsie, ainsi que de son rôle dans les soins palliatifs.

Cannabis Médical

L’ACCEPTATION DU CANNABIS S’ÉTEND

Même si la décriminalisation du cannabis, et même sa consommation médicale, restent un sujet tabou parmi les cercles plus conservateurs au Royaume-Uni, la décriminalisation et la légalisation du cannabis à des fins récréatives et médicales commencent à s’étendre sur le continent européen. Jusqu’ici, l’Espagne a légalisé le cannabis récréatif et médical, l’Allemagne a récemment légalisé le cannabis médical et plusieurs autres pays de l’UE ont choisi des formes de légalisation et décriminalisation. De plus, la moitié des états aux États-Unis ont a présent approuvé le cannabis médical légal, et d’autres états ont choisi la décriminalisation.

L’appel du Parti National Écossais pour la décriminalisation du cannabis médical est logique et se base sur des faits scientifiques. L’auteur du livre Marijuana As Medicine?: The Science Beyond the Controversy, déclare que « les cannabinoïdes ont montré des promesses significatives dans les expériences basiques sur la douleur. Les nerfs périphériques, qui détectent les sensations de douleur, contiennent une abondance de récepteurs pour les cannabinoïdes, et les cannabinoïdes semblent bloquer la douleur des nerfs périphériques chez les animaux en laboratoire. Encore plus encourageant, des études basiques suggèrent que les opiacés et les cannabinoïdes suppriment la douleur à travers des mécanismes différents. Si c’est le cas, les médicaments à base de cannabis pourraient peut-être se combiner avec les opiacés pour augmenter leur pouvoir antidouleur tout en limitant leurs effets secondaires. »

De plus, un article publié dans le journal Therapeutics and Clinical Risk Management et intitulé Cannabinoids in the management of difficult to treat pain conclut que « les analgésiques cannabinoïdes sont en général bien tolérés dans les essais cliniques avec des profils d’événements négatifs acceptables. Leur addition d’appoint dans l’arsenal pharmacologique pour le traitement de la douleur semble très prometteuse. »

Malgré une abondance croissante de littérature scientifique déclarant que le cannabis a sa place comme médicament dans la gestion de la douleur, et les nombreux autres pays acceptant et appliquant ces faits, le gouvernement britannique a choisi de conserver une position archaïque sur le sujet. Leur raison est difficile à identifier, car un des plus forts arguments pour l’utilisation du cannabis comme médicament légal est son profil de sécurité incroyablement sûr. Une étude publiée dans le journal Scientific Reports en janvier 2015 documente qu’il a été trouvé que le cannabis était 114 fois moins mortel que l’alcool. Ce fait phénoménal ne fait pas que démontrer la sûreté comparative de ce remède végétal, il souligne aussi l’incroyable hypocrisie d’un gouvernement qui refuse aux patients le cannabis médical pour la douleur pour des raisons de sécurité, mais qui permet à sa population d’acheter légalement de l’alcool.

Les opiacés sont un des composés chimiques les plus courants dans le domaine du traitement pharmaceutique de la douleur en Occident. Mais il soulèvent d’énormes problèmes de sécurité, car ils ont été montrés comme étant fortement addictifs et potentiellement létaux. Selon le Centre for Disease Control and Prevention aux États-Unis, plus de 165.000 personnes sont mortes d’overdose de médicament entre 1999 et 2014. Mais il n’existe aucun décès enregistré dans le monde lié à une consommation de cannabis.

Cependant, l’espoir est à l’horizon pour les malades souffrant de douleurs au Royaume-Uni et qui veulent utiliser le remède sûr et efficace qu’est le cannabis. Tout comme le Pari National Écossais accepte la science moderne et le bon sens, le chef du Parti Travailliste au Royaume-Uni, Jeremy Corbyn, a déclaré qu’il ferait en sorte que cela devienne une réalité, en déclarant : « je décriminaliserais la consommation médicale de cannabis », en ajoutant, « il doit y avoir une approche intelligente pour le faire. »

 

         
  Luke Sumpter  

Écrit par: Luke Sumpter
Luke Sumpter est un journaliste basé au Royaume-Uni, spécialisé dans la santé, la médecine alternative, les herbes et la guérison psychédélique. Il a écrit pour des médias tels que Reset.me, Medical Daily et The Mind Unleashed, sur ces sujets et d’autres.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes