Le Maroc envisage la légalisation du cannabis

Publié le :
Catégories : BlogMonde

Le Maroc envisage la légalisation du cannabis

Avec l'expansion à travers le monde de la réforme des politiques sur le cannabis, le Maroc envisage de rejoindre le mouvement. Quand on considère que plus de 42% du haschisch produit dans le monde vient de ce pays, c'est probablement une bonne idée !

Avec l'expansion à travers le monde de la réforme des politiques sur le cannabis, le Maroc envisage de rejoindre le mouvement. Quand on considère que plus de 42% du haschisch produit dans le monde vient de ce pays, c'est probablement une bonne idée !

Le cannabis est une partie importante de la culture marocaine et un élément vital pour beaucoup de marocains. Ce n'est qu'une question de bons sens que le gouvernement cherche des moyens d'utiliser le cannabis pour l'amélioration de son pays. La culture et l'export de cannabis est une industrie en expansion au Maroc, à tel point que le Parti Authenticité et Modernité (PAM), l'un des principaux partis politiques du Maroc, a lancé un débat sur l'éventualité de la légalisation.

Il faut noter que Mulouda Hazib, le chef de la délégation parlementaire du PAM, a tenu à réaffirmer que ce n'était pas une manœuvre pour légaliser la production de drogue, mais plutôt une exploration des possibilités de changement de la loi pour qu'elle bénéficie à l'économie et qu'elle crée des emplois dans le secteur de l'usage médical et industriel de cannabis.

Une campagne pour stopper le marché illégal

Pendant la dernière décennie, les autorités marocaines ont travaillé dur pour réduire la quantité de terres utilisées pour la culture du cannabis. Ils affirment que, grâce à leurs efforts, les terres cultivées ont été réduites de 60%. Cependant, il existe toujours un énorme marché illégal du cannabis, et les politiques actuelles semblent inefficaces pour l'enrayer.

Les défenseurs de la campagne affirment qu'avec la légalisation, beaucoup d'activités illégales seraient stoppées, permettant ainsi aux paysans de vendre légalement à des organisations réglementées. Cependant, la majorité de l'argent produit par l'industrie du cannabis marocain tombe dans les poches du crime organisé et les paysans en tirent très peu de bénéfices. Les études suggèrent également que si la culture de cannabis était légalisée, les paysans seraient encore moins payés en vendant leur production par des canaux légaux, plutôt que par les filières illégales. Pour permettre d'offrir une alternative viable aux paysans, le gouvernement devrait vraisemblablement soutenir les prix, comme le demande Ahmed Benomar, le Directeur de la planification de l'agence marocaine pour la promotion et le développement du nord. Si les prix étaient soutenus par le gouvernement, ceci retirerait efficacement le pouvoir des mains du crime organisé.

Comment le peuple en tirerait profit ?

Plus d'un million de résidents marocains sur les 23 millions au total dépendent de l'industrie du cannabis pour vivre. C'est une culture à bon retour sur investissement pour les paysans, dans un pays où la qualité du sol est pauvre et où peu d'autres cultures peuvent pousser. Les plants de cannabis sont en général très résistants à une qualité du sol médiocre, ce qui offre aux paysans des cultures fiables sur lesquelles compter pour nourrir leurs familles. Cependant, avec les lois actuelles, la surface de culture de cannabis au Maroc est passée de 137.000 hectares en 2003 à seulement 47.000 en 2010, ce qui rend extrêmement difficile la vie des paysans qui en dépendent.

De plus, selon l'organisation à but non-lucratif Réseau Marocain pour l'Utilisation Industrielle et Médicale du Cannabis, la culture de cannabis représente un volume annuel de ventes de 10 milliards de dollars, soit 10% de l'économie marocaine. Si les règles se durcissent, cela ne ferait que porter un coup à l'économie du pays, alors que si la culture était légalisée, ceci pourrait développer l'économie et renforcer le pays dans son ensemble. De quoi réduire le déficit de la balance commerciale, dont Bloomberg Businessweek rapporte qu'il a atteint un record de 23% du PIB l'année dernière.

Le choix nous semble évident, espérons que le gouvernement marocain soit du même avis et avance en se positionnant en tête du mouvement pour la légalisation.

comments powered by Disqus