Le Gouvernement Allemand Vote La Légalisation Du Cannabis Médical

Published :
Catégories : BlogCannabis médicalEurope

Cannabis médical Allemagne


L’Allemagne vient de prendre une décision monumentale pour le cannabis médical et va faciliter l’accès à ceux qui en ont vraiment besoin – ce qui fait de l’Allemagne un des pays les plus progressistes pour le cannabis.

À ne pas mettre au second plan de la transition présidentielle aux États-Unis, le gouvernement allemand vient de sortir ses propres nouvelles révolutionnaires le 19 janvier. Et même si elles pourraient avoir moins d’impact mondialement que l’ascension de Donald Trump à la Maison Blanche, les défenseurs de la légalisation dans le monde entier pourraient de pas être d’accord. Quel est cet événement ? Le parlement allemand a décidé de légaliser la consommation de cannabis médical et, de plus, de l’inclure dans la couverture de l’assurance maladie.

Même si cette avancée était en projet depuis environ un an, personne n’était vraiment sûr que le gouvernement allait formellement voter pour l’approuver – et de plus, personne n’était sûr que le gouvernement allait autoriser son inclusion dans l’assurance maladie.

C’est maintenant formalisé et d’une telle façon que l’Allemagne est dans le camp le plus progressiste – de tous les pays – pour ce qui est de la légalisation du cannabis. Ce que cela signifie, en d’autres mots, c’est que les Allemands avancent plus vite que n’importe quel autre pays pour reconnaître formellement l’efficacité médicale du cannabis et en l’incluant totalement dans le système de santé, dès le début de la « légalisation » formelle.

EN QUOI L’ALLEMAGNE SERA DIFFÉRENTE ?

L'Allemagne dans le monde du cannabis

Même s’il est possible d’acheter de la weed médicale dans d’autres pays avec une prescription (des pays comme de nombreux états américains, Israël et le Canada), l’approche allemande est non seulement la plus inclusive, mais en plus elle signifie que les patients allemands auront accès à un cannabis médical parmi les moins chers du monde, et à travers le système médical normal. Le fait que la substance va être reclassée au niveau fédéral a pour conséquence que par définition elle est sortie du régime des substances « illégales ».

Aux États-Unis, par exemple, en comparaison directe, non seulement les patients sont toujours forcés de payer le plus souvent leurs substances légales en liquide, mais la weed est loin d’être couverte par les assurances maladies, car elle reste toujours classée comme substance de Classe I.

Au Canada, le système, commence à changer (la consommation médicale est devenue légale l’année dernière au niveau fédéral), mais les assurances de santé ne commencent que lentement à envisager sa couverture (mais ceci devrait changer, poussé par la situation allemande ainsi que par les efforts fédéraux au Canada pour légaliser la consommation récréative).

Israël a autorisé certaines cliniques de traitement de la douleur à dispenser la substance, mais comme au Canada, envisage de passer à une distribution plus large par les médecins et dans des pharmacies normales. Le modèle allemand semble adopter cette idée et vouloir la mettre en place immédiatement, dès le moment où le gouvernement fédéral légalise la consommation médicale.

QUELLES SONT LES IMPLICATIONS DE LA LÉGALISATION MÉDICALE DANS LE PAYS ?

Médicament prescription de cannabis

La première est que tout médecin pourra prescrire le médicament et que toute pharmacie pourra délivrer les prescriptions. Le processus de permis spéciaux qui a été jusqu’ici un vrai fléau pour les patients voulant avoir des prescriptions sera éliminé.

La seconde est que le coût élevé du cannabis sera normalisé – les patients ne paieront rien, ou alors au plus 10 euros par mois pour leur prescription. La différence entre cette avancée et la situation actuelle – qui coûte environ 1500 euros par mois – va évidemment faire une énorme différence pour les malades qui souvent ne peuvent pas avoir un travail fixe à cause de leur handicap.

La barrière initiale en Allemagne sera de trouver des médecins prêts à commencer la prescription de la substance. Ceci dit, malgré tout le conservatisme du secteur médical, il y a une compréhension étendue que le cannabis peut être utilisé médicalement et, avec une bonne surveillance, peut faire une énorme différence pour les malades chroniques, surtout ceux dont les troubles ne sont pas efficacement traités par les médications conventionnelles.

Pour l’instant, la grande majorité du cannabis sera fournie par un exportateur canadien, Canopys Canada, par sa filiale allemande – MedCann GmbH – qui a obtenu l’autorisation d’importer et de distribuer au niveau national l’été dernier. Mais d’ici 2018, quand l’agence nationale allemande pour le cannabis sera mise en place, le gouvernement allemand commencera à cultiver ses propres récoltes domestiques.

Ce que ce développement signifie également, bien entendu, c’est que la réforme récréative aura aussi ce coup de pouce que les défenseurs de la légalisation attendent, depuis plus d’une décennie.

Berlin semble être la première à vouloir avancer sur ce front – c’est une ville allemande majeure et aussi techniquement un « land ». On s’attend à ce que le premier essai de cannabis médical avance aussi cette année. Mais d’autres villes allemandes, lassées du marché noir à ciel ouvert permanent – particulièrement autour des « Hauptbahnhof » (les gares centrales des villes), surveillent de près ce qui se passe à Berlin. On s’attend à ce qu’elles créent des genres « d’expérimentations récréatives » très restreintes ou limitées de leur côté – au minimum pour assécher le marché noir.

LES ALLEMANDS POURRAIENT CHANGER LA DISCUSSION GLOBALE SUR LA LÉGALISATION

La légalisation mondiale du cannabis

Jusqu’ici, Israël était en tête des études scientifiques formelles sur les cannabinoïdes en médecine. Cette position va probablement être mise au défi par l’Allemagne dans un futur proche, en résultat des nouvelles révolutionnaires de janvier. L’impact des cannabinoïdes non seulement pour traiter les malades, mais aussi pour réduire les coûts généraux des soins de santé, sera probablement un sujet d’étude scientifique majeur en Allemagne, surtout étant donné la forte population de patients potentiels dans le pays (au minimum un million de personnes).

De plus, il est très probable que d’autres pays, à commencer par les États-Unis, surveillent de près ce qui s’y passe alors que les agences fédérales essayent de décider quand et comment reclasser ou déclasser le cannabis.

Ce à quoi les patients allemands n’auront pas à faire face, cependant, en résultat de la décision du parlement allemand, c’est la situation à laquelle les Américains font actuellement face – même après trois ans de légalisation « expérimentale ». Personne ne sera licencié pour « consommation de drogue illégale » alors que la substance a été prescrite par un médecin. Les patients pourront obtenir leurs médicaments dans une pharmacie locale. Et encore mieux, leur assurance maladie – qu’elle soit publique ou privée – les aidera à obtenir leur remède.

Au final, c’est une victoire majeure pour tous ceux qui ont à cœur la réforme du cannabis.

 

         
  Marguerite Arnold  

Écrit par: Marguerite Arnold
Avec des années d’expérience de l’écriture, Marguerite consacre son temps libre à explorer le secteur du cannabis et les développements du mouvement pour la légalisation.

 
 
      De nos auteurs  

Produits Connexes