La Skunk provoque la psychose, vraiment ?

Publié le :
Catégories : BlogCannabisScience

La Skunk provoque la psychose, vraiment ?

Récemment, une étude a été publiée qui explorait le lien entre différentes variétés de cannabis et la psychose. Les médias s'en sont emparés à cœur joie, mais les choses sont-elles aussi mauvaises que ce qu'ils voudraient vous faire croire ?

Bien sûr que non. Cette nouvelle recherche a des défauts et a été largement mal comprise pour convenir aux tactiques de terreur des opposants au cannabis si populaires dans le pays où l'étude a été menée (au Royaume-Uni). L'étude compare un groupe de patients ayant eu un premier épisode psychotique avec un groupe de contrôle dans la population générale, tous venus de la même région de Londres. On a demandé aux participants s'ils consommaient du cannabis, à quelle fréquence et quel de type de cannabis.

Avec ceci, ils ont établi que ceux qui souffraient de psychose avaient bien plus de chances d'avoir consommé des variétés de cannabis Skunk tous le jours, alors que ceux qui consommaient du haschisch n'avaient pas plus de risques que ceux qui ne consommaient pas de cannabis. En utilisant ces résultats, les auteurs de l'étude ont estimé que 24 % des cas de psychose auraient pu être prévenus s'il n'y avait pas eu de consommation de cannabis. En même temps, les auteurs affirment clairement qu'il n'y a pas de lien de causalité. Nous ne comprenons vraiment pas comment ils peuvent faire ces deux affirmations, car c'est une claire contradiction, mais les médias s'en sont donné à cœur joie avec cet information, en publiant des gros titres tels que « le cannabis triple les risques de psychose » et « du cannabis super fort responsable d'un quart des nouveaux cas de psychose. » Une fois de plus, le sensationnalisme l'emporte sur la raison. Même le ministère de l'intérieur, l'une des organisations gouvernementales du plus haut niveau au Royaume-Uni, a rejoint le train du sensationnalisme en déclarant que c'était un excellent exemple de pourquoi le cannabis devrait rester illégal !

POURQUOI LES MÉDIAS ET LE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ONT TORT : LES GROS DÉFAUTS DE L'ÉTUDE

Premièrement, et le plus important, c'est qu'une corrélation n'implique pas une causalité et, il faut le reconnaître, les auteurs de l'étude en conviennent. Il se pourrait tout aussi bien que les personnes souffrant ou étant exposés aux risques de psychose se tournent vers le cannabis.

Cependant, ce n'est pas le seul problème avec cette étude. Pour faire simple, c'était un questionnaire, demandant de façon rétroactive aux personnes la quantité de cannabis qu'ils avaient consommé. Il y a donc très peu de contrôle scientifique sur ce point et les réponses sont sujettes aux interprétations personnelles de chaque participant. Ils n'ont pas été observés, aucun échantillon n'a été prélevé et analysé en laboratoire et presque rien de ce qu'ils ont déclaré n'a été vérifié.

Il y a ensuite le fait que les chercheurs ont contrôlé très peu de variables. Ils reconnaissent que les hommes blancs, les migrants et les fumeurs chroniques ont plus de risques de développer une psychose, et essayent donc de le vérifier dans leur résultats. Cependant, ils n'ont pas contrôlé d'autres points tels que la consommation d'alcool (ce qui récemment s'est révélé être un échec fondamental pour une autre étude similaire), des facteurs héréditaires, socio-économiques, l'âge, la consommation d'autres drogues et le stress. Tous ces facteurs peuvent avoir un énorme impact sur une telle méthode de recherche large et non-contrôlée, ce qui laisse un trou béant dans la validité de leurs résultats.

ET POUR LE HASCHISCH ?

Ce que nous trouvons très intéressant à propos de cette étude, c'est qu'ils ont trouvé que le haschisch n'augmentait pas les risques de psychose. Le hasch, par nature, est une forme concentrée de cannabis. Les chercheurs et les médias parlent de haschisch comme si c'était une forme de cannabis distincte, mais il peut être fabriqué à partir de toutes les variétés existantes. S'il était produit à partir de la même Skunnk dont ils prétendent qu'elle provoque la psychose, alors le hasch devrait être en théorie bien plus fort, et bien plus susceptible de provoquer la psychose.

Bien entendu, tous les haschischs ne sont pas plus forts que l'herbe vendue dans la rue, il pourrait bien être moins pur et produit à partir de matière de qualité extrêmement basse. Mais en théorie, en comparant un gramme pour un gramme, le haschisch devrait être bien plus fort.

ILS ONT BIEN FAIT UNE CHOSE

Même si les résultats de cette étude ont des défauts, une chose a été bien fait, même si ce n'est que par principe : c'est le fait d'analyser la différence entre deux « types » de cannabis. Même s'ils ne semblent pas avoir vraiment compris ce qu'était le hasch, c'est la première étude à notre connaissance qui essaye vraiment de connaître la différence, au lieu de mettre tout le cannabis dans le même panier. C'est une distinction qui doit certainement être encouragée et qui peut donner une meilleure vision de la façon dont différents ratios de cannabinoïdes, comme le contenu en THC/CBD, interagit avec le corps.

COMMENT LE CANNABIS PEUT PRÉVENIR LA PSYCHOSE

En passant d'un extrême à l'autre, certaines découvertes récentes montrent que le cannabis peut être utilisé pour traiter la psychose, de quoi rendre une fois de plus honteux les médias et agences gouvernementales sensationnalistes. En fait, c'est plus qu'une simple théorie : le groupe britannique GW Pharmaceuticals est actuellement en train de tester la nature atténuante du CBD sur la psychose, le CBD étant l'un des cannabinoïdes majeurs présents dans le cannabis. Ils espèrent qu'avec ces tests ils pourront sortir un médicament à base de cannabis pour combattre activement la psychose.

Quoi qu'il en soit, il est important de ne pas prendre tout ce qu'on lit pour argent comptant. Lisez vous-même l'étude et faites-vous votre propre opinion. Même si le soutien pour la légalisation du cannabis au Royaume-Uni est croissant, les médias semblent restés en arrière avec leurs tactiques de terreur. Ne cédez pas à l'effet de mode !