Découvrez Les Soutiens Improbables De La Légalisation Du Cannabis

Publié le :
Catégories : BlogCannabis

Découvrez Les Soutiens Improbables De La Légalisation Du Cannabis

Un bref aperçu des soutiens les plus inhabituels de la légalisation du cannabis et de leurs motifs.

Les sujets du cannabis et des lois qui l’entourent sont des sujets très débattus dans le monde entier. Alors que des applications médicales sont découvertes et testées constamment, les positions auparavant acceptées selon lesquelles le cannabis a une grave influence négative sur l’individu et la société, ces positions sont lentement abandonnées. Il semble que chaque jour, la légalisation du cannabis gagne plus de soutiens, alors qu’il devient plus acceptable de profiter du cannabis, même de manière récréative. Cependant, c’est toujours un sujet très polarisant et la façon dont la situation change s’observer le mieux avec le cas des États-Unis.

Aux États-Unis, le cannabis est toujours largement interdit par la loi, en fait par la loi fédérale, il est interdit de posséder toute quantité de cannabis, pour une consommation médicale ou récréative. Ces lois sont supplantées par les lois des états. Ce sont les lois des états qui changent lentement depuis plus de 50 ans à présent. Certains états optent pour la décriminalisation du cannabis, d’autres légalisent le cannabis médical et, plus récemment, d’autres légalisent même la consommation de cannabis récréatif. Le cannabis médical a été légalisé ans 20 états et dans 4 états de plus, la consommation récréative a été aussi légalisée. Le processus s’accélère rapidement, à tel point qu’en 2015, il y a eu plus de 50 initiatives législatives envisageant la consommation de cannabis. Certains enquêtes d’opinion montrent qu’une majorité de citoyens (52%) est pour la légalisation à l’échelle de tout le pays, mais il manque encore une masse critique de soutiens pour y arriver. C’est exactement pourquoi les soutiens les plus bruyants pour le cannabis pourraient être plus important aujourd’hui que jamais auparavant, car faire prendre conscience et en permettre un changement de perception est exactement ce qu’il faut pour leur cause.

Alors que le nombre de soutiens du cannabis aux États-Unis augmente, des soutiens inhabituels commencent à émerger, en renforçant la légitimité de la cause, car ils montrent à quel point le mouvement est fédérateur et non pas limité à certaines sous-cultures. Dans cet article, nous en présentons quelques-uns.

MÈRES

S’il y a bien un groupe dans la société qui est mal vu quand il consomme du cannabis, c’est bien les mères. Un tel préjugé vient du fait que les consommateurs de cannabis sont perçus comme irresponsables et généralement de mauvais modèles.

Eh bien, il y a certaines mères qui ne sont pas d’accord, qui pensent que le cannabis fait d’elles de meilleures mamans, car elles se sentent plus calmes, plus patients et même optimistes et ouvertes à des activités amusantes. Toutes ces caractéristiques sont certainement celles de bons parents.

Parmi le grand nombre de groupes soutenant le cannabis, un se distingue. Les “Marijuana Moms” de Beverly Hills pensent qu’elles rendent le cannabis classe. Elles aiment bien donner une touche de luxe à leur consommation de weed, car un chef privé prépare des aliments luxueux au cannabis pour leurs dîners de gourmet.

Leur but est de changer la perception sur le consommateur de cannabis moyen. Pour citer une de ses membres : « Nous sommes là pour s’opposer à ceux qui disent que le cannabis est pour les tox sales, mais nous sommes la preuve que l’on peut être un bon parent et un membre productif de la société et en consommer. »

ANCIENS COMBATTANTS

Les anciens combattants, surtout ceux qui souffrent de Syndrome de Stress Post-Traumatique (TSPT) ont reçu une bonne nouvelle en mai 2016, quand le Congrès a voté pour lever l’interdiction fédérale sur le cannabis médical. La Chambre des Représentants et le Sénat ont approuvé des mesures pour empêcher le Department of Veteran Affairs (VA) d’appliquer sa règle qui interdit à ses docteurs de simplement discuter du traitement.

Selon les résultats du 7ème sondage annuel des membres de l’Iraq and Afghanistan Veterans of American (IAVA), 68 pour cent des vétérans ont déclaré que le cannabis médical devrait être légal et 75 pour cent pensent que les médecins du VA devraient pouvoir recommander la thérapie au cannabis aux patients qui pourraient en bénéficier.

Les anciens combattant célèbrent cette avancée car ils pourraient bientôt avoir accès au cannabis médical. De nombreux témoignages dans leur communauté affirment que le cannabis médical offre une alternative naturel et moins addictive aux médicaments courants, surtout aux anti-douleur. Le cannabis semble aider face à des troubles comme le SSPT, l’anxiété, l’insomnie et la douleur chronique.

POLICE

La relation entre la police et le consommateur de cannabis moyen a toujours été tendue. Après tout, les policiers sont ceux qui passent les menottes et envoient en prison les fumeurs de joints et les forces de police font depuis longtemps du lobbying pour empêcher la politique de réforme sur le cannabis. C’est exactement pourquoi la plupart des gens ne penseraient pas à la police comme soutien de la légalisation du cannabis.

L’organisation Law Enforcement Against Prohibition (LEAP), qui se décrit comme un « groupe de policiers, juges, procureurs et autres professionnels de justice soutenant la légalisation du cannabis » est en train de briser ces stéréotypes et donne un aperçu rafraîchissant de la façon dont les éléments les plus importants des forces de police et de justice pensent.

D’après leurs propres mots : « LEAP s’engage à mettre fin à des décennies d’échecs de politique sur le cannabis qui ont endommagé les vies d’innombrables américains et de leur famille, ralenti le système judiciaire à tous les niveaux et affaibli la confiance entre les communautés et la police. »

DOCTEURS

La plus grande organisations de médecins aux États-Unis est la American Medical Association et leur point de vue officiel est qu’ils admettent la légalisation du cannabis à des fins de consommation récréative. Une organisation nouvellement formée, Doctors for Cannabis Regulation, va plus loin en brisant les attitudes figées. Jusqu’ici, le groupe est constitué de 50 médecins bien établis et réputés et leur mission est d’appeler les états et le gouvernement fédéral à légaliser et réguler la consommation médicale de cannabis dans l’intérêt de la santé publique.

Ils avancent comme argument que la prohibition fait plus de mal que de bien et que, comme c’est le cas avec l’alcool et le tabac, l’abus de drogue devrait être traité comme un problème de santé et non de criminalité. Ils pensent que grâce à l’immersion quotidienne dans les témoignages des patients et les preuves scientifiques de plus en plus nombreuses, les médecins américains avertis doivent réaliser ce qui suit :

• La consommation de cannabis chez les adultes en bonne santé est généralement bénigne, ce qui rend inutile sa prohibition.

• Le cannabis est bien moins nocif chez l’adulte que l’alcool et le tabac, tous deux légaux en raison de l’impossibilité d’interdire des drogues appelées « douces ».

• Le cannabis peut être nocif chez les mineurs, mais la prohibition n’empêche pas les enfants et adolescents d’accéder à la substance.

• Le poids de la prohibition du cannabis tombe de manière disproportionnée sur les communautés de couleur et les pauvres du pays.

ENSEIGNANTS

Dans le sillage de l’initiative de la Californie pour légaliser la consommation récréative de cannabis pour toutes les personnes de plus de 21 ans, la chef de l’American Federation of Teachers, Randi Weingarten, a fait connaître son acceptation de la consommation privée de cannabis en déclarant : « toute chose, avec modération, est acceptable » mais en ajoutant aussi « je n’admet pas que des enfants consomment du cannabis, ou toute autre substance illégale, tout comme je n’admets pas que les mineurs boivent de l’alcool. Et si le cannabis devenait légal, je pense qu’il devrait rester hors de portée et illégal pour les enfants. »

Comme on pouvait s’y attendre, son opinion n’est pas largement partagée par la communauté des enseignants car la plupart des professeurs pensent que le cannabis serait juste une autre substance aux côtés de l’alcool, du tabac et autres enivrants qui sont déjà trop disponibles et dangereux pour la jeunesse qu’ils s’efforcent d’éduquer.

 

         
  Guest Writer  

Auteur Invité
Nous avons parfois des auteurs invités qui contribuent à notre blog sur Zamnesia. Ils viennent d'un large éventail de parcours et d'expériences, rendant leurs connaissances précieuses.

 
 
      De nos auteurs