Tolérance au Cannabis : Ce Que C'est Et Comment La Réduire

Publié le :
Catégories : BlogCannabisScience

Tolérance au Cannabis : Ce Que C'est Et Comment La Réduire

Fumer de l'herbe tout le temps peut provoquer l'accumulation d'une tolérance, qui demande plus d'herbe pour avoir le même effet. La science commence à comprendre, donnant des idées pour la battre.

Pour certains, la tolérance au cannabis est pénible, alors que pour d’autres, c’est une récompense honorifique. Peu importe votre opinion, la tolérance au cannabis est un point que tout consommateur régulier de cannabis doit gérer à un degré ou un autre. La bonne nouvelle est que vous pouvez la battre, alors regardons ce que c’est et comment s’en débarrasser.

ACCUMULER UNE TOLÉRANCE : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Avez-vous déjà remarqué que vous deviez fumer légèrement plus d’herbe au fil du temps pour avoir le même niveau d’effet ? C’est la tolérance au cannabis. Alors que nous consommons du cannabis, le corps développe une légère résistance, ce qui signifie que nous devons charger un peu plus nos joints ou taper une douille de plus. Au contraire d’autres substances, le cannabis doit atteindre des niveaux extrêmes dans le corps pour devenir toxique - il s’agit de consommer des milliers de kilogrammes en l’espace de 15 minutes. Donc la tolérance au cannabis, et la nécessité d’en consommer plus, ne sont pas dangereuses, sauf pour votre porte-monnaie ou vos réserves. Il faut aussi noter que la tolérance au cannabis n’explose jamais et de devient pas hors de contrôle - vous pouvez fumer toujours la même quantité d’herbe dans votre vie tout en ayant des effets, c’est juste que l’effet peut ne pas être aussi puissant que les premières fois que vous avez fumé.

Jusqu’à très récemment, personne ne savait vraiment ce qui provoquait l’accumulation d’une tolérance au cannabis. Nous savions qu’elle existait, et des hypothèses informées ont été émises, mais ses mécanismes précis nous échappaient. Eh bien, Deepak Cyril D’Souza, expert en cannabis de la Faculté de Médecine de Yale, a tout changé, en découvrant la cause. En faisant des scans PET du cerveau d’hommes (âgés de 18 à 35 ans), Deepak a pu observer comment les récepteurs CBD1 du cerveau changeaient avec le temps. Les récepteurs CBD1 sont le principal sujet d’interaction du cannabis dans le corps.

Il a été découvert que chez les fumeurs quotidiens, la disponibilité des récepteurs CB1 du cerveau diminuait, ce qui rendait plus difficile aux cannabinoïdes d’interagir avec. Il a également été découvert qu’après juste deux jours d’abstinence, les récepteurs CB1 commençaient à redevenir disponibles - le retour à la normale se faisant après quatre semaines. Il faut mentionner qu’en raison de la taille et de la nature de l’échantillon, il serait nécessaire de faire plus de recherches. Premièrement, la petite taille de l’échantillon rend difficile d’estimer le niveau de base de disponibilité des récepteurs CB1. De plus, les réactions au THC pourraient être différentes chez les femmes, en raison d’une disposition légèrement différente des récepteurs. C’est pourquoi le manque de femmes chez les participants à l’étude rétrécit le champ des découvertes (un groupe composé uniquement d’hommes a été utilisé pour réduire les variables de cette étude initiale).

COMMENT BATTRE LA TOLÉRANCE AU CANNABIS

Comme nous le savons à présent, la tolérance accumulée par les passionnés de l’herbe est due à la diminution de la disponibilité des récepteurs CB1 dans le cerveau. Le seul moyen de se défaire de ceci est une période d’abstinence, jusqu’à quatre semaines - une pause de tolérance, ou pause-T si vous voulez.

C’est malheureux, mais c’est le seul moyen de vraiment vaincre la tolérance qu’accumule notre organisme. Si vous voulez que votre cannabis vous frappe fort à nouveau, alors le meilleur moyen d’y arriver et de faire preuve de volonté et de faire une pause-T. Cependant, il y a des étapes que vous pouvez suivre pour diminuer cette tolérance si vous n’avez pas envie d’arrêter complètement de fumer de l’herbe pendant quatre semaines. Une fois de plus, il s’agit cependant de diminuer les doses. Par exemple, vous pourriez fumer moins fréquemment en journée, rouler avec des petites feuilles pour réduire les quantités consommées, et arrêter les concentrés. La clé est la fréquence - il s’agit de ne pas exposer les récepteurs de votre cerveau à un flux constant de cannabinoïdes. C’est pourquoi, une variété «une bouffée suffit» pourrait être une option, car vous aurez moins besoin de fumer souvent. Qui sait, si vous réduisez fortement votre consommation, vous pourriez diminuer la tolérance sans avoir à arrêter de fumer totalement.

Au final, si vous êtes parti pour faire l’effort de diminuer votre consommation pour réduire votre tolérance, vous feriez aussi bien de faire une pause. Réduire la consommation pour juste réduire la montée de la tolérance semble être beaucoup d’efforts pour peu de gains. De plus, les montées démentes que vous aurez après votre pause rendront très valables les efforts d’une courte période d’abstinence !

 

         
  Josh  

Écrit par: Josh
Auteur, psychonaute et passionné du cannabis, Josh est l’expert maison de Zamnesia. Il passe ses journées niché dans la campagne, en se plongeant dans les profondeurs cachées de tout ce qui est psychoactif.

 
 
      De nos auteurs