Autorisation De La FDA De Tester La Psilocybine Pour Traiter La Dépression


Dernière édition :
Publié :
Catégories : BlogChampignons MagiquesScience

Autorisation De La FDA De Tester La Psilocybine Pour Traiter La Dépression


La psilocybine, ingrédient actif des champignons magiques, occupait une place en médecine depuis l'antiquité. Désormais, la FDA a autorisé l'essai de la psilocybine pour le traitement de la dépression.

La Food and Drug Administration a approuvé des tests cliniques de la psilocybine pour le traitement de la dépression résistante aux traitements. La FDA a donné son accord à la fin août à Compass Pathways, une entreprise se décrivant comme de sciences lifetstyle venant du Royaume-Uni.

Compass Pathways est actuellement en cours de recrutement des participants à son étude au Royaume-Uni, au Canada, aux Pays-Bas et, à la suite de l’approbation de la FDA, aux États-Unis. Cette étude comprendra plus de participants dans des centres d’études présents dans chacun de ses pays. Les participants doivent avoir été diagnostiqués comme dépressifs et n’avoir constaté que peu ou pas de soulagement avec plusieurs antidépresseurs.

Chaque patient recevra une dose unique de psilocybine et sera observé dans une pièce par deux thérapeutes. Le traitement devrait durer 6 heures, après quoi Compass Pathways continuera à rencontrer les participants pour juger des effets du traitement.

Cette étude est un « essai de phase IIB » conçu pour tester l’efficacité de la substance. Si elle s’avérait efficace, des essais de phase III chercheraient à déterminer la dose de psilocybine optimale et la testeraient en comparaison d’un placebo et de traitements standards aux antidépresseurs.

DE RÉVOLUTIONNAIRES ÉTUDES ANTÉRIEURES SUR LA CONSOMMATION THÉRAPEUTIQUE DE PSILOCYBINE

ÉTUDES ANTÉRIEURES SUR LA CONSOMMATION THÉRAPEUTIQUE DE PSILOCYBINE

Compass Pathways a déjà des essais sur la psilocybine en cours aux Pays-Bas (Utrecht et Groningen) et au Royaume-Uni (Londres, Manchester et Newcastle). D’autres études sur la psilocybine, plus restreintes, ont montré qu’elle pouvait fournir un soulagement à la fois immédiat et prolongé pour la dépression et l’anxiété, en particulier chez ceux qui ne répondent pas aux traitements standards utilisant des antidépresseurs.

Une étude de 20161, menée par des chercheurs de l’Université de New York, par exemple, a montré que la psilocybine avait aidé à réduire radicalement les symptômes de la dépression sur un petit échantillon de participants souffrant de cancer avancé. L’étude était en double aveugle et contrôlée par un placebo.

Une étude de 20112 publiée dans le journal JAMA Psychiatry a mené un essai similaire sur 12 patients, souffrant également de dépression rétive au traitement en lien avec une tumeur avancée. Chaque participant a suivi deux sessions de traitement espacées de plusieurs semaines, une avec une dose unique de psilocybine, l’autre avec un placebo. Alors que les chercheurs ont utilisé une dose de psilocybine remarquablement plus faible que les autres études précédentes, ils ont également noté que la psilocybine avait aidé à réduire les symptômes de la dépression.

Ce ne sont pas les seules études à se pencher sur le potentiel thérapeutique de la psilocybine. D’autres études l’ont également explorée pour le traitement de l’addiction, des troubles obsessionnels-compulsifs et autres.

LA PSILOCYBINE POURRAIT « RÉINITIALISER » LE CERVEAU SOUFFRANT DE DÉPRESSION

LA PSILOCYBINE POURRAIT « RÉINITIALISER » LE CERVEAU SOUFFRANT DE DÉPRESSION

La manière dont la psilocybine agit sur le cerveau n’est pas encore complètement claire. Certains médias populaires pensent que cela pourrait avoir un lien avec le fait que la psilocybine peu interagir avec les récepteurs à sérotonine dans le cerveau. Cependant, de nombreuses études ont montré que la croyance répandue qui voudrait que la dépression soit provoquée par de faibles niveaux de sérotonine est erronée.

Une partie des recherches les plus importantes dans ce domaine vient du Psychedelic Research Group à l'Imperial College London. Cette année, le groupe a lancée un nouvel essai randomisé, contrôlé en double aveugle sur la psilocybine et ses effets sur la dépression majeure.

En se basant sur la recherche menée par le Psychedelic Research Group, les effets positifs de la psilocybine sur la dépression n’ont pas tant à voir avec la sérotonine. Les chercheurs du groupe pensent plutôt que c’est en lien avec la capacité de la substance à désactiver les zones du cerveau impliquées dans la rumination (ou pensées négatives répétées).

D’autres éléments de recherche du groupe suggèrent aussi que la psilocybine pourrait « réinitialiser » le cerveau3 d’une manière aidant les patients dépressifs à rompre les comportements et modes de pensée négatifs répétés. Pour une présentation plus détaillées des découvertes du Psychedelic Research Group, consultez cet entretien avec le Dr Rosalind Watts, ainsi que ce TED Talk du Dr Robin Carhart-Harris.

QU’EST-CE QUE LA PSILOCYBINE ?

QU’EST-CE QUE LA PSILOCYBINE ?

La psilocybine est le principal composé chimique actif dans les champignons magiques. Elle a été isolée pour la première fois par Albert Hofmann, le célèbre chimiste suisse qui a synthétisé le LSD. Hofmann a isolé le composé à partir de champignons cultivés en France par Roger Heim, un botaniste spécialisé en mycologie. L’espèce du champignon était Psilocybe mexicana.

Il existe plus de 200 types différents de «champignons magiques» qui contiennent de la psilocybine. Pour de nombreuses cultures antiques, ces champignons semblent avoir joué un rôle clé dans des cérémonies spirituelles et en guérison. Des peintures rupestres4 dans le désert du Sahara remontant à 9000 ans avant notre ère, par exemple, représentent des danseurs cornus et des figures de divinité tenant des champignons, ainsi que des scènes de récolte et d’offrandes impliquant des champignons. Des **peintures rupestres vieilles de 6000 ans à Villar del Humo en Espagne représentent également des champignons, que des anthropologues ont identifié comme un type de Psilocybe.

D’autres éléments des ruines aztèques et mayas suggèrent également la consommation spirituelle et cérémonielle de champignons psychédéliques. De vieux récits historiques de colonisateurs espagnols aux Amériques rapportent également comment ces anciennes cultures utilisaient des champignons à psilocybine dans leurs cérémonies.

LA PSILOCYBINE A-T-ELLE UN AUTRE POTENTIEL THÉRAPEUTIQUE ?

La recherche suggère que la psilocybine pourrait avoir de nombreux effets bénéfiques au-delà d’une utilité pour la dépression. On peut citer :

Croissance des cellules du cerveau

La psilocybine a favorisé la croissance de cellules cérébrales saines chez la souris. Elle a également aidé les animaux à dépasser la « peur ancrée5 » (le conditionnement à considérer comme dangereux un stimulus spécifique comme menaçant ou dangereux).

Réductions des comportements de TOC

Une recherche de 2006 menée à l’Université d’Austin a testé la psilocybine sur 9 patients atteints de TOC. L’étude a constaté que la substance était bien toléréee6, sûre et efficace pour réduire significativement les comportements répétitifs obsessionnels associés aux troubles obsessionnels compulsifs.

Découverte spirituelle

Une recherche7 de l’Université Johns Hopkins au Maryland aux États-Unis a déterminé que de nombreux consommateurs considéraient leur expérience de la psilocybine comme une des expériences les plus spirituellement irrésistibles de toute leur vie. Les auteurs de l’étude pensent qu’elle pourrait aider à révéler bon nombre des mystères de la conscience humaine.

Nouvelles connexions cérébrale

Dans sa conférence de 2017 au TEDx Warwick, Robin Carhart-Harris parle des effets de la psilocybine sur la communication du cerveau. En utilisant des clichés d’imagerie du cerveau issus de ses recherches, le Dr Carhart-Harris montre que la psilocybine peut aider à connecter des parties du cerveau qui, dans le cadre de la conscience ordinaire, ne sont pas connectées. Il compare cette expérience à celle de l’état de rêve, en suggèrent qu’elle pourrait potentiellement nous aider à mieux comprendre le subconscient humain.

ARTICLE LIÉ
Les 5 meilleures variétés de cannabis contre la dépression

Il existe un nombre croissant de preuves que le cannabis peut offrir un répit face aux symptômes de la dépression, alors voici notre top...

Ressources externes:

  1. http://journals.sagepub.com
  2. https://jamanetwork.com
  3. http://psychedelicscience.org
  4. http://www.artepreistorica.com
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23727882
  6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17196053
  7. http://www.hopkinsmedicine.org

Steven Voser

Écrit par: Steven Voser
Steven Voser est un journaliste indépendant nominé aux Emmy Award avec beaucoup d'expérience. Grâce à sa passion pour le cannabis, il consacre beaucoup de son temps à l'exploration du monde de la weed.

De nos auteurs

Produits Connexes