Product successfully added to your shopping cart.
Check out

Moisissures - La culture de l'herbe et les moisissures

La moisissure est le nom général pour un ensemble d'infections de pourrissement qui affecte les plantes, avec des parties entières recouvertes de moisissures duveteuses blanches ou grises. La maladie du blanc ou oïdium (Erysiphe graminis) est commune à de nombreuses céréales, avec des formes spécialisées (forma specialis) adaptées à chaque variété de céréales.

L'oïdium

L'oïdium forme des moisissures duveteuses sur la surface supérieure des feuilles.

Le mildiou

Le mildiou se retrouve sur la surface inférieure des feuilles, sur des plantes comme le concombre, la laitue et autres.

Voici quelques exemples photographiques pour vous aider à identifier l'oïdium.

Oïdium :

 

Oïdium :

 

Mildiou :

 

Moisissures et pourrissement des têtes

Les moisissures prospèrent dans un environnement humide, surtout si il n'y a pas beaucoup de circulation d'air. Dans ces conditions, des spores toujours présentes dans l'air peuvent trouver un endroit convenable pour se fixer et se développer en un champignon adulte. Si vous n'avez pas réussi à prévenir cette croissance des pourritures, vous devez prendre des mesures le plus rapidement possible.

Si la croissance des parasites est encore modérée, retirez immédiatement les parties infectées et assurez-vous que l'environnement soit plus adapté aux plantes qu'aux Fungi ; c'est à dire avec une bonne ventilation, une température et une humidité contrôlées et un milieu de culture pas trop humide.

Si l'infestation est plus sérieuse, il n'y a pas d'autre option que la pulvérisation de poison (fongicide). Répétez l'application plusieurs jours après, même si les symptômes ont disparu. Même après traitement, vous devez mieux contrôler l'environnement de culture. L'application de fongicide est une solution de dernier ressort, car ce n'est sain ni pour la plante ni pour l'homme. Encore un fois, il vaut mieux prévenir que guérir.

Une infection fongique du cannabis très commune est le pythium. Cette moisissure cause le pourrissement des racines et de la partie inférieure de la tige principale. Elle affecte en générale les jeunes plantes et les clones. Les plantes plus grandes, en meilleure santé, sont moins susceptibles de souffrir d'une infection au pythium. Dans les cas les plus sérieux, la plante peut être affectée par le syndrome de la "maladie de l'affaissement", dont les symptômes sont assez évidents.

Le pythium peut être reconnu à la façon dont il rend marron l'écorce au pied de la tige. Au début de l'infestation, cette couche de marron est facile à écorcher, mais le processus de pourrissement pénètre vite en profondeur dans le pied de la plante.

Le pythium est une moisissure, qui préfère les milieux humides. Les spores de pythium ne sont véhiculés que par l'eau. Il y a deux types de spores : les spores d'essaim mobiles et les spores dormantes. Les spores mobiles germent au mieux à des températures d'environ 15°C, alors que les spores dormantes ont besoin de chaleur, environ 28°C.

Afin d'éviter une infestation par le pythium, vous devez tout d'abord maintenir une température constante de votre sol. De larges écarts de températures sont à éviter. Vous devez aussi maintenir l'humidité de l'air à un bon niveau, pas trop élevé.

Les moisissures des feuilles (comme l'oïdium) et les fungi filamenteux sont moins communs que le pythium. Le mildiou cause, entre autres, la moisissure des têtes. Les mêmes précautions s'appliquent ici : contrôlez au mieux le climat de culture. Contrairement à d'autres moisissures, le mildiou arrive à prospérer même à des niveaux d'humidité de l'air bas.

La moisissure des têtes se produit en général à la fin de la phase de floraison. Plus la plante est compacte, plus les chances de moisissure sont élevées. Vous la reconnaîtrez à la coloration jaune soudaine des feuilles des têtes. Ces feuilles jaunes se détachent de la tête à la moindre pression. Afin de prévenir l'infection de toute la plante, la seule solution est d'enlever la tête entière.

Cette moisissure des têtes peut être prévenue dans une certaine mesure en agrandissant l'espace de culture et en maintenant un niveau d'humidité de l'air relativement bas.

Combattre l'infection

Cela fait seulement trois ans que des chercheurs d'Amérique du sud ont trouvé un moyen de combattre l'oïdium. Le scientifique brésilien Wagner Bettiol a découvert que l'aspersion hebdomadaire de lait pouvait aussi bien garder une infection d'oïdium sous contrôle que l’aspersion de pesticides synthétiques.

Le lait est non seulement un bon protecteur de la plante, mais c'est aussi un complément nutritionnel utile aux feuilles, améliorant le système immunitaire de la plante. D'après les résultats de ses expériences, une aspersion hebdomadaire avec une concentration d'au moins 10% (1 part de lait pour 9 parts d'eau) réduisant l'extension de l'infection de 90%. Assurez-vous juste de ne pas trop augmenter la concentration, car au-delà de 30% le lait sert de base nutritive à d'autres moisissures affectant les feuilles.